INFOS ET ACTUALITES

L'approche "Snoezelen" positive aussi pour le personnel

La qualité et l’efficience de la prise en charge des personnes âgées souffrant de maladies neuro-dégénératives (type Alzheimer) sont-elles compatibles avec la satisfaction au travail des agents hospitaliers et le bien-être des personnes âgées ? Non seulement elles peuvent l’être mais surtout, ces deux notions ne doivent en aucun cas être dissociées.

Cet article a été publié le 5 février 2013 par Réseau CHU que nous remercions de cet échange.

Personnes agées malades prise en chargeAu CHU de Nîmes, chaque dispositif de soins développé poursuit un triple objectif : la satisfaction du patient, celle de l’agent et celle de la famille ! Une assertion qui reste à démontrer. Tel est l’enjeu projet de recherche porté par une équipe du CHRU et consacré aux effets du dispositif d’accompagnement Snoezelen sur les patients accueillis au sein du service de gérontologie. Retenu, en décembre 2012, au titre du Programme national Hospitalier de Recherche Infirmière et Paramédicale (PHRIP), ce projet d’envergure nationale sera complété par un projet local ancillaire afin d’évaluer le stress ressenti par le personnel soignant du service de gérontologie avant et après la mise en place de l’intervention multi-sensorielle Snoezelen autour des soins de toilette. Cette étude globale inédite débutera en mars 2013 et durera un peu plus d’un an.

L’approche d’accompagnement Snoezelen est déployée sur plusieurs services du pôle Gérontologie du CHRU depuis février 2012. En stimulant les 5 sens de la personne âgée grâce à la lumière, aux couleurs, à la musique, au toucher et aux senteurs, cette approche a pour objectif de détendre le patient et l’ouvrir à son environnement tout en facilitant le travail de l’agent hospitalier. Un an après sa mise en action, cette forme d’accompagnement innovante a-t-elle réellement aidé les équipes soignantes à vivre leur travail autrement, a-t-elle renforcé leur satisfaction professionnelle mais aussi et surtout participe-t-elle au mieux-être des personnes âgées accueillies ?

Jane Debuysschere, cadre de santé au sein du pôle Gérontologie du CHRU (en collaboration avec le Dr Jean-Marie Cros et Virginie Crot, psychologue) devra répondre à cette question. Il s’agit d’évaluer de manière objective l’impact de l’utilisation du concept Snoezelen sur le comportement des patients tout en prenant en compte le ressenti de l’équipe soignante avant et après la mise en place de l’intervention autour de la toilette multi-sensorielle.

Côté « personnel soignant », l’étude concerne 6 infirmières et 18 aides-soignants officiant au sein d’un des centres d’hébergement longue durée pour personnes âgées du CHRU. Plusieurs questionnaires seront soumis aux dits professionnels afin d’évaluer leur bien-être au travail, la reconnaissance dont ils s’estiment faire l’objet, de mesurer le stress ressenti, d’analyser leur jugement sur les bienfaits ou non de l’approche Snoezelen. L’étude ne s’attache ici qu’à l’intervention multi-sensorielle développée autour de la toilette du patient.

L’accompagnement Snoezelen est pratiqué en chambre ou en salle de bain à l’aide d’un « chariot Snoezelen » comprenant un lecteur de CD, un diffuseur de senteurs, un projecteur d`images, divers objets tactiles, effets lumineux... Les gestes de la toilette ne sont pas modifiés mais le tempo et la communication verbale et non verbale sont déterminants.

« L’accompagnement Snoezelen à la toilette s’inscrit à la fois dans la participation à un soin de confort mais traduit également une attitude éthique afin d’améliorer l’estime de soi du patient, soutenir l’autonomie, encourager la relation», explique Jane Debuysschère.
Pour être tout à fait complète, un autre versant longitudinal de cette étude évaluera donc, après accord du comité d’éthique, l’impact du concept Snoezelen sur le comportement des patients en s’appuyant sur l’évolution des prescriptions médicamenteuses (anxiolytiques, antidépresseurs, somnifères, neuroleptiques). Courant avril 2013, une formation Snoezelen sera dispensée au personnel ciblé avant l’inclusion de patients pour une durée de 3 mois.

La direction-coordination générale des soins du CHRU de Nîmes accompagne le personnel soignant dans sa réflexion pour rendre plus efficace ces pratiques professionnelles tout en y intégrant la nécessaire dimension éthique du soin. Le projet de soins 2011-2016 s’appuie sur une recherche systématique de l’efficience de la pratique des soins, sur le partage des compétences et sur la valorisation des expertises.
Un comité de recherche en soins a été mis en place en 2011 par la direction-coordination générale des soins pour susciter la culture « recherche » et favoriser son développement.

Creative Commons License
Service communication du CHU de Nîmes
http://www.chu-nimes.fr/
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Publicité

Commentaires (1)

moutarde

Avatar de l'utilisateur

389 commentaires

#1

Approche éloignée

Je ne comprends pas ces approches utopiques. Nulle part nous n'avons les moyens de les mettre en oeuvre.