INFOS ET ACTUALITES

Attaques à Paris : le "professionnalisme extraordinaire" des soignants

Cet article fait partie du dossier :

Médecin

Marisol Touraine s'est rendue samedi 14 novembre 2015 dans des hôpitaux parisiens au chevet de victimes des attentats terroristes, mais aussi pour saluer les professionnels qui les ont pris en charge, a­-t-­on appris auprès de son entourage.

Dès l'annonce des attaques à Paris, les soignants se sont immédiatement mobilisés pour secourir les victimes.

La ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes s'est déplacée à l'hôpital de La Pitié-­Salpêtrière et à l'hôpital Saint­-Louis qui font partie des établissements de l'Assistance publique­ hôpitaux de Paris (AP­HP) ayant accueilli des victimes des attentats terroristes survenus vendredi soir à Paris et Saint­-Denis. Elle a aussi accompagné le président de la République, François Hollande, à l'hôpital Saint-­Antoine. Samedi à 13h, 300 personnes restaient prises en charge dans les hôpitaux dont 80 étaient en situation d'urgence absolue, selon le bilan établi par l'AP­HP. Dimanche, l'AP­HP a annoncé avoir pris en charge une centaine de personnes supplémentaires, la plupart étant des personnes en état de choc psychologique. Elle a aussi indiqué que trois des blessés étaient décédés, portant à 132 le nombre de victimes décédées.

Marisol Touraine s'est d'abord rendue auprès de victimes et leur famille, à qui allaient ses premières pensées, indique-­t-­on dans son entourage. Elle a aussi pensé aux personnels hospitaliers, spécialement mobilisés dans ces moments terribles, et a tenu à saluer le dévouement, l'engagement et le professionnalisme extraordinaires des équipes concernées, rapporte-­t­-on de même source. La ministre a également évoqué ceux qui sont venus spontanément dans les hôpitaux. Des agents administratifs aux professeurs, en passant par des aides-­soignants…, ils sont vraiment très nombreux à s'être rendus dans les hôpitaux pour proposer leur aide, souligne-­t-­on au ministère. Au sein des deux hôpitaux, Marisol Touraine a aussi salué la réactivité exceptionnelle du dispositif de prise en charge des urgences sanitaires, qui a mobilisé au­delà de l'agence régionale de santé (ARS) Ile­-de-­France, les équipes et les ressources des autres ARS limitrophes. Ces ARS étaient toutes pré­positionnées pour intervenir en appui des services de la région Ile­-de-­France, souligne-­t-­on au ministère.

Au regard des graves événements, les principaux syndicats d'infirmiers libéraux ont de leur côté annulé les manifestations prévues ce lundi 16 novembre.

L'Ordre National des Infirmiers et le Conseil International des infirmières rendent hommage à l'ensemble des professionnels sur le terrain

Au lendemain de cet effroyable et tragique événement, l'Ordre National des Infirmiers exprime sa plus grande gratitude à l'ensemble des professionnels présents sur le terrain (pompiers, urgentistes, infirmiers, policiers:..) et souhaite souligner le courage, ainsi que les valeurs humanistes de leur confrères et consoeurs confrontés à une violence sans précédent qui ont su faire preuve d'un courage immense et d'une unité exemplaire dans la prise en charge des victimes dans des conditions extrêmes. Ces derniers ont par ailleurs souhaité spontanément mettre à disposition des services d'urgence, de réanimation, et de bloc opératoire, leur intervention avant même la mise en œœuvre du "plan blanc". L'ordre national des infirmiers s’associe, en ce jour, au très grand chagrin des proches des victimes et, au nom de l'ensemble des infirmiers de France, leur assure de "son soutien total.

Le Conseil International des Infirmières (CII) partage, lui aussi, une profonde admiration pour les soignants mobilisés. Sa Présidente, Judith Shamian, adresse la solidarité du CII aux infirmières et autres professionnels de santé qui soignent les centaines de blessés. Et d'ajouter : la prestation de soins infirmiers aux blessés et l’aide aux individus et aux familles à faire face au traumatisme physique et émotionnel sont des services essentiels et précieux dans ces moments critiques. De fait, le CII félicite tous les soignants pour leur force et courage, et pense à eux dans ces circonstances très difficiles.

Rédaction Infirmiers.com

Vigilance sur l'accompagnement des familles

Les services de l'avenue Duquesne et la ministre elle­-même sont restés par la suite en contact permanent avec Pierre Carli, directeur du Samu de Paris, et le Pr Didier Cremniter, référent national de la prise en charge des urgences médicopsychologiques. L'une des priorités de la ministre est l'accompagnement des familles au sein de chaque établissement hospitalier, précise son entourage. Marisol Touraine tient en particulier à ce qu'un accompagnement personnalisé et une bonne orientation de tous les proches soient garantis et demeure donc en lien étroit sur ces questions avec le directeur général de l'AP­HP, Martin Hirsch, et le Samu de Paris, souligne-­t-­on de même source.

On a eu des blessés graves, avec des blessures par balle, des éclats, comme dans les pays en guerre. Je me suis demandée si j’étais bien à Paris. Ils n’étaient pas tous inconscients. Certains ont raconté comment ils ont vécu l’horreur, comment ils s’en sont sortis. D’autres étaient choqués et n’avaient pas envie de parler. Il y avait des blessés partout et on n’avait pas trop le temps de discuter. Dans ces moments, il faut être dans l’efficacité - Une infirmière dans L'Est Républicain

Report du déplacement à Tours

Le ministère de la santé a par ailleurs annoncé que le déplacement de la ministre prévu à Tours lundi pour présenter les mesures du Pacte territoire santé 2 était reporté à "une date ultérieure". Ce nouveau pacte contient 10 engagements organisés en deux axes, dont l'augmentation du numerus clausus des études de médecine dans 10 régions manquant de médecins, rappelle-­t-­on.

Le point sur la prise en charge des blessés à l'AP-HP (dimanche 15 novembre 2015 - 17h)

Depuis vendredi soir 13 novembre 2015, les hôpitaux de l’Assistance Publique - Hôpitaux de Paris ont pris en charge 415 personnes. Il s’agit d’une centaine de personnes de plus qu'au lendemain du drame . Ces personnes sont pour la plupart des « personnes impliquées » - en état de choc psychologique - qui se sont présentées spontanément dans les hôpitaux.

A 17h le dimanche 15 novembre 2015, sur les 80 personnes admises le 13 novembre 2015 en situation d’urgence absolue :

  • 35 personnes ne relèvent pas ou plus aujourd’hui d’une surveillance intensive en service de réanimation ;
  • 42 personnes sont toujours en service de réanimation ;
  • 3 personnes sont décédées.

10 hôpitaux de l’AP-HP ont accueilli ces urgences absolues, principalement les hôpitaux Pitié Salpetrière, HEGP, Saint-Antoine, Lariboisière, Henri Mondor. Sur les 415 personnes prises en charge depuis vendredi soir dans les hôpitaux de l’AP-HP, 218 personnes sont déjà sorties.

Rédaction Infirmiers.com

Retour au sommaire du dossier Médecin

Publicité

Commentaires (1)

jackpot63

Avatar de l'utilisateur

3 commentaires

#1

Remerciements de Marisol Tourraine aux soignants.

Madame le Ministre , les soignants acceptent vos remerciements.
Mais ces remerciements ne sont rien si le reste du temps vous continuez
a faire des coupe franches dans les moyens financiers et humains dans la
FPH.
Nos collègues parisiens ont montré ce week-end combien les soignants
sont impliqués dans la survie de nos populations.
Chirurgiens , Anesthésistes, Infirmiers anesthésistes, Infirmières de
bloc opératoires,Radiologues, manipulateurs en électroradiologie, aides
soignantes, ASH.... sont tous revenus pour secourir nos concitoyens.
Vos remerciements ont un gout amer dans nos bouches.
Les budgets alloués à la santé ne cessent de diminuer, la tarification a
l'activité est en train de tuer notre service public, la loi santé ne
fera qu'aggraver cette médecine a 2 vitesses, la profession d'infirmier
anesthésiste est en péril et vous ne faite rien, nos blocs opératoires
ferment les uns après les autres car nous devons être rentable!!!
Ce week end NOIR la fonction publique (Police, Pompiers, Gendarmes,
Soignants) ont montré combien ils étaient capables de prendre leur
responsabilités.
A vous politiques d'en faire de même.