INFOS ET ACTUALITES

Démission de quatre conseillers nationaux ordinaux...

Cet article fait partie du dossier :

ONI

Quatre conseillers nationaux ordinaux du collège libéral viennent de présenter leur démission à Didier Borniche, président de l’ONI, rajoutant encore un triste épisode à la saga ordinale...

Ca déménage encore à l’Ordre infirmier...Les communiqués se suivent et ne se ressemblent pas, hormis sur l’idée de mouvement...

En effet, le 12 septembre dernier, une information en direct de l’Ordre national des infirmiers (ONI) nous avisait du déménagement conjoint du Conseil national de l’ordre des infirmiers, du Conseil régional d’Ile-de France ainsi que des huit conseils départementaux de la région, dans de nouveaux locaux à Paris. Adieu donc la rue Sainte-Anne et bienvenue au 228, rue du Faubourg Saint Martin, dans le 10ème arrondissement. Le message d’accompagnement de la bouche même du président de l’ONI, Didier Borniche, disait ceci : « Pour mettre en œuvre nos importantes missions de service public et améliorer notre relation de proximité avec les infirmiers, dans un souci d’économie et de bonne gestion des finances de l’Ordre, il était nécessaire que nous trouvions des locaux offrant aux collaborateurs des conditions de travail optimales. Nous avons voulu faire de ces nouveaux bureaux une véritable vitrine d’un Ordre national des infirmiers à la gestion saine et normale ».
Une décision qui s’inscrivait dans un plan de restructuration drastique face aux importantes (et c’est un euphémisme...) difficultés financières de l’ONI.

Aujourd’hui 26 septembre 2012, une toute autre communication nous informe que le déménagement continue, au sens figuré cette fois, puisque quatre conseillers nationaux ordinaux du collège libéral - Jean-François Bouscarain, Marielle Ducastel, Thierry Munini et Laurence Doucet-Rousselet - viennent de présenter, par courrier en date du 24 septembre 2012, leur démission du Conseil national de l’ordre des infirmiers (CNOI) à Didier Borniche. Dans cette lettre très circonstanciée de trois pages, le ton est sans appel comme en attestent ces quelques morceaux choisis. « Au terme de l’année écoulée, nous pouvons apprécier à sa juste valeur votre manière réelle de présider notre institution et ses résultats. Cette présidence se caractérise par son opacité constante, la minceur extrême de sa production et son échec global. (…) En résumé, à peu de choses près, vous n’informez sur rien, vous ne réalisez rien, vous ne diffusez rien, vous n’améliorez rien, vous ne consultez sur rien. (…) Notre Ordre n’a pas été conçu (…) pour financer indéfiniment une structure devenue éloignée du terrain, ayant perdu ses moyens minima indispensables, la mise en oeuvre d’une expertise métier, son rôle de guidance professionnelle et tout le dynamisme et la crédibilité que nous possédions antérieurement à votre présidence. (…) Personne ne peut plus se dissimuler l’abaissement présent de cet Ordre qui nous était cher. Quant à nous, nous ne voulons pas faire semblant de l’ignorer. Encore moins le cautionner au nom des infirmiers libéraux, alors que ces confrères sont ciblés plus que tout autres pour financer une part disproportionnée d’un budget ordinal devenu pratiquement sans objet. C’est pourquoi, après tant de collègues (...) qui en ont déjà tiré la même conséquence (...) nous vous signifions par la présente nos démissions du CNOI ».

Voici un épisode de plus qui continue à discréditer une instance aujourd’hui à l’agonie... A suivre.

Creative Commons License
Rédactrice en chef Infirmiers.com
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Publicité

Commentaires (19)

Norma Colle

Avatar de l'utilisateur

86 commentaires

#19

nouvelle démission retentissante

mais sans nouvel article donc lien ici..........


Selon la modération,l'information serait relayée ici
http://www.infirmiers.com/forum/demission-lettre-ouverte-elu-national-t130478-30.html
je cite:

""

Re: demission et lettre ouverte d'un élu national

Message par Hodrey le Jeudi 25 Avr 2013 10:16
Bonjour,

nous avons relayé l'information sur nos réseaux Cédric..."""




Donc pour comprendre correctement de quoi il s'agit ,aller ici :

http://www.actusoins.com/14329/bataille-de-clochemerle-autour-de-lordre-infirmier.html

ou ici:
http://www.infirmiers.com/forum/demission-lettre-ouverte-elu-national-t130478.html

un extrait:

""1 / 2
Mr Emmanuel ADAIN Le 18 avril 2013

Lettre recommandée A/R
Monsieur Didier BORNICHE
Président du Conseil national
de l'Ordre des infirmiers
228 rue du Faubourg Saint-Martin
75010 PARIS
Objet : Démission du Conseil national de l’Ordre des Infirmiers
Monsieur le Président,
Je vous adresse par la présente ma démission de mon mandat de conseiller national de l’Ordre
des infirmiers. Les conditions actuelles de fonctionnement du CNOI, l’absence d’action
significative au bénéfice de la profession, l’absence totale de réponse à mon courriel du
25 mars dernier en réponse à mes préoccupations légitimes de transparence et la politique
désastreuse menée au quotidien à l’encontre des infirmiers libéraux ne me permettent plus d’exercer ce mandat avec un quelconque espoir de résultats utiles pour nos consœurs et nos
confrères.


etc.........."

lettre très très très intéressante

A ne pas rater!

eusèbe

Avatar de l'utilisateur

264 commentaires

#18

Mise à mort.

Et cette loi, si elle est votée (et il n'y a aucune raison qu'elle ne le soit pas) marquera la fin des souffrances des infirmiers, masseurs-kinésithérapeutes et pédicures-podologues embarqués de force dans une sinistre farce. Que cette proposition de loi soit le prélude à la mise à mort de l'ordre infirmier !

Bernadette Fabregas

Avatar de l'utilisateur

187 commentaires

#17

Le député Le Guen aux manettes...

On apprend aujourd'hui que la proposition de loi du député PS de Paris, Jean-Marie Le Guen, visant à rendre facultative l’inscription aux ordres paramédicaux a été enregistrée hier, mercredi 26 septembre 2012, par le bureau de l’Assemblée nationale ; à lire sur http://www.assemblee-nationale.fr/14/propositions/pion0209.asp

syndicat RESILIENCE

Avatar de l'utilisateur

50 commentaires

#16

suite de la lettre des 4 conseillers démissionnaires ...

Clairement, « cette gouvernance » n’a pas le degré d’engagement personnel ni l’intention et/ou la capacité nécessaires pour porter ces ambitions. Le capital de compétences, de dévouement et d’espérance dont vous avez eu la chance d’hériter à l’été 2011 est maintenant dissipé. Les opposants de notre Ordre ont efficacement organisé son étranglement financier, mais cette gouvernance y aura ajouté une sorte de mort cérébrale immédiate. Celle-ci contribue tout aussi sûrement à l’échec programmé, en décourageant nos élus et les infirmiers qui croyaient en notre grande mission.
Relisez donc encore votre lettre ouverte. Elle faisait la leçon sur une prétendue "crise de gouvernance", un défaut de concertation interne (d’« un mail de "premier jet" aux 52 membres du CNOI » !!), un manque de "relation constructive" avec l’Etat. Quels ont donc été vos propres succès auprès de M. X. BERTRAND puis de Mme M. TOURAINE ?
Il n’est donc pas étonnant que vous n’ayez préparé aucun rapport d’activité sur cette année de votre présidence : que pourriez-vous y inclure, en dehors de cette fameuse "restructuration", qui n’évitera pas la ruine d’un Ordre sacrifié à d’autres intérêts ?
Personne ne peut plus se dissimuler l’abaissement présent de cet Ordre qui nous était cher. Quant à nous, nous ne voulons pas faire semblant de l’ignorer. Encore moins le cautionner au nom des infirmiers libéraux, alors que ces confrères sont ciblés plus que tout autres pour financer une part disproportionnée d’un budget ordinal devenu pratiquement sans objet.
3 / 2
C’est pourquoi, après tant de collègues (souvent parmi les meilleurs, dans toutes les formes d’exercice et à tous les niveaux de l’institution) qui en ont déjà tiré la même conséquence et dont vous nous avez caché très souvent les démissions, nous vous signifions par la présente nos démissions du CNOI que nous considérons dans sa forme actuelle et comme vous l’avez défini en février 2011 "peu à l’écoute des professionnels qu'il représente".
Veuillez recevoir, Monsieur le Président, nos salutations confraternelles désolées.
Marielle DUCASTEL Laurence DOUCET-ROUSSELET
Conseillère Nationale Conseillère Nationale
Collège libéral Collège libéral
Jean-François BOUSCARAIN Thierry MUNINI
Conseiller National Conseiller National
Collège libéral Collège libéral

syndicat RESILIENCE

Avatar de l'utilisateur

50 commentaires

#15

RESILIENCE publie la lettre des 4 démissionnaires de l'ordre infirmier

RESILIENCE publie la lettre des 4 démissionnaires de l'ordre infirmier qui enfonce gravement la gestion du président Borniche !


Monsieur Jean-François BOUSCARAIN
Conseiller National
Madame Marielle DUCASTEL
Conseillère Nationale
Monsieur Thierry MUNINI
Conseiller National
Madame Laurence DOUCET-ROUSSELET
Conseillère Nationale
Collège libéral Monsieur Didier BORNICHE
Président du Conseil national
de l'Ordre des infirmiers
228 rue du Fbg Sain Martin
75010 PARIS
Le 24 septembre 2012
Monsieur le Président,
Vous avez pris la tête de notre Conseil il y a un peu plus d’un an. Vous nous promettiez alors une gouvernance ordinale exemplaire. Elle devait permettre de surmonter les difficultés dues aux attaques et aux constatations de légitimité ordonnées sans arrêt contre l’Ordre national des infirmiers depuis le moment de sa naissance.
Au terme de l’année écoulée, nous pouvons apprécier à sa juste valeur votre manière réelle de présider notre institution et ses résultats. Cette présidence se caractérise par son opacité constante, la minceur extrême de sa production et son échec global.
La longue liste des "doléances principales" des départements et régions énumérées dans le Doc. CNOI 25/09/12-8 illustre votre carence générale en matière de communication "tant en interne qu’en externe", de formation ou de fonctionnement institutionnel collectif.
En résumé, à peu de choses près, vous n’informez sur rien, vous ne réalisez rien, vous ne diffusez rien, vous n’améliorez rien, vous ne consultez sur rien. Les élus départementaux et régionaux, ainsi démunis quasiment de toute information, sont également privés de se rencontrer au niveau national et de se concerter avec le CNOI, comme ils le faisaient auparavant deux fois par an.
Le CNOI n’est pas mieux traité que les CDOI et CROI. En dehors de l’examen de recours individuels, nos ordres du jour sont devenus indigents : plus aucune étude ni proposition de fond sur les sujets métier, plus aucune prise de position sur les projets de textes officiels ni les événements de l’actualité. Aucun compte rendu de vos propres rencontres à l’extérieur.
Vous ne respectez même pas les rôles institutionnels ou légal du CNOI : nous n’avons jamais eu ni encore moins dé attu le plan de restructuration de l’Ordre dont nous ne connaissons toujours pas le contenu ! Nous n’avons pas eu à nous prononcer sur le modèle de statuts des sociétés interprofessionnelles de soins ambulatoires SISA que vous avez pourtant avec les autres ordres rendu public le 25 juillet dernier en nous demandant notre avis le 26 juillet par mail !!! Vous n’avez soumis à notre vote aucune décision tendant à proposer aux ARS la nomination d’une quinzaine de délégations, comme l’exigeait les articles L. 4123-10 et L4312-5 du CSP !
2 / 2
Les derniers documents sur le suivi des inscriptions au tableau illustre bien votre façon de prendre en compte le rôle des conseillers départementaux. Ainsi comment expliquer le fait que selon celui-ci les CDOI inscrivent des infirmiers tous les mois alors que pour la plupart ils ne se réunissent que tous les trois mois ? Vous négligez de faire respecter un principe de base de la procédure : la décision doit être prise par le CDOI réuni en séance. Toutes les décisions d’octroi ou de refus prises hors séance sont ainsi illégales. Comme vous nous l’avez si ien rappelé en son temps dans une lettre ouverte signée de votre main et de celui de notre secrétaire général le 20 février 2011 "A l’heure d’internet, aucune urgence n’implique que vous soyez contraints de répondre vite et toujours seuls ".
A l’inverse, certains ne rillent pas par leur activisme en la matière. Par exemple, la région que vous présidez reste inférieure à la moyenne nationale pour le pourcentage d’inscrits au ta leau ordinal par rapport au fichier de la DREES (20%). La Seine-Maritime, dont vous êtes le vice-président et que préside votre Secrétaire général, n’a inscrit que 4 infirmiers entre le 2 juillet et le 20 septem re derniers…
Mais au-delà de ces carences flagrantes, un mal s’est installé plus profondément. En effet, notre Ordre n’a pas été conçu simplement pour attribuer aux infirmiers un numéro d’inscription payant, à la place d’un numéro d’enregistrement gratuit ! Ni pour remplacer un fichier administratif défectueux par un tableau condamné, hélas, aujourd’hui, à être bien plus déficient encore. Ni pour financer indéfiniment une structure devenue éloignée du terrain, ayant perdu ses moyens minima indispensables, la mise en oeuvre d’une expertise métier, son rôle de guidance professionnelle et tout le dynamisme et la crédibilité que nous possédions antérieurement à votre présidence.
L’Ordre national des infirmiers devait contribuer à éclairer les confrères sur leur déontologie. Les aider parmi les difficultés de leur exercice quotidien. Améliorer les textes qui régissent notre pratique. Promouvoir pour la profession un avenir à la hauteur de son potentiel et des besoins des patients.
Clairement

gisele10

Avatar de l'utilisateur

22 commentaires

#14

ps: Dâme venussa ...

Dâme Venussa ..

vous êtes sans doute (grassement ) payer pour (surement beaucoup plus qu'une infirmière de base , BEAUCOUP PLUS !!!! ) , mais vous allez devoir manger votre chapeau .....
Soyez honnête et sincère avec les infirmières que vous prétendiez vouloir défendre et honorer ....

gisele10

Avatar de l'utilisateur

22 commentaires

#13

aprés ...

après , que les "lideurs "et autre "cheffaïons" auto proclamé(e)s des infirmier(e)s de France craignent le retour de bâton financier et moral de cette minable aventure ordinale .. et bien franchement .. c'est leur problème .. pas le notre .... !
Qu’ils et elles assument la gabegie morale et financière dans laquelle ils et elles ont voulu nous plonger !!!!!
NOUS NE LEURS AVIONS JAMAIS RIEN DEMANDE !!!!!!!!!!!!

gisele10

Avatar de l'utilisateur

22 commentaires

#12

fin de l'ordre infirmier non voulu par les infirmier(e)s

il est plus que temps que les "têtes pensantes" de cet ordre non accepté , puisque non désiré par les infirmier(e)s au chevet des malades , réalisent AFIN qu'ils et elles ,n'ont strictement aucune légitimité et que leur chance de passer en force auprès de nous était NULLE !
Leur misérable tentative de fédérer (par la force et à leur unique profit de politicien(ne)s raté(e)s ) contre notre gré ,est en passe d'échouer !
Si ce n'est déjà et depuis longtemps un échec ....
Que cette triste et lugubre tentative de nous soumettre soit un exemple sain et honorable de la faculté de la majorité honnête à ne pas subir l'inique domination de la minorité élitiste !!!!!!!!

spi_t

Avatar de l'utilisateur

7 commentaires

#10

j'espere que la fin est pour bientôt

tout est dans le titre de ce message

eusèbe

Avatar de l'utilisateur

264 commentaires

#9

Ben voyons !!

Il faut arrêter de nous prendre pour des buses et prétendre que l'oni est au sommet de sa forme : il n'y a pas besoin d'être devin pour comprendre qu'une inscription facultative entrainera la fin du peu de cotisations qui se produisaient et par conséquences la faillite : et à propos, qui règlera la note à la banque prêteuse ? Les derniers conseillers survivants ? Bon courage à eux !!

vesunna24

Avatar de l'utilisateur

16 commentaires

#8

Normal

Rien de bien surprenant! Il s'agit de quatre conseillers FNI qui se sont enfin mis en accord avec la position de leur Président.
Président qui, il faut le rappeler, a ardemment soutenu la création de l'Ordre, a été élu conseiller national, a soutenu fermement une cotisation à 75 euros, a été un soutien indéfectible de Dominique Le Boeuf contre l'évidence de sa gestion catastrophique.
Elle a démissionné, il a démissionné...
Une histoire de pompier-pyromane assez triste conclue par une affligeante lâcheté.
Pour ce qui concerne l'Ordre, ça suit son cours, les cotisations continuent à rentrer très régulièrement, le budget est enfin à l'équilibre.
On tient le cap.
Bonne soirée.

eusèbe

Avatar de l'utilisateur

264 commentaires

#7

Justice

Le président peut aussi attaquer en justice les 4 conseillers séparatistes : les avocats s'en frottent les mains...

ridfa69

Avatar de l'utilisateur

114 commentaires

#6

ciao et bonne route

les libéraux se réveillent mieux vaux tard que jamais, l'oni n'est plus qu'une coquille vide qui encaisse les chèques et les renvoi à la BRED.
sinon comme action hormis attaquer des petits syndicat y'à rien, que dal, oualou

syndicat RESILIENCE

Avatar de l'utilisateur

50 commentaires

#5

L'Ordre National des Infirmiers vous informe

L'Ordre National des Infirmiers vous informe ...

qu'il s'est réunit hier mardi 25/09/12 dans les locaux de la ... Banque Populaire !!!

tant qu'à faire z'auraient mieux fait d'y prendre leurs quartiers ... quand on vous disait que c'était le PDG de la BRED qui était assis dans le fauteuil du président de l'oni ...Avec ou sans cotisation, l'ordre infirmier c'est NON !!

syndicat RESILIENCE

Avatar de l'utilisateur

50 commentaires

#4

lettre au président Borniche

à

Monsieur le président Didier Borniche.
ordre national infirmier.
228 rue du Faubourg Saint Martin
75010 Paris.

copie à

Monsieur le Président du Directoire de la BRED.

copie à

Madame la Ministre de la Santé.
(Cabinet)


Strasbourg, le 26 septembre 2012.

Monsieur le président,



je vous confirme, par la présente, avoir bien pris connaissance de votre seconde plainte contre le syndicat infirmier RESILIENCE, dont je suis le secrétaire général.

J'ai pu constater que vous avez – encore – dépensé de l'argent bien inutilement à cette occasion puisque dans l'exemplaire qui m'est destiné, je constate que vous avez payé la somme de 500 euros (cinq cents) à des fins de confirmer les informations suivantes :

hugues dechilly = seringatomik = seringuelectrique = résidant en Alsace = 50 ans = signe astrologique du Lion.
Monsieur le président, je sais que les finances de l'oni sont exsangues et je sais aussi que les adhérents qui continuent de cotiser à l'ordre apprécieront comme il se doit de connaître le détail des dépenses de l'oni, à défaut de n'avoir reçu aucun bilan financier ou autre détail comptable depuis … janvier 2010, votre soutien bancaire aussi.

Vous m'auriez demandé ces renseignements, disponibles ouvertement sur le site @ de RESILIENCE, je vous les aurai donné – gratuitement – sans aucun problème.

A toutes fins utiles, je me permets, par la même, de vous rappeler que l'utilisation de pseudos n’est prohibée que pour les actes professionnels, et que la liberté d’expression reste entière (ce qui parait vous chagriner).

Je profite de l'occasion qui m'est trop rarement donnée de vous écrire pour vous confirmer, aussi, que la multiplication récente des procédures à l'encontre de RESILIENCE et de moi, n'auront aucun effet sur notre détermination à demander et à obtenir, l'abrogation de l'ordre que plus de 80% de la profession infirmière continue d'ignorer en refusant d'y adhérer et donc d'y cotiser.


Recevez, monsieur le président, mes salutations infirmières illégales.



Hugues Dechilly,
secrétaire général,

infirmier diplômé d'État,
en exercice illégal
depuis le 21 / 12 / 2006,

alias seringuelectrique
et seringatomik
âgé de 50 ans,
résidant en Alsace
signe astrologique du Lion
(et du Tigre)




RESILIENCE – 13 rue de Molsheim – 67000 Strasbourg.

copycat

Avatar de l'utilisateur

22 commentaires

#3

et...

si ça continue, peut-être même qu'il n'y aura pas besoin de PPL à l'assemblée ;)

syndicat RESILIENCE

Avatar de l'utilisateur

50 commentaires

#2

RESILIENCE

RESILIENCE après avoir écrit ce matin au président Borniche sans connaître la démission des 4 conseillers nationaux réagira dans les heures qui viennent à cette lettre singlante et assassine pour le président de l'ordre infirmier ...

copycat

Avatar de l'utilisateur

22 commentaires

#1

qu'est ce qu'on se marre

Hé bien, ça résume bien tout ce qui a été dénoncé depuis le début par les "anti-ordre", notamment par le syndicat Résilience, sauf que cette fois ça vient de l'intérieur et que ça ne pourra être remis en cause comme mensonge

Que va devenir la plainte pour diffamation contre Résilience et son secrétaire général ??

Wait and see