INFOS ET ACTUALITES

Coût de la rentrée des étudiants en soins infirmiers : à quand la fin des inégalités ?

La FNESI (Fédération Nationale des Etudiants en Soins Infirmiers) sort pour la deuxième année consécutive son coût de la rentrée des étudiants en soins infirmiers (ESI), s’appuyant sur les chiffres du coût de la rentrée de la FAGE (Fédération des Associations Générales Etudiantes) qui annonçaient le 22 aout dernier une hausse de 4,2% des frais de rentrée.

Fédération nationale des étudiants en soins infirmiers - Communiqué de presse du 12 septembre 2011

fnesi rentree etudiant en ifsiPour la rentrée 2011, un étudiant en soins infirmiers devra débourser 3256,23 € contre 2372,40 € pour son homologue de l’Enseignement Supérieur (chiffre FAGE). Raison de cette différence,des frais de concours pour l’admission en Institut de Formation en Soins Infirmiers (IFSI), l’existence d’IFSI privés dont les frais de scolarité peuvent monter jusqu’à 1270 € par an et la nécessité pour chaque ESI de se munir de matériel adapté (blouses, petit matériel pour les stages...).

Le comble de ce constat reste la différence de traitement en matière d’aides sociales entre les étudiants des formations sanitaires et sociales et les étudiants de l’Enseignement Supérieur. Alors que ces derniers sont soumis aux bourses du CROUS, harmonisées sur l’ensemble du territoire, les étudiants en soins infirmiers voient leurs bourses gérées par les Conseils Régionaux, dont les montants et modalités de versement sont disparates d’une région à l’autre. Cerise sur le gâteau, les régions ont eu l’obligation de s’aligner sur les montants du CROUS en 2005, et depuis aucune réévaluation n’est imposée. A croire que l’inflation ne concerne pas les futurs professionnels de la santé !

Alors que Laurent Wauquiez, ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche vient d’annoncer le 10e mois de bourse pour les étudiants universitaires, les étudiants infirmiers, eux, n’en verront pas la couleur. Cette inégalité a déjà été portée dans un Communiqué de Presse du 30 août dernier.

Aujourd’hui, certains étudiants en soins infirmiers se voient contraints d’arrêter leurs études car ils ne sont pas capables d’assumer le coût de la rentrée. Dans une filière où l’abandon de formation concerne près de 30% des étudiants, des moyens doivent être mis en place pour accompagner les ESI, comme l’Allocation de Rentrée Etudiante réclamée depuis plusieurs années par la FAGE et le transfert des bourses des formations sanitaires et sociales au CROUS.


www.fnesi.org

Publicité

Commentaires (5)

ameliedu80

Avatar de l'utilisateur

24 commentaires

#5

pénurie ?

On s'étonne qu'il y a pénurie d'infirmières. Mais vu le système français,ce n'est que compréhensible: concours très sélectifs, nombre restreints de places,abandon en cours d'année pour causes de démotivation. Mais, en plus, alors que la formation assure le plein emploi, les stages sont peu rémunérés,les bor=urses et aides inférieures. Résultat: 30% arrêtent leurs études.

DameBlanche

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#4

Coût IFSI

Par rapport à votre article si je suis convaincue de la nécessité de coûts raisonnables pour encourager des jeunes à s'engager dans la filière soignante, je comprends mal comment vous arrivez à un total de 3256 euros pour une rentrée en IFSI. Même déduction faite des 1270 euros de frais annuels de scolarité dans certains instituts, le coût des tenues, de quelques ouvrages et d'un petit matériel de soin (pince kocher, ciseaux...) s'élèverait-il à 1980 euros ?????

JayKimly

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#3

sa donne envie

Ils sont toujours à dire qu'il y as un manque dans cette profession, les concours sont payant ok, l'année est payante c'est compréhensible et pourtant c'est à croire que rien n'est fait pour permettre d'y arriver, déjà que pendant l'année de préparation du concours on est considéré comme rien mais quand en plus on entend dans quoi on va tomber c'est à ce poser des questions, c'est à croire que ce n'est accessible qu'a ceux qui ont de l'argent sinon bein dégage...discrimination???

Chihita

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#2

Scandaleux

Je trouve tout ceci tout bonnement scandaleux!
J'ai été boursière pendant 2 ans en faculté. Nous avions droit depuis l'année dernière à 10 mois de bourse, des plafonds assez généreux. Un restau U excellent.

Je suis désormais en 1ère année d'IFSI.
Les concours ont compté un peu près 180€.
L'inscription 187€. Les tenues 50€. Un livre de cours, 45€.
Sans compter à côté les transports + la restauration.
Le logement également, et les courses, factures.
Le plafond maximum en Picardie est 390€ pour la bourse IFSI, au lieu de...460€ pour celui du CROUS.

Cerise sur le gâteau : la charge de travail empêche tout job en parallèle pour subvenir à nos besoins.

PIRE : la région prétend donner les bourses de manière mensuelle. FAUX. L'année dernière, les élèves n'ont eu que le quota de bourse de octobre à janvier qu'en... janvier!

Nous sommes étudiants. Certains, comme moi, ne dépendent plus de leurs parents.
Comment vivre sans argent chaque mois?!

En attendant, on n'a même pas d'avis conditionnel de bourse comme avec le CROUS. Du coup les abonnements Pass' Etude de la SNCF, abonnement provisoire et gratuité, on peut se le mettre là où je pense!

Le restau' U ? Je n'en parle même pas. Sans carte étudiante CROUS, dur!

Ah, elle est belle la mise à niveau à échelle européenne avec leur ECTS!

LeZozio

Avatar de l'utilisateur

5 commentaires

#1

Leurs propos sont-ils cohérents ?

Je cite : "Alors que Laurent Wauquiez, ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche vient d’annoncer le 10e mois de bourse pour les étudiants universitaires, les étudiants infirmiers, eux, n’en verront pas la couleur."

Ne sommes-nous pas passés dans la catégorie "universitaires" avec la réforme de la formation ? Un diplôme reconnu par la fac en tant que Licence mais des privilèges non partagés ? Mais où va-t-on ?!