INFOS ET ACTUALITES

Le coup de gueule d’une infirmière qui en a marre !

Ce « coup de gueule » d'une infirmière reçu spontanément à la rédaction ne nous a pas laissés de marbre. C’est pourquoi en cette rentrée qui s’avère délicate dans beaucoup d’établissements de santé, nous le partageons avec vous, par pure solidarité !

Le coup de gueule d’une infirmière qui en a marre !« Deux articles publiés récemment sur votre site me donnent envie de pousser un « coup de gueule » que j’espère salutaire... sinon il aura vocation à me libérer, ce qui n’est déjà pas rien. Ce sera court, rassurez-vous ! Cependant, si mes consœurs et confrères pouvaient m’imiter...

Je travaille dans une clinique privée dans le Gard. Une jeune femme de 39 ans a récemment mis fin à ses jours. Son mari venait de demander le divorce ne supportant plus ses horaires décalés et sa charge de travail croissante... A Libourne, en Gironde, une autre infirmière de 38 ans, mère de 3 enfants, s’est également suicidée, pour les mêmes raisons...

Trop, c’est trop... A lire l’article « L’automne 2012 verra-t-il fleurir le printemps des infirmières ? », je m’interroge : un printemps des infirmières ? Ne rêvons pas, ne rêvons plus... J'étais à Paris en 1988 lors du grand mouvement infirmier, battant les pavés avec colère et espoir... j'y ai cru ! Hélas pas longtemps. En effet, je constate aujourd’hui que la grande majorité des infirmières garde la cornette des nonnes sur la tête et préfère subir qu'agir.

Arrêter de culpabiliser...

J'ai 56 ans et plus de 30 ans d'exercice, en hôpital, en libéral et dans le privé. Divorcée... Ah ! Bien sûr ! Quel couple supporte longtemps les horaires, la pression, les week-end au boulot, le salaire qui est une insulte ? Combien d'infirmières cessent d'exercer au bout de 10 ans ? Quel est le pourcentage de femmes seules, avec enfants ? Quel est le nombre de suicides dans les hôpitaux, les cliniques et même en libéral ? Parce que vie de famille et exercice de notre métier sont incompatibles...

Combien de cancers dus au stress ? Combien de professionnels abîmés physiquement ? Mal de dos, coiffe des rotateurs... et qui continuent quand même parce que quand on est infirmière, on ne s'arrête pas... quitte à être épuisée ? « Vous n'allez pas vous arrêter ? Comment vont faire vos collègues ?... » Et toujours la culpabilité qui vient à bout de l’argument... Combien parmi les décideurs et le grand public, celui des usagers, entendent et comprennent ? « Ah quel beau métier, une vraie vocation... » Oui mais... Coup de gueule ? La liste des maux serait trop longue. Et dire que j'en ai encore pour 10 ans pour avoir une retraite tout juste décente ! Si j'avais su... »

Creative Commons License
Infirmière dans le Gard

Publicité

Commentaires (61)

yolly

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#61

TROP C'EST TROP

Quelle tromperie cette revalorisation de notre profession et la réforme des retraites qui est des plus injustes. Je remercie bien la ministre de l'époque. Qu'avons nous obtenu ? Ce que je retiens, c'est la non reconnaissance d'un travail difficile avec tout ce qu'il implique comme contraintes : horaires décalés, jours fériés, week-end, travail de nuit, effectifs réduits, charge de travail de plus en plus lourde avec des tâches administratives nous empêchant de passer plus de temps avec le patient...., une responsabilité de plus en plus stressante , l'encadrement des étudiants qui devient de plus en plus contraignante avec la nouvelle réforme des études, une vie familiale compliquée pour la plupart....eh oui on garde tout cela, mais on perd notre place dans la catégorie ACTIVE. Et que dire de notre retraite ? nous avons perdu 1 an de bonification par 10 ans travaillés. et nous allons travaillé 5 ans de plus si nous y arrivons, et si nous n'y arrivons pas, gare à la décôte. Quelle avancée sociale ? BIENVENUE EN CLASSE A ! Foutaises, nous sommes dans la même galère si ce n'est pire, alors disons STOP à tout cela et BATTONS NOUS TOUS ENSEMBLE POUR UNE VRAIE RECONNAISSANCE DE NOTRE PROFESSION.

sandrine6

Avatar de l'utilisateur

5 commentaires

#60

et puis ....

Finalement, nous avons eu droit à de belles promesses avec la prétendue revalorisation de notre diplôme... En réalité nous avons finalement un bilan exceptionnel pour les IDE et leurs patients:
- en hôpital public , une augmentation symbolique de salaire pour les "anciennes" IDE acceptant de travailler 5 ans de plus , assorti (bonus !!) du recul d'un échelon (notre "ancien" diplôme et notre expérience ne vaut-elle donc plus rien face aux jeunes diplômés ?)
- une "relève" d'étudiants IDE avec une formation intellectualisée au maximum, des cours dispensés par des hospitalo-universitaires loin des réalités du terrain, dans des amphis regroupant plusieurs IFSI (dans les Bouches du Rhône, il y a même parfois un cours de 8 à 10h dans une université, et de 10h à 12h dans une autre à l'autre bout de Marseille le même jour!!!)
- des hôpitaux publics tellement en crise qu'ils acceptent toutes les conditions des rares jeunes diplômés qui acceptent de postuler, au détriment du personnel plus ancien et de la sécurité des patients : ainsi les services de réa et d'urgence recrutent du personnel jeune et inexpérimenté car ce sont les rares services encore jugés attractifs, et les IDE le souhaitant ne peuvent pas obtenir de mutation interne vers ces services.
- des agences d’intérim emploient de nouveaux diplômés sans aucune expérience, d'où des cas aberrants pour la sécurité des patients : ainsi une amie, diplômée 2012, pour son premier jour "non doublée" en clinique au mois de juillet, a eu comme collègue une intérimaire ... qui venait aussi d'avoir son diplôme !!! Très sécurisant, non ?
- dans beaucoup de petits hôpitaux, nous avons régulièrement des ruptures ou des changements de matériel impromptus car les fournisseurs ne sont plus payés
Personnellement, je suis venue à ce métier par passion après avoir exercé comme cadre dans l'Industrie. Après 7 ans d'expérience sans aucun jour d'arrêt de travail, je gagne 1700 euros nets /mois. (soit autant que les aides-soignantes ayant le même échelon, grâce à des primes supplémentaires qui leur sont accordées), et le bilan est peu positif.
Qui n'a jamais entendu un patient lui dire :
- "vous faites le plus beau métier du monde"
- "je ne sais pas comment vous pouvez faire ce métier"
- "je ne pourrais pas faire ce que vous faites"
- "heureusement que vous êtes là"
- etc..
Mais ces paroles, qui nous permettent de tenir, ne pèsent malheureusement pas lourd quand vous vous retrouvez seul (e) avec un ou des enfants, obligée de jongler avec des systèmes de garde inadaptés : quelle nounou, quelle crêche, accepte de vous prendre vos enfants le samedi et le dimanche dès 5 ou 6h du matin ? ou jusqu'à 21 ou 22h ?
Je comprends tout à fait la détresse de ces collègues dont tu parles, et qui voient partir leur conjoint, parce que les mentalités n'évoluent pas et que rares sont les hommes qui acceptent de s'occuper seuls de la maison et des gosses 1 WE sur 2 !!

Comment se fait-il que ces questions de bon sens ne semblent pas comprises par les "décideurs" qui nous pondent des lois ridicules régulièrement? S'agit-il d'un parti pris de "couler" l'hôpital public via le désengagement de ses personnels soignants ?
On peut effectivement se poser la question, et d'interroger des promos en fin de 3° année: qui veut encore aujourd'hui travailler à l'hôpital en médecine ou en gérontologie ?

Norma Colle

Avatar de l'utilisateur

86 commentaires

#58

concrètement syndicalement ?

@ DonQuichotedelhosto

""Message reçu, RDV au salon...

Alors oui, RDV est pris au salon. Ensemble (toutes et tous, chacun et chacune), nous pouvons y arriver.


Adrien D,
(élu CNI en CTE au CHU de Bordeaux)
""

concrètement que pourrait-il s'organiser?Quels syndicats?Coordination? Appel réel à manif? Remise de doléances ministérielles?
Les promesses orales ,comme les conférences style"stress et conditions de travail" comme celle qui sera donnée par la CNI ne sont pas suffisantes..le stade du blablattage est fini.Les IDE demandent un mouvement fort et organisé !!!!!!!!!!!!!!!

Avatar de l'utilisateur

43 commentaires

#57

Que faut t'il faire ?

Actuellement étudiante en 3 ème année, je suis consternée par la tournure des événements. Ok, je n'ai pas l'expérience, ni la longévité nécessaire en service pour juger....mais juste en 3 ans j'ai pu commencer à me questionner : Quel avenir pour le métier que je veux faire ? Lors de mes stages j'ai pu voir des infirmièr(e)s épuisée, dégoutées, et courbant un peu plus l'échine à chaque nouvelle demandes des supérieurs hiérarchiques, ne trouvant même plus le temps quelques fois de rester quelques minutes avec le patient afin de discuter tout simplement (Je ne parle même pas d'un temps éventuel d'encadrement, non pas que cela soit de leurs fautes mais plutôt de la charge de travail qui empêche tout moment consacré à l'étudiant). Je généralise surement mais BON SANG quel tristesse pour nous étudiants de voir notre futur métier de la sorte !
OUI il y a tous les bons moments, tous les petits réconforts et les soirs où on rentre chez nous heureux de faire ce métier, mais à quel prix ? Je ne veux pas, je ne veux plus, me cloitrer dans un silence qui ne me sera pas bénéfique, je ne veux pas non plus être le seul à en parler...
Dans mon école (sans la nommer, je tiens encore à mon anonymat) nous sommes prévenus dès la 1ère année : Oui c'est un métier difficile, avec beaucoup de contraintes, on sera utilisés comme main d’œuvre, nous enchainerons les week-end, les soir-matin, les 5 nuits d'affilées, tout cela au nom de l'apprentissage et de la formation "professionnalisante" et si on veut manifester notre désaccord ? La seule réponse que l'on a est : "Vous avez passé le concours, vous saviez a quoi vous attendre, en plus en tant qu'infirmier ça sera les mêmes conditions, autant si habituer!!" Effarant ?!? NON, pas tant que ça lorsque l'on voit le nombre d'étudiants qui ne disent rien et qui préfèrent se taire et espérer un avenir meilleur. Sans compter la consommation par cargaisons de Benzo qui ne présagent rien de bon pour l'avenir.... C'est à VOUS, professionnels de nous montrer la voie, c'est à vous qu'incombe la responsabilité de bien former des futurs IDE fiers, l'encadrement ne passe t'il pas par la démonstration que nous avons un métier certes difficile, mais qui peut être tellement amélioré par une mobilisation massive ?
Mobilisez-vous, les EIDE suivront....

loulic

Avatar de l'utilisateur

148 commentaires

#56

contestation et ordre ?

L'ordre n'a aucun pouvoir de contestation de quoi que ce soit.

L'ordre est une chambre disciplinaire et d'enregistrement des professionnels. Cette chambre a été crée d'abord par volontés gouvernementale.

L'ordre a des missions très précises et il n'a pas le pouvoir de sortir de ses prérogatives.

A aucun moment il n'a le pouvoir de mener ou même de relayer ou soutenir un quelconque mouvement social.

DonQuichotte Delosto

Avatar de l'utilisateur

6 commentaires

#55

Nul n'est parfait

@ edseb; Lors des négociations sur la réforme, j'étais ESI tout comme toi.

Tu y as vu des désaccords? Tant mieux! Il faut bien affirmer ses pensées pour débattre avec l'autre et avancer. Comment aller vers un consensus si on ne se parle pas franchement? Mais au droit légitime de s'opposer, répond le devoir de contre proposition dans la but d'arriver à un positionnement qui convienne à tout le monde, au plus grand nombre en tout cas.

Pour ce qui est de se tirer dans les pattes, je le déplore tout comme toi... tout comme je te rejoins tout à fait sur le montant de la cotisation et la nécessité de l'intersyndicale.

Ce que je souhaite, c'est faire (enfin) bouger les choses, mais il faut que chacun d'entre nous fasse pour qu'ils nous entendent, plus encore pour qu'ils nous écoutent!

A nous de réussir à faire en sorte que ce qui nous unit soit plus fort que ce qui nous divise.

edseb

Avatar de l'utilisateur

3 commentaires

#54

mais je sais quelque part

@ Adrien: je dis pas ça au hasard.... j'ai fréquenté les syndicats de manière très proche pendant 2 ans et demi lorsque j'étais ESI pour la réforme de nos études.... alors les sommes par rapport à ce dont on bénéficiait ESI par rapport aux actions et aux mobilisations on peut comparer pas de soucis..... et concernant les tirages dans les pattes, déjà au sein du même syndicats vous n'étiez pas sur la même longueur d'onde, mais entre syndicats n'en parlons pas.... y compris CNI quand vous n'étiez pas les seuls à faire bande à part de la coordination....

DonQuichotte Delosto

Avatar de l'utilisateur

6 commentaires

#53

Message reçu, RDV au salon...

Bonsoir à toutes et à tous,

A la lecture de l'article et des commentaires qu'il suscite, je ressens deux sentiments;

La tristesse tout d'abord. La tristesse de perdre des collègues, de voir a quel point notre vie professionnelle peut impacter notre vie personnelle. La tristesse de faire le constat que les conditions de travail dégradées semblent être la norme pour la majorité d'entre nous. La tristesse de voir que 20 ans après, la direction n'est toujours pas la bonne.

Mais au fil des posts, je vois que certains se battent encore. Et l'espoir renait. Et je me surprend à rêver...

Il est aujourd'hui littéralement vital de transformer nos rêves en une réalité partagée, car c'est trop souvent dans un cauchemar que nous exerçons.

Il est temps de se réveiller, il est temps d'agir!
N'a t'on pas tant entendu que le changement était pour maintenant?

Dans notre monde ou on a rien sans rien, il est temps de se parler et de faire parler de la santé en général, des IDE en particulier!

Alors oui, RDV est pris au salon. Ensemble (toutes et tous, chacun et chacune), nous pouvons y arriver.


Adrien D,
(élu CNI en CTE au CHU de Bordeaux)


PS; @ edseb

"- quand je vois les sommes folles qu'ils manipulent"

Si tu savais...

"- quand je vois que dans leurs rangs c'est du chacun pour soi"

Viens voir par chez nous, notre porte est grande ouverte ;-)

edseb

Avatar de l'utilisateur

3 commentaires

#52

j'entends mais j'attends

J'entend les voix qui parlent de se syndiquer mais....

- quand je vois les sommes folles qu'ils manipulent
- quand je vois que dans leurs rangs c'est du chacun pour soi

J'attends:

- une réduction du montant astronomique de la cotisation (et dire qu'ils critiquent les 30€ de l'ONI...... ridicules!)
- la mise en place d'un groupe de travail intersyndical pour agir d'une seule voix et qu'il y en ait plus jamais un à faire bande à part (nos étudiants l'ont fait pour le Bac+3 à quand les professionnels?!)

En clair: syndicats regardez chez vous avant de critiquer chez les autres.... à chacun son boulot et on vous attend au tournant concernant ce mal-être.... il s'exprime en termes clairs à travers ce site à vous d'apprendre à vous fédérer et alors vous serez suivis.... car pas besoin d'être syndiqués pour manifester par contre un bon travail syndical peut amener à se syndiquer après ou pendant les manifs....

A bon entendeurs..... je vous attends

cella

Avatar de l'utilisateur

2 commentaires

#51

diviser pour mieux regner

c'est comme je le disais ds mon post de hier- diviser pour mieux regner- voilà ce que savent faire nos bon politiciens et cela ne date pas d'aujourd'hui - si j'en crois ce que je lis de la part de chacune et chacun
effectivement je crois qu'il ne faut pas cracher sur les syndicats, les "avantages que nous avons sont du à ces mouvements (et pas à la CNI !)
effectivement les infirmieres ne se syndiquent pas : on nous a tellement bien eduqué durant nos etudes à fermer notre petite gueule,à obeir aux ordres avec plein d'empathie et de bon sentiments culpabilisateurs ce qu'on se contente de consciencieusement appliquer durant notre vie professionnelle sans se poser de questions...
le probleme des syndicats est delicat car trop cloisonné à defendre un corporatisme mais il faut quand meme se syndiquer , s'unir pour mettre à jour (aux yeux du public et de l'etat)nos difficultés et nos revendications; ils savent comment s'organiser, ils connaissent les textes de lois (qui est au courant de sa convention collective, de ses droits en temps que salarié...?)savent comment organiser un mouvement de greve, une manif, se deplacer au ministere de la santé...
parce que demissionner...vu la sociéré de conso dans laquelle ns sommes tous fourré...
par contre ça vaut le coup d'en savoir un peu plus sur le mouvement finlandaisde savoir pourquoi, comment, le contexte, les effets positifs, negatifs
bon il y a encore beaucoup à dire mais c'est dimanche...

mariet69

Avatar de l'utilisateur

5 commentaires

#50

faire quelque chose

Bon, moi je dis qu'il faut faire quelque chose pour nous qui travaillons encore, pour les futurs(es) IDE et aussi pour les patients, perso maintenant je ne suis jamais complètement rassurée quand j'ai de la famille hospitalisée dans certains centres et ça ne me parait pas normal que nous soignants acceptions de prendre en charge des patients dans des conditions limites ou insuffisantes. Entre les conditions des IDE débordées avec risques d'erreur ++, celles des internes qui augmente aussi les risques d'erreurs, il n'y a pas que nos conditions de travail qui sont en jeu. quant aux postes en 12H je trouve que c'est une ineptie, bien pour la réduction du personnel et pour faciliter la gestion du personnel mais absolument pas adapté au travail de soignant, qui peut rester au top pendant 12H ??? moi pas. alors manif ou petition ou menace de démission ou autre chose, sinon il n'y pas de raison que nos conditions s'améliorent et des démissions il y en a mais comme c'est individuel ça ne fait pas de bruit.

copycat

Avatar de l'utilisateur

21 commentaires

#49

tout à fait d'accord

Je soutiens à fond le discours de Norma Colle !
Des IDE, il en a toujours manqué, de tout temps.

Le problème, c'est qu'à l'heure actuelle :
-on préfère son petit confort perso présent (aussi maigre soit-il) que de se projeter dans l'avenir, avec toutes les galères qui nous attendent (on n'envisage même pas que ça pourrait être bénéfique à nos enfants). Personne n'envisage que peut-être un jour il manquera ces quelques euros qui permettent de payer sa maison ou d'envoyer ses enfants en école privée ou de partir en vacances, ou de payer son loyer.
-on préfère galérer plus ou moins moyennement au quotidien que de se donner un bon coup les moyens de dire "stop, y'en a marre" (trop peur de perdre une partie de son salaire ponctuellement sans penser que ce serait pour gagner plus au final, ou peut-être trop peur de ne pas pouvoir acheter le dernier Iphone)
-on préfère laisser les copines se débrouiller avec les manifs/grèves (et autres) que de s'impliquer soi-même : il y aura toujours des co.s pour se bouger, moi j'ai autre chose à faire (les soldes, la piscine, la gym, la grasse-mat....)

Heureusement que par le passé il y a eu des gens pour sacrifier leur confort perso pour que les avantages sociaux se mettent en place, sinon vous en seriez toujours à travailler 60h/semaine, sans vacances et là, vous auriez de quoi pleurer vraiment. Alors arrêtez de taper sur les syndicats "qui ne font rien" : s'ils ne font rien c'est parce que vous ne les soutenez pas : syndiquez-vous, participez à leurs combats, soutenez-les et après vous pourrez râler.

Inutile de te stresser pour les autres Norma Colle, tu n'arriveras à rien, l'individualisme et l'égoïsme sont les nouvelles normes de notre société de consommation si évoluée. Tu ne verras jamais une démission collective, même pas une petite manif.

Il faut croire que les conditions de travail ne sont pas si insupportables que ça et que tout ça c'est du cinéma.

Norma Colle

Avatar de l'utilisateur

86 commentaires

#48

manif

@Little Asa

""Oui, il y a 30 ans, quand la population infirmière était aussi plus importante que maintenant. Moi je parle du présent, quand les effectifs sont restreints en continu, que les personnels sont assignés au travail et donc ne peuvent aller manifester sous peine de conseil de discipline, que certains viennent bosser pendant un jour de grève parce que oui, 70 à 80€ de moins sur la fiche de paie, ça peut faire mal dans certains ménages. On est plus dans les eighties.""

Il y a 30 ans les effectifs et les charges de travail étaient aussi déplorables..la seule différence,un management moins délétère...Et les grèves avec baisse de salaire étaient aussi préjudiciables qu'aujourd'hui...
Mais quand on ne veut pas se bouger,on trouve toujours des motifs bidon!

avec entre un bel exemple de plus

"""Quant aux mammouths léthargiques, quand ils ne sont pas au taf, des fois, ils aiment à se reposer ou avoir une vie de famille, mais je peux comprendre que ça paraisse excessif de vouloir ça pour certains, c'est vrai quoi enfin les gars, du temps pour soi quoi, et pis pourquoi pas des vacances en plus...""

ben oui c'est vrai que dans les années eighties les IDE faisaient grève pour se reposer et se marrer,pour passer leurs congés sous les jets des CRS...belle époque ,non?


""Je ne dirais pas ce que je pense des syndicats ici, ça ne vaut pas la peine. Il y en a trop, qui veulent tirer la couverture à eux, au lieu de se fédérer pour créer une entité cohérente qui aurait du poids.""

les syndicats ce sont ceux qui adhèrent ...on fait du syndicat le poids que on leur donne....vu que les IDE ne se syndiquent pas,pas facile de taper +++ sur les syndicats!


Quant à l'exemple de menacer de démissionner,laissez-moi rigoler car vous dîtes "Moi je parle du présent, quand les effectifs sont restreints en continu, que les personnels sont assignés au travail et donc ne peuvent aller manifester sous peine de conseil de discipline"
Donc une menace de démissionner est plus facile et digeste qu'une menace de conseil de discipline ....Je vous mets au défi avec la trouille que vous affichez de vous mettre sur le listing des IDE posant une démission si vous n'obtenez pas gain de cause...vous aurez toujours bien le motif"ah moi je ne peux pas,j'ai des gosses,une maison à payer"...car une démission ce n'est pas une perte de 70 à 80€ la journée,c'est bien plyus conséquent!

Bref votre discours dans sa totalité reflète bien le pourquoi du comment çà ne bouge pas!!!!!!!!!!!

Little_Asa

Avatar de l'utilisateur

4 commentaires

#47

Manif

"heureusement que lors des grands mouvements IDE des années 80,les IDE ont été moins défaitistes!!! Ce n'est pas 1€ ou 1 francs à l'époque que nous avons gagné mais pour certains plusieurs dizaines voir centaines de francs.....Mais le mouvement ne s'est pas arrêté à une seule manif ,il a été fort...."

Oui, il y a 30 ans, quand la population infirmière était aussi plus importante que maintenant. Moi je parle du présent, quand les effectifs sont restreints en continu, que les personnels sont assignés au travail et donc ne peuvent aller manifester sous peine de conseil de discipline, que certains viennent bosser pendant un jour de grève parce que oui, 70 à 80€ de moins sur la fiche de paie, ça peut faire mal dans certains ménages. On est plus dans les eighties.


"Je plains et comprends les syndicats qui pour certains pourraient envisager de lancer un truc....mais quand ils doivent au quotidien essayer de bouger "les mammouths léthargiques IDE" ils finissent par renoncer...."

Je ne dirais pas ce que je pense des syndicats ici, ça ne vaut pas la peine. Il y en a trop, qui veulent tirer la couverture à eux, au lieu de se fédérer pour créer une entité cohérente qui aurait du poids.

Quant aux mammouths léthargiques, quand ils ne sont pas au taf, des fois, ils aiment à se reposer ou avoir une vie de famille, mais je peux comprendre que ça paraisse excessif de vouloir ça pour certains, c'est vrai quoi enfin les gars, du temps pour soi quoi, et pis pourquoi pas des vacances en plus...

Sinon, je relance ce que j'ai écrit plus haut: au lieu de manifester (ce qui au mieux fera le buzz sur BFM, au pire fera maigrir les fiches de paie) ou de faire une pétition (idée intéressante, mais qui à mon sens passera à la case poubelle avant même d'atterrir entre les mains du ministre), pourquoi ne pas taper un grand coup en menaçant tous de démissionner?

http://www.actusoins.com/3885/infirmieres-finlandaises-larme-de-la-demission-collective.html

Norma Colle

Avatar de l'utilisateur

86 commentaires

#46

oups .....

j'ai oublié le mot "ordre dans ma phrase...........

donc lire

"De plus sur le coup des protocoles et du foutage de de g-e-le des IDE (confère article et commentaires sous article ici:
http://www.actusoins.com/12054/cooperation-de-nouveaux-protocoles-autorises-en-ile-de-france.html l'ordre (ONI) est le premier à nous mettre dans le mouise:il soutient la mise en place des protocoles et s'en fout royalement que les IDE ne soient pas rémunérés à la hauteur de leurs nouvelles compétences!!!!!!!!!!!!!!!!"

Norma Colle

Avatar de l'utilisateur

86 commentaires

#45

manif

@Quichou
"il me semble qu'un syndicat ou un ordre, digne de ce nom, pourrait lancer des actions, des rassemblements""

L'ordre n'a nullement mission,il dit et redit, de générer des manifs! Son rôle n'est pas de défendre les conditions de travail ni le salaire...De plus sur le coup des protocoles et du foutage de de g-e-le des IDE (confère article et commentaires sous article ici:
http://www.actusoins.com/12054/cooperation-de-nouveaux-protocoles-autorises-en-ile-de-france.html est le premier à nous mettre dans le mouise:il soutient la mise en place des protocoles et s'en fout royalement que les IDE ne soient pas rémunérés à la hauteur de leurs nouvelles compétences!!!!!!!!!!!!!!!!

Concernant le voyage va coûter cher....y'a moyen pour les IDE de faire valoir droit à formation continue au salon....mdr....et puis faut pas pousser un voyage organisé en car avec syndicats pour manif çà côute grosso-merdo 10€ par tête de pipe + 1 sandwich à acheter...Quand on veut se bouger le croupion on y arrive..tout le reste ne sont que des fausses excuses!

quichou13

Avatar de l'utilisateur

53 commentaires

#44

syndicat

pour le coup, norma colle, je suis bien dac avec toi. j'ai participé aussi aux manifs des fins années 90 à marseille.....mais c'est vrai que c'est très dur de fédérer tant de monde. chacun a une excellente raison de ne vouloir ou pouvoir participer...mais au fond peut être pas si motivés que cela. il me semble qu'un syndicat ou un ordre, digne de ce nom, pourrait lancer des actions, des rassemblements (manif ça fait tj un peu fuir, on pense CRS, lance a eau etc...lol!), faire signer un manifeste par une majorité d'ide, genre la pétition des blouses qui est remontée au ministère....mais c'est sur que sur ce forum on va toucher quoi? 100, 200, 500 ide? combien pourront se déplacer? le voyage coute cher, les congés pas tj présents....Une pétition, moi je la sens bien, un truc un peu bien tourné...

Norma Colle

Avatar de l'utilisateur

86 commentaires

#43

Manif

@Little Asa

""Personnellement, je ne crois plus au poids des manifs, la dernière nous ayant attribué l'aumône d'1€ supplémentaire sur la fiche de paie (ouh, c'est la fête!)
""

heureusement que lors des grands mouvements IDE des années 80,les IDE ont été moins défaitistes!!! Ce n'est pas 1€ ou 1 francs à l'époque que nous avons gagné mais pour certains plusieurs dizaines voir centaines de francs.....Mais le mouvement ne s'est pas arrêté à une seule manif ,il a été fort....

Je désespère des IDE pleureurs mais qui partent battus d'avance sans avoir rien essayé....On voit où çà nous mène...........
Je plains et comprends les syndicats qui pour certains pourraient envisager de lancer un truc....mais quand ils doivent au quotidien essayer de bouger "les mammouths léthargiques IDE" ils finissent par renoncer....

Little_Asa

Avatar de l'utilisateur

4 commentaires

#42

Manifs

Personnellement, je ne crois plus au poids des manifs, la dernière nous ayant attribué l'aumône d'1€ supplémentaire sur la fiche de paie (ouh, c'est la fête!)

Les infirmières finlandaises ont obtenu gain de cause, mais en France est prêt à mettre sa démission sur la balance comme elles l'ont fait?

Norma Colle

Avatar de l'utilisateur

86 commentaires

#41

les 12 heures

@Sancho
""Les 12h => C'est géniale ... Mais pourquoi pas les généralisé ... (Beaucoup de syndicats sont arc-boutés sur cette pratique depuis leur prémisse)""

les 12 heures c'est génial:excusez du peu,tout le monde n'est pas de votre avis!!
Attendez d'avoir un certain âge ,dans des services lourds...et vous changerez peut-être d'avis!


"Mais comme beaucoup mon interrogation est la suivante .... ON FAIT QUOI POUR QUE CA CHANGE !!!
""
je me recite pour une première proposition:

""Manif !
#17
allez manif au salon IDE Paris?
#5
les représentants ministère santé s'y pointent!
Un bon début de réveil blanc,non?

Cap ou pas cap?""

Il semblerait que ce sujet soit encore le sujet des "pleurs" et non le topic de la construction d'un mouvement avec interpellation des syndicats pour enfin monter une manif! Et pourtant les syndicats dont la CNI qui est présente activement au salon infirmier de Paris(regroupement majeur d'IDE) doivent bien passer par infirmiers.com,non?

Allons continuons à pleurer çà nous fera moins pisser et çà nous occupe efficacement!

Sancho

Avatar de l'utilisateur

147 commentaires

#40

Eh ben ...

Je partage les difficultés relever dans cet article car j'en partage au moins une qui est comme tous ... le salaire.

Mais comme beaucoup mon interrogation est la suivante .... ON FAIT QUOI POUR QUE CA CHANGE !!!

Les 12h => C'est géniale ... Mais pourquoi pas les généralisé ... (Beaucoup de syndicats sont arc-boutés sur cette pratique depuis leur prémisse)

Les salaires trop bas ... C'est une évidence pour tous nos paires, les patients et même certain de nos collaborateur para med et médicaux.

Arrêtons de confondre tous les instances que nous représentes.

Les syndicats => Conditions de travail et Salaire ( Entres autres)
HCPP => ???
Ordre => Etat des lieux / Promotion et évolution de la profession / Appui des syndicats (Entres autres)
...

cella

Avatar de l'utilisateur

2 commentaires

#39

moi aussi moi aussi

et bien moi aussi j'en ai marre d’être ainsi maltraitée dans ma profession, d'autant que le sujet de la maltraitance (et de la bientraitance )est actuellement fortement médiatisé
je ne travaille pas en milieu hospitalier,je n'en ai pas les avantages, ni le salaire, ni...mais par contre j'ai d'autant mauvaises conditions de travail que ds le milieu hospitalier, je travaille aussi devant la misère humaine, la maladie, la dépression , le décès, et il me faut toujours avoir le sourire
dernièrement le directeur de mon établissement m'a convoqué ds son bureau; il était étonné que j'ai beaucoup d'heures sup à récupérer et me demandait pourquoi j'avais trop de travail (je suis seule infirmière pour 44 résidents et en plus à 3/4 tps!!!)
toutes les fois (et c'est pas souvent) que je vois mon médecin, elle veut me mettre en arrêt de travail car me trouve épuisée...
en ces jours de rentrée, comme d'habitude, on ne parle que de nos chères têtes blondes, ou brunes, et des pauvres enseignants, de leur pénibilité au travail...et j'en passe mais jamais sur notre profession, ah si dernièrement sur france inter il parait qu'on parlait de nous, enfin! , alors je l'ai écouté (grâce à internet), cette émission sur les infirmières, pas le jour même, bien sur je travaillais, comme tant d'autres et du coup je me demande si beaucoup de gens l'ont écouté, cette émission, à 10h un jeudi matin!)), édifiant, elle a duré 10 mn et il a surtout été question de l'histoire du métier plutôt que de ses difficultés...
alors oui sortons dans la rue , osons nous plaindre, revendiquons, demandons, proposons, organisons nous, il parait que l'union fait la force, et d'autres savent que diviser pour mieux regner, c'est pas mal aussi surtout lorsqu'on prend connaissance de certains commentaires postés ici...
j'ai plus de 30 ans de métier et je me demande si je vais tenir jusqu'à 67 ans pour ne pas finir comme une vieille pomme ridée avec même pas de quoi payer mon loyer...
moi je veux descendre ds la rue si ce n'est pour moi, au moins pour tous ces jeunes qui prennent notre relève afin qu'il ne soient pas rapidement dégoûtés par ce métier

mariet69

Avatar de l'utilisateur

5 commentaires

#38

ecrivez aux politiques !

a mon avis ça ne sert à rien de redire ici ce que nous savons tous de nos conditions ignobles de travail où la sécurité pour le patient et pour les soignants n'est pas assurée et de moins en moins avec une certaine incompréhension de la part de professionnels dans les autres branches qui disent que c'est partout pareil et que nous nous avons la chance de trouver du boulot facilement. Eh bien non pas si facilement que ça quand on ne veut pas accepter n'importe quelle condition ou chantage au "si vous n'êtes pas content, prenez la porte". Il serait tant que les politiques se rendent compte de l'étendue du ras le bol de la profession, plutot que les infirmiers continuent à faire tourner la boutique coute que coute.

Wolfen

Avatar de l'utilisateur

3 commentaires

#37

La juste distance? Empathie n'est pas compasion

Mon message n'est pas de dire : "considérez les patients comme des objets que l'on manipule pour effectuer une tâche" mais principalement de signifier qu'une trop grande implication personnelle et émotionnelle dans notre travail est délétère.

Beaucoup confondent empathie et compassion. On peut être touché par une situation de soin mais que cela envahie notre sphère personnel, il y a un problème. Conserver la juste distance avec notre travail et les patients que nous prenons en charge est essentiel pour ne pas tomber dans un burn out.

quichou13

Avatar de l'utilisateur

53 commentaires

#36

oui oui

d’accord avec Little_Asa ! chaque situation est unique et complexe. cependant ce qui peut être généralisé c'est hélas, l'augmentation de la précarité (toutes régions confondues)dans la population, de l'isolement, des dépressions et des maladies chroniques (dont le cancer) sur des personnes de + en + jeunes. Conjugués à un contexte économique difficile et peu optimiste, les premières au front sont souvent les infirmières, car elles se prennent de plein fouet toute cette "misère", sociale et affective. Difficile de rester de marbre, quand soi même on est empêtrée de ses propres pb familiaux et conjugaux, pas tj étrangers au boulot d'ailleurs....On y met souvent de soi dans telle ou telle situation complexe.difficile de ne pas introjecter...la juste distance avec le travail serait la solution, mais nous ne sommes pas des machines, et heureusement. il serait salutaire
que des cellules de soutien aux prof de santé puissent être mises en place, avec des espaces de parole...parler sert d’exutoire souvent..

Little_Asa

Avatar de l'utilisateur

4 commentaires

#35

Mouais

@ Vataly et Wolfen: concernant la "mobilité hyper trop facile par chez vous apparemment", je prendrais l'exemple d'une amie qui cherche depuis 2 ans au moins à changer de service, mais qui ne peut pas, puisque personne ne veut y venir dans son service justement, et comme ils sont déjà en manque d'effectif pour cause d'arrêtS maladie non remplacéS (je mets l'accent sur le pluriel), elle est coincée.

Alors la mobilité à la bisounours genre je vais chez mon cadre et le lendemain j'atterris où je veux, ça me fait rire doucement.

Les 12h ne sont pas généralisés chez tout le monde, par chez moi par exemple on est encore à 7h30, avec 3 tranches horaires différentes que l'on peut faire sur la même semaine, avec parfois des 6J d'affilée - 1RH - re5J (avec pas les mêmes horaires sinon c'est pas drôle).
On se fait rappeler sur nos vacances pour savoir exactement où on est pour être sûr qu'on peut pas vite fait remplacer une maladie, on a le droit à un remplacement que si 3 personnes sont absentes (donc si vous savez calculer l'équipe doit remplacer 2 agents jusqu'à ce qu'un 3è lâche pour avoir 1 IDE; sabrez le champagne), en laissant de côté nos "quantité de temps libre" pour assurer le soin.

Après, si on reste, c'est ptet justement parce que malgré tout on aime notre métier, que oui, c'est une vocation et que malgré ces problèmes, on aime ce qu'on fait et on ne se voit pas faire autre chose.

Je rejoins Wolfen sur le fait qu'il faut un exutoire à l'extérieur pour éviter de péter les plombs, mais faut pas déconner, ce n'est pas "juste un travail comme un autre"; on est en interaction constante avec des gens qui souffrent, y a forcément un moment où ça touche quelque part, sinon à mon sens c'est là qu'il faut changer de métier.

Bref.

Tout ça pour dire que les hôpitaux ne sont pas égaux en fonction des régions, le jour où les DE comprendront ça on pourra ptet se parler entre nous.

Parce que tout le monde reste sur sa position avec la sacro-sainte "expérience de chez moi dans mon service à moi d'abord que si c'est comme ça ici ça doit être partout pareil". Bin justement non.

Chaque service est différent, chaque hôpital aussi en fonction de la hauteur de son déficit.
Il y a des DE contents de leur sort et j'ai envie de dire tant mieux pour eux, franchement, j'aimerais être à leur place.

Mais en majorité il y a un mal-être flagrant, on tire sur la corde sur beaucoup de choses et c'est bien connu, un élastique au bon d'un moment quand c'est trop tendu ça pète, chaque individu à une résistance qui lui est propre.

vataly

Avatar de l'utilisateur

12 commentaires

#34

oui!

d'accord avec toi quichou13! j'aime le travail bien fait! on peut tourner le probleme dans tous les sens, en France, on exécute les bons vouloirs des médecins, reconnaissance ou pas!

quichou13

Avatar de l'utilisateur

53 commentaires

#33

heu....

secte? non, pleurnicheur? non, immobilisme?oui, souvent...je pense sincèrement que c'est en prenant notre place et en montrant nos compétences aussi ailleurs que dans les salles de soins que nous arriverons a nous faire entendre. rester dans l'ombre des médecins ne nous apportera jamais de reconnaissance, ils continuerons a nous considérer comme de gentilles assistantes dévouées...Et il me semble que l'on peut être investie quand on fait son taf, sans que ce soir nécessairement une vocation.Juste aimer le travail bien fait...

vataly

Avatar de l'utilisateur

12 commentaires

#32

quelle solidarité......

......smashy ?? parce qu'on est infirmier on appartient à une secte ?? la secte des pleurnicheurs qui n'arrivent pas à se faire entendre ?

je ne dis pas que tout est favorable dans notre métier, mais excusez nous de nous contentez de ce que l'on a, non pas parce que c'est suffisant, mais parce qu'on est lucide et on sait que rien ne changera!

ex : magnifique bataille menée pendant des années pour le niveau L3. au final ? salaire identique, fouilli incroyable, formation dégradée...bravo les infirmiers!! et en plus certains sont contents!!!!lol

vataly

Avatar de l'utilisateur

12 commentaires

#31

enfin la vérité!!!

Merci Wolfen ! heureusement qu'il n'y a pas que des gens qui pleurnichent !!!

seul point pour ma part aussi : le salaire

et je reprends:
- ceux en 12h ne peuvent pas se plaindre de la quantité de temps libre

- pour le burn ou : quand on vous dit que c'est une vocation on entend "non mais attends, ça c'est du passé, je dois nourrir ma famille...", quand on vous dit que vous en faites trop on entend "je ne considère pas mes patients comme des colis", allez comprendre

- marre de l'hôpital ??? ben partez. en plus à vous entendre pas grand chose ne vous retient vu que vous critiquez les cadres, les médecins, les salaires, les conditions...changez, clinique, libéral...

- fatigue.... : faites un peu de consult, vous verrez que c'est similaire à la
fatigue des postiers en agence..

bref, le monde infirmier est difficilement compréhensible, tout le monde se plaint, mais tout le monde y reste, et puis c'est pas comme ci il n'y avait pas d'opportunités de changer de service...

smashy

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#30

vlà la solidarité!!!

bah alors là suis limite sur le c.. quand je lis les com de certaines... bravo la solidarité !!!!!

quichou13

Avatar de l'utilisateur

53 commentaires

#29

ouhlala

et bien Wolfen, votre commentaire fleure bon l'empathie.....pour les patients et pour vos collègues....perso, j'ai bcp de mal a me détacher de certaines situations de détresse et isolement sans parler des fins de vie....(je suis libérale). et pourtant j'ai 28 ans de bouteille.J'estime ne pas travailler à la sncf ni à la poste pour avoir aussi peu de considération pour mes patients que pour un colis.....
là, ça me fait peur. certaines sont coincées a l’hosto, sans possibilité de changer de service ou de ville... "votre situation ne vous convient pas? changez en!": ben tiens! ma sorcière bien aimée: on bouge son nez et on change tout! "oui-oui au pays de bisousnours"....

Wolfen

Avatar de l'utilisateur

3 commentaires

#28

Pas d'accord avec l'article

Je viens de lire l'article ci-dessus et je ne me reconnais dans aucun point qui est cité.

- Horaires de travail contraignant?

En travaillant, en 12h (3j/semaine), j'ai 4 jours de congé hebdomadaire, sans compter les RTT et autres récupération. Donc ça me fait bien sourire que je lis que les IDE n'ont plus de temps libre à cause de leur travail, faut quand même pas abusé.

De plus, si vous voulez des horaires de fonctionnaire, allez bosser à la médecine du travail ou dans des services qui proposent des horaires correspondant à votre rythme de vie. Du travail, nous en avons pléthore donc pourquoi se pourrir la vie dans un service qui ne nous convient pas?

- Salaire

Le seul point où je rejoins l'auteur, les IDE ne sont clairement pas assez rémunérés au vu de nos responsabilités.

- Fatigue physique

Encore une fois, tout dépend du service où l'on travaille et nous avons l'entier liberté d'en changer.

- Burn out

Je crois que beaucoup trop d'IDE se prennent la tête et s'investissent trop moralement dans leur travail. Etre IDE ce n'est qu'un travail parmi tant d'autres, en parvenant à s'en détacher on vit bien mieux sa situation, plutôt que de se prendre s'en cesse la tête et de rentrer dans les cancans des services.

Faîtes juste votre boulot, ayez des loisirs à l'extérieur pour ne pas que votre passion soit votre travail ce qui cela moi est néfaste. Trop d'investissement personnelle, ne peut conduire qu'au burn out.

Et si vous n'en pouvez plus de ce métier et bien quittez-le et trouvez une reconversion. Pour en faire tout une dramaturgie... Encore une fois, ce n'est qu'un travail.

Norma Colle

Avatar de l'utilisateur

86 commentaires

#27

le réveil blanc!

@Hodrey
""Bien vu Norma l'expression le réveil blanc :)..OUI à un réveil blanc !Si j'ai quitté l'hôpital c'est aussi pour les conditions !""

Une manif avec tous et toutes des vieux réveils qui sonnent bruyamment.....les "bonnes connes nonnes" se réveillent....une utopie?.............Le compte à rebours sera lancé quand?

Hodrey

Avatar de l'utilisateur

42 commentaires

#26

idem

A kmé : tout pareil " Quand vous croisez votre mari, que vous ne vous parlez que par sms ou post it interposés ; que vous faites des engorgements faute de pouvoir allaiter votre enfant que vous ne voyez pas pendant 3 jours d'affilés (3 jours de 12 heures) ; que vous travaillez 60 heures sur la semaine (tiens je pensais que le max c'était 48h, quelle naïveté !) ; que le 1er Noel de votre enfant, vous le passez à l'hosto ; que vous enchainez les nuits et les jours, sans rythme régulier, planning au bon vouloir du cadre et que, vous vous faites engueuler si vous posez 1 jour de maladie (5 en 5 ans) et pour finir, vous osez signaler tout cela, ben on vous dit que si ça ne vous convient pas, c'est que l'hosto n'est pas pour vous et que la porte est grande ouverte... Ben moi, je suis partie !!

La plupart de mes collègues hospitalières acceptent ces conditions de travail (sans parler de la rémunération, du manque de reconnaissance ou de la réaction de certains médecins qui nous pourrissent quand on les réveille parce qu'un enfant ne va pas bien...) et trouvent même anormales de ne pas les accepter alors existe t il réellement des solutions ?"

Et pourtant que 5 ans d'exercice aussi. Les solutions : se faire entendre masssivement!

binoute1

Avatar de l'utilisateur

147 commentaires

#25

@Moukat

"... dans la santé au travail au sein d'un grand Groupe ... avec un salaire plus en adéquation avec les 3 années d'études qu'a duré leur formation."
vous avez un sacré sens de l'humour vous ! Pis ça ne vous gêne pas de raconter autant de conneries ? le salaire dont vous semblez si fier est peut-être plus lié au groupe qu'au secteur santé au travail !
faudrait vraiment penser à regarder ailleurs qu'autour de VOTRE situation...

pis entre nous, le fameux grand groupe, c'est un jaune où il y a eu qq suicides ? ben si c'est celui-là, y'a pas mal de salariés qui triment plus dur que vous (horaires décalés, de nuit, samedis...) pis pour un salaire de misère. Mais si ça vous plait, tant mieux pour vous.

HS off

Hodrey

Avatar de l'utilisateur

42 commentaires

#24

:)

Bien vu Norma l'expression le réveil blanc :)..OUI à un réveil blanc !Si j'ai quitté l'hôpital c'est aussi pour les conditions !

Kmé

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#23

Et pourtant, j'aime mon métier.

Et oui, notre profession est telle que vous la décrivez et pourtant, si nous osons nous plaindre, on nous répondra que "l'on a choisi ce métier, que nous connaissions les inconvénients et qu'il ne fallait pas faire IDE si les conditions de travail ne nous convenaient pas", en gros, on nous avait prévenu...
Parce que la question est : que pouvons nous espérer ?
Plus de salaire ? : il n'y a plus de sous (pour les fonctionnaires en tout cas) et comme dit mon mari, soigner, ça ne rapporte pas d'argent, ça a plus tendance à coûter de l'argent.
Des horaires acceptables ? : il n'y a pas assez de personnel car cela coûte trop d'argent de recruter et pas assez de volontaire pour se taper des nuits, des vacances quand personne ne l'est (sauf si vous êtes nonne ou solitaire endurci), au final, il faut bien que quelqu'un continue de s'occuper des patients.
Quant aux cadres, la plupart impose à leur personnel ce qu'ils ne tolèreraient pas pour eux memes (d'ailleurs, pourquoi sont ils devenus cadres ?!).

J'adorais mon métier de puéricultrice à l'hopital mais je l'ai quitté au bout de 5 ans d'exercice (non sans mal !)... Quand vous croisez votre mari, que vous ne vous parlez que par sms ou post it interposés ; que vous faites des engorgements faute de pouvoir allaiter votre enfant que vous ne voyez pas pendant 3 jours d'affilés (3 jours de 12 heures) ; que vous travaillez 60 heures sur la semaine (tiens je pensais que le max c'était 48h, quelle naïveté !) ; que le 1er Noel de votre enfant, vous le passez à l'hosto ; que vous enchainez les nuits et les jours, sans rythme régulier, planning au bon vouloir du cadre et que, vous vous faites engueuler si vous posez 1 jour de maladie (5 en 5 ans) et pour finir, vous osez signaler tout cela, ben on vous dit que si ça ne vous convient pas, c'est que l'hosto n'est pas pour vous et que la porte est grande ouverte... Ben moi, je suis partie !!

La plupart de mes collègues hospitalières acceptent ces conditions de travail (sans parler de la rémunération, du manque de reconnaissance ou de la réaction de certains médecins qui nous pourrissent quand on les réveille parce qu'un enfant ne va pas bien...) et trouvent même anormales de ne pas les accepter alors existe t il réellement des solutions ?

quichou13

Avatar de l'utilisateur

53 commentaires

#22

lyra

oui, salle lyra! bonne idée.

Norma Colle

Avatar de l'utilisateur

86 commentaires

#21

syndicat et salon IDE Paris:encore du blablattage inutile

et ben voilà,encore conférence de "stress et conditions de travail" au programme du salon IDE de paris le 25/10/2012 de 10h15 à 11h15...
On va encore faire les "pleureuses" ..et gnagna gna gna.....et dénoncer ce que tout le monde sait et subit au quotidien!
Ferions mieux de faire une vraie manif !!!!!!!!!!!!!!!!!

quichou13

Avatar de l'utilisateur

53 commentaires

#20

salon paris

c'est du 24 au 26 octobre cette année.

Norma Colle

Avatar de l'utilisateur

86 commentaires

#19

syndicats qui sont au salon parisien?

Alors qu'attendez-vous pour organiser cette manif:CFDT,CTG,CNI qui ne prive pas d'y faire des conférences..au salon 2011,"stress et conditions de travail"(vendredi 14 octobre 2011 salle Veéga)...Cette année je n'ai pas encore consulté le programme....mais au lieu de faire dans le blablattages que tout le monde connaît,il serait temps de passer aux actes!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Manif point barre et que çà bouge enfin:c'est le plus gros rassemblement organisé IDE de france ce salon!

artemis

Avatar de l'utilisateur

2 commentaires

#18

repose à normacolle

Il faudrait vraiment tous se rassembler et manifester notre mécontentement et demander des améliorations pour notre profession.

Pour manifestation au salon infirmier du mois d'octobre c'est largement faisable et en plus avec le changement de gouvernement et ce qu'avais annonce hollande ce serait très bien

Norma Colle

Avatar de l'utilisateur

86 commentaires

#17

Manif !

allez manif au salon IDE Paris?
#5
les représentants ministère santé s'y pointent!
Un bon début de réveil blanc,non?

Cap ou pas cap?

quichou13

Avatar de l'utilisateur

53 commentaires

#16

520000

peut être même 520 000 infirmiers...si on arrivait à en regrouper ne serait ce que la moitie, ce serait déjà plus que les médecins... et concernant les déplacements des médecins (10€ vs 2.5€ pour les idel)c'est "justifié" par le fait que vu le tarif de l'AMI (3.15€) il serait pas normal que le déplacement soit plus cher que l'acte...dixit un médecin!sinon je pense que c'est grâce a leur puissant lobbying, le fait qu'ils sont omniprésents en politique, à l'HAS etc...et qu'ils ont un ordre! même s'il est discutable et discuté...
pour résumer: http://youtu.be/GuLoEijF-jA
...

mozensa

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#15

remise à jour

Aucune infirmière n'a depuis 2004 poussé de "coup de gueule", pour remettre à jour cet article ?

Pour ma part rien n'a beaucoup changé, les infirmières que je côtoie travaillent pour vivre et acceptent plus qu'elles ne devraient, sans trop se plaindre..beaucoup de pression dans certaines régions de la part des directions d'établissements aussi...
Ajoutez y un contexte de crise et ce n'est pas prêt de s'arranger. Finalement je vais peut être faire de la cuisine moi aussi!!

artemis

Avatar de l'utilisateur

2 commentaires

#14

reagissons

Bon coup de gueule qui j’espère va faire réagir pas mal de monde

Salaire
1.4 euros de plus par heure qu’un smicard (en gros je passe des articles de supermarché devant un lecteur code barre)
L’augmentation étalé sur 5 ans alors que le point d’indice est gelé, vachemment bien la revalorisation des salaires infirmiers^^
Des indemnisations kilométrique (pour les idel) inférieure à celle des médecins libéraux, comment le justifie l’état ???????


Conditions de travail :
Non remplacement des arrêts maladies, des congés mater
De plus en plus d’administratif
Nos cadres sont devenus de vrai concierge, ils espionnent leurs agents et réprimandent au premier écart de conduite.


Vie personnelle
On nous appelle chez nous pour tout et pour rien, même quand vous faites la nuit on vous appelle le matin à 10h ^^, merci nos chers cadres, j’ai presque envie de les appeler à 3h du matin quand je suis de nuit pour leur demander un jour de repos.
On nous rappelle pour des remplacements et on nous dit bien que l’hosto n’as plus d’argent et que nous ne seront pas payé en heures supp (et bien maintenant allez vous grattez, je ne revient plus jamais pour dire de remplacer gratuitement).
Des planning dignent d’un marathon, même en étant en 12h c’est devenu scandaleux sur les 32 derniers jours mes cadres ont réussi à me caller 16 jours de travail en 12h^^.



L’état nous prend pour des idiots, montrons leur que nous ne sommes pas juste des pions, nous sommes 500 000 infirmiers en France nous pouvons donc demander certaines améliorations (salaires, conditions de travail), sans ces améliorations nous courrons sérieusement à la catastrophe.

Et il ne faut pas oublier que les infirmiers du privé sont aussi concerné par ces améliorations, si nous demandons une meilleure reconnaissance financière le privé devra s’aligner sous peine de voir partir ses infirmiers


500 000 pour faire bouger et revaloriser notre profession

quichou13

Avatar de l'utilisateur

53 commentaires

#13

p4p

et que dire en parlant de maitrise de dépenses de santé de la nouvelle prime a la performance (P4P)pour les médecins, leur permettant de toucher jusqu'à 9320€ de prime selon objectifs....juste pour faire leur travail correctement! et nous pauvres cornettes qui continuons de ramer, dans la galère commune.tututut...... battons nous les filles et les gars! battons nous!

quichou13

Avatar de l'utilisateur

53 commentaires

#12

pas de mélange

les protocoles de coopération ne sont pas lies a tout cela. et je suis d'accord il faut des ide qui participent enfin au débats et décisions. Seul une accession a des niveaux d'études supérieurs pourront nous donner un peu de crédibilité pour s'exprimer face a l'hégémonie médicale.Ces derniers se traguent de leurs 8 ans d'études pour assoir leur suprématie. savez vous que dans le code de la santé publique nous exerçons par "dérogation à l'exercice illégal de la médecine"?Seuls les médecins ont le droit d'intervenir sur le corps humain!!!de plus aucun acte de paramédical ne peut être remboursé s'il n'est pas prescrit pas un médecin.Positionnons nous enfin ensemble , au lieu de nous tirer dans les pattes dans une lutte fratricide! les grands perdants sont, après les ide , les patients.....

Norma Colle

Avatar de l'utilisateur

86 commentaires

#11

et l'ordre se gargarise

@Moukat35

""ils feraient mieux de mettre toute leur énergie pour défendre l'amélioration des conditions de travail des infirmières et réclamer une véritable évolution des niveaux de rémunération. ""

je me marre :l'ordre qui se réjouit des protocoles de coopération et qui ne met en avant à aucun moment la condition impérative et incontournable de rentrer dans ces protocoles que et seulement SI les IDE ont une reconnaissance de leurs compétences avec COMPENSATION SALARIALE

http://www.actusoins.com/12054/cooperation-de-nouveaux-protocoles-autorises-en-ile-de-france.html


L'ordre devrait absolument s'opposer au foutage de g-eule des IDE ..mais il applaudit des deux mains et redemande encore plus de protocoles ."Travaillez IDE ,travaillez plus,prenez la reconnaissance des médecins, des patients....pour le salaire on verra après...de toute façon c'est pas de notre rôle la salaire,voyez çà avec les syndicats!"
Encor un fois la charrue avant les boeufs comme pour la licence.
Bravo l'ordre:vous ne tirez aucune lesson des enseignements passés!

Expert en charrue ,c'est déjà glorieux...lol!

Norma Colle

Avatar de l'utilisateur

86 commentaires

#10

des ordinés qui concrètement font quoi pour les IDE

@Moukat35


ah un sursaut?


Un ordre a la déontologie aussi belle que celle pointée du doigt ici

http://www.infirmiers.com/forum/la-rue-cambon-regle-ses-comptes-avec-l-ordre-t124576.html#p2567369


un ordre qui permet aux IDE de passer pour les cruches?
http://www.infirmiers.com/forum/plus-avec-moins-cher-vous-en-reviez-c-est-l-infirmier-t124575.html
confère la levée de boucliers sous l'article d'actusoins
http://www.actusoins.com/12054/cooperation-de-nouveaux-protocoles-autorises-en-ile-de-france.html

moukat35

Avatar de l'utilisateur

2 commentaires

#9

Le salut dans la fuite

Quand les syndicats hospitaliers auront compris que réclamer la disparition de l'ordre des infirmiers c'est faire diversion en braquant les projections ailleurs où il le faudrait. Ils feraient mieux de mettre toute leur énergie pour défendre l'amélioration des conditions de travail des infirmières et réclamer une véritable évolution des niveaux de rémunération. Chaque jour dans les conseils départementaux de l'ordre des infirmiers on voit arriver les dossiers de collègues qui n'ont qu'une hâte, fuir l'hôpital pour aller vers le libéral.
Moi même qui exerce dans la santé au travail au sein d'un grand Groupe je travaille avec des infirmières qui ont mis un terme à leur carrière hospitalière. Pour ne pas y laisser leur santé et pouvoir concilier leur vie de famille et leur activité professionnelle et avec un salaire plus en adéquation avec les 3 années d'études qu'a duré leur formation.

Oui chers syndicalistes, faites ce pourquoi on vous élit.
Mobilisez les infirmières pour autre chose que la mort de l'Ordre.

vataly

Avatar de l'utilisateur

12 commentaires

#8

Elles ne peuvent pas!

Le monde politique laisse ses portes fermées aux IDE, notre formation n'est pas reconnue comme "supérieure"...On parle de notre métier comme "secteur qui recrute". Cela veut bien dire ce que ça veut dire...formation en alternance...travail à la clée...et fichez nous la paix! bon allez on leur donne la licence comme ça pendant 5 ans on est tranquille....ah mais sans toucher aux salaires!

EQUATEUR

Avatar de l'utilisateur

38 commentaires

#7

Prenez votre destin en main

Les infirmières doivent se prendre en main et entrer dans tous les instances qui s'occupent de la profession et de la santé, pour donner leurs avis et obtenir toutes les améliorations qui deviennent indispensable.
Beaucoup de collègues sont très professionnelles, font très bien leur boulot mais ne veulent pas s'investir dans le syndicalisme, la politique......là où tout se décide.
Il faut participer aux actions pour améliorer leur salaire, leurs conditions de travail et ne pas laisser les autres décider pour elles.
Rien ne sert de se lamenter si les infirmières ne veulent pas prendre leur destin en main.

vataly

Avatar de l'utilisateur

12 commentaires

#6

tu as du courage!

....de pousser ce coup de gueule. j'ai pour ma part bien moins d'années expérience que toi, et je suis déja désespéré.
on parle de 1988,, qu'est-ce qui a changé ? RIEN, et même ça se dégrade.
à côté de ça on nous dit que c'est un secteur qui recrute.

ne te fais pas d'illusion, tout ça est trop politique. réfléchis et demande toi si nos dirigeants ont intérêt à ce que nous soyons mieux payés, mieux reconnus....etc.
tu vas vite trouver la réponse : NON. et aucun dirigeant à venir n'aura d'intérêt là dedans.

alors bats toi si tu en as encore la force, réveille les foules, mobilise les jeunes....pour ma part, à moins de 4 ans de DE, j'ai déjà décidé d'abandonner le service public et d'IDE à temps plein..

comme ton message le dit très bien, pour être si peu payé ça n'en vaut pas la peine, trop de dangers et de responsabilités, trop de fatigue et de risques..

Norma Colle

Avatar de l'utilisateur

86 commentaires

#5

allez manif au salon IDE Paris?

les représentants ministère santé s'y pointent!
Un bon début de réveil blanc,non?

Cap ou pas cap?

Norma Colle

Avatar de l'utilisateur

86 commentaires

#4

suicide?

mais c'est tabou dans la santé?

A quand un vrai recensement des suicides des IDE au lieu de les cacher...Dans mon hosto il y a quelques années salve de suicide...Chut,il faut se taire..m^me les syndicats n'ont pas fait de vagues:ces suicides étaient selon eux hors cadre de travail...et pourtant il se disait autre chose dans les couloirs et service hospitaliers!

A quand un vrai recensement des dépressions et burn out?

Et surtout ne comptez pas sur l'ordre qui a son lancé son OVNI de signalemnt des viloences contre les seuls IDE ordinés:les non ordinés çà ne compte pas!!!!!!!!!

edseb

Avatar de l'utilisateur

3 commentaires

#3

ça fait peur?! mais réagissez bon sang!

Je ne comprends pas.... non vraiment je ne vous comprends pas cher(e)s collègues...
Je ne comprends pas comment vous pouvez vous laisser faire de la sorte
Je ne comprends pas pourquoi il ne faudrait pas rêver d'un nouveau ras-de-marée blanc comme il y en eut un des professionnels par le passé, comme il y a failli en avoir un en moins de 15 jours de mobilisation par les ESI en 2006.... (15 jours c'est quand même court pour mobiliser et pourtant....)

La lanterne de Florence n'était-elle pas tel un phare dans la nuit pour tous ces malheureux? alors pourquoi par notre révolte ne serait-on pas une lueur d'espoir pour nos compatriotes qui, eux aussi, souffrent de nous voir souffrir?!

Relevons la tête et bannissons nos coiffes!

Chers "amis" des syndicats, au lieu de critiquer notre Ordre, faites donc ce pour quoi on vous élit; mobilisez la professions et allez au charbon! Car cette fois-ci, c'est bien à vous de jouer..... car il s'agit bien là d'une demande collective d'amélioration des confitions générales de travail!

Bon ok, notre très cher Ordre, tout beau tout jeune que tu es, tu pourrais peut être aussi te réveiller!

Il fut un temps j'ai été dans une certaine fédération d'ESI.... non pas la nationale celle d'Ile de France ;) et je connais le pouvoir de mobilisation de nos futurs collègues! en 4h: 500 ESI - en 15 jours: 10.000 ESI
Alors soyons un exemple pour eux et suivons leur exemple!

C'est le moment!!!!!! Dites vous bien que c'est une consoeur qui détient aujourd'hui une part du pouvoir nous concernant!

Alors oui ras le bol de nos conditions de travail
Alors oui ras le bol d'un salaire de base qui s'approche de plus en plus du smic mais surtout......

OUI A UNE REACTION GENERALE DE NOTRE PROFESSION en collaboration avec nos collègues du médical qui, eux aussi, souffrent de nous voir souffrir!!!!!

DEBOUT!!!!!!! REVEILLEZ-VOUS!!!!
et syndicats, pour une fois, UNISSEZ-VOUS!!!!!!!!!!

Rhaaaa ça fait du bien! :p

quichou13

Avatar de l'utilisateur

53 commentaires

#2

libéral aussi

Oui Marie Laurence, bien d'accord avec vous! 30 ans d'exercice, en libéral, à Marseille et usée également... La circulation,les horaires, les étages, le manque de considération (on passe systématiquement après tous les autres intervenants), la réputation qui colle aux basques de "fraudeurs", "pompe à fric",etc..., les week end et fériés bien sur aussi, la justification permanente de nos revenus ( montant brut, pas de congés payés ni arrêt maladie...)et la fatigue physique et morale, tout comme en structure, qui mine jour après jour, jusqu'au burn out qui guette....
pas facile ce métier,vraiment!

a-l S

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#1

çà fait peur

votre article est bien, réaliste, il fait réfléchir surtout pour nous pas encore diplomés ou tout juste pour certains...
mais comment faire pour que tout cela change?
Le printemps des IDE à l'automne je n'y crois pas et pourtant çà ferait du bien que malgrès la vocation et la conscience professionnelle des IDEs les hopitaux et cliniques tournent au ralenti pour que la profession se fasse entendre...