INFOS ET ACTUALITES

Environ 60 patients évacués après l'incendie d'un centre de post-cure du Var

Une soixantaine de patients ont été évacués après l'incendie d'un centre de post-cure psychiatrique de La Crau (Var) qui a fait deux morts le dimanche 30 décembre 2012, a-t-on appris le 31 décembre 2012 de sources judiciaires et sanitaires.

Environ 60 patients évacués après l'incendie d'un centre de post-cure du VarLeur prise en charge était en cours d'organisation le lundi 31 décembre 2012 et devrait être principalement assurée par le centre hospitalier Henri Guérin de Pierrefeu, spécialisé en psychiatrie, situé à une dizaine de kilomètres de La Crau, a-t-on appris auprès de l'Agence régionale de santé (ARS) Provence-Alpes-Côte-d'Azur et de la préfecture du Var.

Le feu s'est déclaré dimanche 30 décembre 2012 vers 19h15 dans une chambre du centre de réhabilitation psychosociale "Les Bois-Saint-Joseph" avant de se propager à trois autres chambres, a-t-on appris auprès du parquet de Toulon. Le feu a été rapidement maîtrisé mais deux patients du centre sont décédés et deux autres ont été intoxiqués par les fumées.

Les blessés ont été transférés au centre hospitalier de Hyères (Var) pour des soins, a indiqué le lundi 31 décembre 2012 le parquet de Toulon. Leur état n'inspire pas d'inquiétude et leur pronostic vital n'est pas engagé, a assuré le parquet.

Le centre de réhabilitation psychosociale "Les Bois-Saint-Joseph" est un établissement sanitaire privé de 80 lits, appartenant au groupe Medica, et accueillant des patients souffrant de psychoses, de névroses ou de troubles de l'humeur après une période d'hospitalisation, a précisé le groupe.

Le centre a été entièrement fermé et 68 patients présents dans l'établissement au moment de l'incendie ont été orientés vers un gymnase municipal de La Crau pour y passer la nuit, a précisé Medica.

La direction du centre, l'ARS Paca et la préfecture du Var ont organisé le lundi 31 décembre 2012 la suite de la prise en charge de ces patients. Sept d'entre eux sont retournés dans leur famille, avec l'aval de leur médecin, ont indiqué la préfecture et l'ARS. Pour les 61 autres, il a été décidé de les orienter vers le CH Henri Guérin. Les modalités précises de prise en charge étaient en cours de définition lundi après-midi, a indiqué la direction de l'hôpital. Selon l'ARS, l'hôpital aurait une trentaine de lits inoccupés dans lesquels des patients pourraient être installés temporairement et un gymnase de l'hôpital pourrait être aménagé pour accueillir les autres. Cette prise en charge pourrait durer au moins quelques jours. Le centre ne pourra rouvrir qu'après le passage d'une commission de sécurité qui doit donner son feu vert. La procédure peut être assez rapide dans la mesure où les dégâts sont limités à quelques chambres et que le reste de l'établissement semble en mesure de fonctionner, indique-t-on à la préfecture.

Une enquête judiciaire est en cours pour déterminer les causes du sinistre, a précisé le parquet. Mais les premiers constats orientent vers l'hypothèse d'un incendie volontaire. "Un patient, qui est un des deux blessés, a été retrouvé en possession d'un briquet", indique-t-on au parquet, sans toutefois que l'on puisse conclure à ce stade à sa responsabilité. Le groupe Medica souligne de son côté que l'établissement répondait aux normes incendie. "Le bâtiment est aux normes et a reçu un avis favorable de la commission de sécurité l'an dernier", a précisé Medica. "Le système de détection des fumées a bien fonctionné et le personnel a très bien réagi". Medica précise qu'une cellule psychologique a été mise en place pour le personnel.

Publicité

Commentaires (0)