INFOS ET ACTUALITES

Initiative - Création d'un Comité de défense et de soutien de l'Ordre infirmier

Cet article fait partie du dossier :

ONI

À l’heure où l'Ordre national des infirmiers (ONI) est « en réanimation », et face à la fronde active des « anti-ordre », des élus ordinaux se mobilisent pour que la structure ordinale survive. Pour ce faire, ils souhaitent partager avec les internautes quelques-unes de leurs analyses, critiques et propositions en affirmant haut et fort : « les infirmières méritent leur Ordre ».

mobilisation elus ordinaux Ordre national des infirmiersL’Ordre national des infirmiers (ONI) est une structure privée que la loi a chargé de missions publiques. Ces dernières sont nombreuses et parmi elles, gérer la démographie de la profession et élaborer un code de déontologie sur lequel repose toutes les valeurs professionnelles, et représenter la profession. Ce rappel permet de comprendre ce qui a déjà été réalisé par la structure ordinale et quelles sont les difficultés rencontrées. De plus, au regard du contexte actuel, il est important de mettre en perspective la stratégie menée par le Ministère de la santé et d’interroger l’information faites aux professionnels en la matière.

Rappel : comment fonctionne le Conseil de l’Ordre des Infirmiers ?

Les infirmiers ont élu directement leurs conseillers départementaux qui, à leur tour, ont voté pour leurs conseillers régionaux. Ces derniers ont ensuite élu les conseillers nationaux.

Les Conseils Départementaux : ils ont pour mission de gérer les inscriptions des infirmiers en activité et d’assurer des relations de proximité avec eux. Dans de nombreuses situations, les conseillers départementaux ont fait le lien entre un usager et un professionnel lorsqu’il y avait un problème ou une incompréhension. Ils ont notamment mis en place les Commissions de Conciliation qui ont permis de régler nombre de litiges. Un travail commun s’est instauré avec les tutelles locales : Agences régionales de santé (ARS), Direction de l'hospitalisation et de l'organisation des soins (DHOS), préfecture, élus politiques locaux. Ces derniers ont interpellé l’ONI sur de multiples questions de santé publique et d’organisation de l’offre de soins (grippe H1N1, dépendance, prise en charge des patients en psychiatrie). Pour la première fois, l’avis des infirmiers a commencé à être pris en compte dans les décisions et les organisations départementales.

Les Conseils Régionaux : ils servent de lien entre le Département et le National et organisent les chambres disciplinaires.

Le Conseil National : sa mission principale est de définir les orientations générales de l'ONI. Il est l’interlocuteur direct du gouvernement et sa présence dans le paysage de la santé français rend la profession d’infirmière enfin incontournable. Les infirmiers élus, dont certains engagés depuis des années en faveur de la création de l’Ordre, ont mis à la disposition de leurs pairs leur motivation et leur énergie. Ils ont cherché à faire bien, très vite, se préoccupant principalement de l’installation matérielle qui leur semblait indispensable pour implanter l’Ordre. Ils en ont oublié un point essentiel : la communication avec les infirmiers.

De plus, la mise en place des conseils départementaux a nécessité un emprunt financier dont le montant s’appuyait sur les cotisations futures des infirmiers. De fait, initialement, il ne devait pas poser de problème, les quelque 520 000 infirmiers en exercice concernés devant s’acquitter de leur cotisation au regard de la loi.

Cette cotisation a en effet pour but de rendre l’ordre « indépendant », excluant ainsi une « cotisation symbolique » comme préconisée par les ministres de la santé successifs, bien insuffisante car elle impliquerait alors une demande de subvention mettant l’Ordre en situation de subordination. L’ONI, ne doutant pas de sa légitimité, a d'emblée surestimé le nombre d’infirmiers cotisants volontairement la première année. De plus, il est à regretter qu’au sein même du Conseil National ne se soit pas dégagé un consensus sur le montant de la cotisation pourtant votée de manière démocratique par la majorité des Présidents élus

Attaques et manœuvres...

L’ONI n'a eu de cesse d'être confronté à des attaques violentes et à des manœuvres de boycott qui lui sont aujourd’hui presque fatales. Le manque d’information et surtout la désinformation active menée par les syndicats, conjointement à l’appel de nos ministres à la désobéissance à la loi, n’ont pas laissé l’opportunité et le temps aux infirmiers d’avoir une vision objective de l’intérêt que représente l’Ordre infirmier, tant pour les usagers que pour la profession elle-même.

Par ailleurs, l’ONI n’a pas toujours fait les choix judicieux dans ses investissements. Il est évident que l’inexpérience et le manque de communication ont sans aucun doute contribué à la situation actuelle. Cependant, les débuts chaotiques de l'ONI ne peuvent pas remettre en question ce projet de fédérer tous les professionnels.

Le rôle du ministère de la santé

En 2006, notre ministre de tutelle, Xavier Bertrand, a joué un rôle prépondérant dans la création de l’ONI et ce, dans un climat de confiance et de respect mutuel. Par ailleurs, nous avions obtenu le soutien sans équivoque des Ordres infirmiers européens qui, de leurs côtés, interpellaient les parlementaires de la communauté européenne sur le manque d’une représentativité ordinale des infirmiers français. Il peut paraître surprenant que Monsieur Xavier Bertrand, à l’époque, réclamait déjà une cotisation symbolique qui n’était pas en adéquation avec l’organisation votée par la loi (trois niveaux : départemental, régional, national). Par ailleurs, il n’est pas dans ses prérogatives de définir le montant de notre cotisation, le Conseil d’État ayant statué sur le caractère privé des organisations ordinales.

On peut de fait s’interroger aujourd’hui : était-ce l’expression d’une ligne de conduite arbitraire ou déjà un acte anticipé destiné à restreindre les missions de l'ONI au seul enregistrement des inscriptions des infirmiers ? Pourquoi le ministère de la santé n’a-t-il eu de cesse, depuis le vote par le Conseil de l’Ordre du montant de sa cotisation au printemps 2009, de s’y opposer, et bien que ce dernier se soit appuyé sur une étude financière approfondie mené par des professionnels de la gestion ?
Un désaccord affiché, repris par la presse professionnelle et nationale, s’est fait jour entre la Présidente de l’ONI, Madame Dominique Leboeuf, et le ministre de tutelle, Madame Roselyne Bachelot-Narquin. « Le coup de grâce » a été porté lorsque cette dernière a déclaré que les infirmiers salariés ne seraient pas obligés de cotiser (ils représentent 80 % de la population infirmière) limitant alors l’ONI aux seuls infirmiers libéraux. Cela est une aberration totale puisqu'un ordre a vocation de réunir justement les différents collèges d'une profession. C’est dire l’impact désastreux auprès des infirmiers d‘une telle déclaration. Conséquences immédiates : une déstabilisation des professionnels et une privation pour la structure ordinale de sa seule ressource financière... et donc de son autonomie. Le retour de Monsieur Xavier Bertrand comme ministre de tutelle a laissé espérer une avancée dans notre dossier. Cependant, nous avons très vite déchanté en constatant qu'il revenait à son idée première d’une « cotisation symbolique ».

Dans un souci d’apaisement, le Conseil national de l’Ordre a voté, en mars 2011, une baisse de la cotisation de plus de la moitié pour les infirmiers salariés. Mais, malgré cet effort, Monsieur Xavier Bertrand a réaffirmé son souhait d’exonérer les infirmiers salariés de toute cotisation et de rendre cette dernière obligatoire pour nos collègues libéraux, les mettant alors en situation de supporter tout le poids de la structure ordinale. Cela n'était pas acceptable et d'ailleurs les syndicats d'infirmiers libéraux ont très vite signifié leur refus d'une telle mesure. En persistant dans son idée, Monsieur Xavier Bertrand affiche une volonté délibérée de ne pas doter les infirmiers de l’autonomie qu’ils revendiquent.

Autre preuve, notre code de déontologie est, depuis 2009, en attente de validation au ministère de la santé. Le ministère de la santé et ses représentants n’ont peut-être pas conscience de la contribution que pourrait apporter une profession infirmière fédérée et engagée pour l'organisation efficiente des soins. Effectivement, dotée de quelque 520 000 professionnels, notre profession, la première en termes d'effectifs, assure une telle diversité d’activités de soins qu’elle en devient un enjeu politique majeur.
Dans le contexte actuel de choix sanitaires prépondérants, un Ordre infirmier structuré, moderne et dynamique se doit d'accompagner les professionnels dans l'évolution de leurs pratiques.

« Le gouvernement a donné naissance à l'Ordre infirmier français, il se doit de tenir tous ses engagements à son encontre. »

L’information imparfaite des professionnels

Le Conseil national de l'Ordre, dans un premier temps, n’a pas eu les ressources nécessaires pour informer et communiquer de manière efficace auprès de l'ensemble des infirmiers. L’exemple de la lettre recommandée est explicite : 4€60 par envoi, soit près de 2,4 M€ pour joindre les 520 000 professionnels. Autres difficultés : d’une part, les courriers et dossiers d’inscriptions ne parvenaient pas aux infirmiers salariés en l’absence d’adresse personnelle et d’un répertoire ADELI obsolète, seul listing qui aurait pu permettre de les joindre directement ; d’autre part, une motivation plus que modérée des employeurs à distribuer les courriers en provenance de l’ONI, sans oublier la destruction d'un bon nombre de documents par les centrales syndicales.

La communication est un levier important que l'ONI doit privilégier. Les infirmiers français ne saisissent pas encore le rôle que leur profession doit jouer dans les sphères sociales et politiques, là où se prennent toutes les décisions qui les concernent, et où seule une structure ordinale libre et autonome peut intervenir légalement, sauf si elle était réduite à sa plus simple expression (le souhait semble-t-il des ministres de la santé mais aussi d’autres acteurs puissants du secteur de la santé et le résultat du « travail de sape » des syndicats « anti-ordre »).

Nous réaffirmons que ramener le débat uniquement sur le prix de la cotisation occulte tous les thèmes de fond sur la représentativité des infirmiers dans l’organisation du système de soin. Rappelons malgré tout qu'aujourd'hui un infirmier sur cinq adhère au tableau de l'Ordre et que, tous les mois, les conseils départementaux enregistrent de nouvelles inscriptions, prouvant - et il faut le dire - la maturité grandissante des professionnels.

L'Ordre infirmier existe. Il doit être la fierté des infirmiers. Pour cette raison, un Comité de Défense et de Soutien de l'Ordre Infirmier (CDSOI) vient d'être créé. Soutenu par un bon nombre d’élus de l’ONI, il a pour vocation de rassembler toutes les personnes qui souhaitent soutenir encore - et toujours - son existence en France, en Europe et dans les pays francophones. Il défendra la légitimité, la place et la reconnaissance de l'ONI.

Contact

  • Comité de Défense et de Soutien de l’Ordre Infirmier : blog : cdsoi.blog4ever.com ; courriel : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Creative Commons License
Véronique CHAMPENOIS, élue du Conseil départemental de l'Ordre infirmier du 78 (CDOI78)
Régine CLÉMENT, élue du Conseil départemental de l'Ordre infirmier du 75 (CDOI75)
Fabrice PESTEL, président du Conseil départemental de l'Ordre des infirmiers du 77 (CDOI77)
Véronique HANTZBERG, présidente du Conseil départemental de l'Ordre infirmier du 16 (CDOI16)

Publicité

Commentaires (26)

mac97000

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#28

oh mon dieu

Encore et toujours ni pour ni contre ...

En tant qu'infirmier libéral et chef d'entreprise, je me considère comme spectateur de cette folie financière avant d'être représentative.

Je sais que pour monter "une structure" en France, il faut établir un prévisionnel. Ce n'est certainement pas en faisant un simple calcul du genre:
500 000 IDE x le prix d'une cotisation = le montant qu'on va pouvoir dilapider

qu'on peut réussir la moindre chose!

Quand je lis des budgets en millions d'euro pour une structure
- qui démarre,
- qui est incapable de lister ses membres,
- qui est incapable de communiquer avec ses membres,
- ... etc ...

Je me dis que le B.A.ba a été passablement bâclé!

Comment pourrait il en être autrement des décisions et des actions qui viendront après?

La profession mérite peut-être un ordre mais certainement pas de dilapider des millions.

Encore et toujours je n'en suis pas à l'heure du bilan ou des conclusions mais à l'heure de la collecte des informations pour mieux me forger une opinion saine.

Quand je lis "création d'un comité de défense" et que je vois comme adresse internet pour trouver des informations ou se documenter un "blog" je me dis qu'on est encore dans la communication de bas étage ...

Quand je vois du "blog4ever" la première pensée qui me vient c'est qu'on a quitté le statut d'adolescent prépubert pour utiliser ce genre d'outil.

Alors par pitié je rappel comme je l'ai rappelé par courrier à l'ordre il y a bientôt plus de 2 ans:
Pour créer un "blog professionnel" il suffit d'investir 6€ par an.

Alors si vous voulez passer pour autres choses que des "charlots" ou des "volontaires incapable d'ouvrir un lieu d'informations digne de ce nom" merci de modifier rapidement le choix de votre plateforme.

Personnellement j'ai atteint un niveau d'énervement dans cette idiotie d'ordre que quand je vois du blog4ever je n'ai même pas envie d'aller plus loin.

blog4ever = skyblog = outils pour ado !!!!!

Quand déjà vous aurez compris qu'en utilisant ce genre d'outil vous n'avez aucunes crédibilités alors peut être que votre message sera "lu".

Cordialement.

ps: comme je ne suis même pas sur qu'un administrateur de ce blog veille les commentaires de cette page, je me permets d'envoyer ce message à l'adresse mail indiqué.

oni-no-merci !

Avatar de l'utilisateur

3 commentaires

#27

Les GUIGNOLS de l'ONI

Oyez ! Oyez ! bonnes gens de France et de Navarre ( Quebec go home ! )

L'ONI ne PASSERA PAS : POURQUOI ? ? ?

Trop de MENSONGES
Trop de MAGOUILLES
Trop d' INCOMPETENCES notoires et à TOUS LES ETAGES
Trop de FALSIFICATIONS
Trop de HAINE de leurs semblables
Trop de MENACES ordinales puis avec l'appui des lois

M'enfin !

ide2nuit

Avatar de l'utilisateur

4 commentaires

#26

ils s"accrochent, ...pire que des morpions

au rythme ou sont distillées les trouvailles oniesques, nous auront droit aux tickets de tombola dans les salles d'attente des cabinets médicaux d'ici la fin de l'année.

laurent jade

Avatar de l'utilisateur

6 commentaires

#25

... de mieux en mieux, ou ...de pire en pire

J'en pisse de rire de ces conneries.
Merci, pour la partie de rigolade

Norma Colle

Avatar de l'utilisateur

86 commentaires

#24

beau résumé de l'ONI

""la paranoïa (1) continue, la theorie du complot ourdis par les syndicats non corporatiste, les mechants ministres,les incompetents des anciennes DDASS pas foutu de tenir le registre adeli, le code de deonthologie... le même discours bref c'est reparti pour un tour

(1)courte definition de la paranoïa
_la surestimation du Moi (orgueil et mégalomanie)
_des erreurs de jugement liées à un raisonnement logique sur des bases fausses reposant sur des a-priori purement subjectifs
_une rigidité psychique
_une méfiance allant jusqu’au délire de persécution (la mal vient toujours de l’Autre)
le dogmatisme (attitude intellectuelle affirmant des idées sans les discuter).""

excellent diagnostic!

spi_t

Avatar de l'utilisateur

7 commentaires

#23

encore un petit tour (de passe passe???)

la paranoïa (1) continue, la theorie du complot ourdis par les syndicats non corporatiste, les mechants ministres,les incompetents des anciennes DDASS pas foutu de tenir le registre adeli, le code de deonthologie... le même discours bref c'est reparti pour un tour

(1)courte definition de la paranoïa
_la surestimation du Moi (orgueil et mégalomanie)
_des erreurs de jugement liées à un raisonnement logique sur des bases fausses reposant sur des a-priori purement subjectifs
_une rigidité psychique
_une méfiance allant jusqu’au délire de persécution (la mal vient toujours de l’Autre)
le dogmatisme (attitude intellectuelle affirmant des idées sans les discuter).

aqrv

Avatar de l'utilisateur

94 commentaires

#22

J AIME BIEN

LA PHOTO QUI ILLUSTRE VOTRE PROPAGANDE, UNE JOLIE PHOTO CENSE REPRESENTER LA SOLIDARITE ET LA POPULARITE DE L'ORDRE...on croit rever...appeler plutot votre site www.ordre-infirmier.com.....

yves14

Avatar de l'utilisateur

19 commentaires

#21

autisme?

plus de 500000 infirmiers en France: l'enjeu électoral est important.
contactez vos députés et faites leur comprendre qu'il faut que l'ordre soit mort avant les élections!!
un infirmier un vote
les députés sont tous joignables par mel
alors à vos ordina....teurs

onialapoubelle

Avatar de l'utilisateur

12 commentaires

#20

Boycott

En ce qui me concerne c'est la dernière fois que je me connecte à ce site décidément à "côté de la plaque". S'en est à se demander si infirmiers.com n'a pas des intérêts commerciaux supérieurs aux règles de déontologie journalistiques.

ecureuils21

Avatar de l'utilisateur

93 commentaires

#19

VOTRE PARTIALITE

PRO-ORDRE EST TOUT A FAIT INTOLERABLE....les syndicats(2 % des infirmiers ont sape l'ordre...non ...l'ordre s'est saborde lui-meme...trop de cadres....une cotisation trop chere), vous relayez la ligne de defense de l'ordre: la victimisation...c'est la faute de l'etat,des syndicats, des infirmiers immatures, des etablissements....c'est franchement nauseux...je vous rappelle que l'oni traverse une crise ou ne sont en rien responsable etat, syndicats et infirmiers...je pense que si cet ordre survit grace a la bred et a Bertrant, alors on verra une violence inouie se dechainer au sein de la profession: reglement de compte et petit dictateur en mal de reconnaissance qui seviront comme de petit kapo...on n'a vraiment pas besoin de ça.

EQUATEUR

Avatar de l'utilisateur

38 commentaires

#18

STOP

La très grande majorité de la profession ne veut pas de l'ordre infirmier. Nous sommes en démocratie, alors respectez cette majorité et arrêtez les frais.

tidup87

Avatar de l'utilisateur

2 commentaires

#17

Merci infirmier.com

Infirmier.com....Modéle du genre dans l'impartialité, mais un peu pro ordre quand même...... de même que actusoins... Vraiment on est bien et représenté et informés...

tidup87

Avatar de l'utilisateur

2 commentaires

#16

Le phénix renait de ses cendres..

Le pays est en crise, il manque des millairds d'euros, les mutuelles complémentaires vont augmenter, les énarques nous pondent des taxes pour améliorer notre santé (taxes sur les sodas...) et que trouve intelligent de faire sarko..demander à la banque de soutenir encore et toujours ce foutu merdier qu'est l'ONI.... A croire que l'argent est facile à trouver... Mais au fait et les 10 millions de d'ardoise laissés par le boeuf, juste avant qu'elle ne démissione... qui va les rembourser ??? Ne pourrais t'ele pas être tenu pour responsable de cette banqueroute ?? et l'histoire du conflit d'intérêt à propos du log de l'ONI ??? Elle va s'en sortir sans soucis ??? Vivement 2012... qu'on leur botte le c... une bonne fois pour toute.. Paramédicaux de tous grades, notemment ceux qui exercent dans le public, au moment de glisser le bulletin dans l'urne, rappelez vous des promesses de sarko et de vos conditions de travail actuelles... Mais comme on dit "les promesses n'engagent que ceux qui les croient..."...

.cedr1c.

Avatar de l'utilisateur

207 commentaires

#14

On refonde St Anne: à vos cornettes!!

Regine Clément, membre du bureau, comme avant la création de l'ordre...on tente de continuer le lobbying à deux sous.

Bref, on en reparle dans quelques mois, mais ce n'est pas ce genre de gesticulations qui amènera 9 millions d'euros à la bred.

aqrv

Avatar de l'utilisateur

94 commentaires

#13

C EST HALLUCINNANT

l 'energie de ces infirmiers-messie a vouloir un ordre que les infirmiers ne veulent pas...s' ils employaient cette energie a faire bouger les lignes de l'hopital public , de la surcharge de travail, du management obsolete, les choses pourraient changer...mais non ils ont le nez coller au hublot de l'ordre infirmier qui coulent desespérement et a la barre Borniche-infirmier-qui nepratiqueplus rassure ses troupes...l'ordre vivra 1000 ans ! qu'il est beau ce capitaine-arriviste qui n'a pas toucher une aiguille depuis 10 ans...il reve de salon feutré et d'indemnite sonnante et trebuchante....

Norma Colle

Avatar de l'utilisateur

86 commentaires

#12

à votre bon coeur messieurs dames!

et oui le ridicule ne tue pas....

L'ordre est garant d'une belle image infirmière,voulait faire rêver...Comme rêve on peut faire mieux!!! IDE mendiant ,c'est réussi!!!!!!!!! ah ah ah ah !

ridfa69

Avatar de l'utilisateur

114 commentaires

#10

mon sourire de la journée

je me suis bien poilé, merci les onistes

infirmierencolere

Avatar de l'utilisateur

9 commentaires

#9

en affirmant haut et fort : « les infirmières méritent leur Ordre ».

le problème dans cette triste histoire qui tourne à la guignolade c'est que - l'ordre ne mérite pas les infirmières - dont il essait à tous prix de revendiquer la représentation - pour mémoire l'ordre n'a enregistré qu'à peine 100 000 infirmières dont plus de la moitié refuse toujours de cotiser - dont une bonne partie enrôlée de force et de moins en moins qui cotisent - cet appel est d'un misérabilisme ordinal de ca niveau - ni plus ni moins - du grand ordre infirmier en tous cas - enfin il faut bien penser que le ministre se retrouve maintenant avec 85% d'ide qui sont contre et 15% d'ide qui sont pour selon l'ordre et ses statistiques pourries - ces mêmes 15 % sont passés dans le camp des contres puisqu'ils ne veulent pas être les seuls à payer - guignol n'est certainement pas loin -

Norma Colle

Avatar de l'utilisateur

86 commentaires

#8

immature..çà continue!

"" Rappelons malgré tout qu'aujourd'hui un infirmier sur cinq adhère au tableau de l'Ordre et que, tous les mois, les conseils départementaux enregistrent de nouvelles inscriptions, prouvant - et il faut le dire - la maturité grandissante des professionnels.""


Mazette....nous sommes un paquet d'immatures alors...

En quoi être endoctrinés ,enrôlés de force donne de la maturité?
Je défends mon droit d'être mature à refuser de penser que l'ordre ne répond en rien à mes attentes,à mes besoins d'IDE....L'ordre juge encore arbitrairement...Toujours aussi nul en communication!

mimicra

Avatar de l'utilisateur

95 commentaires

#7

la farce continue

En même temps, je me demande pourquoi il a eu création d'un comité de soutien.
Car, comme les pro ordres ST ânien l'ont toujours répété (en mentant, comme l'arracheur de dents) : l'ordre reflète le désir de la majorité des infirmiers ... Non ?
Alors crée un comité de soutien, pour inciter la minorité qui n'en veut pas à adhérer, je trouve cela très contradictoire.

Ou alors, c'est évidemment une façon cachée d'avouer, à mots couverts, que l'ordre, personne n'en voulait, personne n'en veut... à part les scribouillard assoiffés de pouvoir ...

Tout le monde en veut, mais personne ne cotise ou ne s'enrôle.
Apportez donc du soutien aux idées qui vont contre les votres ... Voilà ce que signifie ce comité bouffon

migraine

Avatar de l'utilisateur

75 commentaires

#6

!!!

toujours autant de sérieux : même pas capable de relire ce qu'ils publient !

sur la page adhésion de l'association :
"Elle défendra la légitimité, la place et la reconnaissance de l’ ORDRE INFIRMIRMIER"


et ils ont l'intention de vivre combien d'années ?
"verser annuellement une somme de 5 euros."

et ils vont encore aller chercher du soutien chez les étrangers, qui n'ont pas leur mot à dire chez nous et pour nous :
"rassemble toute personne ayant un intérêt à l'existence de l'Ordre Infirmier en France, en Europe et les pays francophones."

migraine

Avatar de l'utilisateur

75 commentaires

#5

mdr !!

c'est vraiment sérieux ????

ils se moquent du monde ???
toujours les même arguments foireux et le même discours creux

et toujours la faute des autres s'ils sont incompris....
et toujours les boules Quiès dans les oreilles et les œillères

c'est pitoyable, lamentable !!
ils n'ont honte de rien

loulic

Avatar de l'utilisateur

184 commentaires

#4

Oui, et ?

Rien qu'on ne nous seriné des milliers de fois déjà. C'est la faute des syndicats (les SNPI, la CNI, le SNIIL sans doute ?), le gouvernement est vilain, ...

Encore et toujours les mêmes arguments éculés et les mêmes lamentations. Sans parler du ridicule "on apas eu les moyens de communiquer"

Sans déconner, faut vraiment avoir honte de rien pour raconter des conneries pareilles, alors qu'on a dépensé plus de 20 millions d'euro en trois ans.


Et sans parler de la tonitruante injonction:

" Le gouvernement a donné naissance à l'Ordre infirmier français, il se doit de tenir tous ses engagements à son encontre. »

Le gouvernement à créé l'ordre infirmier sur la foi d'un sondage débile sur internet. Les professionnels ne veulent pas d'un ordre, quand prendrez vous vos responsabilité vis à vis des infirmiers que vous voulez representer par la force ? Nous ne voulons pas de vous, c'est simple quand même !

Le gouvernement en question serait mieux avisé d'écouter la volonté du peuple, plutôt que de soutenir quelques illuminés à qui on a rien demandé.

binoute1

Avatar de l'utilisateur

182 commentaires

#3

le prix de l'humour est attribué à..

Comme ils l'ont fait pour les inscrits, j'éspère bien qu'ils vont mettre en ligne l'annuaire de ceux qui cotisent à cette association !

Déjà ça, ça me fait rire, cotiser à une assoc' pour avoir le droit de costiser au Machin...

et leur site...j'ai cliqué par curiosité sur la rubrique sondage...de la pub pour La redoute !!! on refait sa trésorerie comme on peut ! mais au moins ils pourront s'acheter des chaussettes pour remplacer celles qui ont craqué sur leurs énooormes chevilles.

mimicra

Avatar de l'utilisateur

95 commentaires

#2

Tu te trompes très cher

Il y a du nouveau : le ridicule de la situation :
une bande de sourds et d'aveugles, qui veulent, sous couvert de leur assoc,nous faire chialer !

Au fait, qui payent les frais de ce nouveau jouet ?
Les 4 pinpins qui ont cotisés à l'ovni ?

Attention les gars, c'est très select l'entrée, ils y ont foutus un "videur" !
ARTICLE V - Admission


"Pour faire partie de l'association, il faut être agréé par le bureau, qui statue, lors de chacune de ses réunions, sur les demandes d'admission présentées."

Et le pompom, pour les vaches à lait :

"ARTICLE VI - Les membres



Sont membres d'honneur ceux qui ont rendu des services signalés à l'association. Ils sont dispensés de cotisations.



Sont membres actifs ceux qui ont pris l'engagement de verser annuellement une somme de 5 euros."


Une association qu'il faut surveiller, avant qu'ils pondent le retour de l'OVNI mort vivant, partie 2 "

Y'a un sujet intéressant sur l'euthanasie, Je propose de l'activer pour l'ordre, et d'ouvrir un peu les yeux, les neurones et l'intelligence de ceux qui sont enrôlés dans la secte, au point de ne toujours pas voir que l'on ne veut pas de ce truc là !!!

eusèbe

Avatar de l'utilisateur

282 commentaires

#1

Rien de nouveau !

Rien de nouveau au pays des ordinaux : les contre-ordistes sont immatures, tout est de la faute du gouvernement, des syndicats, de la cotisation, mais jamais ils n'avoueront que les professionnels n'en veulent pas car ils sont inutiles et nuisibles.

En créant ce comité de défense, ils sombrent dans un ridicule jamais atteint : vivement la fin, on rigole bien mais on a vraiment autre chose à faire que supporter cette honte pour la profession.