INFOS ET ACTUALITES

Les étudiants en santé insuffisamment couverts par les vaccinations recommandées

Les étudiants en santé sont bien couverts par les vaccinations obligatoires, mais très insuffisamment par les vaccinations recommandées, selon une étude de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) publiée dans le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH).

vaccination obligatoire etudiants en soins infirmiers 2011Il n'existe actuellement aucune donnée de couverture vaccinale sur les étudiants de santé en France. "Notre étude a permis de produire, pour la première fois en France, des données originales sur la couverture vaccinale des trois principales filières d'étudiants en santé", médecins, infirmières et sages-femmes, soulignent Pierre Loulergue, du centre d'investigation clinique de vaccinologie Cochin-Pasteur à Paris, et ses collègues.

Les étudiants en santé doivent suivre les mêmes recommandations vaccinales que tous les professionnels de santé. Les vaccinations obligatoires concernent le BCG, la diphtérie, le tétanos, la poliomyélite et l'hépatite B et font l'objet d'un certificat médical demandé par l'employeur avant embauche. Les vaccinations recommandées concernent la grippe, la coqueluche, la varicelle et la rougeole et ne sont pas exigibles.

L'enquête Studyvax, réalisée par interviews en face à face avec vérification du carnet de santé ou de vaccination, a porté sur 432 étudiants entre mars et juillet 2009 - 178 en médecine, 147 en soins infirmiers et 107 dans la filière sages-femmes , parmi lesquels 87% disposaient d'une preuve de vaccination.

Pour les vaccinations obligatoires, les taux confirmés de couverture étaient de 95,9% pour le dernier rappel contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite (DTP), de 93,6% pour le BCG et de 91,8% pour au moins trois doses d'hépatite B.
- Pour les vaccinations recommandées, les taux confirmés étaient de 44% pour la coqueluche (rappel à 11-13 ans ou à 16-18 ans), 79,3% pour la première dose de rougeole (et 49,6% pour la deuxième dose). Pour la grippe, le taux déclaré était de 39,6%. Sur les 27 étudiants sans antécédent de varicelle, six avaient été vaccinés.

Les professionnels de santé en poste sont, tout comme les étudiants en stage, bien couverts par les vaccinations obligatoires mais très insuffisamment par les vaccinations recommandées, selon les résultats de l'enquête VaxiSoin de 2009 présentés en congrès en juin 2011 et publiés le 23 septembre 2011 dans un rapport mis en ligne sur le site internet de l'Institut de veille sanitaire (InVS) ainsi que dans le BEH1.

Les professionnels de santé touchés par les infections nosocomiales

Plusieurs études dans le BEH montrent enfin que les professionnels de santé peuvent être touchés par des infections nosocomiales à prévention vaccinale, et pas seulement les patients.
Ainsi, parmi les épidémies hospitalières de grippe rapportées en France sur les 10 dernières années, près de la moitié d'entre elles touchaient le personnel soignant qui en était souvent à l'origine.

Pour la coqueluche, il est mis en avant que le personnel soignant reste le plus souvent à l'origine des contaminations nosocomiales. Enfin, sur les 102 cas de rougeole signalés ces deux dernières années dans les établissements de santé des régions dont s'occupe le centre de coordination de lutte contre les infections nosocomiales (CClin) Paris-Nord, 43 étaient d'origine nosocomiale et concernaient essentiellement les soignants (81%), résume le Pr Christian Rabaud, du CHU de Nancy.

Notes

1. Rapport sur les vaccinations chez les soignants des établissements de soins de France - PDF
2. BEH, 27 septembre, n°35-36, p369-392, numéro thématique sur les vaccinations et le risque infectieux chez le personnel des établissements de santé - PDF

Publicité

Commentaires (1)

Escherichiante

Avatar de l'utilisateur

4 commentaires

#1

amélioration possible

que ce soit les intérimaires ou les étudiants, peut-être que si nous recevions à domicile un courrier et une prise en charge totale du vaccin, comme pour les populations à risque, peut-être plus se vaccineraient.

Pour "l'époque du H1N1" où tout le monde recevait, où les soignants étaient encouragés à se faire vacciner, pour ma part, j'ai reçu le courrier alors qu'autour de moi, dans mon immeuble, ma famille, etc., tout le monde l'avait déjà reçu plusieurs mois après...

J'avais dû, moi, m'adresser à mon médecin pour pouvoir le faire et savoir où aller...

On s'attend à ce que les agences d'intérim contactent etc. à tous leurs intérimaires?

Et, cette année, je vais encore passer par mon médecin... Car si j'attends un courrier ou un encouragement local, ben...