INFOS ET ACTUALITES

Pilules contraceptives de 3e et 4e génération : les recommandations de l’ONI

L’Ordre national des infirmiers recommande aux infirmiers d’adopter le principe de précaution dans le cadre des renouvellements de prescription de médicament contraceptif oral.

Communiqué de l’Ordre national des infirmiers – 3 janvier 2012

Pilules contraceptives de 3e et 4e génération : les recommandations de l’ONIFace aux débats autour de la dangerosité potentielle des pilules contraceptives de 3ème et 4ème génération, l’Ordre national des infirmiers (ONI) recommande aux infirmiers d’adopter le principe de précaution dans le cadre des renouvellements de prescription. Dans les cas de patients s’étant vus prescrire des pilules de 3ème ou 4ème génération, l’ONI recommande aux infirmiers d’informer et d’orienter les patientes vers le prescripteur initial du contraceptif afin d’étudier l’opportunité d’un éventuel renouvellement.

En concertation avec l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament (ANSM), et dans le cadre de son rôle d’information, l’Ordre National des Infirmiers recommande aux professionnels de consulter les communications de l'ANSM en ligne sur le site de l'Agence pour pouvoir informer les patientes du risque thrombo-embolique (cf. recommandations plus bas). Les infirmiers, au contact quotidien de leurs patients, ont un rôle primordial à jouer en qualité d’éducateur de santé notamment dans le domaine de la contraception. Ils veillent ainsi à assurer la continuité des traitements contraceptifs choisis par les patients.
L’Ordre National des Infirmiers rappelle que l’Agence du médicament a lancé plusieurs alertes dans le passé sur les risques thrombo-emboliques des pilules de troisième génération, prises aujourd’hui par 1,5 à 2 millions de femmes en France, préconisant qu’elles ne soient prescrites qu’en second recours.

Renouvellement de prescription par les infirmiers : que dit la loi ?

Les infirmiers peuvent renouveler une prescription de médicament contraceptif oral datant de moins d’un an, et ce pour une durée maximale de 6 mois non renouvelable.
Depuis 2011, la loi stipule qu’une liste de médicaments contraceptifs oraux fixe ceux d’entre eux dont les infirmiers ne sont pas autorisés à renouveler l’ordonnance. À l’heure actuelle aucun arrêté n’a été publié pour déterminer les contraceptifs oraux qui ne peuvent pas être renouvelés par les infirmiers. Il est alors permis de considérer qu’en l’absence de l’arrêté les infirmiers sont autorisés à renouveler la prescription de tous les contraceptifs oraux.

Communication de l'Agence Nationale de Sécurité du Médicament (ANSM) du 21/12/2012

L’ANSM souhaite rappeler aux prescripteurs, afin de minimiser le risque de thrombose lié aux Contraceptifs oraux combinés (COC), qu’il soit veineux ou artériel :

  • de privilégier la prescription des COC de deuxième génération contenant du lévonorgestrel ;
  • de rechercher les facteurs de risque, notamment de thrombose, lors de toute prescription d’un COC à une nouvelle utilisatrice ;
  • d’informer les femmes du risque de thrombose et les alerter quant aux signes cliniques évocateurs ;
  • d’effectuer un suivi clinique pour surveiller la tolérance au traitement contraceptif prescrit.

Ordre national des infirmiers (ONI)

Publicité

Commentaires (7)

Sancho

Avatar de l'utilisateur

162 commentaires

#7

Et ben ...

Pour quelque chose qui n'est pas ecouté, il fait tout de même bien parler.

Et puis, c'est bien ce que je disais, j'arrête d'alimenter cette polémique qui revient encore et toujours.

Le communiqué de l'ANSM sur ce sujet n'a était repris par aucun site professionnel, ce communiqué de l'ONI, lui a était repris et donc a permis de le porter aux regards de plus de monde, cette pratique pour qu'au moins les infirmiers puissent construire leurs avis, donc c'est bien.

loulic

Avatar de l'utilisateur

184 commentaires

#6

complémentaire de quoi ?

L'ordre n'est complémentaire de rien, il ne fait que reprendre les travaux effectuées par d'autres.

Par ailleurs il ne s'intéresse qu'à des sujets ultra marginaux qui ne concernent pas les infirmiers dans leur majorité.

Il ne produit rien, il n'est écouté par personne, et pour cause il ne parle que de lui et certainement pas des professionnels de santé qu'il est sensé défendre, ni les patients.

L'ordre n'est préoccupé que par sa propre survie et ne trompe personne, même pas ses anciens partisans.

Sancho

Avatar de l'utilisateur

162 commentaires

#5

Complementarité

L'ANSM ne parle pas des infirmier dans son communiqué, donc l'ONI le reprend au compte des infirmiers.

Ce n'est parce que l'on en parle a la télé que les infirmiers se sente concerné par cette pratique qui est voulu et autorisée par la loi mais qui cette reste peut etre "ultra marginale".

Il est toujours facile de critiquer, comme d'hab. Il me semble qu l'ONI a fait passer un questionnaire d'étude sur les infirmiers, ouvert a tous mais bon, la encore il est plus facile de critiquer que de répondre.
Enfin, j'arrête car je veux pas retourner dans une polémique de non sens du pour ou contre l'ONI.

Pour cet articles, je pense que l'ANSM a un rôle d'alerte généraliste des professions de santé. Ensuite les ordres concernés doivent reprendre a leurs comptes les recommandations pour en informer les professionnels comme le communiqué de l'ONI qui de plus contient un petit rappel de la loi qui je pense est opportun.

loulic

Avatar de l'utilisateur

184 commentaires

#4

Qui alors ? Je sais pas ...

Peut être l'ANSM ?

L'ordre ne fait qu'un vulgaire copié collé (une fois de plus). De surcroit on parle de ça tous les jours depuis deux semaines dans les journaux, à la radio, à la télé.

Et puis ça concerne combien d'infirmières cette pratique ?

L'ordre n'a absolument rien d'autre à foutre que de parler d'épilation au laser ou de pratique ultra marginales ?

A non, c'est vrai l'ordre n'a toujours rien fait pour les infirmières en 6 ans, et n'a toujours pas l'intention de s'interesser à eux ...

Sancho

Avatar de l'utilisateur

162 commentaires

#3

Qui alors ?

Ben alors qui doit faire passer l'information aux nombreux infirmiers de France et de Navarre... Les syndicats, l'état avec un mail perso. de chaque infirmier, le bouche a oreille, les revues professionnelles...

L'ONI a toutes sa place pour ce genre de communiqué qui concerne l'ensemble des infirmiers, de plus une nouvelles fois , infirmiers.com est un excellent relai pour ce type d'information.

abalordre

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#2

et ben...

Ferait mieux de se taire le beurk plutot que de manier de travers des concepts auxquels il n'a visiblement rien compris.

loulic

Avatar de l'utilisateur

184 commentaires

#1

Youpi

Sert toujours à rien le truc à - 90 millions d'euros.

Ca vaut bien la peine qu'il communique si c'est pour raconter ce genre de conneries qui ne le concerne pas.