INFOS ET ACTUALITES

Près de 50.000 infirmiers ont reçu un calcul de leur éventuel reclassement en catégorie A

Près de 50.000 infirmiers d'établissements publics ont reçu par courrier un calcul de leur éventuel reclassement en catégorie A dans le cadre de la réforme LMD (licence-master-doctorat), a indiqué Marie-Catherine Escolan, représentante de la direction générale de l'offre de soins (DGOS) au cours d'une conférence de presse organisée le 4 novembre dans le cadre du salon infirmier à Paris.

Le ministère de la santé a mis à disposition des responsables des ressources humaines des établissements hospitaliers un logiciel gratuit permettant de simuler le reclassement statutaire et le niveau de rémunération des infirmiers qui souhaiteraient passer en catégorie A dans le cadre de la réforme.

A l'heure actuelle, 600 établissements "se sont identifiés" pour pouvoir bénéficier de cet outil de reclassement sécurisé et au total, 50.000 infirmiers ont reçu un courrier individuel leur proposant un calcul de leur reclassement en catégorie A, a indiqué Marie-Catherine Escolan, chargée de mission au sein du bureau des ressources humaines hospitalières à la DGOS, en marge de la conférence de presse.

Au total, 200.000 agents sont concernés par un éventuel passage en catégorie A, moyennant l'abandon de la catégorie active, qui entraîne un recul de leur droit de départ à la retraite (de 55 à 60 ans).

En raison de l'ampleur de la réforme, la DGOS a souhaité mettre à disposition cet outil de reclassement, craignant des "risques forts d'iniquités de reclassement", en raison des disparités entre établissements, qui ne disposent pas tous de personnels compétents en nombre suffisant pour procéder à des calculs de reclassement précis, a indiqué Marie-Catherine Escolan.

La représentante de la DGOS a insisté sur le fait que l'usage du droit d'option (et donc du passage en catégorie A) relevait d'un choix purement individuel, qui doit être particulièrement réfléchi lorsque l'infirmier dispose de 15 ans d'ancienneté (en raison des éventuelles décotes qui pourraient peser sur les pensions futures). Elle a jugé utile que les infirmiers disposent de toutes les informations nécessaires sur la réforme des retraites avant de prendre une décision, dans la mesure où ils auront six mois pour se décider.

Des conventions IFSI / Université signées avec la moitié des régions d'ici fin 2010

Par ailleurs, dans près de la moitié des régions, les instituts de formation en soins infirmiers (Ifsi) devraient avoir signé une convention avec les universités "d'ici la fin de l'année" dans le cadre de l'universification des études infirmières, a indiqué Eric Sanzalone, adjoint à la chef de bureau de la démographie et des formations initiales à la DGOS, au cours de la conférence de presse.

A l'heure actuelle, seulement trois régions (Midi-Pyrénées, Limousin et Rhône-Alpes) ont signé des conventions. Le Nord-Pas-de-Calais est également sur le point de signer, a précisé Eric Sanzalone en marge de son intervention.

D'ici la fin de l'année, 11 ou 12 régions devraient avoir signé des conventions avec les universités et les régions restantes devraient leur emboîter le pas "dans les semaines suivantes", a-t-il ajouté, indiquant qu'un certain nombre d'assemblées délibérantes n'avaient pas pu se réunir au cours de l'été, retardant de fait le processus de conventionnement. En Ile-de-France, aucune convention n'a pour l'instant été signée.

Un an après la mise en place du nouveau dispositif de formation dans les Ifsi dans le cadre de la réforme, le représentant de la DGOS a constaté que "le nombre de redoublants [n'avait] pas augmenté" par rapport aux années précédentes. Ce constat est toutefois à nuancer dans la mesure où "les conditions de redoublement" de la première année à la deuxième année "ne sont pas très contraignantes", a toutefois précisé Nadia Mihoubi-Boudrai, directrice de l'Ifsi du lycée Rabelais à Paris.

Celle-ci a souligné les "disparités énormes" entre les Ifsi d'Ile-de-France, en termes d'équipements et d'accès à des intervenants universitaires. "Tous les Ifsi ne sont pas équipés en matériel vidéo" pour notamment diffuser des cours dispensés dans un lieu fixe et "la logistique est difficile à mettre en place", a-t-elle constaté.

Publicité

Commentaires (11)

pistache1

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#11

fonction publique territoriale

Je,suis infirmiere de la fonction publique territoriale. Quand allons nous avoir le choix du passage en categorie A ?
Si ce choix se fait qu'après mars 2011 et que je postule un poste en hopital, serai-je encore en catégorie B ou en A obligatoire?
Qui peut me répondre?
Le problème se pose aussi pour les IDE de la fonction publique d'état.(éducation nationale par exemple)

barney

Avatar de l'utilisateur

127 commentaires

#10

suite

"vous pouvez vous battre vous avez de gros syndicats dans le public "

Ah ben la, je rigole, je me marre et me bidonne !

Les syndicats n'ont rien à f.. des IDE (à part ceux des IDEL à qui on doit entre autres l'impossibilité de s'implanter où on veut désormais et "notre" honni ONI. Tu parles d'une réussite !).

Je me suis fait un plaisir de leur renvoyer ma carte quand j'ai vu qu'ils se bougeaient plus pour défendre les intérêts de personnes en situation irrégulière sur le territoire que pour défendre les travailleurs légaux.

Quand au CGOS, çà coûte un maximum et qui peut réellement profiter des quelques avantages ???

C'est à mon avis un ersatz de CE, comme toutes les broutilles qu'on nous donne à nous mettre sous la dent (la fameuse "licence", la simili "catégorie A"...), bref, la baise totale sur toute la ligne...

rabelaisienne

Avatar de l'utilisateur

6 commentaires

#9

on n'a pas bougé !

Bien sur, ça fait longtemps que nous demandons à être reconnu "niveau licence" et on est plutôt content qu'enfin, on reconnaisse notre travail par une rémunération supèrieure (enfin légèrement supèrieure...) mais qu'on nous suprime la catégorie active et que l'on prenne 5 ans de plus, bravo, bien joué !
Et nous, on n'a pas bougé, pas une révolte, pas une grève faisant référence à ça.
oui certains ce sont joints à la grève générale contre les retraites, là ça a bougé pour 2 ans de plus. Mais nous, on nous rajoute 5 ans et on s'la ferme. bien gentil qu'on est...
Moi comme les autres, je n'ai rien fait (ou si peu)je m'en veux.
et pourtant, on a une puissance incroyable. si on voulait, on aurait pu se faire entendre... il est sans doute trop tard maintenant.

Bon courage à tous.

fred31a59

Avatar de l'utilisateur

2 commentaires

#8

re

je savais que j'allais avoir des réponses et m'en félicite. Pour vous répondre Barney vous parlez de résident moi je parle en général donc hopital ayant déja trvaillé en milieu hospitalier je sais de quoi je parle.
c'est pour ca que cette structure ne me plait pas à l'hopital tout est fait pour ralentir les choses. ( je ne parle pas des maisons de repos ou autre assimilé)
mais vous pouvez vous battre vous avez de gros syndicats dans le public et le salaire dans le public et les avantages sont identiques. ( cgos etctetc)

barney

Avatar de l'utilisateur

127 commentaires

#7

???

Je cite "Ne faisons nous pas autant d'heures ( meme plus)?"

Eh ben, çà fait plaisir !

Je suis en "public" et il m'est arrivé de faire des heures sup à tire-larigot NON payées, NON récupérées...

Et pour un salaire de mer.. misère; avec 90 résidents à gérer seul.

Vous devez confondre "fonctionnaire" à la sécu et "fonctionnaire" IDE...

fred31a59

Avatar de l'utilisateur

2 commentaires

#6

ET LE PRIVEE

Le secteur privée est encore une fois de coté??
n'avons nous pas le meme diplome que nos confrères qui travaillent dans le public?
Ne faisons nous pas autant d'heures ( meme plus)? et nous n'avons pas autant d'avantage en nature?
Pour on voit que c'est le secteur public qui en bénéficie les premiers

Dop@mine

Avatar de l'utilisateur

50 commentaires

#5

Le privé est avantagé

"Il était tant que nous soyons reconnus mais qu'en est-il du secteur privé? Serons nous des laissés pour compte?"
Si vous voulez vous aligner sur le système public, il faudra être payé de la même façon que vous l'êtes aujourd'hui et en accepter les contraintes.

Cette réforme rends l'exercice en secteur privé largement plus intérressant

En d'autres termes si on pouvait essayer de faire la balance entre le public et le privé avant la réforme, aujourd'hui elle penche clairement en faveur du privé.

barney

Avatar de l'utilisateur

127 commentaires

#4

Surtout que...

l'obole que l'on vous donne d'une main en échange de 5 années de travaux forcés, on vous le prend avec l'oni... Magnifique ! :)

Xaossiia

Avatar de l'utilisateur

4 commentaires

#3

Pour le privé?

Il n'y avait pas grève des FEHAP pour cela?

Sinon il n'y as pas vraiment de quoi s'en occuper de cette "reconnaissance" plus 40€ bruts dans 3 ans, ohhhh quel changement, quelle reconnaissance ...

barney

Avatar de l'utilisateur

127 commentaires

#2

Ah ben non...

... toujours rien reçu... Sauf mon établissement qui a reçu une relance de l'ONI pour savoir combien ils avaient d'IDE et bien sur, leur noms... Ca rappelle des heures sombre de notre histoire cette manière de procéder !

Mais bon, peuvent toujours rêver, en ce qui me concerne, c'est une fin de non recevoir, hors de question que j'alimente ces parasites, loi ou pas loi.

Après, si l'établissement veut payer la cotisation, çà les regarde...

infirmier66

Avatar de l'utilisateur

14 commentaires

#1

Et le privé?

Il était tant que nous soyons reconnus mais qu'en est-il du secteur privé? Serons nous des laissés pour compte?