INFOS ET ACTUALITES

Scandale dans un hôpital de Grande-Bretagne

La mort dans des conditions sordides de centaines de patients d'un hôpital anglais, privés d'eau, de nourriture et d'hygiène élémentaire, met en évidence l'urgence d'une remise en question du système de santé publique (NHS) en Grande-Bretagne, souligne un rapport publié le mercredi 6 février 2013.

Couloir d'hopital santé publiqueLe scandale de l'hôpital de Stafford, dans le centre de l'Angleterre, où de 400 à 1.200 patients ont succombé à diverses privations entre janvier 2005 et mars 2009, est l'un des plus graves qui a affecté le NHS depuis sa création en 1948. "Certains patients étaient tellement assoiffés qu'ils buvaient l'eau sale des vases", a déclaré le Premier ministre britannique, David Cameron, devant le Parlement. Qualifiant les événements de Stafford de "catalogue ignoble de défaillances médicales et d'encadrement", David Cameron a présenté au nom du gouvernement et du pays tout entier ses excuses aux familles des victimes.

L'auteur du rapport de 3.000 pages, l'avocat Robert Francis, a de son côté déclaré que son enquête avait mis en lumière "les souffrances écoeurantes et inutiles de centaines de personnes". "Elles ont été abandonnées par un système qui a ignoré les signaux d'avertissement et qui a fait passer les intérêts de l'entreprise et la réduction des coûts avant la sécurité des patients", a-t-il dénoncé à la télévision.

Le NHS est une institution qui faisait encore il y a peu la fierté de la Grande-Bretagne, au point d'avoir été placé au coeur de la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques de Londres fin juillet 2012. Le choc est donc à la mesure de l'horreur des événements de Stafford.

"Les patients âgés et vulnérables n'étaient ni lavés, ni nourris, ni désaltérés. Ils étaient privés de dignité et de respect. Certains patients devaient se soulager dans leur lit quand personne ne les aidait à aller à la salle de bain", a témoigné Robert Francis.

Changement de culture

L'auteur du rapport a raconté que certains patients reposaient sur des draps souillés ou encore que les médicaments prescrits n'étaient pas administrés. "Il est difficile de croire que tout cela est arrivé dans un hôpital du NHS", a-t-il conclu. Robert Francis dénonce plus largement dans son rapport la culture du secret du système de santé et sa capacité à ignorer voire à faire taire tous ceux qui ont lancé des mises en garde ou ont posé des questions.

L'avocat décrit des directeurs hospitaliers tellement obsédés par les objectifs bureaucratiques et l'équilibre des comptes requis pour que leur établissement bénéficie du label "NHS Foundation Trust", qu'ils en négligeaient totalement la qualité des soins. Selon lui, c'est donc d'un changement de culture, et non de système d'organisation, dont le NHS a besoin.

Parmi les 290 recommandations du rapport figure notamment l'adoption d'un "devoir de franchise" qui contraindrait médecins et infirmières à reconnaître quand une erreur a été commise et les exposerait à des poursuites pénales en cas de non-respect de cette règle.

David Cameron a souligné devant le Parlement que les défaillances généralisées mises en évidence par le rapport "ne permettent pas d'assurer que les défauts de soins étaient cantonnés à un seul hôpital". Le Premier ministre a promis de nommer un inspecteur général des hôpitaux et de renforcer le système d'inspections d'ici l'automne 2013.

"Ce qui fait la valeur de notre NHS, c'est un principe très simple : qui que vous soyez, d'où que vous veniez, quel que soit votre problème ou le montant de votre compte en banque, il y a un endroit où vous pouvez aller et où on s'occupera de vous", a-t-il rappelé. "L'épouvantable vérité, c'est que ce précieux principe de la vie britannique a été trahi".

Publicité

Commentaires (5)

Pinguoinfirmier

Avatar de l'utilisateur

3 commentaires

#5

libéralisme vraiment?

Le libéralisme a bon dos, on parle de l'Angleterre, pays où les médecins sont fonctionnaires, et c'est arrivé dans un hôpital public, absolument rien à voir avec un courant de pensée qui nous a entre autres donné les droits de l'Homme.
Les pères du libéralisme doivent se retourner dans leurs tombes.
Le problème est surtout cette bureaucratie qui pond des règles et des indicateurs sabs se soucier de ce qui se passe sur le terrain.

Heartofblackangel

Avatar de l'utilisateur

5 commentaires

#4

Le pouvoir de l'argent

Biensûr cela ne se limite pas à l'Angleterre, les MRS chez nous ne sont pas mal dans leur genre non plus!
Ce qui m'inquiète le plus c'est que ce n'est pas près de changer, je parle ici du besoin irrépressible des hommes d'avoir de plus en plus d'argent allant même jusqu'à écraser les autres pour cela, c'est tout simplement pathétique!

iaahhh

Avatar de l'utilisateur

33 commentaires

#3

Des conséquences prévisibles !!

Nous arrivons là au bout du libéralisme !! On nous montre ça est je suis sur que beaucoup nie les faits devant l'évidence tellement c'est horrible !! Mais c'est la réalité !! L'Angleterre est administré par le chacun pour soi, on veux pas payer d’impôts, on veux pas de solidarité nationale (autrement dis sécurité sociale), les salaires sont laminé par le bas, les syndicats impuissants... Bref, si t'ai malade démerde toi !!

L’Hôpital entreprise qui doit faire des bénéfices nous montre donc ça finalité... le pognon !! Les patients (le bétail) et le personnel (la main d'oeuvre agricole) n'en sont que la matière première et les outils de production...

Vous croyez vraiment qu'au final tout va être fait au mieux pour les patients ? Ben non... a force de tirer sur tout ( personnel, matériel, etc...) C'est bien le patient qui trinque à chaque fois... Le personnel lui, quand il a le choix va travailler ailleurs...

PS: Ne croyez pas que ça se passe qu'en Angleterre... regardez de plus prés ce qui se passe dans les maisons de retraites et en psychiatrie... on y est déjà...

Heartofblackangel

Avatar de l'utilisateur

5 commentaires

#2

O_o

Et voilà encore une épouvantable réalité. Quand les hommes comprendrons t-ils que l'argent les pervertis? Je me demande sérieusement à quoi tourne notre société, rien de bon je pense.

brunolaborel

Avatar de l'utilisateur

2 commentaires

#1

Libéral libre et râle .....

Bien venue dans notre merveilleux monde libéral ,qu attendons nous pour faire aussi bien . A oui pardon nous nous y attelons depuis plusieurs années ne vous inquiétez pas on fera aussi bien si ce n est mieux !!...... Merde!