INFOS ET ACTUALITES

Statut des infirmiers : mécontentement du SNPI et du syndicat SUD

Le Syndicat national des professionnels infirmiers (SNPI) juge les propositions ministérielles concernant le changement de statut des infirmiers "inacceptables" et lance une pétition nationale pour réclamer une revalorisation salariale "dès janvier 2010", annonce-t-il dans un communiqué mercredi.

"Le projet écrit de protocole ne prévoit qu'un reclassement [en catégorie A des infirmiers] en 2011, soit pas un centime de revalorisation en 2010", dénonce le syndicat infirmier affilié à la CFE-CGC.

"Comment voulez-vous rendre notre profession attractive et fidéliser le personnel en poste avec le protocole proposé", interroge le syndicat dans une pétition adressée à la ministre de la santé.

Le SNPI réclame une "revalorisation conséquente du salaire net de toutes les infirmières en poste, dès janvier 2010 sans menace sur [les] retraites" et "le doublement de la prime de dimanche et fériés pour une rémunération des contraintes comparable aux autres professions".

Le syndicat SUD santé se déclare de son côté "mécontent" de l'issue de la séance de négociations, a indiqué mercredi à l'APM sa représentante, Marie-Hélène Durieux.

"On s'est gentiment moqué de nous", a estimé la représentante syndicale, précisant que les grilles "rest[ai]ent trop basses" et qu'"aucune réponse n'a[vait] été apportée par la ministre" sur la question du départ à la retraite et sur la question des Parm (permanenciers assistants de régulation médicale), qui ont entamé un mouvement de grève fin décembre 2009.

Les organisations syndicales sont, dans l'ensemble, sorties mitigées de leur séance de négociation mardi, reconnaissant des "avancées" sur le calendrier de la réforme tout en pointant des insuffisances.

La réforme du dispositif licence-master-doctorat (LMD) prévoit que les étudiants infirmiers entrés en formation en 2009 verront leur diplôme reconnu au niveau de la licence, ce qui entraînera pour eux leur intégration dans la catégorie A rénovée de la fonction publique hospitalière à leur sortie d'école en 2012, rappelle-t-on.

Les infirmiers qui exercent déjà auront le choix, soit de rester en catégorie B (mais dans un nouvel espace statutaire), avec leur maintien en catégorie active en raison de la pénibilité de leur travail qui leur permet de partir en retraite à 55 ans, soit d'accéder au nouveau corps de catégorie A, mais avec un classement en catégorie sédentaire qui leur fait obligation de travailler jusqu'à 60 ans

Publicité

Commentaires (2)

aqrv

Avatar de l'utilisateur

94 commentaires

#2

OH LALA

Le snpi se veut plus syndical que la cfdt, la cgt, fo et unsa. Toujours la pour faire des propositions delirantes et utopistes par contre c'est ce memesyndicat qui est favorable à l'ordre, aux controles et a une cotisation exorbitantes.

Sancho

Avatar de l'utilisateur

160 commentaires

#1

A quant des chiffres fiables

Au lieu de nous dire que c'est toujours insuffisant, pourrait on avoir des chiffres extrait du protocole, pas de on dit de la Mme la ministre ou des syndicats.
Arretons de tous melanger comme a notre habitude, que viens faire la greve des PARM dans un article sur le Statut infirmier ....
Il y a plein de chose à revoir mais une chose a la fois, ne melangeons pas tout