INFOS ET ACTUALITES

Statut des infirmiers : plus de pénibilité pour plus de salaire

altLe protocole d'accord des infirmiers partiellement ou intégralement rejeté par la CFDT, FO, la CFE-CGC et SUD. Les organisations syndicales FO et CFE-CGC ont rejeté partiellement le projet de protocole d'accord sur la réforme statutaire des infirmiers, tandis que la CFDT et SUD l'ont rejeté dans son intégralité, a-t-on appris jeudi auprès des différentes organisations syndicales.

L'ensemble des organisations syndicales, qui contestent la suppression du droit de départ à la retraite à 55 ans des infirmiers moyennant leur passage en catégorie A, ont soumis la version définitive du protocole d'accord à leurs différentes instances au cours de la semaine. Le document est divisé en six volets qui peuvent autoriser des signatures séparées.

La CFDT santé-sociaux, qui s'était déclarée hostile à une dispersion du protocole d'accord en plusieurs volets, a rejeté mercredi en bloc l'ensemble du texte, a-t-on appris auprès de sa secrétaire générale, Nathalie Canieux.

"Ce protocole, c'est plus de pénibilité pour plus de salaire, le gouvernement se trompe de diagnostic", a déclaré Nathalie Canieux.

Par la voix de sa secrétaire générale, la CFDT déplore également l'absence de mesures sur les conditions de travail. "Le protocole d'accord promet un groupe de travail sur les conditions de travail mais ce groupe de travail, on nous l'avait déjà promis en 2006 et on ne l'a jamais vu venir".

"Compte tenu du contexte européen, l'entrée dans le dispositif LMD [licence-master-doctorat] était inéluctable", ajoute Nathalie Canieux. "Exiger une monnaie d'échange [la suppression du droit à un départ à la retraite à 55 ans, ndlr] n'est pas loyal".

Le syndicat ne comprend pas davantage qu'on "isole" le dossier des retraites dans la fonction publique hospitalière du dossier global sur les retraites.

FO et la CFE-CGC rejettent les volets statuaires et salariaux

L'organisation syndicale FO, à la suite d'une rencontre de la branche santé du comité national lundi, a décidé de ne pas signer les volets 1, 2 et 3 du protocole d'accord, qui portent sur les mesures statutaires et salariales des infirmiers et cadres de santé et plus généralement des corps paramédicaux, a-t-on appris auprès de Didier Bernus, secrétaire général de la branche des services de santé.

Ces trois volets font en effet référence au "droit d'option", en vertu duquel les infirmières auront le choix entre un passage en catégorie A avec un départ à la retraite différé à 60 ans ou le maintien dans un espace statutaire rénové de la catégorie B avec un droit de départ à la retraite qui reste à 55 ans.

"Certes, nous notons des avancées qui ne sont pas négligeables en termes indiciaires mais nous maintenons la position que nous avons défendue depuis le départ", a expliqué Didier Bernus, rappelant que son syndicat avait menacé de ne pas signer un texte ne reconnaissant pas la pénibilité de la profession infirmière et donc le maintien de la catégorie active.

"D'un côté, nous avons les déclarations de Sarkozy [qui a déclaré lundi soir sur TF1 que la question de la pénibilité serait rediscutée avec les syndicats, ndlr] et de l'autre, on nous retire ce qui est considéré comme une reconnaissance de la pénibilité [à savoir un départ à la retraite à 55 ans], nous sommes en proie au doute", a fait remarquer Didier Bernus.

L'organisation syndicale signera en revanche les volets 4, 5 et 6 qui concernent le reclassement des personnels administratifs, techniques, ouvriers et socio-éducatifs dans le nouvel espace statutaire de la catégorie B, l'accompagnement de l'allongement des carrières et l'amélioration des conditions de travail des personnels paramédicaux et enfin les spécialisations et accès aux masters et doctorats.

La CFE-CGC, qui a envoyé un questionnaire à l'ensemble de ses adhérents, ne signera pas les volets 1, 2, 3 et 4, a indiqué à l'APM le secrétaire général du Syndicat national des professionnels infirmiers (SNPI, affilié à la confédération), Thierry Amouroux.

Il y a eu "rejet massif des volets statutaires et [un] avis favorable sur les pistes d'amélioration des conditions de travail et de perspectives de carrière", déclare le syndicat dans un communiqué.

Pour la CFE-CGC, "l'âge de départ en retraite est fonction de la pénibilité, non du salaire".

"Par ailleurs, pas un centime ne sera versé avant décembre 2010, date [à laquelle] les infirmières auront une revalorisation de seulement sept à 10 points. Les infirmières spécialisées et les cadres de santé devront, elles, attendre juillet 2012".

Le SNPI affirme avoir reçu copie de 6.234 signatures de la pétition adressée à Roselyne Bachelot et rappelle qu'il s'est associé à la Coordination nationale infirmière (CNI) et au Syndicat national des infirmiers conseillers de santé (Snics) pour l'envoi d'une carte-pétition au président de la République, Nicolas Sarkozy.

SUD Santé Sociaux refuse le protocole d'accord

De son côté, le syndicat SUD santé sociaux a rejeté vendredi le protocole d'accord, affirmant ne pas être au courant d'une signature possible en plusieurs volets, a-t-on appris auprès de son représentant Jean-Marie Sala.

"La suppression de la catégorie active constitue un recul", a-t-il déclaré, estimant également que la revalorisation salariale était "insuffisante".

La CFTC santé et sociaux devait se prononcer vendredi mais son président Bernard Sagez, interrogé par l'APM, ne cachait pas que les prises de position "étaient très partagées" et que la question des retraites posait "un gros problème".

Enfin, la CGT, qui organise depuis plusieurs jours différentes assemblées générales, se prononcera mercredi sur le texte, qui a suscité à plusieurs reprises sa désapprobation, en particulier sur son versant retraite.

Par Catherine Dabadie

Publicité

Commentaires (1)

EQUATEUR

Avatar de l'utilisateur

38 commentaires

#1

Non à une catégorie A bradée !

Au terme des négociations sur la revalorisation statutaire dans la fonction publique hospitalière, les conditions d’accès à la catégorie A sont subordonnées à une remise en cause des droits à la retraite et le reclassement proposé [b]ne correspond pas à la catégorie A TYPE [/b]qui sanctionne la responsabilité telle que reconnue aux autres professions de la Fonction publique, administratifs et enseignants.
Cette proposition de catégorie A atypique pour les infirmier(e)s est très éloignée des engagements pris par le Président de la République