INFOS ET ACTUALITES

Un « Ange Anonyme » nommé Françoise...

Une ville, une infirmière, une trottinette et quatre saisons... A Lyon, capitale des Gaules, Françoise arpente les rues et les trottoirs de la ville depuis 32 ans, qu’il pleuve, vente ou neige pour dispenser les soins au domicile de ses patients... La camera du réalisateur Olivier Ducray va la suivre au fil de son travail, une année durant. Le tournage a débuté le 31 décembre dernier, il se poursuivra jusqu’à l’aube de 2014. A l’issue de ce parcours intense partagé, un documentaire et peut-être un long métrage. Il ne tient qu’à vous d’encourager le projet ! Croyez-nous sur parole, le résultat sera à la hauteur des espérances de toute une profession qui ne demande qu’un peu plus de visibilité et de valorisation...

Françoise infirmière libérale soins à domicile« Rendre hommage à des professionnels précieux en mettant en lumière la bouffée d’oxygène - et bien plus - qu’ils apportent aux personnes âgées ou malades, telle est la finalité de mon travail, explique Olivier Ducray, scénariste et réalisateur. Comme la plupart des gens, sans doute ai-je peur de vieillir, d’être malade, et sans doute ai-je besoin d’exorciser cette peur. En 2011, j’ai écrit et réalisé mon premier court métrage, Champagne, pour essayer d’aborder cette question de la manière la plus simple qui soit. C’est en préparant ce court métrage, tandis que je recherchais son personnage principal, une dame très âgée, et le décor de mon film, un appartement dans son jus, que j’ai eu la chance de rencontrer Françoise Lainé Mermet Maréchal, infirmière libérale de son état ; une rencontre avec une femme d’exception... Si je n’ai qu’un souhait à émettre c’est, sans nul doute, qu’un jour ou l’autre, nous serons heureux, pour nous ou nos proches, de rencontrer « une » Françoise ».

Le documentaire tourné actuellement avec elle, à Lyon, s’intitule « Les Anges Anonymes », il constitue une sorte de radioscopie de la partie la plus savamment cachée de notre société, de notre rapport aux aînés, à la maladie, à la mort.

« Grâce à notre précieux guide et à travers elle, poursuit Olivier Ducray, j’aimerais parler de toutes les personnes, aussi indispensables que discrètes, qui n’abandonnent pas les plus fragiles d’entre nous. D’où ce titre en forme d’hommage : le film suivra un ange comme il en existe, heureusement, des milliers d’autres. En effet comme plus de 80.000 autres anges anonymes en France, tous infirmières ou infirmiers libéraux, Françoise veille sur quelques-unes des millions d’âmes invisibles qui peuplent nos villes et nos campagnes ».

Françoise veille sur quelques-unes des millions d’âmes invisibles qui peuplent nos villes et nos campagnes

On suivra donc Françoise sur sa trottinette, à une cadence infernale, une énorme pile de fiches bristols dans son sac. Sur ces fiches ? Des adresses, des codes de porte, des numéros d’étage et tout ce qu’il faut savoir de la vie de centaines d’individus, souvent âgés, souvent seuls. D’eux elle connaît absolument tout ; dans bien des cas pour eux, elle est absolument tout.

Françoise, c’est le substrat de la profession qu’elle représente : de la vitalité, du dynamisme, de l’énergie, de la familiarité - juste ce qu’il faut - et de la distance - quand il le faut -, de la compétence, de la chaleur et une disponibilité à toute épreuve... En 2013, comme tous les ans depuis 1979, Françoise, va visiter plus de 600 patients, au rythme de 15 à 20 par jour, presque tous les jours, week-end inclus !

« Le quotidien de Françoise, mais aussi ses passions, permettront de comprendre comment elle vit sa profession, le poids de l’attente qui pèse sur ses épaules, la détresse parfois... »

Françoise veille sur quelques-unes des millions d’âmes invisibles qui peuplent nos villes et nos campagnes

« Dès 7h du matin, il n'est pas rare qu'il fasse encore nuit lorsque Françoise grimpe sur sa trottinette et commence sa tournée, poursuit Olivier Ducray. Parmi ses patients, on trouve une majorité de personnes âgées, hommes et femmes, souvent dans un état de santé précaire bien sûr, parfois livrés à eux-mêmes ; le moral est rarement au beau fixe. L'isolement pèse. Certains ont la chance d’avoir des proches compréhensifs et présents, d’autres pas. Tous ont au moins la chance d’avoir Françoise. Chaque jour, ils attendent l’infirmière comme le messie. On est bien au-delà d’une relation praticien-patient, en soi déjà indispensable : un rapport affectif s’installe, la confiance est totale, les confidences s’invitent dans les conversations. Parfois, pour eux, ce sera la seule conversation de la journée ou de la semaine. »

Françoise l’explique à son tour : « je m’adapte toujours au rythme des gens, les « lève tôt » et les « lève tard ». Je réponds à mon téléphone de 7h du matin lorsque je franchis la porte de mon immeuble à 23h le soir, lorsque je me couche. Il n’y a guère qu’au cinéma ou au théâtre que je le coupe. Mais je ne réponds jamais lorsque je suis en train de faire un soin : je laisse toujours la priorité au patient soigné. Oui, l’infirmière se substitue souvent naturellement aux proches. J’aime cette relation, je m’en amuse, toujours pour le bien de la personne. Les aînés me considèrent comme leur fille adoptive, les jeunes comme une mère adoptive. Parfois aussi comme une amie, une confidente... ou tout à la fois. »

« Sans voix off, le film marquera le temps qui passe via des cartons titres indiquant chaque mois. Le passage des saisons sera rendu lisible par des vues de la ville, l’évolution du climat, de la floraison... »

« Parce que Françoise est en plus d’une nature incroyablement positive et joviale, poursuit Olivier Ducray, elle me donne une occasion unique d’aborder ce sujet différemment, sans misérabilisme, avec humour même. La réalité est souvent douloureuse, c’est indéniable, mais son approche dédramatisée la rend acceptable ; on doit pouvoir désormais la regarder en face ».

Le film se découpe en quatre parties distinctes correspondant aux quatre trimestres calendaires et, à dix jours près, aux quatre saisons - hiver, printemps, été, automne. Cinq personnes, dans des situations très différentes, et aux personnalités diverses, feront l’objet d’un suivi particulier, sorte d’échantillon représentatif des profils de patients auxquels Françoise est confrontée jour après jour, pendant des semaines, des mois, parfois des années : trois personnes âgées en plus ou moins bonne santé, un malade en soin palliatif et un jeune blessé non grièvement mais nécessitant des soins longue durée. « Nous allons la suivre dans ses tournées pendant un an, mois après mois, saison après saison, souligne le réalisateur. Nous verrons ainsi comment évoluent les relations entre la praticienne et ses patients. Au-delà des situations douloureuses dont ils témoigneront, de nombreux moments légers viendront égayer ces portraits ; car Françoise est un personnage rare, qui sait rire et nous faire rire, sans tabou. Sa manière décalée d’appréhender les choses est unique. Elle ne nous donne pas de leçon mais on en reçoit nécessairement une ».

Voir le pilote « Les Anges Anonymes » en préparation sur le lien suivant

Alors, convaincus du bien fondé du travail poursuivi par Olivier Ducray ? Si comme nous ses arguments vous ont convaincus, si Françoise parle à vos cœurs comme elle  a su parler aux nôtres, si les premières scènes via le pilote vous enthousiasment... alors, oui, croyons-y ensemble et aidons Olivier à mener son projet à bien. Le film, produit de manière indépendante*, bénéficie depuis quelques jours d’une campagne de financement participatif ouverte jusqu’au 8 avril 2013… A vous de voir ! Pour nous, à la rédaction, c’est déjà vu !

*Par la société de production Mitiki

Suivez l’évolution du film Les Anges Anonymes ! Sur facebook

Creative Commons License
Rédactrice en chef Infirmiers.com
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Publicité

Commentaires (7)

Tipol-Annick

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#7

ohhhhhhhh

Mais c'est ma copine moutarde ! toujours fidèle à elle meme je vois, tu sévis ici aussi ? :D :D

Les Anges Anonymes

Avatar de l'utilisateur

4 commentaires

#6

Coup de foudre

Vous n'êtes pas très encourageant dites-moi, tant pis, vous avez le droit d'être critique bien sûr. Attendez peut-être de voir le film en entier quand même? Ce dont vous parlez sera très largement développé, le format "pilote" ne nous permettait pas de le faire.

Par ailleurs, je n'ai pas "choisi" Françoise, c'est une rencontre et un coup de foudre (pas un résultat de casting); l'étoile filante, comme la surnomment certains patients, est intéressante aussi dans sa singularité justement. Gardez en tête que ce n'est pas un film institutionnel (ni un reportage) mais bien un documentaire...

Bon week-end et j'espère à bientôt sur Touscoprod :)

moutarde

Avatar de l'utilisateur

291 commentaires

#5

1 exercice parmi d'autres

C’est un sujet intéressant et très d’actualité avec les enjeux du vieillissement dans un contexte économique tendu et les perspectives du maintien à domicile des personne âgées +/- dépendantes.

Mais, du peu que j’ai lu ou vu, l’IDEL que vous avez choisi de suivre durant cette année 2013 n’est pas forcément représentative en terme d’actes infirmiers, d’organisation de travail et d’articulation entre vie professionnelle et vie privée.

Les Anges Anonymes

Avatar de l'utilisateur

4 commentaires

#4

Planning (suite)

Oui, tous les jours, WE et jours fériés compris en général bien que ce soit "allégé" ces jours-là (encore que... nous avons tourné avec elle le 1er janvier ça n'avait rien d'allégé). Elle s'arrête par contre un mois plein en Août. Ce sera intéressant pour nous de filmer avec sa remplaçante et de voir l'inquiétude de ses patients réguliers à la veille de ce départ en congés...

Merci pour l'intérêt porté à cet article et à notre film.

moutarde

Avatar de l'utilisateur

291 commentaires

#3

Planning 2

Ok mais elle travaille " presque tous les jours, WE compris" ?

Les Anges Anonymes

Avatar de l'utilisateur

4 commentaires

#2

Précision pour Moutarde

Non car il ne s'agit pas de 15 à 20 nouveaux patients chaque jour, il y a une majorité de patients réguliers, qu'elle voit tous les jours ou plusieurs fois par semaine; ce qui donne en gros 600 patients différents rencontrés sur une année complète... c'est une estimation bien entendu.

moutarde

Avatar de l'utilisateur

291 commentaires

#1

Planning

"En 2013, comme tous les ans depuis 1979, Françoise, va visiter plus de 600 patients, au rythme de 15 à 20 par jour, presque tous les jours, week-end inclus !" => Il y a un truc qui va pas, là.