INFOS ET ACTUALITES

Une recrudescence de la gale en France ?

Une étude de l'Institut de Veille Sanitaire (InVS) démontre que la gale est en recrudescence en France depuis quelques années. Ce constat est d'autant plus inquiétant qu'en cas d'épidémie, le pays est mal équipé, son principal traitement étant en rupture de stock depuis plusieurs mois.

Une recrudescence de la gale en France ?Depuis le début de l'hiver 2012-2013, plusieurs cas de gale ont été déclarés en France, notamment dans le Maine-et-Loire, au sein d'un collège de Montreuil et dans une maison de retraite du Nord. Cette recrudescence de la maladie inquiète puisque le principal traitement local, l'Ascabiol, est en rupture d'approvisionnement depuis le 26 novembre 2012 d'après l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM). Néanmoins, il peut être remplacé par deux solutions alternatives.

D'après l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS), environ 300 millions de cas de gale sont signalés chaque année dans le monde. Les chiffres ne sont pas connus en France, la déclaration n'étant pas obligatoire, mais on estime que la prévalence de la maladie est élevée.


« La maladie pourrait toucher 200.000 Français par an »

L'étude « La gale est-elle en augmentation en France » de 2011 publiée par l'Institut de Veille Sanitaire (InVS) se base sur la quantité vendue de deux produits anti-gale pour indiquer que la maladie pourrait toucher 200.000 Français par an soit 337 à 352 nouveaux cas en moyenne pour 100.000 habitants entre 2005 et 2009. Les voyages et migrations, le retard du diagnostic, et la stigmatisation sont autant de facteurs pouvant favoriser l'extension de la gale. Le Dr Didier Che, co-signataire de l'étude, explique cependant qu'il faudrait mettre en place des études spécifiques pour savoir s'il existe une réelle augmentation et préconise la « création d'un centre national de référence pour les parasites qui ne tuent pas mais peuvent transmettre des maladies infectieuses ».

Une maladie souvent bénigne mais très contagieuse

La gale reste aujourd'hui une maladie taboue souvent liée au manque d'hygiène. Cependant, sa rapide propagation en fait une pathologie présente partout dans le monde, au sein de toutes les classes socio-économiques et chez les personnes de tous âges. Elle est provoquée par un acarien (sarcoptes scabiei hominis) creusant des sillons sous la peau pour y pondre des œufs et se traduit par des démangeaisons intenses au niveau du coude, des poignets, des doigts ou des genoux notamment la nuit. Le diagnostic peut s'avérer difficile puisqu'il nécessite la prise en compte du contexte et des signes cutanés, et un examen parasitologique pouvant parfois s'avérer faussement négatif.

La maladie fait partie des infections sexuellement transmissibles (IST) et se transmet surtout par contact cutané direct voire, dans certains cas, avec des vêtements ou des draps et couvertures infectés. Elle se répand particulièrement dans les hôpitaux et les établissements de soins aux enfants, les conditions de surpeuplement favorisant la propagation du parasite. La lutte contre la gale passe par l'amélioration de l'hygiène personnelle et par l'accès à un approvisionnement en eau suffisant. Elle est traitée par un bain chaud accompagné d'un savonnage soigneux et une pommade acaricide.

Creative Commons License


Rédactrice Infirmiers.com
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Publicité

Commentaires (0)