EMPLOI

Les EHPAD : des établissements à fort potentiel d'emploi

Cet article fait partie du dossier :

Conseils emploi

Avec la croissance constante du nombre des personnes âgées et la nécessité de leur offrir un mode de prise en charge adapté, les emplois en EHPAD se sont multipliés ces dernières années. Pourtant, de nombreux établissements peinent à trouver du personnel compétent et qualifié (aides-soignants, médecins, infirmières...) pour s’occuper de leurs pensionnaires...

personnes agees ehpad« Quel bel avenir que d'embrasser la profession d’infirmière pour accompagner les personnes dites du 3ème, voire du 4ème âge ! Quelle richesse de partager le vécu de ces personnes qui ont résisté au poids des ans et lutté face à la force de la vie aussi violente soit-elle... Un sourire pour un visage qui s'illumine, un toucher « bienveillant » pour un corps qui se détend, un petit mot d'attention pour une angoisse qui s'apaise... autant de « petits riens » quotidiens qui s'ancrent au cœur du soin et en font sa richesse ». Ces quelques lignes de témoignage écrites par une infirmière en exercice dans un EHPAD (Établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes) illustrent bien son « cœur de métier ».

La réalité en atteste, d'ici 2020, au moins 37.000 emplois supplémentaires devront être créés dans la seule région d'Ile-de-France pour répondre aux besoins des personnes âgées dépendantes1. C’est également dans les EHPAD, ainsi que dans les unités de soins de longue durée (USLD), que la part du personnel paramédical ou soignant est la plus élevée (près de 50 %). Médecins, infirmières, aides-soignants, kinésithérapeutes, ergothérapeutes..., tous travaillent de concert pour une prise en charge de la personne âgée dépendante aussi « personnalisée » possible et à la mesure de ses besoins.

Conjoncturellement, les métiers des EHPAD sont donc des métiers d'avenir et le secteur a besoin de professionnels dynamiques et motivés.

Alors de quelles qualités doivent disposer les professionnels de santé pour exercer en EHPAD ? Avoir le goût pour les métiers de la gérontologie et disposer d'une véritable motivation à travailler avec ce type de public fragile, mais riche de son parcours de vie. La professionnalisation des interventions et les bonnes pratiques en gérontologie (techniques et humaines, avec notamment la notion très en vogue de « bientraitance ») s'imposent également. Cependant, au-delà de cet esprit positif et bienveillant nécessaire au professionnel de santé, les conditions de travail et le rythme quotidien, éprouvantes tant physiquement qu'émotionnellement, peuvent venir à bout des meilleures motivations...

« Les emplois en EHPAD ont besoin de rencontrer leurs professionnels car, derrière ces annonces, ce sont des personnes âgées qui attendent que l’on prenne soin d’elles. »

La réalité des EHPAD

Au sein de tous les établissements accueillant les personnes âgées (âge médian 85 ans) , le statut « EHPAD », créé en 2002, tend à s’imposer progressivement. Aujourd’hui les trois quarts des maisons de retraite en sont. Rappelons que les EHPAD accueillent les personnes âgées, valides ou non, et leur fournissent l'hébergement, un encadrement médical, et des prestations hôtelières variables d'une maison à l'autre. Les frais peuvent être pris en charge partiellement ou totalement par l'aide sociale si la personne n'a pas les ressources requises. Les EHPAD n'ont pas pour vocation à se substituer aux hôpitaux ou aux établissements de soins de suite ou de soins spécialisés. Chaque résident conserve son médecin traitant. L’appellation EHPAD signifie également que la résidence a signé une convention tripartite de cinq ans avec le Conseil général et l'Agence Régionale de Santé, s'engageant à respecter un cahier des charges précis et avoir une démarche globale contrôlée par l'Agence régionale de santé. La direction s'engage en effet dans une démarche qualité et un travail pluridisciplinaire sur le projet de vie individualisé du résident d'un côté, et sur la mise en œuvre au quotidien des moyens liés à l'hébergement, la dépendance et le soin de l'autre.

Certains établissements pratiquent également l'accueil de jour et l'accueil temporaire, notamment pour les personnes qui souhaitent encore rester à domicile une partie du temps mais qui ont besoin d'être prises en charge et assistées de façon ponctuelle. Pour les malades souffrant de la maladie d'Alzheimer, outre l'hébergement permanent en établissement, il existe également un accueil en hébergement temporaire et en accueil de jour. Ce dernier permet bien souvent aux aidants familiaux, très sollicités au quotidien, de souffler un peu.

Les EHPAD connaissent aujourd'hui une concentration et un développement très importants, mais encore insuffisant. Tout porte à croire que la demande va encore s'accroître : les plus de 85 ans, aujourd'hui au nombre de 1 200 000, seraient 2 100 000 en 2020 et parmi elles, 35 % de personnes lourdement dépendantes nécessiteraient un placement en EHPAD, et 90 % des personnes ayant atteint 90 ans le seront également. Fin 2007, sur les 10 300 établissements d’hébergement pour personnes âgées, on dénombrait 6 855 EHPAD pour environ 515 000 places, soit une taille moyenne de 75 places par EHPAD2.

Des emplois en souffrance...

Avec la croissance constante du nombre des personnes âgées et la nécessité de leur offrir un mode de prise en charge adapté, les emplois en EHPAD se sont multipliés ces dernières années. Pourtant, de nombreux établissements peinent à trouver du personnel compétent et qualifié (aides-soignants, médecins, infirmières...) pour s’occuper de leurs pensionnaires. Manque de vocation ? D’intérêt ? Faible attractivité du secteur de la gérontologie et valorisation sociale insuffisante ? Un cercle souvent vicieux, d'autant quand les organisations de travail fonctionnent en sous-effectifs, ce qui accroît les mauvaises conditions de travail et accentue les phénomènes de fuite du secteur ou de retrait d’activité...

Un rapport du Centre d'analyse stratégique (2007)3 indique que les métiers d'infirmiers et d'aides-soignants seront parmi les plus recherchés en 2015 en raison notamment du vieillissement de la population et des besoins en santé qui lui sont liés. Plus de 200.000 emplois devront être créés pour ces professions. Si les emplois en maison de retraite médicalisées ont besoin de rencontrer leurs professionnels car, derrière ces annonces, ce sont des personnes âgées qui attendent que l’on prenne soin d’elles, les administrateurs d'établissement doivent également prendre en compte la bonne santé de leurs personnels et les conditions de travail qu'ils leur offrent... Pour une politique en la matière gagnant/gagnant...

Consultez sur le site EMPLOI Soignant toutes les offres d'emploi en EHPAD

Notes

1. Enquête EHPA 2007, exploitation DREES mai 2009. Etudes et Résultats, n°689).

2. Les métiers en 2015, Centre d'analyse stratégique, Rapport du groupe « Prospective des métiers et qualifications », janvier 2007.

3. Insee Ile-de-France 2009 « Regards sur... la dépendance des personnes âgées en Ile-de-France ».

Creative Commons License

Bernadette FABREGASRédactrice en chef IZEOS Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Publicité

Commentaires (5)

anne.L57

Avatar de l'utilisateur

2 commentaires

#5

Travail en EHPAD

J'ai toujours aimé travailler avec les personnes agées, mais mon dernier emploie en EHPAD, j'en garde un souvenir terrible (pas à cause des patients mais à cause de la direction). J'ai oser m'opposer à la direction et j'ai donc été licenciée. Je n'ai pas encore digérer cela et je pense que je ne suis pas prête de retourner travailler en EHPAS!

niglotte

Avatar de l'utilisateur

5 commentaires

#4

qualités

bien sûr que cela pourrait être interessant de bosser pour nos aieuls, mais vu les conditions de travail dans lesquelles bossent nos collègues, je doute que de futurs infirmiers demandent à aller bosser dans ces établissements. Je côtoie ce genre d' établissement et suis outrée de voir qu' une toilette est chronométrée, peu de personnel, peu de relationnel avec ces résidents, bref quantité oui, mais pas qualité de soins !

moutarde

Avatar de l'utilisateur

375 commentaires

#3

Qualités (3)

En effet oui.

A la condition qu'effectivement les intérêts des PA passent avant leurs propres intérêts financiers en autres dont pour certains grands groupes leurs cotations en bourse. Ce n'est pas gagné. L'une des seules actions (l'or gris...) qui monte, qui monte, qui monte et dans laquelle il est pertinent d'investir selon de sérieuses revues spécialisées car c'est une valeur sûre !!

Par ailleurs, les maisons de retraite sont devenues EHPAD pour la plupart. Que le nom puisque de lieux de vie, nous sommes passés à établissement hospitalier médicalisé de fait mais sans que souvent les moyens ne suivent. Malgré les conventions tripartites, le personnel soignant se fait attendre tant qualitativement que quantativement.
Donc à mon avis et avant tout, le préalable pour une évolution est l'indispensable (re) définition juridique de ces établissements.

Bernadette Fabregas

Avatar de l'utilisateur

189 commentaires

#2

Qualités, suite...

"les administrateurs d'établissement doivent également prendre en compte la bonne santé de leurs personnels et les conditions de travail qu'ils leur offrent..." deux bons arguments de choix, non ?

moutarde

Avatar de l'utilisateur

375 commentaires

#1

Qualités

[...Alors de quelles qualités doivent disposer les professionnels de santé pour exercer en EHPAD ?...]

==> Alors de quelles qualités doivent disposer les EHPAD pour recruter des IDE ?