COURS IFSI

Cours ifsi - système nerveux périphérique et système nerveux central

Le troisième cours de psychologie (en collaboration avec Médiformation) pose la distinction entre les deux grands systèmes nerveux (semestre 1 - 1.1.S1).

Pdf"1. Introduction

Un exemple concret

Une patiente est hospitalisée suite à un accident de la route. Elle présente une absence de sensibilité au niveau des membres inférieurs.

Jusqu'où peut-on pousser l'investigation ?
Pourquoi le médecin demande-t-il des radios du crâne et de la colonne vertébrale ?

Résumé du cours

Le système nerveux se développe dans l'ensemble du corps humain et comprend des éléments très différents dans leurs formes et leurs fonctions. Il est divisé en deux systèmes complémentaires, le système nerveux périphérique (SNP) et le système nerveux central (SNC).

Le SNP comprend l'ensemble des tissus nerveux qui parcourent le corps. Il a une double fonction : recevoir des informations par les capteurs sensoriels et les transmettre au SNC, et activer les fonctions motrices commandées par le SNC. Il est constitué de deux parties, celle, somatique, activant les muscles du squelette et celle, autonome, rattachée aux viscères.

Le SNC, quant à lui, correspond à l'encéphale et à la moelle épinière. Il est le centre de traitement de l'information. Nous regarderons dans ce cours les grandes généralités du SNC et le cours suivant présentera plus en détail les régions cérébrales les plus importantes.

En quoi cela peut-il intéresser les étudiants ?

Cette partie va nous permettre d'avoir un aperçu schématique de l'organisation du système nerveux; ce qui servira de base à de nombreuses compréhensions ultérieures, que ce soit au niveau de l'apprentissage de l'anatomie humaine ou de certaines maladies neurodégénératives comme la maladie de Parkinson.

2. Le système nerveux périphérique

Ce système périphérique au SNC est constitué de fibres nerveuses qui peuvent être classées selon leur fonction.

Ainsi, nous avons selon cette classification :

Les fibres afférentes

Les fibres afférentes qui reçoivent des stimuli (sing. : stimulus) par leur récepteurs sensoriels et qui transmettent les informations perçues au SNC via les nerfs sensoriels pour qu'elles soient traitées.

Les fibres afférentes sont de deux sortes :

  • somatiques si elles sont rattachées aux récepteurs sensitifs de la peau, des muscles et des articulations ;
  • viscérales lorsqu'elles sont en lien avec les viscères.

Il existe trois types de récepteurs sensoriels : l'extéroception, la proprioception et la viscéroception.
La somesthésie, qui correspond à la sensibilité générale du corps, autrement dit du somatique, est constituée de l'extéroréception et de la proprioception.
L'extéroréception est l'ensemble des récepteurs de la surface du corps et des sensations distales comme la vue ou l'ouïe.
Tandis que la proprioception se réfère à la posture du corps dans l'espace (oreille interne, muscle, articulation, etc).
Les viscéroceptions sont les récepteurs sensoriels des viscères et des sensations internes du corps: muscles lisses, système digestif, etc.

Les fibres efférentes

Les fibres efférentes partent quant à elles du SNC pour acheminer une commande de fonction aux organes ou aux muscles.
Ces commandes sont régulées par un système de rétroaction (ou feedback) permettant au SNC d'être informé du nouvel état de l'organe ou du muscle en question.

Fibres afférentes (sensation) Fibres efférentes (réponse)
S.N. somatique Fibres somatiques acheminant l'information de la somesthésie Fibres motrices activant les muscles squelettiques
S.N. autonome Fibres viscérales acheminant l'information de la viscéroception Fibres végétatives activant les glandes, les muscles lisses et le muscle cardiaqu

Le système nerveux somatique est rattaché aux mouvements et à la posture, mais aussi à l'ensemble des relations entre le corps et l'environnement extérieur.

Le système nerveux autonome est également appelé végétatif ou neuro-végétatif. Son nom vient du fait qu'il fonctionne indépendamment de la volonté et de l'attention consciente. En d'autre terme, on n'a pas besoin d'être constamment attentif au souffle pour pouvoir respirer !
Il est constitué de deux sous-systèmes complémentaires, le sympathique et le parasympathique.

Le système nerveux sympathique active et mobilise les viscères alors que le système nerveux parasympathique les inhibe et les met au repos. Les effets de ces systèmes sont multiples. En voici quelques exemples :

Effets du système sympathique Effets du système parasympathique
Œil Dilatation de la pupille Contraction de la pupille
Muscle cardiaque Augmentation de sa fréquence Diminution de sa fréquence
Muscles sphinctériens

Contraction

Relâchement
Salives, larmes, urine Diminution des sécrétions Augmentation des sécrétions

Hormones principalement associées

Noradrénaline

Acétylcholine

3. Le système nerveux central

Le SNC est constitué de la moelle épinière (ME) et de l'encéphale.

La moelle épinière est un organe relais pour la grande majorité des nerfs du SNP et possède ses propres fonctions réflexes. Ceci permet au corps de réagir en cas de danger sans attendre que le cerveau donne un sens à l'expérience vécue.

La moelle épinière est protégée par l'ossature de la colonne vertébrale.

L'encéphale se divise en trois sections distinctes :

  • Le cerveau qui synthétise, stocke et transforme l'information ;
  • Le cervelet assure le contrôle et la coordination des mouvements volontaires, du tonus musculaire et de l'équilibration. Il reçoit les informations du cortex moteur ainsi que des feedbacks des systèmes sensoriels qui supervisent le mouvement, ce qui lui permet de comparer et de rapprocher le mouvement effectué au mouvement désiré. C'est la zone de l'apprentissage moteur, par exemple apprendre à faire du vélo ;
  • Le tronc cérébral qui assure des fonctions de relais entre le cerveau et la ME, ainsi que la régulation des fonctions réflexes, de la respiration, du rythme cardiaque et de l'état de veille. Il a également un rôle majeur dans le maintien de la posture du corps lors de mouvements volontaires commandés par le cortex. C'est donc grâce au tronc cérébral que le bassin part légèrement en arrière lorsque le haut du corps tend vers l'avant : il permet de contrebalancer les forces pour que la posture debout soit conservée.

Il existe une topographie précise au sein du système nerveux qui fait que deux points voisins du SNP envoient de l'information qui va être véhiculée par deux neurones voisins tout au long de la voie afférente pour que finalement cette information atteigne deux points voisins du SNC. C'est la somatotopie.

La conséquence de ce principe est que le cerveau est constitué de zones spécialisées dans certains types de traitements de l'information. Ce que nous verrons dans le prochain cours.

UE Psychologie entrainez-vous en ligne

Retrouvez l'ensemble des cours de psychologie sur Infirmiers.com

Creative Commons License

Psychologue
Rédacteur Infirmiers.com
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Publicité

Commentaires (0)