ESI

Campagne de vaccination contre la grippe A H1N1, la réquisition vue par les étudiants infirmiers

Campagne de vaccination contre la grippe A H1N1, la réquisition vue par les étudiants infirmiersA l’heure où les préfets réquisitionnent des étudiants infirmiers de 3ème année et des cadres formateurs en IFSI (Institut de Formation en Soins Infirmiers), de nombreuses voix s’élèvent pour dénoncer cette mesure juridique et évoquent même une éventuelle désobéissance civile.
En effet, des pétitions circulent sur internet comme celle des étudiants infirmiers de la Loire adressée à Madame Bachelot, Ministre de la santé et des sports 1.
Cette pétition met en cause la nécessité et la légitimité d’un tel dispositif mais critique également le mode opératoire et la méthode. Les étudiants des IFSI de la Loire mais pas seulement, dénoncent une telle réquisition dans une troisième année charnière et déjà bien chargée entre évaluations théoriques, pratiques et mémoire de fin d’études.

Ils dénoncent aussi le fait de ne pas être rémunéré dans le cadre de la réquisition (considérée comme un stage de santé publique) en rappelant qu’au 21ème siècle les infirmières et par extension les étudiants infirmières ne sont plus des bonnes sœurs.
Sur de nombreux forums d’étudiants infirmiers, la polémique enfle et les étudiants expriment de vraies inquiétudes face à cette réquisition et à ses possibles conséquences.
Le manque de recul sur les éventuels effets secondaires du vaccin et notamment du squalène contenu dans l’adjuvant bien que l’AFSSAPS ne note aucun effet secondaire majeur et prévalent à l’heure actuelle2 ou encore le fait que la personne qui prépare ne soit pas celle qui injecte ce qui est contraire aux recommandations professionnelles sont autant de questionnements éthiques soulevés par les étudiants.
Il faut d’ailleurs noter qu’une grande majorité d’étudiants infirmiers, tout comme leurs pairs, ne sont pas vaccinés contre la grippe A ni même contre la grippe saisonnière malgré des exhortations ministérielles et institutionnelles massives.

Certains étudiants soulignent malgré tout la belle expérience humaine que cela représente et l’expérience supplémentaire qu’il est possible d’acquérir à travers cette campagne.
C’est donc dans un contexte relativement difficile et explosif qu’intervient la réquisition par les préfets forcée par le manque évident de volontaires, professionnels ou étudiants, qui non seulement ne veulent pas se faire vacciner mais ne veulent pas non plus vacciner la population contre une grippe qu’ils considèrent comme très contagieuse mais peu dangereuse en général.
Rappelons que la réquisition est un acte légal (art. L.3131-8 du CSP) par lequel une autorité exige un service ou un bien d’une personne ou d’un groupe de personnes, elle peut être « volontaire » ou « forcée », dans ce cas là, des poursuites judiciaires peuvent être engagées en cas d’inexécution de l’ordre donné, cependant la réquisition apporte également une couverture assurantielle et juridique renforcée par l’état.
Cette réquisition, en vertu de la loi du 5 mars 2007 sur la préparation du système de santé aux menaces sanitaires de grande ampleur prévoyant un dispositif dénommé "plan blanc élargi", des étudiants infirmiers dans le cadre de la pandémie de grippe A H1N1 a pour but « de miser sur le potentiel étudiant pour préserver l’offre de soins en période de tension » 3.

Cette période de tension s’explique par la contagiosité importante de ce virus (augmentation de 80% des consultations aux urgences pédiatriques, + 55% de consultations chez les médecins généralistes, + 22% aux urgences adultes4 s’ajoutant à la pénurie infirmière et médicale actuelle en France mais aussi aux restructurations liées à la nouvelle gouvernance du plan Hôpital 2007 et plus récemment à la loi HPST (hôpital, santé, patient, territoire).
Chez les cadres formateurs, les réquisitions, dans une période difficile avec le chevauchement du programme 1992 et du programme 2009 et l’investissement supplémentaire qu’il induit avec la multiplication d’activités pédagogiques encadrées (plus de travaux dirigés et des travaux personnels guidés), est aussi plutôt mal vécue.

C’est donc les étudiants infirmiers de 3ème année (ayant validé la deuxième année de formation) et les cadres formateurs en IFSI qui se retrouvent en première ligne de ces réquisitions comme le stipule l’arrêté ministériel du 4 Novembre 2009 toutefois cette éventualité avait été évoquée dès début octobre par le ministère.
Ces réquisitions, qui se passent par vacations de 4 heures du lundi au samedi de 9h à 20h, imposent la présence de deux IDE (infirmiers diplômés d’état) et 2 deux ESI (Etudiants en soins infirmiers)  ainsi que d’un ou deux médecins et du personnel administratif par vacation.

Les modalités de réquisitions, qui dépendent des départements et des décisions préfectorales, sont donc inégales. A titre de comparaison, dans la Loire (42), les étudiants sont réquisitionnés pendant une semaine à raison de 8 heures par jour alors que dans le département des hauts de seine (92), les étudiants seront probablement réquisitionnés sur 1 à 2 vacations pour le mois.
Aux vues de ces éléments, cette mesure légale de réquisition pleinement ancrée dans la pratique infirmière risque donc d’être une première expérience professionnelle amère pour un certain nombre d’étudiants infirmiers à la veille du diplôme d’état.

Notes

  1. http://www.mesopinions.com/
  2. Bulletin N°1 – Suivi de pharmacovigilance des vaccins grippaux A H1N1 du 09/11/2009
  3. Document ministériel : Mobilisation des professionnels de santé datant du 01/10/2009
  4. France info.fr daté du 29/10/2009

Creative Commons License
Etudiant en soins infirmiers – 3ème année
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Publicité

Commentaires (8)

SATANAS

Avatar de l'utilisateur

6 commentaires

#8

ÉTAT DE GUERRE

ÉTAT DE GUERRE :up: :up:
Débauche de moyens pour une grippette , qu'en serait il en cas de catastrophe majeure (attentat, tremblement de terre , guerre...)Le gouvernement s'attaque maintenant à votre vie privée, on travaille sur réquisition préfectorale le soir après le boulot, le week end etc C'est un pure scandale. J'espère qu'au moment des prochaines élections vous vous souviendrez de cet état de psychose créé par Mme Bachelot et autre Hortefeu. Non la majorité des soignants n'est pas vaccinée et on les oblige sous la menace à injecter à la population un produit qu'il refusent de s'injecter à eux même. Si je conteste la réquisition, je risque une garde à vue, une forte amende et des sanctions disciplinaires en tant que fonctionnaire et tout ça pour enrichir les labo qui nous rémunère 12 euros de l'heure alors qu'ils amassent des millions d'euros sur notre dos. Souhaitons au moins que l'on ne se retrouve pas dans quelques semaines comme à l'époque de la vaccination contre l'hépatite B, Stoppé en urgence par l'état pour cause de sclérose en plaque après nous avoir obligé à vacciner des centaines d'adolescent dans les établissements scolaires

SMADEUSE

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#7

Les pauvres EIDE

Moi, ce qui me choque, c que sur le papier on note 2 ide avec 2 étudiants, mais quand vous apprenez par vos collègues réquisitionnées qu'elles sont arrivées, il n y avait dans le centre que deux étudiantes et pas d'IDE pour les encadrer. Imaginez le soulagement de ces 2 étudiants lorsqu'elles ont vu arrivé mes 2 collègues!!!! Ca faisait presque 2 heures qu'elles piquaient (enfants, bébés et adultes) sans aucune supervision!!!!!!!!

flocox

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#6

de mieux en mieux gérée cette campagne!!

Je suis diplômée depuis 7 ans mais je n'ai pas oubliée a quel point la 3° année est difficile. Alors si on rajoute des heures passées à vacciner la population au lieu de bosser le mémoire,... bonjour la cata!! Que fera Mme Bachelot lorsque certains étudiants auront planté leur année parce qu'ils auront raté certains cours ou manqué de temps pour travaillé a cause de la réquisition? rien évidemment!! Elle a déjà mal géré le volontariat des infirmières, elle continu avec la réquisition des étudiants (d'ailleurs, légalement, ils ont droit de faire des vaccins sans diplôme??).

docteurhousse

Avatar de l'utilisateur

3 commentaires

#5

vaccinations

Il serait de bon ton que nous infirmiers refusions de vacciner la population de manière bénévole.

Notre ministre vous savez la femme aux sabots roses se fou de notre gueule ( notre demande de l'abrogation de l'ordre, nos conditions de travail, nos salaires...... )l'état notre, ministre restent sourd. Et bien à nous de dire que nous n'avons pas à bosser gratuitement, assez de faire de notre éthique une pression morale pour abuser de nous.

marilka

Avatar de l'utilisateur

2 commentaires

#4

suite

autre exemple: plusieurs de mes camarades sont réquisitionnés sur le temps dédié à la 2ème guidance collective. Que dire aussi des disparités: les étudiants de la croix rouge (dans notre département) ne sont pas réquisitionnés, c'est sur la base du volontariat. Je ne n'ose même pas évoquer le harcelement dont nous sommes victimes concernant la vaccination: 3 réunions moralisatrices, et 1 lettre moninative par semaine émanant du CHU pour que l'on se fasse vacciner... Heureusement notre directeur a refusé que l'on soit réquisitionné durant nos vacances.

marilka

Avatar de l'utilisateur

2 commentaires

#3

avis d'une eide

Bonjour, je suis actuellement en 3eme année et je viens de finir ma 2 eme vacation en 15 jours. Mon IFSI dépend d'un CHU. Je trouve logique que l'on participe à la campagne de vaccination , en effet humainement c'est pour moi une expérience humaine importante. Cependant , lorsqu'on nous a expliqué que l'on allait être réquisitionné , on nous avait promis " Celà ne portera pas atteinte à votre scolarité", la réalité est tout autre. Voici des exemples: ma premiere réquisition était la veille de ma MSP, ma 3ème tombe durant un TP primordial sur le test prétransfusionnel.

gdi69

Avatar de l'utilisateur

2 commentaires

#2

infirmier ou pas

désolé pour la dévotion mais n'oublions pas que dans ce métier il y a un certain dévouement, et notre fonction première ne doit elle pas être la prévention, certes la vaccination est du type secondaire comme prévention, mais dans ce job il ne devrait pas etre de mise de parler de clients mais de personnes , dans ma fonction je rémunère de nombreux cabinets et je peus vous dire que j'en vois de toutes les couleurs! la santé est un bien commun et pour la conserver cela doit être une cause humaine s&ans facteur économique seul un cadre de soins définirait ses limites avec un guide de bonnes prati

homide

Avatar de l'utilisateur

6 commentaires

#1

Bonne Soeur

Moi qui regrettais l'époque étudiant infirmier, car je pourrais être considéré comme bac + 3....et finalement quand je vois qu'on oblige les étudiants à vacciner la population, mais on avance pas, on en reste toujours au temps des bonnes soeurs....dévotion, dévotion mes amis, quand y aura t il révolte?