FORMATION EN IFSI

LMD et soins infirmiers

État actuel

A ce jour, en France, la formation infirmière est une formation professionnelle supérieure non universitaire sanctionnée par un diplôme d'Etat délivré par le Ministère de la Santé. Elle dure 37 mois avec 50% d'enseignement ou de formation en institut et 50% de stage. Elle est reconnue à un niveau bac+2.

Certains Instituts de Formation en Soins Infirmiers (IFSI) ont déjà intégré une partie universitaire dans la formation infirmière (Aix par exemple). Pour les formations dispensées dans les Institut de Formation des Cadres de Santé (IFCS), certains ont des partenariats avec des universités pour obtenir des validations d' European Credits Transfer System ( ECTS) de licence ou masters, voire des licences ou une 1 ère année de Master (IFCS de Montpellier, de Lille, de l'Ecole supérieure Montsouris).

Le système LMD

Comme de nombreux autres pays européens, la France a signé les accords de Bologne du 19 Juin 1999 (accords définitifs d'avril 2002) qui prévoit que toutes les formations universitaires doivent intégrer le système universitaire Licence Master Doctorat (L.M.D), faute de quoi des pénalités devront être versées pour non respect de ces accords. Ceci concerne les formations aux professions médicales et certaines formations paramédicales (comme par exemple les orthophonistes). En revanche, la formation infirmière n'est pas soumise à l'obligation de ces accords.

«  Dans ce contexte, la volonté politique française s'est clairement affirmée en faveur d'une universitarisation de ces formations  » *. Depuis deux ans, les professionnels de santé, quelle que soient leur filière d'origine et leur secteur d'exercice, ont réfléchi sur une reforme dans leur corps professionnel. Des groupes de travail se sont constitués pour être des forces de propositions dans la future réforme des études en santé.

Ainsi le CEFIEC (Comité d'Entente des Formations Infirmières et Cadres) a adressé au ministère courant mars 2006, une maquette présentant un dispositif de formation dans une vision globale des professions de santé non médicales. Cette maquette est le fruit d'un travail interassocatif représentatif des formations infirmières, cadres et spécialisées.

Les principes retenus :

  • Un dispositif de formation unique et double diplômant, articulant un parcours universitaire (discipline relevant du domaine de la santé) avec une trajectoire professionnelle (filière en soins infirmiers). Ainsi les futurs diplômés obtiendraient à la fois le Diplôme d'Etat d'Infirmières et un Diplôme Universitaire (Licence en science de la santé) permettant ainsi la reconnaissance du Diplôme d'Etat d'infirmière à BAC + 3.
  • Un diplôme reconnu dans toute l'Europe
  • Une possibilité d'obtenir des équivalences pour une « réorientation » professionnelle et personnelle si besoin vers d'autres filières avec possibilité de passerelles avec d'autres filières de santé. Par exemple, un infirmier voulant faire Kiné, serait dispensé d'une partie de la formation déjà acquis. Certains cours pourraient être faits en commun avec les autres professionnels de la santé.
  • La possibilité d'évoluer soit vers le management, des « pratiques avancées », ou la recherche, la formation...
  • Une formation individualisée et diversifiée centrée sur le développement de compétences spécifiques au cour de métier et de compétences partagées entre plusieurs corps professionnelles nécessitant une approche « pluri professionnelle » et « interdisciplinaire».

Le système LMD s'organise en unité d'enseignement (UE) par semestre. Ces UE comptabilisées en European Credits Transfer System (ECTS) comprennent Cours Magistraux, Travaux Dirigés, Travaux Pratiques, temps de documentation, de recherche et de travail personnel ou un temps de stage. Chaque unité d'enseignement se voit attribuer un nombre de crédits en fonction de son importance dans la formation, de la charge de travail qu'il occasionnera à l'étudiant et des modalités particulières d'évaluation traduites en autre en coefficient. Ces crédits de formation correspondent à des connaissances et à des expériences acquises (stage, formation, projets .) qui, en s'additionnant, valident un diplôme. Un semestre vaut 30 crédits ECTS, la licence en vaut 180.

Dans le système LMD, les Instituts de Formation en Soins Infirmiers et les Instituts de Formation des Cadres de Santé ne seront pas rayés de la carte. Ils continueront à exister. Ils seront rattachés à une université. Par contre les enseignants devront s'adapter à ce nouveau système avec des exigences plus importantes qu'actuellement. Seront-ils toujours légitimes pour enseigner en IFSI dans le cadre du système LMD ? La question reste ouverte.

Le rapport THUILLEZ de la « commission sur l'intégration des professions médicales et pharmaceutiques au cursus LMD » remis en juillet 2006, préconise « une sensibilisation à la Recherche très précoce, dès la première année, grâce à une information ciblée, mais aussi grâce à la mise en place d'Unités d'Enseignement consacrées à la recherche» «. il a paru intéressant [également] de permettre à l'étudiant de suivre un parcours Recherche court, inspiré de l'exemple de l'Ecole de l'INSERM, de façon à permettre à davantage d'étudiants de s'orienter plus rapidement et définitivement vers la Recherche alors que par ailleurs cette initiative renforcerait l'implication des étudiants dans nos structures de Recherche institutionnelles et, en Recherche Clinique, au sein des Etablissements de Soins ». Ces préconisations mériteraient d'être reprises dans les formations infirmières. Elles auraient l'avantage d'introduire l'approche de la recherche expérimentale et donc très tôt un esprit scientifique qui manque aujourd'hui dans les formations professionnelles courtes. Elles permettraient également la poursuite d'études en master professionnel (spécialités et Pratiques avancées) voir en master recherche (doctorat).

La date de la mise en application de cette importante réforme n'est pas encore connue.

Le passage au système Licence-Master-Doctorat (LMD) représente donc une opportunité pour la formation infirmière qui pourrait être reconnue à un niveau bac+3 et accéder à de nouvelles passerelles avec les autres filières de formation en santé.

Affaire à suivre.

Bibliographie

  • ROBERTON G : « l'interdisciplinarité au service du patient » SOINS n°705 Mai 2006 pp 47 - 51
  • Rapport THUILLEZ sur la « commission sur l'intégration des professions médicales et pharmaceutiques au cursus LMD »
  • ROBERTON G : « l'interdisciplinarité au service du patient » SOINS n°705 Mai 2006 pp 47 - 51

Creative Commons License
Rédacteur en chef IZEOS
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Publicité

Commentaires (0)