FORMATION EN IFSI

Présentation du programme de formation des étudiants en soins infirmiers

La refonte de la formation des étudiants en soins infirmiers à la rentrée 2009 a permis la mise en place d'un programme très différent de celui de 1992. Vous trouverez dans cet article l'ensemble des informations relatives à ce nouveau référentiel de formation qui repose maintenant sur l'acquisition de "compétences" validées par l'obtention d'un Diplôme d'Etat (au grade Licence).

Pour l'année 2014-2015, l’Arrêté du ministère des Affaires sociales et de la Santé publié au Journal Officiel de la République française du 16 juin 2014, (JO du 18 juin 2014) fixe à 31 128 le nombre d’étudiants à admettre en 1ère année d’études préparatoires au diplôme d’Etat d’Infirmier. La répartition régionale est la suivante : Alsace : 723 ; Aquitaine : 1 386 ; Auvergne : 610 ; Basse-Normandie : 704 ; Bourgogne : 800 ; Bretagne : 1 182 ; Centre : 1 166 ; Champagne-Ardenne : 632 ; Corse : 120 ; Franche-Comté : 570 ; Haute-Normandie : 930 ; Ile-de-France : 6 540 ; Languedoc-Roussillon : 960 ; Limousin : 490 ; Lorraine : 1 400 ; Midi-Pyrénées : 1 184 ; Nord - Pas-de-Calais : 2 600 ; Pays de la Loire : 1 320 ; Picardie : 1 183 ; Poitou-Charentes : 780 ; Provence-Alpes-Côte d’Azur : 2 359 ; Rhône-Alpes : 2 955 ; Guadeloupe : 122 ; Martinique : 84 ; Guyane : 60 ; La Réunion : 218 ; Mayotte : 30 ; Saint-Martin : 20.

Définition officielle du métier

Programme études infirmières

Programme études infirmières

Évaluer l’état de santé d’une personne et analyser les situations de soins ; concevoir et définir des projets de soins personnalisés ; planifier des soins, les prodiguer et les évaluer ; mettre en œuvre des traitements.

Les infirmiers dispensent des soins de nature préventive, curative ou palliative, visant promouvoir, maintenir et restaurer la santé, ils contribuent à l’éducation à la santé et à l’accompagnement des personnes ou des groupes dans leur parcours de soins en lien avec leur projet de vie. Les infirmiers interviennent dans le cadre d’une équipe pluriprofessionnelle, dans des structures et à domicile, de manière autonome et en collaboration.

Les champs d'apprentissage du diplôme recouvrent dix compétences

Cinq compétences « cœur de métier »

  1. Évaluer une situation clinique et établir un diagnostic dans le domaine des soins infirmiers
  2. Concevoir et conduire un projet de soins infirmiers
  3. Accompagner une personne dans la réalisation de ses soins quotidiens
  4. Mettre en œuvre des actions à visée diagnostique et thérapeutique
  5. Initier et mettre en œuvre des soins éducatifs et préventifs

Cinq compétences « transverses », communes à certaines professions paramédicales et qui doivent être validées pour le métier d’infirmier

  1. Communiquer et conduire une relation dans un contexte de soins
  2. Analyser la qualité des soins et améliorer sa pratique professionnelle
  3. Rechercher et traiter des données professionnelles et scientifiques
  4. Organiser et coordonner des interventions soignantes
  5. Informer et former des professionnels et des personnes en formation

Finalités de la formation

La formation a pour objet de mener l'étudiant infirmier vers la professionnalisation en lui permettant de développer ses capacités d'analyse, de décision et de prise en charge de toute situation de santé dans le cadre du rôle qu'il est mené à assumer.

L'étudiant travaillera à renforcer son bagage de qualification à travers ses savoirs théoriques et méthodologiques, ses savoir-faire mais également ses capacités relationnelles et sa gestion émotionnelle qui lui permettront autonomie et responsabilité dans le champ de sa fonction.

Le développement de l'éthique professionnelle et de la réflexion clinique offriront à l'étudiant la possibilité d'un positionnement critique et adapté dans sa confrontation aux situations nouvelles.

Durée de la formation

La formation est répartie entre les cours théoriques et les stages. Les cours théoriques sont réalisés soit par l'équipe enseignante soit par des intervenants extérieurs ( médecins, kinés, infirmiers, universitaires...).

Les semaines de cours ou de stage sont des semaines de 35 heures.

EnseignementsHeures (depuis la réforme)
Enseignements théoriques obligatoires 1800
Stages cliniques obligatoires 2100
Suivi pédagogique, temps personnel guidé, supervision, travaux entre étudiants 300
Travail personnel 900
Total général 5100

L'ensemble de la formation se déroule sur 3 ans, soit six semestres de vingt semaines chacun, soit 4200 heures: 2100 heures de formation théorique et 2100 heures de formation clinique. Le temps de travail personnel complémentaire est estimé à 900 heures. La charge globale de travail de l’étudiant est de 5100 heures.

Attribution des crédits européens

Le système de notation universitaire donne lieu à l’attribution des crédits conformément au système européen de transferts de crédits « European Credits Transfert System » (ECTS).

Les principes qui président à l’affectation des crédits sont de 30 crédits par semestre de formation.

Le diplôme d'État d’infirmier sanctionne un niveau validé par l’obtention de 180 crédits européens.

Répartition des 180 crédits européens

  • Enseignement en institut de formation : 120 ECTS, dont
    • Sciences contributives au métier infirmier : 42 ECTS
    • Sciences et rôles infirmiers : 66 ECTS
    • UE transversales : 12 ECTS
  • Enseignement clinique en 7 stages : 60 ECTS
    • S1, un stage de 5 semaines
    • S2, S3, S4, S5, un stage de 10 semaines
    • S6, un stage de 15 semaines au total en deux périodes de 10 semaines maximum

L’acquisition des unités d’enseignement s’opère selon des principes de capitalisation et de compensation, comme dans un cursus universitaire. Il faut obtenir au minimum la moyenne lors de l’évaluation d’une unité d’enseignement pour valider celle-ci. Certaines unités d’enseignement permettent des compensations entre elles (une note inférieure à la moyenne peut être compensée par une note supérieure à la moyenne).(Art.47 à 48).

La notion de charge de travail de l’étudiant prend en compte toutes les activités de formation (cours, séminaires, stages, mémoire, travail personnel, évaluations,…) et toutes les formes d’enseignement (présentiel, à distance, en ligne,…).

La charge de travail de l’étudiant est évaluée à 25 heures de travail par crédit d’enseignement réalisé à l’IFSI et 35 heures par crédit pour l’enseignement en stage.

La méthodologie proposée par l’ECTS donne les instruments appropriés pour établir la transparence et faciliter la reconnaissance académique. Cette reconnaissance est une condition impérative de la mobilité étudiante au sein de l'Europe.

Il est désormais possible d’envisager de suivre une formation à l’étranger sous réserve d’un projet accepté par les responsables pédagogiques (Art.65).

Formation théorique

  • La rentrée scolaire est fixée au 1er lundi des mois de septembre et de février de chaque année.
  • L’inscription administrative est annuelle.
  • Le nombre d’inscriptions est limité à six fois sur l’ensemble du parcours de formation, soit deux fois par année.
  • L’évaluation des connaissances théoriques et cliniques utilise le contrôle continu ou un examen terminal ou les deux combinés.

Unités d’enseignement

Les unités d’enseignement sont en lien les unes avec les autres et contribuent à l’acquisition
des compétences. Elles couvrent six champs :

  1. Sciences humaines, sociales et droit,
  2. Sciences biologiques et médicales,
  3. Sciences et techniques infirmières, fondements et méthodes,
  4. Sciences et techniques infirmières, interventions,
  5. Intégration des savoirs et posture professionnelle infirmière,
  6. Méthodes de travail.

Le référentiel de formation du diplôme d’Etat d’infirmier est ainsi constitué de 36 matières de formation réparties dans 59 unités d’enseignement pour permettre une progression pédagogique cohérente.

Modalités pédagogiques

Les enseignements sont réalisés sous la forme de cours magistraux, travaux dirigés, travaux personnels (rédaction de mémoire, travaux guidés ou en autonomie…) et stages.

Les cours magistraux (CM)

sont des cours dont le contenu est plutôt « théorique », donnés par un enseignant dans des salles de type amphithéâtre devant un public généralement nombreux.

Les travaux dirigés (TD)

sont des temps d’enseignement obligatoire réunissant maximum 25 étudiants. Ces cours servent à illustrer, approfondir et compléter un cours magistral en introduisant des données nouvelles qui peuvent être théoriques ou pratiques, à réaliser des exposés individuels ou en groupe, exercices, travaux divers et à travailler sur des situations cliniques.

Les travaux personnels guidés (TPG)

sont des temps de travail où les étudiants effectuent eux-mêmes certaines recherches ou études, préparent des écrits et réalisent des travaux demandés guidés par les formateurs en fonction des capacités d’autonomie de chacun.

Les unités d’enseignement (UE)

Les unités d’enseignement sont thématiques, elles comportent des objectifs de formation, des contenus, une durée, des modalités et critères de validation. Elles donnent lieu à une valorisation en crédits européens.

Les unités d’intégration (UI)

Les unités d’intégration sont des unités d’enseignement qui portent sur l’étude des situations de soins ou situations « cliniques ». Elles comportent des analyses de situations préparées par les formateurs, des mises en situation simulées, des analyses des situations vécues en stage et des travaux de transposition à de nouvelles situations.

Les études de situations dans l’apprentissage

Des situations professionnelles apprenantes sont choisies avec des professionnels en activités. Ces situations sont utilisées comme moyens pédagogiques, elles sont analysées avec l’aide de professionnels expérimentés. Les étudiants construisent leurs savoirs à partir de l’étude de ces situations en s’appuyant sur la littérature professionnelle et grâce aux interactions entre leur savoir acquis et celui des condisciples, enseignants, équipes de travail. Ils apprennent à confronter leurs connaissances et leurs idées et travaillent sur la recherche de sens dans leurs actions. Des liens forts sont établis entre le terrain et l’institution de formation, aussi les dispositifs pédagogiques et les projets d’encadrement en stage sont-ils construits entre des représentants des IFSI et des lieux de soins et sont largement partagés.

Formation clinique en stage

Modalités pédagogiques

L’enseignement clinique des infirmiers s’effectue au cours de périodes de stages dans des milieux professionnels en lien avec la santé et les soins. Ces périodes alternent avec les périodes d’enseignement en institut de formation.

Selon la directive européenne 2005-36 :

« L'enseignement clinique se définit comme étant le volet de la formation d'infirmier par lequel le candidat infirmier apprend, au sein d'une équipe, en contact direct avec un individu sain ou malade et/ou une collectivité, à organiser, dispenser et évaluer les soins infirmiers globaux requis à partir des connaissances et compétences acquises. »

Pendant les temps de stage l’étudiant se trouve confronté à la pratique soignante auprès des patients, il se forme en réalisant des activités et en les analysant au sein des équipes professionnelles. Les savoirs théoriques, techniques, organisationnels et relationnels utilisés dans les activités sont mis en évidence par les professionnels qui encadrent le stagiaire et par les formateurs dans les rencontres avant, pendant et après la mise en stage des étudiants.

Les stages ont une durée totale de 60 semaines sur la base de 35 heures par semaine et sont répartis comme suit :

  • 15 semaines en première année - 5 durant le premier semestre et 10 durant le second semestre ;
  • 20 semaines en deuxième année - 10 durant le troisième semestre et 10 durant le quatrième semestre ;
  • 25 semaines en troisième année - 10 durant le cinquième semestre et 15 durant le sixième semestre.

De la nécessité du bon usage du portfolio...

Le retour sur la pratique, la réflexion, et le questionnement sont accompagnées par un professionnel chargé de la fonction tutorale et un formateur. Ceci contribue à développer chez l’étudiant la pratique réflexive nécessaire au développement de la compétence infirmière. L’étudiant construit ses compétences en agissant avec les professionnels et en inscrivant dans son portfolio les éléments d’analyse de ses activités, ce qui l’aide à mesurer sa progression.

Les objectifs de stage

Quatre types de stage au minimum sont prévus dans le parcours des étudiants :

  • soins de courte durée (médecine, chirurgie, obstétrique) ;
  • soins en santé mentale et psychiatrie ;
  • soins de longue durée et soins de suite et de réadaptation (gériatrie, service de convalescence) ;
  • soins individuels ou collectifs sur des lieux de vie (domicile, travail, école).

Les objectifs de stage tiennent compte à la fois des ressources des stages, des besoins des étudiants en rapport avec l’étape de leur cursus de formation, et des demandes individuelles des étudiants.
Le stage doit permettre aux étudiants :

  • d’acquérir des connaissances,
  • d’acquérir une posture réflexive, en questionnant la pratique avec l’aide des professionnels,
  • d’exercer son jugement et ses habiletés gestuelles,
  • de centrer son écoute sur la personne soignée et proposer des soins de qualité,
  • de prendre progressivement des initiatives et des responsabilités,
  • de reconnaître ses émotions et les utiliser avec la distance professionnelle qui s’impose
  • de prendre la distance nécessaire et de canaliser ses émotions et ses inquiétudes,
  • de mesurer ses acquisitions dans chacune des compétences.
  • de confronter ses idées, ses opinions et ses manières de faire à celle de professionnels et d’autres étudiants,

Les besoins de l’étudiant sont formalisés

  • dans le référentiel de compétences et le référentiel de formation, connus des personnes qui guident les étudiants,
  • dans le portfolio que l’étudiant présentera dès le premier jour du stage et qu’il devra remplir avec le tuteur au long du déroulé du stage.

Les objectifs de stage sont négociés avec le lieu du stage à partir des ressources de celui-ci. Ils sont rédigés et inscrits dans le port folio de l’étudiant.

Évaluation des compétences en stages

Le portfolio de l’étudiant (outil de traçabilité de la formation, tenu par l’étudiant) est un outil qui sert à mesurer la progression de l’étudiant en stage. Il est centré sur l’acquisition des compétences, des activités et des actes infirmiers. Il comporte plusieurs parties remplies lors de chaque stage :

  • des éléments sur le cursus de formation de l’étudiant, écrits par celui-ci avant son arrivée en stage,
  • des éléments d’analyse de la pratique de l’étudiant à partir des activités réalisées en stage, rédigés par l’étudiant,
  • des éléments d’acquisition des compétences au regard des critères cités qui sont remplis par le tuteur, en concertation avec l’équipe d’encadrement, lors de l’entretien d’évaluation du stage. Les indicateurs permettent aux professionnels d’argumenter les éléments sur lesquels les étudiants doivent progresser,
  • des éléments sur la réalisation des actes, des activités ou des techniques de soins, à remplir par le tuteur, en concertation avec l’équipe d’encadrement et l’étudiant, pendant le stage,
  • un bilan, réalisé par le tuteur, de la progression de l’étudiant lors de chacun des stages.

L’acquisition des éléments de chaque compétence et des activités techniques est progressive, chaque étudiant peut avancer à son rythme, à condition de répondre aux exigences minimales portées dans l’arrêté de formation.

Chaque semestre le formateur de l’IFSI responsable du suivi pédagogique de l’étudiant fait le bilan des acquisitions avec celui-ci. Il conseille l’étudiant et le guide pour la suite de son parcours. Il peut être amené à modifier le parcours de stage au vu des éléments contenus dans le portfolio.

Le portfolio prévu à l’annexe VI comporte des éléments inscrits par l’étudiant et par les personnes responsables de l’encadrement en stage, tuteur ou maître de stage. L’encadrement en stage est redéfini et intègre pleinement une étroite collaboration entre l’institut de formation et le terrain de stage. Les stages donnent lieu à l’attribution de crédits sur proposition du cadre formateur, référent du suivi pédagogique, selon des critères définis.(Art.55 à 56)

  • Un stage non validé peut donner lieu à un stage de rattrapage(Art.58) .

Validations des années d'étude, redoublement et diplôme d'Etat

L'Arrêté du 31 juillet 2009 relatif au diplôme d'Etat d'infirmier a é été modifié le 30 décembre 2012  (Version en vigueur au 17 juillet 2013) pour prendre en compte des problématiques relevées durant la formation (modalités de passage d'une année sur l'autre, jury régional du diplôme d'Etat, dispenses de scolarité...).

Lire l'article intitulé "Modifications de l'organisation des études d'infirmier" publié le 31 juillet 2013.

Le passage de première en deuxième année est conditionné par la validation des semestres 1 et 2 ou par la validation d’un semestre complet ou encore par la validation de 48 crédits sur 60 répartis sur les deux semestres de formation.(Art.50)

Le redoublement est prévu pour les étudiants qui obtiennent entre 30 et 47 crédits, et il est possible pour ceux qui ont moins de 30 crédits.

Le passage de deuxième en troisième année s'effectue par la validation des semestres 1, 2, 3 et 4 ou par la validation des semestres 1 et 2 et d’un des deux semestres 3 et 4, ou encore par la validation des 108 crédits minimum réparis sur les semestres 1, 2, 3 et 4. (Art.51). Les étudiants qui ne répondent pas à ces critères et qui ont obtenu entre 90 et 107 crédits au cours des semestres 1, 2, 3 et 4 sont admis à redoubler. Ils peuvent suivre quelques unités d'enseignement de l'année supérieure après avis de la commission d'attribution des crédits. Il est possible pour les étudiants n'ayant pas obtenu les 90 crédits de redopubler après avis du conseil pédagogique.,

Concernant la troisième année de formation, chaque étudiant a le droit de se présenter à 4 sessions des éléments constitutifs du semestre 6, cela dans les 3 années qui suivent la fin de la scolarité de la promotion dans laquelle l’étudiant était inscrit pour la première session.

Le jury régional du diplôme d'état se réunit 3 fois par an, permettant ainsi aux étudiants d’être diplômés entre les mois de février et mars, au mois de juillet ou entre les mois de novembre et décembre.

Les dispenses de scolarité

Après la modification de l'article 33, les modalités d'organisation du stage sont maintenant fixées par le directeur de l'Institut de formation en soins infirmiers, après avis du conseil pédagogique, et non plus avant sa simple information.

Sont autorisées à se présenter au jury du diplôme d’Etat d’infirmier prévu à l’article 62, dans l'institut de formation en soins infirmiers de leur choix,

  • les sages-femmes remplissant les conditions mentionnées dans l'Article 33 de l'ARRÊTÉ du 28 mai 2009
  • les médecins remplissant les conditions mentionnées dans l'Article 34 de l'ARRÊTÉ du 28 mai 2009
  • les étudiants en médecine remplissant les conditions mentionnées dans l'Article 35 de l'ARRÊTÉ du 28 mai 2009

Bénéficient d'une dispense de la première année d'études d'infirmier dans l'institut de formation en soins infirmiers de leur choix, les personnes étant titulaires

  • d’un diplôme d'État de masseur-kinésithérapeute ou
  • d'ergothérapeute ou
  • de pédicure-podologue ou
  • de manipulateur d'électroradiologie médicale ou
  • du diplôme d'assistant hospitalier des hospices civils de Lyon ou,
  • pour les étudiants en médecine, pouvoir justifier de leur admission en deuxième année du deuxième cycle des études médicales ou,
  • pour les étudiants sages-femmes, avoir validé la première année de la première phase.

Ces personnes doivent également remplir les conditions mentionnées dans l'Article 36 de l'Arrêté du 28 mai 2009

Informations pratiques

  • Indemnité de stage : Une indemnité de stage est versée aux étudiants en soins infirmiers pendant la durée des stages prévus par le décret du 2 avril 1981 susvisé. Cette indemnité est fixée par semaine de stage à : 23 Euro en première année ; 30 Euro en deuxième année ; 40 Euro en troisième année.
  • Frais de transport : Les frais de transport des étudiants infirmiers pour se rendre sur les lieux de stage prévus par le décret du 2 avril 1981 susvisé sont pris en charge lorsque ceux-ci se trouvent sur le territoire français et hors de la commune où est situé l'institut de formation en soins infirmiers, dans la même région ou dans une région limitrophe ; le trajet pris en charge est celui entre le lieu de stage et l'institut de formation en soins infirmiers, ou le domicile, lorsque celui-ci est plus proche du lieu de stage.

Le taux annuel du droit de scolarité acquitté dans les établissements publics d'enseignement supérieur relevant du ministre chargé de l'enseignement supérieur pour la préparation d'un diplôme national délivré au cours des études conduisant au grade de licence est fixé à 165 EUR. Le taux réduit correspondant au droit de scolarité défini à l'alinéa précédent est fixé à 110 EUR.

Creative Commons License

Rédacteur infirmiers.com

Publicité

Commentaires (19)

Sarah lili

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#19

Renseignement

Salut tout le monde , je souhaite savoir comment intégrer l'ifsi ?? merci d'avance

julien l'infirmier

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#18

informations

bonjours je m'adresse aux étudiants infirmier(e)s, je rentre à l'ifsi de Tenon au mois de septembre et j'aurais aimé avoir des renseignements sur cet ifsi pour ne pas plonger directement dans l'inconnu
merci :)

jjland83

Avatar de l'utilisateur

263 commentaires

#17

Commentaire

Je ne suis pas certain que le terme "lamentable" puisse être utilisé ainsi. Vous ne pouvez pas comparer les formations entre elles. Et globalement les nouvelles promotions, avec le programme de 2009 ne souffrent pas d'un manque de formation, on leur reconnaît un questionnement plus conséquent, et une aptitude d'adaptation différente, mais ils apprennent autrement, ça c'est certain. La Suisse est un pays très intéressant pour évaluer les formations entre elles. Le recrutement Suisse pioche dans tous les pays européens et les IDE formées en France ont encore toute leur estime et considération. Pas sur que les Suisse trouvent lamentables la formation française. Maintenant qu'il y ait des terrains de stage non conformes avec le cahier des charges prévu dans le programme de 2009 c'est une chose. Mais ce n'est pas le programme de formation qui est en cause. Et déjà avant 2009 on connaissait quelques terrains de stages où le stagiaire rimait avec personnel d'appoint. Les mentalités changent et certains stages disparaissent des Ifsi. Faites un retour circonstancié dans votre Ifsi. Pour répondre à votrre dernière phrase, non ce que vous décrivez n'est pas la réforme de 2009.

framar1

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#16

stages

Je ne sais pas si c'est le nouveau programme qui le veut, mais je trouve la formation des infirmières en France lamentable!!!! Je suis diplômée de 1984, d'un pays européen, et dans ce même pays, j'ai toujours des contacts, les formations en IFSI ne sont pas comme ici.
Ma fille est en 2e année IFSI. Première année: un stage en maladies infectieuses, et un 2e en maison de retraite.Pendant son 2e stage, elle s'est souvent trouvé dans le service sans infirmière à ses côtés, et en plus, elle devait effectuer les taches infirmières. Qu'est ce que ça veut dire!!! Personne pour la guider, ce n'est pas comme ça qu'on apprend le métier!!!!
Cette année; 1er stage en maison de retraite, et c'est son stage 'psychiatrie'. Comme l'an dernier, il n'y a qu'une infirmière à mi temps dans le service, donc elle se retrouve encore souvent seule sans référent de stage!! C'est lamentable!!! si c'est ça la reforme, bravo!!!

chacha64

Avatar de l'utilisateur

10 commentaires

#15

réforme 2010

bonjour,je suis as depuis 20ans pour nous la réforme passe aussi par celle des concours et enfin nous concidére!!!pour les cours,toujrs du boulot car la scolarité est à rattrapper car quitter depuis longue date.moins de stage et des ue de validées nous donnerons du temps pour en aval travailler les futurs cours,je suppose.en tout cas je prend cela pour une réelle chance!!!

jjland83

Avatar de l'utilisateur

263 commentaires

#14

Passage ancienne vers nouvelle réforme

Bonjour,
pour les redoublements ou les interruptions de scolarité qui nécessitent un passage de l'ancien vers le nouveau programme, l'arrêté du 31 juillet précise dans son article 66 "... A titre transitoire, les étudiants qui redoublent ou qui ont interrompu une formation suivie selon le programme défini par l’arrêté du 23 mar 1992, verront leur situation examinée par la commission d’attribution des crédits. Celle-ci formalisera des propositions de réintégration qui seront soumises à l’avis conforme du conseil pédagogique."
Ce sont des situations qui seront examinés au cas par cas.
Jérôme

poivrecayenne

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#13

Report d'études.

Bonjour,
Comment cela se passera en cas de report d'études (ancienne formule vers nouvelle réforme)?
Par exemple, si l'année en cours(ancienne formule) n'est pas validée, y-aura-t-il des équivalences(ects)pour conserver, les stages, les écrits, msp acquis au cours de cette année ou faudra-t-il reprendre son année à zéro ?

titepupuce30

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#12

plus concret

je suis en première année. les redoublant nous on dit que c'était mieux cette année, pas plus simple mais plus concret: on apprend plus les soins infirmiers, donc, le métier, que dans l'ancien programme d'après eux.
En revanche les exams sont plus durs puisqu'on regroupe toute l'année en 2 évals
et il y a aussi le systeme de credit qui est assez compliqué...
Je préfères néanmoins regrouper les cours par "catégorie" genre endocrino-biabeto,cardio etc plutot que voir le général sur le corps humain (une de nos UE regroupe plusieurs catégories)mais ça permet de voir plus de choses en - de temps

Nicolette

Avatar de l'utilisateur

2 commentaires

#11

salaire

Guy : merci pour votre réponse. J'y vois un peu plus claire

diablotinjaune : parce que les nouvelles diplomées dans 3 ans auront 90E de salaire en plus ? Et les "anciennes", comme moi, on sera automatiquement augmentées ? Je n'y crois pas trop ... mais c'est beau de rêver

sebdevil

Avatar de l'utilisateur

2 commentaires

#10

Est ce une bonne chose cette réforme???

Ouf, content de ne pas connaître cette réforme, comment ça a l'air compliqué!!! Je rentre en seconde année ( promo 2008/2011 ) et je trouve mieux de valider les modules écrits par disciplines ( cardio, pneumo, infectieux etc...), c plus concret!
L'avantage, pour les ESI de la nouvelle réforme, c qu'ils n'auront pas de MSP comme nous, donc un stress en moins et que la durée de leurs études passe à 36 mois au lieu de 38 mois pour nous!!!
Je sens que même pour les formateurs, ça va être le bazar!!! Toute cette réforme pour seulement 90 euros de salaire en plus!!!!!

guy

Avatar de l'utilisateur

12 commentaires

#9

interet nouveau programme

Bonjour

Je vous invite à lire cet article sur « La réforme des études d’infirmières est en marche, Quels en sont les réels changements ? »

http://www.infirmiers.com/etudiants-en-ifsi/la-formation-en-ifsi/la-reforme-des-etudes-dinfirmieres-est-en-marche-quels-en-sont-les-reels-changements.html


Qui devrait répondre à vos questions

Bonne journée.



Guy ISAMBART

Rédacteur en Chef Infirmiers.com

http://www.infirmiers.com

guy.isambart@infirmiers.com

Nicolette

Avatar de l'utilisateur

2 commentaires

#8

intérêt nouvelle réforme

j'ai bien lu le nouveau programme d'étude. Mais à part faire comme dans les universités, je ne voi pas l'intérêt d'uen telle réforme. Si quelq'un peut m'expliquer. Sachant qu les IDE peuvent travailler en Europe...

amandinedinette

Avatar de l'utilisateur

2 commentaires

#7

pour être sur d'avoir bien compris

Donc si je comprends bien dite moi si je me trompe, la formation va durer au total 3 ans et non 3 ans et demi???

SCHTROUMPHIE

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#6

nvelle reforme

OUI BAH NOUS ON PART EN STAGE DS UN MOIS ET POUR LA PREMIERE FOIS CA VA ETRE AVEC LA BOULE AU VENTRE(ACCEUIL des professionnels et de la nvelle reforme...)franchement, pour y etre ca a lair pas mal du tout pour linstant.on va devoir etre tres autonome et nous gerer.de tte facon,les premiers de la nvelle rforme,ca va etre a nous daller expliquer comment ce se passe alors soyez indulgents,on est la et on a envie detre eide merci!

guinnessdrinker

Avatar de l'utilisateur

14 commentaires

#5

Réforme inutile

L'intégration dans le système LMD sous prétexte que c'était là la seule condition à l'équivalence européenne est caduque. En effet, rien n'empêche à ce jour un IDE d'aller travailler en Europe. Cette réforme ne répond pas à la demande de revalorisation du diplôme telle qu'elle est réclamée depuis longtemps. Par revalorisation du diplôme, les professionnel(le)s, réclamaient avant tout une revalorisation de leur profession... Par bien des points que je ne développerai pas ici (trop long), cette réforme me semble plus que discutable.

lafemmeenblanc

Avatar de l'utilisateur

2 commentaires

#4

Réforme

Après avoir lu le tableau comparatif, je trouve cette réforme convenable. Reste à savoir comment va-t-elle être concrétement appliquée?

Maximousse

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#3

programme 2009

Tout à fait d'accord avec shurikenette.
Mais soyons réaliste, il n'est vraiment pas dans l'intérêt de l'Etat de revalorisé la profession d'Infirmier tant qu'il n'y est pas contraint. A nous savoir ce que l'on veut. Ou bien s'imposer encore plus, et faire du bruit, ou... s'écraser sur cette réforme, et en rester là. :/

shurikenette

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#2

programme 2009

Certes, il fallait créer un nouveau programme compatible avec une reforme LMD et par rapport à l'europe mais il me semble que le vrai enjeu est une dévalorisation de la formation afin de justifier la non augmentation des salaires...ce n'est que mon avis mais je trouve ça lamentable pour notre profession...

Clem-N-teen

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#1

well

J trouve que c'est bien mieux comme ça !