Forum : Etudiants infirmiers (ESI)

Nous sommes le 29 Juil 2014 03:32

Mot de passe oublié ?

Se souvenir de moi

Messagepar Thunder » 02 Déc 2011 10:38

Bonjour à tous !
Voilà je me suis inscrit ici afin de solliciter votre aide. Je dois réaliser une analyse de situation durant mon stage et je dois avouer que je suis complètement perdu. En effet, les informations fournit par nos formateurs n'étaient pas très clair et ne suffisent donc pas.
Tout d'abord, je me demande simplement comment je dois choisir la situation ? Sur quel critère ? (je sais que ça ne doit pas toucher à la toilette)
En questionnant un peu les autres étudiants de ma promos (qui, au passage, sont tout aussi perdu que moi) je me rend compte que les situations sont très souvent banales. Par exemple, une collègue travail sur quelque chose de tout à fait anodin : pris par la maladresse, elle a fait tomber les médicaments d'un patient ce qui l'a mise en difficulté pour différentes raisons.
Bref, personnellement je suis dans un service proche de la fin, avec très peu de patient et un personnel en déclin (sur le plan psychologique). Par conséquent, les situations complexe ou "originales" je n'en ai pas recontré une tonne...

Personnellement, je pense à quelque chose en particulier qui m'avais fais un peu bizarre : une personne âgées étant très malade et proche de la fin qui ne voulait pas manger lorsque l'aide soignante lui donner à la cuillère. Jusque là rien de bien spécial. Seulement, sa fille est arrivé sur le moment et a voulu prendre le relais. S'en est suivi une séance de gavage de la fille qui a durée 30 minutes, non stop. Voyant cela les aides soignantes et les infirmières ont conseillé fortement à la fille de s'arrêter. Mais visiblement, le voir manger lui faisait du bien comme si pour elle il s'agissait d'un signe de guérison : quand l'appétit va tout va. Bien entendu, toute la journée le grand père a vomi, vomi et encore vomi le rendant encore plus vulnérable qu'il ne l'était avant...

Est ce que cette situation mérite d'être "approfondi" ou est ce que je dois m'empresser de trouver autre chose ?

Merci si vous avez eu le courage de tout lire ^^
Thunder
 
Messages: 4
Inscription: 02 Déc 2011 10:25

Messagepar augusta » 02 Déc 2011 11:09

Pour choisir ta situation, c'est simple, tu choisis une situation qui t'a interpellé, soit en positif soit en négatif.
Celle que tu décris est très bien.
Pour ton devoir, tu décris ce qui s'est passé dans le détail: qui? où? quand? comment? pourquoi? Tu écris au présent.
Puis tu fais une partie recherche: législation, concepts...
Là dans ton sujet, tu as la place de la famille dans la prise en charge d'un patient par exemple.
Ensuite tu fais une jolie conclusion, en disant ce que ce travail t'a apporté.
N'hésite pas à en discuter avec les IDE/AS de ton stage. elles peuvent t'apporter un éclairage intéressant.
Bon courage!
IDE en médecine de la subjectivité (donc en psy!)
"Penser, c'est penser jusqu'où on pourrait penser différemment" Michel Foucault
Avatar de l’utilisateur
augusta
Star VIP
Star VIP
 
Messages: 8803
Inscription: 23 Mai 2008 19:29
Localisation: Dans les livres et aussi ailleurs.

Messagepar Thunder » 02 Déc 2011 11:27

Mais globalement le tout se présente comment ? Comment est ce que j'enchaîne les différentes parties... (et surtout combiend de pages ?)

Et qu'est ce que tu entends par législation et concept ? ...
Thunder
 
Messages: 4
Inscription: 02 Déc 2011 10:25

Messagepar augusta » 02 Déc 2011 12:00

Je suis quand même étonnée que personne ne vous guide dans vos IFSI...
L'ESI avec qui j'en avais discuté m'avait dit que le nombre de page était libre, à toi de voir si dans ton Ifsi c'est pareil.

La législation c'est ce sur quoi s'appuie notre profession.
Il y a des lois ou décrets qui sont importants de connaitre: la loi du 4 mars 2002 relative aux droits des patients par exemple, le décret de juillet 2004. A toi ensuite de faire des recherches...
Idem pour les concepts, il existe des dictionnaires intéressants. Va voir dans ton CDI, demande de l'aide à la documentaliste.
Un concept c'est une notion abstraite sur laquelle se base notre refléxion ide.
ça t'éclaire ou pas?
IDE en médecine de la subjectivité (donc en psy!)
"Penser, c'est penser jusqu'où on pourrait penser différemment" Michel Foucault
Avatar de l’utilisateur
augusta
Star VIP
Star VIP
 
Messages: 8803
Inscription: 23 Mai 2008 19:29
Localisation: Dans les livres et aussi ailleurs.

Messagepar Thunder » 02 Déc 2011 21:23

Oui je comprends mais je ne vois pas vraiment quel lien faire avec cette situation :(
Thunder
 
Messages: 4
Inscription: 02 Déc 2011 10:25

Messagepar augusta » 02 Déc 2011 22:29

Bon j'ai pris des renseignements auprès d'une ESI.
Donc c'est bien ça, tu choisis une situation qui t'a interpellé en positif ou négatif. Tu la décris dans le détails. Puis, dans son IFSI il n'y a pas la partie recherche (mais dans d'autres IFSI j'avais vu ça), mais une partie sur les difficultés rencontrées par l'ESI. Et à la fin une analyse avec la posture professionnelle à avoir.
Donc d'après ta situation, tu peux expliquer ce qui t'a interpellé lors du repas, les difficultés que cela a engendré au sein de l'équipe puis la place de la famille dans le soin.
Bon courage.
IDE en médecine de la subjectivité (donc en psy!)
"Penser, c'est penser jusqu'où on pourrait penser différemment" Michel Foucault
Avatar de l’utilisateur
augusta
Star VIP
Star VIP
 
Messages: 8803
Inscription: 23 Mai 2008 19:29
Localisation: Dans les livres et aussi ailleurs.

Messagepar Thunder » 08 Déc 2011 18:35

Ici bas je mets ce que j'ai écris de ma situation. Il faut prendre en compte que demain je dois en parler à l'oral et c'est pour cela que la forme n'est pas bonne et que la mise en page n'existe pas. J'aimerais seulement avoir des avis sur le fond ... personnelement je stress énormément ! :

"Analyse de situation

Présentation du patient : Il s'agit d'un homme 81 ans, non valide et très peu coopératif. Il vit seul chez lui avec l'aide de famille rurale et SSIAD. Ses antécédents sont : AVC qui a entraîner une hémiplegie G, trouble cognitif, déjà plusieurs séjours en cardiologie à Reims et à Vitry.
Il présente plusieurs symptôme : Très fort encombrement bronchique, hypertension à 7 → suspicion d’embolie pulmonaire, syndrome occlusif qui lui à valu quelques jours avec une sonde naso gastrique, phlébite jambe G, escarre phase 2 au talon droits, érosion importante au niveau du sacrum.
Traitement connu : Plaque confeel aux talons pour son escarre, perf' 1L de sodium, Arixtra, Paracétamol IV → diarrhée → smecta, Morphine, imodium, eosine pour l'érosion du sacrum à cause des diarrhée, sonde urinaire, bas de contention pour sa phlébite. La liste n'est pas complète puisque je n'ai pu avoir accès à son dossier à temps.

Situation : Il s'agit donc d'un patient très mal en points, non valide et peu coopératif (quelques insultes envers les aides soignantes, ou encore mouvements pour arracher sa perfusion → attaché). A l'heure du repas, l'aide soignante et moi même décidons de faire manger Monsieur X et de lui faire prendre ses médicaments. Ce qu'il faut savoir c'est que la veille, Mr venait de se faire retirer une sonde naso-gastrique. Donc, il n'est pas censé manger énormément. Les médicaments sont avalés sans probème mais Mr rencontre des difficultés quant à la prise du repas. Nous décidons donc de donner seulement de l'eau gélifiées et un yaourt, certainement plus frais et plus facile à avaler. A ce moment, la fille de Mr entre dans la chambre et voyant le plateau repas entier de son père, décide de prendre le relais et de lui donner à manger à notre place. Seulement, l'aide soignante averti sa fille en lui disant que après une sonde naso gastrique, il est normal que la réalimentation soit difficile. Malgré cette précision, la fille de Mr X décide tout de même d'aider son père à manger. Voyant que Mr se met tout d'un coup à avaler ce qu'il ne voulait pas manger 5 minutes plus tôt, nous sortons de la chambre en le pensant entre de bonne main. (comme je le disais, c'est un patient peu coopératif et sur le coup je pensais qu'il préférait simplement manger avec sa fille plutôt qu'avec l'aide soignante ou moi même.) Seulement, s'en est suivit une séance de gavage d'environ 25 minutes sans que personnes ne décident d'intervenir, y compris moi. En effet, la fille de Mr X à réussi à faire avaler entièrement le plateau à son père. Certainement qu'à travers l'acte de manger, la fille y voyait une sorte de guérison. Seulement, ce n'est pas le cas et personne dans le service n'a pu faire arrêter sa fille. Malheureusement, à cause de ça Mr est pris de vomissements très important, régurgitant tout son plateau repas avaler quelques heures plus tôt. Au final, c'est la fille de Mr qui le rendit encore plus malade et vulnérable qu'avant sans que personne n'ai pu réagir.

Ce qui m'a choqué : les gestes de la fille qui semblait « gaver » son père, ne le laissant pas prendre une pause. Bien qu'elle pensait très certainement faire bien. Autre aspect « choquant » c'est la passivité que nous avons eu pendant ce temps puisque nous savions ce qu'elle faisait mais hormis une ou deux remarques, personne n'est intervenu.

Ce que j'aurais pu améliorer : Au début, je ne me suis posé aucune question. En effet, Mr étant un patient peu coopératif, cela ne m'a pas étonné de le voir mieux manger avec sa fille plutôt qu'avec nous. Seulement, voyant la scène trainer en longueur et prendre une tournure peu humaine, nous n'avons pas eu de réaction. Seul l'aide soignante s'est permis de mettre en garde brièvement la fille. Avec le recul je pense que le personnel soignant, moi y compris, aurait dû prendre plus de temps et expliquer les raisons médicales qui font qu'il ne fallait absolument pas donner trop à manger au patient plutôt que d’émettre de simple avertissement non argumenté. Il faut savoir que la fille de Mr est une fille très présente, toujours en train de demander des nouvelles de la moindre amélioration de son père donc elle a très certainement cru bien faire. Néanmoins, je continu de penser que ni l'aide soignante ni moi, élève de première année, n'était capable d'expliquer clairement les raisons qui font que la fille faisait du mal à son père et non l'inverse. Il aurait donc fallu que ce soit l'infirmière qui aille lui expliquer les choses. Malheureusement, l'infirmière étant seule pour s'occuper du service n'a pu s'apercevoir de tout cela. Au final, personne n'était présent pour venir en aide au patient et c'est surtout cela qui m'a choqué. L'incompréhension de la fille, l'impuissance de l'aide soignante et de moi même qui ne pouvaient pas retirer la fille de force et la non présence de l'infirmière qui était bien trop occupée pour s'interposer..."
Thunder
 
Messages: 4
Inscription: 02 Déc 2011 10:25


Retourner vers Etudiants infirmiers (ESI)