Forum : Aides soignants (AS)

Nous sommes le 17 Avr 2014 06:53

Mot de passe oublié ?

Se souvenir de moi

Messagepar alissiah » 01 Nov 2006 00:05

salut à toi Karine, je viens de lire ton msg et les réponses qui t'ont été données moi je suis aide soignante depuis 3 ans bientôt et j e me suis posée les même questions que toi mais j'aime énormement mon métier les gens qui sont défétiste sur notre métier ne savent pas de quoi ils parlent on ne peux pas leur en vouloir, ils ne l'ont jamais vécu. Le plaisir dans notre métier c'est le relationnel avec le patient ça vaut tout ça. Tu sais les infirmières ont pleins de choses à gérer les médecins n'ont souvent pas trop le temps de parler avec les patients alors c'est à nous qu'ils se confient qu'ils blagues qu'ils font le plus confiance qui sont content quand ils nous voient...Biensur c'est nous qui fesont les toilettes qui change les personnes qui donnont à manger mais c'est tout le reste qui apporte satisfaction dans ntre taf il y à des moments très durs et des moments très agréable mais si tu aime le contact avec les gens sue tu es tolérante et que tu à envie de t'investir auprès de personne en difficultée temporaire ou à long terme lance toi et tu comprendra tout ce que je reçent très vite.
(je te conseille quand même aide soignante car on peut travailler partout hopital maison de retraite handicapée mon perso mon dada c'est l'hosto après chacun son truc!!!!!)
Bon courage :lol:
Avatar de l’utilisateur
alissiah
Fidèle
Fidèle
 
Messages: 249
Inscription: 13 Juin 2005 12:36
Localisation: Bretonne à Tours

Messagepar FFC » 01 Nov 2006 11:43

kikodina a écrit:Pour le moment c'est très positif et je m'étonne moi même!!!


Bravo.
FFC
Forcené
Forcené
 
Messages: 322
Inscription: 12 Sep 2006 13:49
Localisation: Lyon

Messagepar Tiluda » 01 Nov 2006 22:44

Bonsoir,

Ca me fait plaisir de lire vos témoignages : lorsque je dis autour de moi que j'ai passé les concours entrer en formation d'AS, j'ai souvent des remarques qui résument ce métier aux toilettes, au ménage, à faire la bonne... j'ai fait un tout petit stage en clinique, et ça m'a bien motivée pour continuer !

J'en profite pour vous poser une question à propos des concours :
j'en ai passé deux, et à chaque fois, après avoir expliqué mes motivations à faire ce métier en particulier (qui reposent notamment sur le relationnel soignant/soigné), le jury m'a rétorqué qu'il n'y avait pas que la relation, en gros... à part de répondre que j'ai conscience de la difficulté de ce métier et que le stage, malgré sa courte durée, m'a rassurée sur certains points, je n'ai pas trop su que rajouter.
A vouloir montrer qu'on est motivé, le jury peut penser qu'on a une vision idyllique du métier et qu'on est pas le bon candidat pour cette formation. A contrario, leur faire comprendre qu'on est lucide sur les difficultés de la profession pourrait faire croire qu'on est pessimiste ou je ne sais quoi :roll:
En tous cas c'est l'impression que j'ai eue lors de ces deux entretiens. Qu'en est-il pour vous ? Des conseils éventuels sont les bienvenus ! :P
merci
Tiluda
Régulier
Régulier
 
Messages: 45
Inscription: 28 Mar 2006 14:35

Messagepar Nouvelle » 02 Nov 2006 10:04

c'est exactement pareil pour le concours d'infirmière, je pense qu'il faut montrer que l'on connait les difficultés du métier, mais aussi ses bons cotés!! Et ce n'est pas une question d'être optimiste ou pessimiste: c'est la réalité du métier! :clin:
ESI 3eme année
IDE, oui, et sinon ?
Projet pro : puer' ou sage-femme !!!
Envie d'aller plus loin...
Avatar de l’utilisateur
Nouvelle
Fidèle
Fidèle
 
Messages: 242
Inscription: 24 Aoû 2006 15:52
Localisation: Entre là-bas et ici...

Messagepar gogan » 16 Jan 2007 18:10

bonjour a tous,

juste pour vous dire que votre conversation m'a beaucoup intéressé.

je compte passé le concours d'entrée pour aide soignant..est je suis plus attiré par as qu'infirmier pour tout ce coté relationnel..

ayant moi-même effectué pas mal de séjours en hopital je sais que le relationnel avec les aides soignant(e)s peut faire d'un sejours un paradis comme un vrai enfer.Mais la plupart du temps ,j'ai été en tres bon terme avec les as.

de plus,j'ai cherché sur le forum mais personne parle de la difficulté de la formation.
est ce dur de devenir as une fois qu'on a reussi a entrer en formation?

merci a vous.
gogan
 
Messages: 15
Inscription: 16 Jan 2007 16:43
Localisation: besancon(25)

Messagepar manolita » 18 Jan 2007 17:48

je suis as depuis 6 ans
j'ai un bac et l'attitude de beaucoup de personnes (ne connaissant pas le boulot)fut:mais torcher les culs alors que tu a un bac!!!
tout n'est qu'une question de point de vu
biensur les gens font pipi ,caca,vomissent mais c'est ta facon de gerer ces moments qui laisse au patient un bon ou mauvais souvenir de l'hospit
pour ex une fois je suis restee 10 minutes a tenir la main d'une patiente car douloureuse ++++++
pour moi j'avais l'impression d'etre inutile et bah cette personne n'a pas arrete de me remercier
autre remerciement un patient a qui on avait fait un lavement(monsieur pharmacien) resultat diarrhees toutes la journee
quand il est revenu nous voir il m'a remercie pour cette journee!
moi c'est des moments comme ca qui m'interessent et non l'avis de gens qui n'y connaissent rien comme quoi meme en torchant des culs tu peux etre utile :!:
manolita
Forcené
Forcené
 
Messages: 299
Inscription: 12 Avr 2006 10:35

Messagepar gogan » 19 Jan 2007 11:46

bonjour manolita,

je suis bien d'accord avec toi!
je ne suis pas encore aide soignant mais j'espere le devenir.

et je dirai pour rebondir sur ta derniere phrase,que c'est justement parce que les aide soignants torchent les culs qu'ils sont utiles,car c'est bien dans des moments comme ça que le patient se sent seul et a besoin de soutiens.

je pense,peut etre me trompé-je,que ce boulot doit etre assez valorisant,on doit etre fier de soit quand on rentre le soir.

je pense aussi(je pense beaucoup aujourd'hui!!!lol) que rien ne vaut la reconnaissance du patient..un merci doit ensoleiller la journée.


bon courage a vous en esperant devenir moi aussi AS(en hopital public,tant qu'a rêver autant rêver jusqu'au bout ;-) )
gogan
 
Messages: 15
Inscription: 16 Jan 2007 16:43
Localisation: besancon(25)

Messagepar manolita » 19 Jan 2007 13:00

je n'ai pas besoin des autres pour savoir que ce que je fais est bien,le principal pour moi a la fin de la journee c'est de savoir que j'ai fait de mon mieux et surtout c'est un boulot dans lequel je m'epanoui
manolita
Forcené
Forcené
 
Messages: 299
Inscription: 12 Avr 2006 10:35

Messagepar phildu65 » 19 Jan 2007 15:07


Bonjour à toutes et à tous.
Je m'appelle philippe et j'ai 48 ans. Tout d'abord, laissez moi vous dire qu'un métier est ingrat lorsqu'on l'a mal choisi ou bien quand on le fait par force, ou encore, lorsqu'on est pas de ce métier et que l'on a un regard extérieur subjectif.
Vous faire part de ma propre expérience pourra peut-être en faire réfléchir certains et certaines.
Il y a 25 ans, j'ai voulu travailler dans le milieu médical qui, à l'époque, embauchait facilement. J'ai débuté comme ASH dans un établissement de réadaptation et rééducation fonctionnelle pour un CDD de 2 mois, pour les remplacements de congés d'été. Ce premier contact à été assez difficile vu la population de ce genre d'établissement et mon ignorance de tout. J'ai été en admiration devant les équipes de soins et je trouvais leur travail fort intéressant. Durant ces 2 mois, j'en ai profité pour me renseigner sur les modalités d'accès aux professions d'aide soignant et aussi d'infirmier. N'ayant qu'un niveau de 3e et le sacro saint BEPC (ancien brevet des collèges) j'avais du"pain sur la planche". Dès la rentrée, je me suis inscrit dans des cours du soir qu'ils appelaient: préparation aux concours d'entrée dans les écoles paramédicales. Nous étions 12 en septembre et, dès noël, nous n'étions plus que 8 et à la fin de l'année nous avons fini à 5! Nous avions 3 intervenants. Un pour la biologie, un pour la physique et un pour la chimie. L'ambiance était bonne et studieuse, je me suis vite fait des connaissances et notamment avec un garçon bien plus jeune que moi mais dans le même cas. Nous avons travaillé ensembles. Pendant la période d'été, j'ai pu travailler comme faisant fonction AS au CHR de bordeaux en service neuro chir, où je me suis découvert une passion pour la physiologie, l'anat, les patho, les soins tecniques, mais aussi pour les patients dont j'avais pitié et aurais voulu tout faire pour les guérir, les sauver de leur mort certaine. Je laissais tomber le choix d'être AS car, il est vrai, je ne trouvais pas le boulot très captivant à mon point de vue et ne me correspondant pas. Mon choix se porta sur l'entrée en école d'infirmier (ancienne dénomination des IFSI). Mon pote et moi nous nous sommes donc retrouvés aux cours du soir car, le concours était encore loin. Nous avons buché d'arrache pied toute l'année et avons déjà pu nous présenter en mai suivant à l'examen de niveau. Pour les non baccheliers, il fallait passer et réussir cet examen (niveau 1er/terminaleD) pour prétendre passer le concours d'entrée en école d'IDE. Nous avons réussi cet examen et il ne nous restait plus que le concours. Mais, pour cela, il fallait attendre l'année suivante. Juin revenu, me revoila parti au CHR mais comme brancardier cette fois ci. Les cours du soir étant terminés, je me suis inscrit à la fac de sciences dans une classe préparatoire à l'ESEU B (examen spécial d'entrée à l'université science) car je me suis dit que si je n'avais pas le concours qui, nous disait on, était très difficile à avoir, j'avais fait la réflexion suivante: si tu n'as jamais ce fichu concours faudra te diriger vers autrechose. Grâce a l' ESEU (à présent DAEU), équivalence du Bac, j'avais le choix entre toutes les carrières paramédicales, médecine, mathématiques, physique, chimie... enfin tout ce qui me passionnait. Il fallait faire 2 ans de plus et comme j'avais déjà 26 27 ans et que je vivais encore chez les parents qui en avaient assez de m'entretenir, il fallait que je fasse qque chose qui puisse me donner rapidement un boulot. Exit les études à la fac et mon projet d'études de mèdecine et de bosser peut être un jour dans la recherche médicale. je passe le concours (biologie physique chimie et peut être une autre matière mais je ne me souviens plus), je l'ai eu assez facilement et je rentre dans une école d'IDE. j'étais un peu déçu mais motivé à bloc. Je me suis ennuyé toute la première année car, en ce temps là... la première année était le module 1, consacré exclusivement à l'étude de l'homme sain, des soins de base du rôle propre, des institutions sanit et sociales, de la psycho, démarche de soin, méthodologie à gaver, etc... mais rien d'anat de physio d'histo; ce n'est venu qu'au début du 2e trimestre et fallait voir le niveau! pas la peine d'être bachelier et puis les IDE enseignantes pas très au top et vite perdues sans leurs bouquins. Elles nous balançaient des cours plus compliqués à déchiffrer que compliqués dans le contenu! Mes collègues élèves qui sortaient de cursus littéraire ou même scientifique avaient du mal à comprendre. J'ai aidé souvent celles qui le voulaient. Nous n'avions pas le droit d'exécuter des soins du rôle délégué. Voici des raisons pour laquelle, à cette époque, nous pouvions prétendre au CAFAS des AS et comme les AS sortant d'école car,dans le domaine pratique nous avions la même formation et les mêmes connaissnce en fin de 1ere année qui étaient validée par un partiel qui permettait ou pas de passer en 2e année. Bien sur dans ces promo de 1ère année peu d'étudiants étaient intéressés par les soins de base. Aujourd'hui, d'après ce que j'entend dire de çi de là de source sure, c'est encore pire!

Fin de 1ere année un stage casse pipe me fait perdre confiance en moi, et la seconde année devient un calvaire. je redouble, idem. Ca tourne au cauchemar. Finalement, la directrice de l'école me demande de quitter la formation.
Je me retrouve avec un CAFAS en poche après tant de travail tant de sacrifices. je n'ai pas accepté cette fatalité et j'ai refusé de travailler comme AS. j'ai quand même fini par accepter de faire de l'intérim car, de cette façon, je pouvais m'arrêter lorsque je le souhaitai; j'étais très très mal physcologiquement et je consultais quotidiennement un psy et prenais des anxilotiques et anti-dépresseurs. Dans le même état, j'ai été embauché en CDD puis en CDI dans une grosse clinique genre usine à malade. Je vivais mal ma fonction puisque ne l'ayant pas voulu et je ne me voyais que comme un larbin des IDE, toujours sollicité pour vider les bassins, torcher les gens, répondre aux sonnettes et ramasser les saloperies pendant que ces dames diplômées d'état prenaient le café ou papotaient avec les médecins ou bien encore prenaient leur temps pour faire les soins. j'ai tenu comme ca 3 ans avec un petit AIT à la clé en raison du stress auquel nous étions soumis nous, les AS, dans cette clinique puis, j'ai été en arrêt maladie longue durée et j'ai démissionné de mon boulot.
Depuis, je me suis marié avec une AS et oui!! qui a été ensuite IDE et maintenant elle fait fonction d'infirmière coordinatrice avant de pouvoir rentrer à l'école des cadres. J'ai changé de secteur d'activité professionnelle puisque j'ai été commerçant et voila que l'an dernier les difficultés économiques et les répercussions du passage à l'euro m'obligent à fermer boutique. Que faire? Après qques semaines de réfexion, je me décide à retourner AS mais uniquement en intérim. Quel trac j'ai eu lors de ma 1ere mission! mais figurez vous que je ne me suis pas reconnu. Plus le même. Peut être est ce l'age qui y est pour qque chose!
Depuis un an, je bosse pour une célébre boite d'intérim et j'ai un contrat renouvelable tous les 15 jours dans une maison de retraite plutôt géronto-psy. J'adore mes résidents, je ne me sens pas moins ni plus nul que mes collégues et je me fou de ce que les autres pensent des AS!! C'est surtout cela qu'il vous faut dépasser! Malgré qques baisses de moral, normales dans ce genre d'institution, j'ai plaisir aller au boulot et puis, mon épouse y est ma chef... dur dur!! non, je plaisante. Ca passe très bien. Nous recevons d'autres intérim AS et je suis surpris de voir que 3 sur 4 sont aussi passés par la case IFSI! A ce sujet, je créérais très prochainement un forum de discussion sur les études IDE en général et la sélection avant l'entrée en IFSI. J'ouvrirai également un forum sur les rythmes de travail dans la profession.
Aujourd'hui, je suis super ravi et j'ai envie de m'investir d'une autre façon dans ce métier sans pour autant tomber dans l'excès dans lequel j'étais dans ma jeunesse, ni renier la fonction d'AS.
J'ai eu vent à la DDASS de mon département de la possibilté aux AS d'une future VAE partielle qui leur permettra d'accèder au DE infirmier. Car, je n'ai pas les moyens de rester 3 années sans un salaire correct et puis recommencer à zéro et passer un concours qui n'a plus rien a voir avec la future profession.De source quasi sure, la partie VAE ne concernerai que le rôle propre infimier, c'est à dire tout ce qui concerne les soins d'hygiène et de confort et tout ce qui s'y rapporte. Pour le reste, il faudra suivre la formation IDE et passer le DE. Normal. Etre IDE est un savoir faire et un savoir être qui ne s'invente pas et ne s'acquier pas sur le tas mais que l'on apprend car, c'est répondre à des besoins différents et de façon différente que les AS. J'y reviendrai sur le forum études IDE. Quand je lisais ici, sur le forum qui s'est ouvert à l'annonce de ce projet du ministère, les queurelles et les conflis entre les pour et les contres je me dit qu'il y a du chemin à faire dans notre pays pour que le mérite soit reconnu au même titre que le diplôme et que l'esprit d'équipe est loin de faire la majorité!

Puisse l'histoire de mon expérience révéler des "vocations" et donner du courage à tout ceux et celles qui ont une baisse de régime ou à tous les exclus injustement des IFSI, pour qu'ils sachent que rien n'est jamais perdu et que nous faisons, bien que difficile, un merveilleux métier dans cette société égoïste et mercantile où beaucoup de monde se fou de tout et se moque de tous parce qu'il a des diplôme!!
phildu65
 
Messages: 6
Inscription: 18 Jan 2007 21:08

Messagepar gogan » 19 Jan 2007 19:39

manolita a écrit:je n'ai pas besoin des autres pour savoir que ce que je fais est bien,


j'espere que tu ne dis pas ça apres de que j'ai dit? :pleure:
gogan
 
Messages: 15
Inscription: 16 Jan 2007 16:43
Localisation: besancon(25)

Messagepar manolita » 19 Jan 2007 21:20

pas du tout gogan !!! :clin:
manolita
Forcené
Forcené
 
Messages: 299
Inscription: 12 Avr 2006 10:35

Messagepar gogan » 20 Jan 2007 11:20

oufffffffffff!lol

:lol:
gogan
 
Messages: 15
Inscription: 16 Jan 2007 16:43
Localisation: besancon(25)

Précédente

Retourner vers Aides soignants (AS)