Forum : Etudiants infirmiers (ESI)

Nous sommes le 20 Déc 2014 21:14

Mot de passe oublié ?

Se souvenir de moi

Messagepar petitefleur2704 » 18 Déc 2012 20:00

salut à toutes et tous, je viens vers vous car je suis complètement perdue, je vous expose la situation:

J'ai une petite soeur de 19ans qui à passé avec succès sa première année d'ifsi, pas de rattrapages, une des premières de sa promo, toujours le nez dans ces bouquins..

Petit à petit on s'est rendu compte (ma famille et moi) que ma soeur n'allait pas bien, elle maigrissais, était distante, toujours pressée de retourner dans sa chambre. Nous avons découvert qu'elle avait de gros troubles alimentaires alternant anorexie et crises de boulimie, nous sommes là pour l'aider...

Le soucis, c'est que lors de sa deuxième année et notamment de son troisiéme stage elle à complètement déconné, elle à piquer dans le sac du personnel de l'argent pour pouvoir s'acheter de la nourriture pour ces crises.. Associé à des absences injustifiées, elle à fini par etre convoquée au conseil de discipline et verdict : exclusion définitive de l'établissement...

En voyant l'ampleur et l'impact de ces actes ma soeur s'est rendue au commissariat et s'est dénoncée pour le vol d'argent et à remboursé l'intégralité des sommes volée à la personne concernée.

A présent et après une hospitalisation en temps plein, elle passe ses journées en hôpital de jour où après avoir passé par une période très sombre (idée de suicide...) elle relevé un peu la tête et se rend compte que pour elle il n'y a que le métier d’infirmière qui compte, qu'elle est faite pour elle.

Elle voudrait donc maintenant que son état est stabilisé réintégrer une école en deuxième année directement car pour elle repasser le concours serait à ce jour une humiliation (surtout que dans son ancienne école tout le monde est au courant de ce qui s'est passé : fuite du conseil...)

Nous n'excusons en rien son comportement mais nous savons qu'elle paie très cher cet écart de sa vie, à cause de cette maladie qui à engendré ce comportement (que je n'excuse pas).

Je viens faire appel à vous, pour savoir si certains d'entre vous on déjà vécu ou connu des élèves virés pour vol et absence et qui auraient réussis à intégrer une autre école, peut être parmi vous y en a t'il qui font parti d'un conseil de discipline...

Pourriez vous me donner des conseils pour sa lettre de motivation pour une demande d'intégration en deuxième année?

y en a t'il qui ont était acceptés suite à ce type de problème..?

J'attend vraiment de votre part une aide et non pas un jugement que nous avons déjà eu..

d'avance merci à ceux qui ont pris le temps de me lire et à ceux qui me répondrons
petitefleur2704
Habitué
Habitué
 
Messages: 67
Inscription: 15 Jan 2012 21:05

Messagepar Louiss » 18 Déc 2012 20:10

C'est une situation difficile c'est clair.

Ce qu'il faudrait joindre à la lettre en question c'est un certificat médical circonstancié qui pourrait expliquer le geste de ta soeur, de part sa maladie, en précisant que désormais elle est apte à reprendre ses études. Il faudrait qu'il y soit précisé du coup, qu'elle ne pouvait pas être tenu responsable de part son état.

Après joindre une lettre dans laquelle tu expliques la situation, s'excuser du geste, et des conséquences auprès de la direction et de l'équipe pédagogique...

Tu peux peut etre même demander un RDV avec la directrice pour en parler directement, ça serait peut être plus spontané. Soit ça marche pour reprendre dès la 2e année, soit retour en début de 1ère année, soit y a pas de suite.

Je n'ai jamais connu une situation semblable, mais de ce que j'ai vu de certains conseils de discipline, c'est ce que je peux en dire. Rien ne peut garantir que cela fonctionne, mais en tout cas, faut mettre en avant les soucis du moment, et pouvoir les justifier au mieux.

Bon courage à elle
ESI 2011 - 2014
Louiss
Régulier
Régulier
 
Messages: 57
Inscription: 29 Avr 2010 18:55

Messagepar petitefleur2704 » 18 Déc 2012 20:26

Je te remercie pour ta réponse, elle à déjà discuter avec le psy qui la suit et il lui a dit qu'il pourrait lui faire un certificat, de plus son ancienne directrice lui avait dit que si on la contacter suite à son exclusion elle ne l'enfoncerai pas plus du fait de son excellent dossier scolaire avant cet évènement fatidique

Mais moi quand j'ai parlé avec ma directrice, elle avait pas l'air trés chaude quand aux réintégrations suite à une exclusion disciplinaire.

merci de ton soutien
petitefleur2704
Habitué
Habitué
 
Messages: 67
Inscription: 15 Jan 2012 21:05

Messagepar taktell47 » 18 Déc 2012 20:37

message supprimé
Dernière édition par taktell47 le 20 Déc 2012 11:56, édité 1 fois.
taktell47
Forcené
Forcené
 
Messages: 263
Inscription: 25 Aoû 2011 12:15

Messagepar Benji30 » 19 Déc 2012 09:37

Un autre petit point à éclaircir, lors de l'exclusion d'IFSI, le bénéfice du concours n'est pas dans tous les cas conservé. Il faut contacter l'IFSI d'origine et leur demander si il y a eu annulation du concours ou non...

Bon courage
Infirmier Diplômé d'Etat
"On ne répond pas à une demande, on la traite"
Avatar de l’utilisateur
Benji30
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 1786
Inscription: 19 Nov 2005 18:37

Messagepar augusta » 19 Déc 2012 10:41

Si elle veut reprendre en toute tranquilité (= de la manière la plus neutre possible) je lui conseille de repasser le concours et de recommencer là où personne ne la connait.
IDE en médecine de la subjectivité (donc en psy!) . Formateur occasionnel

"Penser, c'est penser jusqu'où on pourrait penser différemment" Michel Foucault
Avatar de l’utilisateur
augusta
Star VIP
Star VIP
 
Messages: 9074
Inscription: 23 Mai 2008 19:29
Localisation: Dans les livres et aussi ailleurs.

Messagepar lucie31 » 19 Déc 2012 10:44

elle peut aussi peut être tenter un recours auprès de l'ARS dont elle dépend en expliquant la situation et en demandant une dérogation exceptionnelle.
[i]39 ans, maman en reconversion ESI 2011/2014 CRF Toulouse
Stages
S1 : traumato - S2 : psy
S3 : EVC/UE S4 : medecine - 120 ects
S5 : ehpad + libéral
Avatar de l’utilisateur
lucie31
Accro
Accro
 
Messages: 1404
Inscription: 24 Juil 2010 17:29
Localisation: 31190

Messagepar augusta » 19 Déc 2012 11:18

Oui.....dans l'absolu....sauf qu'elle a quand même fait une erreur très grave.
Le besoin compulsif de manger peut-il tout expliquer? (même en crise n'y-a-t-il pas d'autres moyens de se procurer de la nourriture?...).
Etre conscient de ses écarts est très bien....mais reprendre comme si de rien n''était je pense que c'est mal connaitre le milieu (surtout quand on voit ce que "secret professionnel" veut dire...).
A sa place je me ferais toute petite et repasserais le concours....surtout si elle veut poursuivre de manière sereine.
IDE en médecine de la subjectivité (donc en psy!) . Formateur occasionnel

"Penser, c'est penser jusqu'où on pourrait penser différemment" Michel Foucault
Avatar de l’utilisateur
augusta
Star VIP
Star VIP
 
Messages: 9074
Inscription: 23 Mai 2008 19:29
Localisation: Dans les livres et aussi ailleurs.

Messagepar petitefleur2704 » 19 Déc 2012 21:23

Le besoin compulsif de manger peut-il tout expliquer? (même en crise n'y-a-t-il pas d'autres moyens de se procurer de la nourriture?...).
et bien je dirais que non...comment répondre à cette envie quand tu n'as pas d'argent, cette envie qui monte en toi, qui te rend infecte tant que tu ne la pas assouvi....la seule chose c'est qu'elle na JAMAIS volé un patient ou fais du mal....

Benji30: merci pour ton mess lors de son entretien après le conseil de discipline avec sa directrice, celle ci lui à dit qu'elle perdais l'acquis du diplôme infirmière mais pas ces ects ni son concours... c'est déjà ça

augusta : agir ainsi pour elle ne serais pas envisageable, se serais comme si elle était à nouveau puni pour des actes qu'elles à déjà payer mais merci de ton conseil, sinon je te sens beaucoup dans le jugement " une erreur très grave" oui pour elle mais pas pour les autres (je rappel qu'elle à intégralement remboursé cette dame...)

lucie31: merci de ton conseil, je vais essayer de me renseigner sur la personne à contacter au sein de l'ARS t'as une idée des coordonnées?


Merci à tous pour vos réponses en tout cas cela m'aide à l'aider...
petitefleur2704
Habitué
Habitué
 
Messages: 67
Inscription: 15 Jan 2012 21:05

Messagepar augusta » 19 Déc 2012 21:30

Je ne pense pas être dans le jugement mais je pense qu'il faut appeler un chat un chat.
Si elle n'avait pas fait de faute elle n'aurait pas été exclue de la formation....petite chose à ne pas perdre de vue.
Encore heureux qu'elle n'ait pas volé un patient!

Sinon je pense qu'on a toujours le choix....sauf dans certaines pathologies mentales.

Je lui souhaite vraiment de réintégrer un IFSI....mais en général "ils" ne font pas dans la dentelle, donc autant être préparée au pire: reprendre depuis le début dans un endroit où personne n'aura connaissance de son passé en IFSI.
IDE en médecine de la subjectivité (donc en psy!) . Formateur occasionnel

"Penser, c'est penser jusqu'où on pourrait penser différemment" Michel Foucault
Avatar de l’utilisateur
augusta
Star VIP
Star VIP
 
Messages: 9074
Inscription: 23 Mai 2008 19:29
Localisation: Dans les livres et aussi ailleurs.

Messagepar petitefleur2704 » 19 Déc 2012 21:35

je comprends tout à fait ton point de vue, mais quand je vois certaines faire de mauvaises injection, passé en conseil de discipline et avoir juste un avertissement alors que le patient et tombé dans un coma
je trouve qu'il y a pire comme comportement, même si je trouve qu'elle à pas assurée mais bon elle n'a pas non plus agit ainsi que sur son lieu de travail, elle a aussi déjà piquer direct d gâteaux dans les magasins... c'est vraiment une maladie mentale, reconnue par les psychiatres...
merci de ton point de vue...
petitefleur2704
Habitué
Habitué
 
Messages: 67
Inscription: 15 Jan 2012 21:05

Messagepar Bip-bip » 20 Déc 2012 13:59

petitefleur2704 a écrit:je comprends tout à fait ton point de vue, mais quand je vois certaines faire de mauvaises injection, passé en conseil de discipline et avoir juste un avertissement alors que le patient et tombé dans un coma


Heu non, ça ça n'arrive pas. Un truc pareil, tu risques même la prison... En général on se fait virer de l'IFSI pour bien moins que ça. Franchement, faut pas dire des choses comme ça, c'est pas vrai, déjà pour commencer, parfois tu as un rapport sur toi parce que tu as mal répondu à une question qu'on t'a posée... C'est vraiment pas possible de dire des choses comme ça.


je trouve qu'il y a pire comme comportement, même si je trouve qu'elle à pas assurée mais bon elle n'a pas non plus agit ainsi que sur son lieu de travail, elle a aussi déjà piquer direct d gâteaux dans les magasins... c'est vraiment une maladie mentale, reconnue par les psychiatres...
merci de ton point de vue...

Oui c'est une maladie mentale, ok. Mais c'est un comportement qui ne peut être accepté, puisque ça nuit à son exercice professionnel...

Et puis bon, tu dis qu'il y a pire comme comportement, j'aimerais savoir quoi. C'est quand même un des pires trucs qu'il soient possibles de faire, que de piquer des sous à ses collègues...

(désolée si c'est difficile à entendre... mais tu demandes, je te réponds le plus honnêtement possible)

Juste une petite chose, tu dis ça à la personne qui t'a répondu à savoir Augusta, elle ne fait QUE de la psychiatrie... C'est le genre de choses qu'elle sera assez à même d'analyser (autant qu'on puisse sur un forum). Ca peut être instructif de bien lire ce qu'elle dit...



Mon avis (puisque tu le demandes), sans jugement, j'imagine que ta soeur doit être assez honteuse et horrifiée de ce qui s'est passé comme ça, mon but n'est pas d'en rajouter une couche mais de dire honnêtement et franchement ce que je pense, ok ? :?

Donc... ben je pense qu'elle ne pourra pas reprendre en deuxième année. La seule solution est de repasser le concours. Si elle trouve ça trop humiliant, elle devra soit attendre d'en être psychologiquement capable (et rien ne prouve qu'elle sera prise en IFSI, parce que dans ce milieu, tout se sait et tout le monde se connaît, donc si elle le repasse je lui conseille grandement d'aller dans une autre région...) soit elle ne sera jamais infirmière j'en ai bien peur.
Parce que tout simplement, tout cela est MARQUE dans son dossier scolaire, aucun IFSI ne la reprendra en deuxième année, même s'il y a un certificat médical qui atteste qu'elle a une "maladie mentale". Au contraire, si maladie mentale il y a, elle devient alors incompatible avec la profession d'infirmier...

Et je pense que c'est quand même normal qu'elle reprenne en première année. C'est plutôt une bonne chose qu'elle mesure l'ampleur de ce qui s'est passé. Dans notre jargon on dit que c'est "thérapeutique". Il faut qu'elle puisse assumer pleinement toutes les conséquences de son acte et ne pas essayer de passer au travers. Le fait de devoir repasser le concours fait partie des conséquences... Et c'est bien peu de choses, au regard de ceux qui n'ont même pas le droit de le repasser.

Il faut aussi te dire, autant tout te balancer :roll: que dans ce milieu, les gens n'aiment pas trop ceux qui ont des "problèmes psy". En gros, tu es soit sain, soit "fou" dans l'esprit des gens. Tu ne peux pas être des deux côtés à la fois, celui du soignant et celui du "fou". Il ne faut surtout pas que ça se sache, sinon c'est foutu pour elle. Si tu as le malheur de dire à tes collègues que tu as un penchant pour l'alcool (qui est une maladie) ou de la boulimie (qui est une maladie) ou que tu as fait une dépression (qui est une maladie) tu es catalogué, et les gens ne te voient plus comme un collègue.

C'est surtout ça que j'aimerais te faire passer comme message, c'est vraiment très important.

si vous voulez vraiment l'aider, il faut lui suggérer de repasser le concours, et de ne SURTOUT pas essayer de se faire reprendre dans un autre IFSI, déjà parce que c'est peine perdue, et en plus, une fois qu'elle aura envoyé son dossier, ils auront vu "vol + fuite du conseil" et ce sera mort pour repasser les concours chez eux !


Je sais pas où vous habitez mais elle peut aussi essayer de faire ses études à l'étranger...

Enfin bon, elle a droit à une deuxième chance, tout le monde y a droit, mais il faut bien sûr qu'elle se soigne bien, qu'elle reprenne sa vie en main, et elle devra assumer les conséquences et repartir de 0 si elle tient vraiment à être infirmière.

voilà mon avis. Bon courage à elle et à vous, ça doit pas être très marrant à vivre j'en conviens aisément :roll:
IDE
En soins palliatifs + médecine en intérim
Avatar de l’utilisateur
Bip-bip
Insatiable
Insatiable
 
Messages: 480
Inscription: 24 Mar 2012 10:51

Messagepar cvd » 20 Déc 2012 15:36

Je me permets de te répondre car j'ai été ESI, avec des troubles du comportement alimentaire.
"La chance" que j'avais est que j'étais très encadrée sur le plan psy et quand en stage, je n'ai plus réussi à me "maîtriser" et que j'assistais, impuissante, à la déchéance de mon comportement alimentaire sur le lieu de travail, j'ai appelé mon psy, été arrêtée et hospitalisée rapidement. ça a duré un mois et permis de casser cet engrenage dans lequel j'étais prise au piège. Par la suite, les troubles alimentaires ont persisté quelques temps encore, mais pas au point de mettre en danger ma formation.
Bref, tout ça pour dire que je comprends l'attitude socialement inacceptable de ta soeur, sans pour autant la cautionner (mais qui sait, ça aurait peut-être pu m'arriver) .
Maintenant, je rejoins tout à fait l'avis d'Augusta. Tout se sait dans un IFSI et elle risque, en reprenant, de se retrouver dans un environnement hostile qui, de plus, pourrait la mettre en difficultés dans sa maladie.
Le conseil de discipline ne l'a pas punie d'être malade, il a sanctionné son comportement, même si en l'occurence les 2 sont liés. Et effectivement, je ne pense pas qu'arguer une irresponsabilité de ses actes pour cause de maladie mentale, soit une bonne stratégie pour réintégrer un IFSI en 2ème année.
Par contre, se soigner de manière à réussir à contrôler son comportement alimentaire (au moins, au travail), PUIS repasser le concours dans une autre ville, un autre IFSI et repartir de zero, laissant cette période sombre entre parenthèses, me parait la solution la plus judicieuse.
Je souhaite sincérement bon courage à ta soeur, on s'en sort et on peut même devenir IDE (j'en suis la preuve), et bon courage à sa famille qui l'accompagne, car je sais que c'est extrémement difficile.
cvd
Habitué
Habitué
 
Messages: 80
Inscription: 02 Fév 2010 17:03

Messagepar petitefleur2704 » 20 Déc 2012 18:35

Heu non, ça ça n'arrive pas. Un truc pareil, tu risques même la prison... En général on se fait virer de l'IFSI pour bien moins que ça. Franchement, faut pas dire des choses comme ça, c'est pas vrai, déjà pour commencer, parfois tu as un rapport sur toi parce que tu as mal répondu à une question qu'on t'a posée... C'est vraiment pas possible de dire des choses comme ça.


Heu si je confirme, le conseil lui à mis un avertissement elle est en 3eme année et des notes de merde donc ils doutent qu'elle réussira à avoir le concours ce qui explique peut etre la chose.
Et puis bon, tu dis qu'il y a pire comme comportement, j'aimerais savoir quoi. C'est quand même un des pires trucs qu'il soient possibles de faire, que de piquer des sous à ses collègues...
.. Il y a pire ne pas soigner correctement les autres et mettre leur vie en danger, là même si c'est immorable ce n'est que de l'argent... qui plus est au final remboursé . . .

En gros, tu es soit sain, soit "fou" dans l'esprit des gens. Tu ne peux pas être des deux côtés à la fois, celui du soignant et celui du "fou". Il ne faut surtout pas que ça se sache, sinon c'est foutu pour elle. Si tu as le malheur de dire à tes collègues que tu as un penchant pour l'alcool (qui est une maladie) ou de la boulimie (qui est une maladie) ou que tu as fait une dépression (qui est une maladie) tu es catalogué, et les gens ne te voient plus comme un collègue.
je dois vraiment être naïve et je ne requestionne sur mon propre choix de ce fait, je pensais qu'en tant que soignant ou futur soignant on était le mieux placé pour comprendre la maladie.... En quoi une dépression serait -elle incompatible avec un métier? si c'était le cas je pense que le nombre de chômeur grimperai en tte vitesse..

ils auront vu "vol + fuite du conseil" et ce sera mort pour repasser les concours chez eux
Hé que peut elle faire contre la fuite du conseil ? ce n'est pas sa faute tout de même si Le secret pro n'a pas été respecter de la part des délégués????

bip-bip: j'entends ton point de vue que je trouve sévère même si sur certains points tu as raisons, je trouve que quand tu ne t'es pas retrouvé dans cette situation (que je ne souhaite à personne d’ailleurs) tu ne peux pas comprendre la détresse associée.
cvd: merci pour ton témoignage mais tu dis
une autre ville, un autre IFSI et repartir de zéro, laissant cette période sombre entre parenthèses, me parait la solution la plus judicieuse.
pour elle cela n'est pas possible elle a toutes ces attaches ici en plus on est dans la région où il y a le plus d'écoles...


si quelqu'un à réussis ce type de combat pour réintégrer une école je suis preneuse de conseils...
petitefleur2704
Habitué
Habitué
 
Messages: 67
Inscription: 15 Jan 2012 21:05

Messagepar loulic » 20 Déc 2012 19:03

petitefleur2704 a écrit:je comprends tout à fait ton point de vue, mais quand je vois certaines faire de mauvaises injection, passé en conseil de discipline et avoir juste un avertissement ...


Ce genre d'erreur arrive tout les jours même à des professionnels très aguerris.

Que ce soit une erreur de produit ou de dosage. Des fois ça a des conséquences, des fois non.

petitefleur2704 a écrit:
Et puis bon, tu dis qu'il y a pire comme comportement, j'aimerais savoir quoi. C'est quand même un des pires trucs qu'il soient possibles de faire, que de piquer des sous à ses collègues...
.. Il y a pire ne pas soigner correctement les autres et mettre leur vie en danger, là même si c'est immorable ce n'est que de l'argent... qui plus est au final remboursé . . .


Ce n'est pas a toi de juger des compétences et qualités de tes camarades de promo (pardon des camarades de promo de ta soeur).

Maintenant, on parle de faits assez grave quand même. Même si elle a remboursé sa victime. C'est plus qu'immoral, c'est un délit.

On parle aussi de maladie grave qui n'est à ce jour pas guéri si j'ai bien compris.

Si tu commence à minimiser les faits en extrapolant sur une hiérarchisation toute personnelle de la gravité de ce qui t'es reproché (enfin de ce qui est reproché à ta soeur), c'est sûr que vous foncez droit dans le mur.

La première étape c'est d'accepter la gravité des faits.
Dès qu'il eut franchi le pont, les fantomes vinrent à sa rencontre.
Avatar de l’utilisateur
loulic
Silver VIP
Silver VIP
 
Messages: 4277
Inscription: 10 Juil 2009 07:46

Suivante

Retourner vers Etudiants infirmiers (ESI)