Forum : Etudiants infirmiers (ESI)

Nous sommes le 17 Avr 2014 13:29

Mot de passe oublié ?

Se souvenir de moi

Messagepar romaneandco » 14 Nov 2012 23:36

Bonsoir,
Je suis en première année et effectue mon premier stage en hôpital psychiatrique dans un service assez difficile. Cela fait 2 semaines que le stage a commencé. Pour moi tout se passait bien, je n'ai jamais été reprise sur quoi que ce soit j'essaye tant bien que mal de prendre des initiatives mais lorsqu'on a eu que 2 mois de formation et que c'est le premier stage on a pas beaucoup de connaissances donc c'est pas forcément simple. Après 2 semaines, mes réferentes font le bilan de "mi-stage ". Et là c'est le choc, elles me reprochent mon comportement avec les patients d'être trop à l'aise et mon vocabulaire à leur égard ; de ne pas être actrice de la formation; des objectifs pas " bons " ( par exemple j'avais mis : mieux maitriser la pharmacologie et les pathologies, elles me disent que la directrice était mécontente de ma formulation car il faut d'abord connaître les pathologies avant la pharmacologie. Ma formulation était inconsciente je n'y ai pas pensé bien que je le sache); etc. Ce qui me choque le plus, c'est me reprocher mon comportement. Je n'ai aucune notion en psychiatrie, j'agis donc par " imitation ". Par exemple, il y a un patient aveugle qui disait vouloir se jeter sous un train , l'infirmière lui a répondu qu'avant d'arriver à la gare pour se jeter sous le train il se prendrait tout les arbres dans la gueule et qu'il n'était donc pas rendu à la gare. Ca m'a beaucoup choqué car je ne me serais jamais permise de dire cela. Ils passent leur temps à leur crier dessus bien que je comprenne parfois leur manque de tact car ce sont des patients difficiles. Ce qui me choque aussi c'est qu'ils me parlent des patients à la troisième personne devant eux comme s'il n'étaient pas la, pourtant des patients comprennent très bien les choses. Je n'avais déja pas beaucoup de confiance en moi, mais alors là c'est très difficile. J'ai à mes yeux jamais été grossière avec un patient, cependant lorsqu'il me griffe etc je les reprends ce que je trouve normal bien que je sois seulement ESI. De plus pour un premier stage, mon " manque d'initiative " est pour moi de la politesse, je ne sais rien je ne veux donc pas les embêter en leur demandant de réaliser des actes que je n'ai jamais fait, j'attend qu'elles me solicitent car je sais que dans ces cas là je ne les dérange pas. Je me remets beaucoup en question, je suis vraiment démotivée et j'ai peur de pas tenir 3 ans si je réagis déja comme ça. Ce que je ne comprends pas c'est pourquoi ne pas m'en avoir parlé avant de ce qui n'allait pas ? car là j'ai pris des "habitudes " et des réflexes mauvais. De plus, ma référente m'a dit qu'elle avait parlé de mon comportement à la directrice du service et que je serais peut être convoquée ! la totale ! J'ai peur d'y retourner !!

Merci de me répondre avec franchise car je me positionne peut être très mal !! et merci d'avance pour vos réponses
Flers:149 sur LC
La Rochelle:Résultats le 4Juillet
Laval:Raté
La Roche sur Yon :44eme sur LC
Brest : Résultat le 22Mai
On y croit :)
romaneandco
 
Messages: 25
Inscription: 27 Fév 2012 14:48

Messagepar Kalinox » 15 Nov 2012 00:32

Difficile de porter un jugement sur toi en stage vu que nous ne sommes pas là pour t'observer.

As tu un tuteur ou une IDE référente ? Au quotidien que fais tu ? tu es completement larguée ou ceux qui t'encadrent t'explique bien le pourquoi du comment ?

Lors de ce bilan, as tu pu exprimer aussi tes réticences ? T'ont elles clairement dit ce qu'elles attendaient de toi ?

Tu devrais leur dire ce que tu as sur le coeur, que tu ne sais pas comment te positionner et te comporter, mais que tu as coeur d'apprendre. Si certains propos te choquent, parle en mais sans préjugé genre "est ce que cela fait parti de la thérapie de parler des patients à la 3ème personne devant eux ?" "est ce qu'il faut entrer dans les délires des patients ou au contraire leur casser leur délires quitte à être parfois abrupte ?".

Essaie de faire le point plus souvent avec l'équipe pour réajuster au plus vite et fais leur comprendre que c'est ton tout premier stage et que t'es perdue.

Au quotidien, essaie d'être le plus curieuse possible (après tout tout est nouveau pour toi, tu dois avoir mille question, potasses bien les pathologies que tu rencontres (ça te sera utile toute ta vie professionnelle après car des patients psy, y'en a dans tous les service).

Et si ça persiste ou si l'équipe n'est pas aidante (non parce que franchement la remarque sur tes objectifs, c'est un peu pousser pff), parle en vite à l'Ifsi qu'ils puissent t'aider.

En tout cas persiste, le premier stage est déstabilisant (surtant en psy, pas évident), mais ça ne reflète pas tes futurs stages.
Moi même mon tout premier stage a été catastrophique, j'étais en mater, 17 ans et demi, sortant du lycée, jamais bosser de ma vie, je ne savais absolument pas quoi faire en stage, aucune prise d'initiative, avec en plus la facheuse tendance de vouloir etre en nurserie avec les nouveaux nés (bah oui j'ai toujours voulu être puer, les bébés m'attiraient plus) alors qu'on m'attendait côté maman pour les toilettes intimes bof quoi lol.
En fin de 2ème année lors d'un stage, j'ai revu une ESI qui m'avait vu lors de mon premier stage et elle m'a dit que j'avais super progressé car c'est pas possible comme j'étais "cruche" au début.. Bonjour comment j'ai été vexée mais bon ça reflètait malheureusement un peu la réalité.

Bref ne te démonte pas pour un stage pourri, demande plus d'explication et d'encadrement et ne t'inquiète pour la suite de tes études. Bon courage
Infirmière Puéricultrice aux urgences pédiatriques actuellement
Avatar de l’utilisateur
Kalinox
Accro
Accro
 
Messages: 1043
Inscription: 13 Nov 2003 22:21

Messagepar augusta » 15 Nov 2012 08:53

romaneandco a écrit:elles me reprochent mon comportement avec les patients d'être trop à l'aise et mon vocabulaire à leur égard

Entend ce que l'équipe te dit. Il faut vraiment trouver l'équilibre entre se montrer présent, à l'écoute etc... et ne pas se comporter avec les patients comme si c'était des potes.

Je n'ai aucune notion en psychiatrie

Il faut le dire!!!!!

Par exemple, il y a un patient aveugle qui disait vouloir se jeter sous un train , l'infirmière lui a répondu qu'avant d'arriver à la gare pour se jeter sous le train il se prendrait tout les arbres dans la gueule et qu'il n'était donc pas rendu à la gare. Ca m'a beaucoup choqué car je ne me serais jamais permise de dire cela.

En psy il faut aussi éviter de porter des jugements hâtifs sur ce que tu entends.
Le mieux étant toujours de parler parler parler. Donc là tu aurais du revenir sur cette phrase pour dire ce que tu ressentais. Tu aurais eu le mérite d'avoir la meilleure explication qui soit: celle de l'IDE.

Ils passent leur temps à leur crier dessus bien que je comprenne parfois leur manque de tact car ce sont des patients difficiles.

Parfois, on a besoin de hausser le ton c'est vrai. Le rapport soignant-soigné est compliqué et ne ressemble pas à ce que tu vas pouvoir voir en soins généraux.

Je n'avais déja pas beaucoup de confiance en moi, mais alors là c'est très difficile. J'ai à mes yeux jamais été grossière avec un patient, cependant lorsqu'il me griffe etc je les reprends ce que je trouve normal bien que je sois seulement ESI.

Est-ce ce qui t'a été reproché?



De plus pour un premier stage, mon " manque d'initiative " est pour moi de la politesse, je ne sais rien je ne veux donc pas les embêter en leur demandant de réaliser des actes que je n'ai jamais fait, j'attend qu'elles me solicitent car je sais que dans ces cas là je ne les dérange pas.

Grosse erreur. Il faut vraiment aller de l'avant et se proposer pour faire telle ou telle chose.
L'attente de l'ESI est souvent perçue comme un manque de motivation ou d'intérêt.

Je me remets beaucoup en question, je suis vraiment démotivée et j'ai peur de pas tenir 3 ans si je réagis déja comme ça. Ce que je ne comprends pas c'est pourquoi ne pas m'en avoir parlé avant de ce qui n'allait pas ? car là j'ai pris des "habitudes " et des réflexes mauvais.

Grosse erreur de l'équipe de ne pas t'avoir dit les choses au fur et à mesure.
Mais qu'à cela ne tienne! Si tu te remets en question tu vas pouvoir leur prouver qu'ils se sont peut-être trompés sur ton compte! C'est toi qui a les cartes en mains!
Bonne fin de stage et donne-nous des nouvelles!
IDE en médecine de la subjectivité
"Penser, c'est penser jusqu'où on pourrait penser différemment" Michel Foucault
Avatar de l’utilisateur
augusta
Star VIP
Star VIP
 
Messages: 8670
Inscription: 23 Mai 2008 19:29
Localisation: Dans les livres et aussi ailleurs.

Messagepar erquy72 » 15 Nov 2012 16:46

Je rejoins Augusta dans ses conseils et je rajouterai : si il y a bien un endroit où tu peux/dois dire ton ressenti, si il y a bien un endroit où tu peux t'appuyer sur l'équipe, c'est en psy.
Dis leur posément ce que tu ressens, tes difficultés, tes doutes mais aussi ta motivation, ton envie d'apprendre.

Commencer par la psy alors que tu n'as eu aucun apport théorique, je ne comprends pas trop où est la démarche pédago de ton IFSI mais tu dois faire avec!

Concernant ta réserve au sujet des actes à réaliser, fonce! D'abord, il y a les IM que tu ne reverras pas souvent en dehors de la psy. Ensuite, tu peux valider les soins d'hygiène et de confort, l'admission et la préparation à la sortie, les sous cutanés (tu dois avoir des dextro et des insulines), la préparation et l'administration des traitements ...
Sans faire la chasse aux petites croix, penses y quand même!
Il y a beaucoup de choses à voir, à faire et à comprendre en psy.

Enfin, essaie d'assister à un maximum d'entretiens médicaux ou infirmiers car cela va te permettre de découvrir des techniques d'entretien et comment négocier avec les patients ou comment gérer la violence (qui sont aussi des actes à valider pendant ton cursus)

Allez, reprends courage, tu n'es qu'à mi parcours, tu peux encore changer l'image qu'ils ont de toi.

:D

IDE en psychiatrie
erquy72
Accro
Accro
 
Messages: 899
Inscription: 21 Aoû 2008 20:37

Messagepar macapaense » 15 Nov 2012 19:33

salut, je pense être bien placée pour te comprendre car demain c'est le dernier jour de mon 1er stage en psychiatrie. Le début ne c'est pas bien passé, personne me calculait, on me reprochait mon manque d'initiative, j'avais l'impression de les faire c****. j'avais mm envi d'arrêter mon stage.
Bref, resultat; je viens de valider la compétence 3 et 8 + plusieurs actes infirmiers.
Ne te fies pas aux 2 premières semaines, l'important c'est que tu leur montres que tu acceptes les critiques et que tu es disposée à faire des effort pour t'améliorer. Personne n'arrive en stage en sachant tout faire sinon il n'y aurait pas besoin de stage!!!!
Ne te décourage pas et continue tes efforts pour t'intégrer et surtout n'attend pas qu'ils viennent vers toi pour te montrer des trucs, c'est à toi de les tanner et d'aller vers eux. N'hésite pas à poser des questions quite à en faire trop. L'important est qu'ils voient une EVOLUTION durant le stage alors fonce!!!!
bon courage!! :D :D :D
MAMAN ESI 2012-2015
Avatar de l’utilisateur
macapaense
Fidèle
Fidèle
 
Messages: 232
Inscription: 11 Aoû 2011 19:21

Messagepar romaneandco » 15 Nov 2012 20:25

Bonsoir !!

Kalinox : Oui j'ai une IDE référente que j'ai d'ailleurs sollicité pour le bilan de mi stage car elle n'en parlait pas bien que je lui rappelais ( je souhaitais vraiment avoir un avis pour ne pas passer le stage entier sur de mauvaises bases). Au quotidien pour moi ça se passe bien, dès le deuxième jour j'avais en charge deux patients dont je m'occupe intégralement. Un des deux a tenté de m'agresser et bien que j'ai eu très peur je me suis vraiment motivé pour ne pas m'éloigner de lui même si je le crains et d'essayer de comprendre dans quel contexte une crise arrive mais je ne pense pas que ma référente l'ai remarqué. Je pense pas être larguée sauf lorsque je change de planning, par exemple la semaine dernière je me suis habituée au planning matin que je maîtrisais et en début de semaine je suis passée en après midi je savais jamais ce que je devais faire donc c'était pas toujours facile.
Lors du bilan, j'ai dit aucune réticences car j'étais tellement " sur le cul " de toutes les remarques alors que personne ne m'avait rien dit jusque là que je préférais rien dire j'avais peur de me mettre à pleurer si je parlais ^^ oui je sais c bête ^^ J'ai essayé de me justifier mais je me sentais honteuse et voilà ...
De plus, elle a fait mon bilan devant un autre stagiaire et j'avais vraiment honte de me prendre tout pleins de remarques devant lui, je considérais que ça ne le regardait pas.

Augusta: en fait elles ne m'ont pas réellement expliqué pourquoi le comportement n'allait pas ni ce qu'elles entendaient par trop à l'aise donc j'en ai conclus en y réfléchissant encore et encore que c'était parce que " je ne me gênais pas " pour reprendre des patients lorsqu'ils étaient agressifs avec moi et c'est peut être pas de mon droit de le faire ...



En fait, tout est dans le positionnement. Je ne sais pas réellement ce que j'ai le droit de faire et de dire ou non. J'ai eu une expérience avec ce public (je les emmenais en vacances pendant les vacances scolaires) mais je n'ai jamais été formé, j'ai été lancé dans l'aventure sans aucune formation, je donnais les médicaments, je faisais les toilettes et je gérais leur crises, leurs caprices etc comme je croyais qu'il fallait faire et malheureusement j'ai peut être pris de très mauvaises habitudes que je fais ici. On me reprochait de trop craindre les patients que j’emmenais en vacances c'est pour ça que je me suis dit pour mon premier stage le mieux à faire c'est imiter le personnel mais je vois que soit je les imite mal soit elles ne se rendent pas compte de comment elles sont avec les patients. Ce qui m'a beaucoup déstabilisé c'est qu'elles m'ont rien dit de ce qui allait " bien ", peut être qu'il n'y a rien de bien mais bon c'est pas super encourageant.


En tout cas, je souhaitais réellement vous remercier. Vous ne vous rendez surement pas compte de l'impact de vos réponses et de toutes les réponses que vous avez donné a beaucoup d'entre nous sur notre moral, notre motivation et notre envie de nous battre pour ce métier. J'aurais aimé travaillé avec des collègues comme vous et sincèrement bravo car vous avez sûrement aidé beaucoup d'ESI anxieuses comme moi !!!
Flers:149 sur LC
La Rochelle:Résultats le 4Juillet
Laval:Raté
La Roche sur Yon :44eme sur LC
Brest : Résultat le 22Mai
On y croit :)
romaneandco
 
Messages: 25
Inscription: 27 Fév 2012 14:48

Messagepar augusta » 15 Nov 2012 20:41

C'est très gentil à toi de nous remercier déjà (c'est pas si souvent lol).

D'après ce que tu dis j'ai l'impression vu d'ici que le problème de ce stage est le manque de communication.
Il y a aussi la maladresse de l'équipe. C'est pas normal que pour un 1er stage on te file 2 patients à prendre en charge la 1ère semaine, en psy, alors que tu n'y connais rien. En plus un patient violent....génial! C'est à se demander s'ils ne l'ont pas fait exprès.

Quoiqu'il en soit il faut que tu parles.
C'est pas normal non plus par exemple que tu te fasses "agresser" par un patient et que tu n'en parles pas à l'équipe. Toute seule tu n'arriveras à rien. Donc tu dois partager ce que tu vis/ressens pour comprendre ce qui se joue.
Autre exemple, si tu n'as pas eu de détails sur le comportement qui t'est reproché, tu dois revenir dessus. Ne pas avoir la présence d'esprit sur le moment (en plus quand on se fait casser lol), c'est pas grave. L'important est quand même de comprendre. Donc à ta place je demanderais un entretien avec l'IDE pour avoir des explications.

Le coup du bilan de mi-stage devant un autre ESI c'est minable encore ce truc, elles bossent comme des cochonnes ou quoi?? :lol:
IDE en médecine de la subjectivité
"Penser, c'est penser jusqu'où on pourrait penser différemment" Michel Foucault
Avatar de l’utilisateur
augusta
Star VIP
Star VIP
 
Messages: 8670
Inscription: 23 Mai 2008 19:29
Localisation: Dans les livres et aussi ailleurs.

Messagepar Louiss » 15 Nov 2012 22:53

Je suis assez d'accord avec Augusta.

Après, il est vrai qu'en psychiatrie (pour être en train de finir mon stage), les professionnels (AS, IDE,...) connaissent la plupart du temps les patients depuis plusieurs années, du coup, ils peuvent les tutoyer, ou les appeler par leurs prénoms.

Il faut faire attention du coup dans son positionnement d'étudiant à toujours les vouvoyer, et les appeler par le nom, car on est que de passage.

Les malentendus, il y en a partout, faut essayer d'en parler avec les membres de l'équipe. Il faut que tu puisses savoir ce qu'attends ta référente de toi, montre toi motivé, déterminé, etc. Si vraiment, il n'y a pas d'amélioration dans ta relation avec l'équipe malgré ça, il faudrait que tu puisses avertir tes formateurs.

Certains étudiants de ma promo, l'on fait et parfois ça permet de mettre fin à ces malentendus, et d'éclaircir les choses des deux cotés. Il ne faut surtout pas rester dans cette situation tout ton stage, car après il est trop tard pour rattraper le tir.

Bon courage à toi !
ESI 2011 - 2014
Louiss
Régulier
Régulier
 
Messages: 57
Inscription: 29 Avr 2010 18:55

Messagepar erquy72 » 16 Nov 2012 15:16

Louiss a écrit:Je suis assez d'accord avec Augusta.

Après, il est vrai qu'en psychiatrie (pour être en train de finir mon stage), les professionnels (AS, IDE,...) connaissent la plupart du temps les patients depuis plusieurs années, du coup, ils peuvent les tutoyer, ou les appeler par leurs prénoms.

Il faut faire attention du coup dans son positionnement d'étudiant à toujours les vouvoyer, et les appeler par le nom, car on est que de passage.


En fait, le vouvoiement et l'appel par Monsieur ou Madame doivent rester la règle même si on connait très bien les patients.
Ce n'est pas forcément de la mise à distance même si parfois cela aide pour rappeler qu'on est soignant et non ami, si cela permet de rester cohérent dans son positionnement (rappel du cadre) mais cela permet surtout de faire montre de respect.
:clin:

IDE en psychiatrie
erquy72
Accro
Accro
 
Messages: 899
Inscription: 21 Aoû 2008 20:37

Messagepar Dancehalltime » 16 Nov 2012 20:07

Perso je pense que psy ou pas psy le vouvoiement montre pas forcément un respect... Enfin y'a plein de cas de tutoiement que j'ai croisé ou que j'ai moi même fait d'ailleurs et c'est pas pour autant qu'il y avait un manque de respect ou quoi que ce soit...

Encore un sujet sans fin
MITHA 2013
Avatar de l’utilisateur
Dancehalltime
Accro
Accro
 
Messages: 1418
Inscription: 27 Aoû 2009 16:08
Localisation: PARIS

Messagepar macapaense » 16 Nov 2012 20:24

Dancehalltime a écrit:Perso je pense que psy ou pas psy le vouvoiement montre pas forcément un respect... Enfin y'a plein de cas de tutoiement que j'ai croisé ou que j'ai moi même fait d'ailleurs et c'est pas pour autant qu'il y avait un manque de respect ou quoi que ce soit...

Encore un sujet sans fin

je suis d'accord avec toi, perso j'ai tutoyé les 2 résidents dont je m'occupais car je me sentais plus à l'aise comme ça et eux aussi, ils ont un âge mental d'enfant de moins de 5 ans. Si tout le monde les tutoie et pas moi, je trouve que ça met une barrière. Personne ne m'a rien dit à ce sujet, j'ai fait comme je l'ai ressenti. Après quand j'irai en stage ailleurs (urgences, EHPAD) ce sera différent.
MAMAN ESI 2012-2015
Avatar de l’utilisateur
macapaense
Fidèle
Fidèle
 
Messages: 232
Inscription: 11 Aoû 2011 19:21

Messagepar Louiss » 16 Nov 2012 23:51

Après voilà, même si le tutoiement n'est pas signe de manque de respect, je pense qu'en tant qu'étudiant (pour revenir sur le sujet), conserver le vouvoiement peut montrer à l'équipe que tu sais te positionner et on ne pourra pas te reprocher de vouvoyer quelqu'un. :clin:
ESI 2011 - 2014
Louiss
Régulier
Régulier
 
Messages: 57
Inscription: 29 Avr 2010 18:55

Messagepar Dancehalltime » 17 Nov 2012 06:06

C'est vrai .

Quand je tutoie c'est hors contexte ESI, j'avoue que en stage, en tant que ESI j'ai jamais tutoyé. Sauf en pédiatrie évidement.
MITHA 2013
Avatar de l’utilisateur
Dancehalltime
Accro
Accro
 
Messages: 1418
Inscription: 27 Aoû 2009 16:08
Localisation: PARIS

Messagepar artsamie » 17 Nov 2012 08:58

pareil pour le vouvoiement.

la seule fois où j'ai tutoyé, c'était à mon stage en lycée et c'était l'infirmière qui me l'avait demandé.
artsamie
Insatiable
Insatiable
 
Messages: 682
Inscription: 24 Fév 2009 09:32

Messagepar augusta » 17 Nov 2012 10:08

Louiss a écrit:Après voilà, même si le tutoiement n'est pas signe de manque de respect, je pense qu'en tant qu'étudiant (pour revenir sur le sujet), conserver le vouvoiement peut montrer à l'équipe que tu sais te positionner et on ne pourra pas te reprocher de vouvoyer quelqu'un. :clin:


Exactement Louiss!!!!!! :D
Personnellement je ne tutoie pas les patients (alors que j'ai des collègues qui tutoient très vite les nouveaux patients).
Chacun fait comme il a envie (une fois diplomé), mais moi ce n'est pas mon truc....et je sais pourquoi je ne le fais pas :clin:
IDE en médecine de la subjectivité
"Penser, c'est penser jusqu'où on pourrait penser différemment" Michel Foucault
Avatar de l’utilisateur
augusta
Star VIP
Star VIP
 
Messages: 8670
Inscription: 23 Mai 2008 19:29
Localisation: Dans les livres et aussi ailleurs.

Suivante

Retourner vers Etudiants infirmiers (ESI)