Forum : Concours infirmiers

Nous sommes le 24 Nov 2014 02:10

Mot de passe oublié ?

Se souvenir de moi

Messagepar sandhyz74 » 27 Nov 2012 14:58

Sujet 40 (je crois): Le psoriasis un combat de tous les jours

Je poste un article qui est un peu long (5 900 caractères) mais qui correspond au longueur des articles des concours (situés entre 3 000 et 6 000). Résumé en 15-20 lignes

Viviane (le prénom a été changé) dort chaque nuit en legging pour que ses enfants ne voient pas ses jambes meurtries au réveil. La jeune femme de 32 ans souffre d'un psoriasis aggravé par le choc psychologique de sa récente séparation conjugale. Une maladie inflammatoire chronique, dont les symptômes se manifestent principalement au niveau de la peau, sous forme de plaques rouges recouvertes de squames blanches.

A l'occasion de la journée mondiale contre cette affection, lundi 29 octobre, l'Association pour la lutte contre le psoriasis (APLCP), qui regroupe environ 12 000 malades, entend faire changer le regard du public. A cet effet, l'APLCP remettra le 20 novembre une pétition pour une reconnaissance du "handicap de peau".
Méconnue, cette maladie pâtit de beaucoup d'idées fausses. Contrairement à ce que beaucoup de gens pensent, ce n'est pas une maladie contagieuse. Lors de la tournée d'information organisée en octobre, "il n'y a pas eu une seule ville où on n'a pas eu cette remarque : "C'est nerveux." Même chez les personnes concernées, on dit que le pso c'est psychologique, explique Dalila Sid-Mohand, directrice en charge des projets et de la communication à l'APLCP. Or, c'est souvent l'inverse."
Certes, "l'événement déclencheur est souvent un décès, le départ d'un frère ou d'une soeur, un accident de voiture... mais la maladie peut aussi se révéler en dehors de tout stress", détaille le docteur Mathilde Kemula, dermatologue à l'hôpital Henri-Mondor. En premier lieu, lorsque le diagnostic est posé, il fautaccepter, car "c'est à vie", dit Mme Sid-Mohand. "Le caractère incontrôlable et imprévisible de la maladie génère une angoisse. On ne sait pas comment et quand vont évoluer les poussées, si cela va rester localisé, s'étendre", explique Dalila Sid-Mohand.

"DIFFICILE À VIVRE"

Les conséquences sont multiples : les relations aux autres peuvent être modifiées. Dans certains couples, lorsque l'un des deux présente cette pathologie, les relations intimes peuvent être compliquées, d'autant plus lorsque la maladie touche les parties génitales. Certains n'acceptent de se déshabiller que dans le noir. Pour aller aux cours de danse, "je prévois toujours des manches longues pour cacher mes bras", indique Claire, 40 ans.
Les personnes s'habillent en fonction de l'état de leur peau, certains ne se regardent jamais dans une glace. "Il faut sans cesse se dissimuler, trouver des parades pour éviter la plage, la piscine, c'est usant", constate Michel, 40 ans. "La personne atteinte par la maladie peut faire peur et donc être mise à l'écart, voire stigmatisée", explique le docteur Sylvie Consoli, dermatologue et psychanalyste àParis.
"C'est beaucoup plus difficile à vivre que ce qui est écrit dans les livres de dermatologie. Une patiente n'a, par exemple, jamais accepté de passer des vacances chez des amis, car elle était gênée de laisser des pellicules et de petites taches de sang dans le lit", constate le docteur Kemula. "Je me suis grattée absolument, et je peux affirmer ici que celui qui n'a pas connu la démangeaison ininterrompue sait bien peu de l'enfer", écrit Lorette Nobécourt en 1996 dans son roman La Démangeaison (Grasset), monologue d'Irène, une jeune fille atteinte d'un psoriasis dévastateur dès son enfance. L'immense majorité (83 %) des personnes touchées cachent en effet leurs lésions, selon un sondage réalisé par Ipsos Santé pour le laboratoire Leo Pharma fin octobre 2011.

"C'est très difficile d'en parler, même à ses proches, d'où le nombre d'appels sur notre ligne et le succès des groupes de paroles comme les cafés-pso", explique Dalila Sid-Mohand, qui elle-même n'a évoqué sa maladie avec sa soeur que récemment. L'association a créé un groupe anonyme sur le réseau Facebook, où les personnes peuvent échanger, notamment les adolescents, pour lesquels cela peut être compliqué.
"De nombreux patients ont du mal à mettre des mots sur leurs émotions, c'est ce qu'on appelle l'alexithymie, typique du patient pso qui se déprécie beaucoup",constate le docteur Dominique Lons-Danic, dermatologue au groupe hospitalier Paris-Saint-Joseph, qui a créé un centre du psoriasis, dirigé par le professeurMichel Janier.
Le fait que les traitements ne fonctionnent pas forcément peut aussi causerbeaucoup d'angoisse. Il faut parfois en essayer trois ou quatre différents avant detrouver celui qui convient. Sans parler de la peur des effets secondaires de certains médicaments. Nombreux sont ceux qui, découragés, ont cessé tout suivi médical.

Le mal-être induit par cette affection peut se transformer en dépression."Différentes études réalisées entre 1995 et 2005 montrent une prévalence de la dépression de 10 à 58 % chez les patients atteints de psoriasis", indique le professeur Laurent Misery, chef du service de dermatologie du CHU de Brest et président du groupe psychodermatologie de la Société française de dermatologie.

RELAXATION, HYPNOSE ET YOGA PEUVENT ÊTRE UTILES
"Il faut être très vigilant sur la façon dont on présente la maladie au patient. La difficulté est de bien apprécier sa souffrance", insiste le docteur Kemula. Dans tous les cas, le psoriasis a un impact psychologique. "Or, seulement 10 à 15 % des dermatologues ont cette approche en plus du traitement médicamenteux",indique le professeur Misery. Le docteur Sylvie Consoli anime des groupes de parole à la Pitié-Salpêtrière à Paris.

La psychanalyse, les thérapies cognitivo-comportementales (TCC), la relaxation, l'hypnose, le yoga... peuvent être utiles. Il est aussi conseillé de faire du sport. "On n'insiste pas assez sur la prévention, comme les effets négatifs du tabac, de l'alcool et du surpoids sur cette pathologie", insiste Dalila Sid-Mohand. "L'approche psychologique peut aider le patient à mieux accepter sa maladie, à vivre avec elle le mieux possible, et peut limiter l'impact des épisodes d'anxiété, de stress ou de dépression sur les poussées inflammatoires", indique le docteur Kemula.
Lassée de prescrire de la cortisone, un anti-inflammatoire puissant, le docteur Danièle Pomey-Rey, dermatologue et psychanalyste, s'est tournée vers la pratique d'une psychothérapie d'inspiration psychanalytique. Elle estime indispensable d'adresser un patient à une consultation "psy" dès que quatre critères sont présents : psoriasis ayant démarré tôt (avant l'âge de 10 ans ou pendant la puberté), étendu au-delà des coudes, des genoux et des lombes (région située en bas du dos de part et d'autre des vertèbres), état d'insatisfaction permanente, souvent sur le plan affectif et professionnel, et caractère secret introverti, décrit-elle dans son livre La Peau et ses états d'âme (Hachette, 1999).
"Ces personnes ont souvent un côté introverti qui ne laisse échapper aucune émotion et un oedipe mal résolu", constate le docteur Danièle Pomey-Rey, qui a créé le Cercle d'étude et de rapprochement de dermatologie et psychanalyse (CERDP) en 1973, qui compte une petite cinquantaine de membres. Seul bémol : il n'existe pas d'évaluation de ces approches psychologiques sur l'amélioration de la maladie psoriasique.

source: Le Monde
Article en ligne: http://www.lemonde.fr/vous/article/2012 ... _3238.html
Plus d'infos sur: Association pour la lutte contre le psoriasis (APLCP), permanence nationale : 01-42-39-02-55. Aplcp.org
sandhyz
ESI 2013
sandhyz74
Fidèle
Fidèle
 
Messages: 196
Inscription: 05 Nov 2012 12:00

Messagepar maistre7 » 16 Déc 2012 12:09

Quelqu'un devrai tenter de réanimer ce poste... il est en arret cardiaque..
beep beep... beep beep. ....Beeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeep
Concours Nancy Laxou Automne 2012
Concours APHP Automne 2012
Avatar de l’utilisateur
maistre7
Fidèle
Fidèle
 
Messages: 183
Inscription: 01 Avr 2011 10:25

Messagepar lolo_82 » 16 Déc 2012 17:05

Tiens un revenant!!!
Alors ça va? Ca fait super longtemps qu'on ne t'as pas vu sur le forum!!! :D
Moi ça fait un moment que je ne viens plus sur ce topic car je ne trouve plus trop le temps depuis que j'ai trouvé un travail!
ESI 2013/2016 à Auch
S1: SSR, S2: Maternité, S3: Psy infanto-juvénile
lolo_82
VIP
VIP
 
Messages: 2575
Inscription: 18 Aoû 2012 20:36

Messagepar Rattata » 17 Déc 2012 14:20

C'est parti :) .

Le psoriaris est une maladie de la peau.
Elle se manifeste par des plaques rouges sur tout le corps.
Cette maladie entraîne bien évidemment des complexes et des conséquences.
Dans l'article certaines personnes refusent de se montrer à leurs partenaires ou encore ne vont pas pratiquer du sport sans manches longues.
On voit donc que la maladie a des conséquences non négligeables et ce, pour la majorité des personnes.
De fausses idées circulent au quotidien, comme le fait que c'est transmissible alors que non c'est loin d'être le cas mais ça inspire de la méfiance pour l'entourage.

Heureusement, des groupes de discussion se sont crées.
On s'est rendus compte que les personnes atteintes de psoriasis étaient des personnes répondant à un profil bien ciblés souvent.
Une grosse partie a beaucoup de mal à mettre des mots sur leurs émotions en parler ou essayer est un plus dans la maladie.

La partie médicamenteuse est lourde également. Il faut tenter plusieurs traitements avant de trouver le bon.

L'impact psychologique est laissé pour compte par les professionnels de la santé, certains patients tombent en dépression.

Afin de prévenir la maladie, une bonne hygiène de vie doit être primordiale.

Voilà pas simple quand même !
Montpellier As : 18, 60 ème sur liste d'attente.
Aurillac : 6 en culture générale 10 en maths !
Nîmes via l'armée : Pas admis ! pas encore les notes !
Rodez : 18 en culture générale ! 7 en maths !
Avatar de l’utilisateur
Rattata
Forcené
Forcené
 
Messages: 315
Inscription: 20 Sep 2012 14:49

Messagepar williamm20 » 17 Déc 2012 19:13

Rattata a écrit:C'est parti :) .

Le psoriaris est une maladie de la peau.
Elle se manifeste par des plaques rouges sur tout le corps.
Cette maladie entraîne bien évidemment (ça me gêne) des complexes et des conséquences.
Dans l'article certaines personnes refusent de se montrer à leurs partenaires ou encore ne vont pas pratiquer du sport sans manches longues.(non c une synthèse il ne faut pas mettre d'exemple)
On voit donc que la maladie a des (Cette affection a donc des) conséquences non négligeables et ce, pour la majorité des personnes.
De fausses idées circulent au quotidien, comme le fait que c'est (ça me gêne) transmissible alors que non c'est loin d'être le cas mais ça inspire de la méfiance pour l'entourage.

Heureusement (jugement), des groupes de discussion se sont crées.
On s'est rendus compte que les personnes atteintes de psoriasis étaient des personnes (redondance) répondant à un profil bien ciblés souvent.
Une grosse partie a beaucoup de mal à mettre des mots sur leurs émotions en parler ou essayer est un plus dans la maladie.(formulation floue)
La partie médicamenteuse est lourde également. Il faut tenter plusieurs traitements avant de trouver le bon.

L'impact psychologique est laissé pour compte par les professionnels de la santé, certains patients tombent en dépression.

Afin de prévenir la maladie, une bonne hygiène de vie doit être primordiale.

Voilà pas simple quand même !


Il faut plus de connecteurs logiques (mais, en revanche, de plus etc...), il faut éviter les redondances et varier le vocabulaire et il faut modifier la mise en forme (intro saut de 2 lignes) puis la partie ou les parties avec alinéas.

:clin: :D
williamm20
Accro
Accro
 
Messages: 1427
Inscription: 01 Sep 2012 15:07

Messagepar lolo_82 » 17 Déc 2012 19:52

Rattata, c'est bien d'avoir essayé, je ne pense pas que tu es relu ce sue tu as écris et ça se ressent beaucoup à la lecture (tu écrit un peu comme tu parles et ça c'est une chose qui ne passe pas: :clin: )

Comme le dis williamm il manque de connecteur logique, c'est une habitude à prendre!

Ensuite c'est une synthèse, résumé que tu fais ici, lorsque tu le fais il ne faut pas que tu parle du texte initial comme tu fais en parlant "de l'article"
dans ta synthèse, on doit retrouvé l'essentiel du texte initial et le comprendre sans l'avoir lu! Tu ne dois donc pas le désigner!

Bon courage pour la suite
ESI 2013/2016 à Auch
S1: SSR, S2: Maternité, S3: Psy infanto-juvénile
lolo_82
VIP
VIP
 
Messages: 2575
Inscription: 18 Aoû 2012 20:36

Messagepar williamm20 » 17 Déc 2012 20:06

En intro on peut parler de l'article non?
williamm20
Accro
Accro
 
Messages: 1427
Inscription: 01 Sep 2012 15:07

Messagepar lolo_82 » 17 Déc 2012 20:16

Je ne crois pas qu'on puisse (dans le sens, par exemple de dire: l'article sur le psoriasis parle de la gène des personnes atteintes...)

Je n'ai jamais vu dans tous les sujets d'annales corrigées que j'ai, que quand il fallait faire un résumé, que le texte initial était "dit"

On rentre directement dans le vif du sujet (comme il est fait dans les synthèses qu'on fesaient au début du topic)
Maistres 7 est un pro pour ça! :clin:

Car la personne qui lis le résumé n'a pas le texte initial donc si dans le résumé on dit: "comme le dit l'article" ça fait bizarre je trouve

Après c'est mon avis! Je ne dis pas que c'est le bon! :clin:
ESI 2013/2016 à Auch
S1: SSR, S2: Maternité, S3: Psy infanto-juvénile
lolo_82
VIP
VIP
 
Messages: 2575
Inscription: 18 Aoû 2012 20:36

Messagepar Fleur1 » 19 Jan 2013 13:01

Je suis de retour les amisssssss :lol:

Bisous à tous


Fleur
ESI 2014-2017
Avatar de l’utilisateur
Fleur1
Forcené
Forcené
 
Messages: 301
Inscription: 29 Juil 2012 18:39

Messagepar maistre7 » 20 Jan 2013 10:07

Ma foi, c'est calme ici, et fleur tu es enfin de retour!
Il n'y a que toi qui puisse sauver ce sujet!
Concours Nancy Laxou Automne 2012
Concours APHP Automne 2012
Avatar de l’utilisateur
maistre7
Fidèle
Fidèle
 
Messages: 183
Inscription: 01 Avr 2011 10:25

Messagepar Fleur1 » 20 Jan 2013 10:27

SUJET 41 Boissons énergisantes: de plus en plus de cas aux urgences


Le nombre de visites aux urgences associées à la consommation de ces boissons riches en caféine ou en taurine a doublé depuis 2007 aux États-Unis.
Voici une raison supplémentaire de réduire sa consommation de boissons énergisantes: aux États-Unis, le nombre de personnes se rendant aux urgences après avoir bu ce type de produit a doublé en quatre ans. Soit, pour la seule année 2011, 20 000 malades, pour la plupart de jeunes adultes et des adolescents, selon une enquête du département des addictions et de la santé mentale au ministère américain de la Santé publiée la semaine dernière. Les malades présentaient des signes d'anxiété, de tachycardie, voire d'infarctus. Au point que le rapport fait de la consommation excessive de boissons énergisantes un «problème grandissant de santé publique».
En France, ces boissons à base de caféine, taurine ou guarana - à ne pas confondre avec les boissons énergétiques destinées aux sportifs enrichies en sels minéraux et en vitamines - font l'objet d'une surveillance accrue depuis 2008 de la part de l'Agence nationale de la sécurité alimentaire (Anses). En juin dernier, l'organisme signalait dans un rapport une trentaine de cas de consommateurs ayant fait l'expérience d'effets indésirables (crises cardiaques, d'épilepsie, insuffisance rénale aiguë…). Un lien vraisemblable a été établi avec deux décès. L'Anses rappelait dans ce contexte que «ces boissons sont réservées à l'adulte et déconseillées aux femmes enceintes, qu'elles doivent être consommées avec modération et que, contrairement aux boissons énergétiques, la consommation de boissons énergisantes n'est pas adaptée à la pratique d'une activité physique intense».

Trois canettes = 15 tasses de café

«De nombreuses personnes ne réalisent pas la puissance de ces trucs, estime le porte-parole du collège américain des urgentistes, Howard Mell. Un malade qui est venu récemment aux urgences d'un hôpital de Cleveland a raconté en avoir bu trois canettes en l'espace d'une heure, soit l'équivalent de 15 tasses de café. Il en a été quitte pour une bonne grosse frayeur, heureusement pour lui. Mais s'il avait eu des problèmes cardiaques ou une maladie coronarienne, cela aurait pu lui causer de gros ennuis.» Il faut noter que près de la moitié des patients recensés dans l'enquête américaine pour l'année 2011 n'avaient bu que de la boisson énergisante, sans alcool, alors que c'est souvent l'association avec l'alcool qui est dénoncée par les spécialistes, notamment parce qu'elle favoriserait le développement de l'alcoolisme chez les jeunes.
En France, un amendement au projet de budget de la Sécurité sociale instaurant une taxe sur les boissons énergisantes a été retoqué par le Conseil constitutionnel mi-décembre. L'idée de ses défenseurs était de réduire la consommation d'alcool des jeunes, notamment le «binge drinking» ou «ivresse express», en s'attaquant aux boissons contenant plus de 0,22 g de caféine ou 0,3 g de taurine par litre, souvent associées aux alcools forts par les jeunes quand ils veulent «tenir» toute la soirée. La loi a été jugée anticonstitutionnelle au motif que la démarche n'était basée sur aucun «critère objectif et rationnel». Au cours des douze derniers mois, il s'est vendu en France près de 30 millions de litres de boissons énergisantes (commercialisées sous les marques Redbull, Monster Energy…)


15 LIGNES
ESI 2014-2017
Avatar de l’utilisateur
Fleur1
Forcené
Forcené
 
Messages: 301
Inscription: 29 Juil 2012 18:39

Messagepar Fleur1 » 20 Jan 2013 10:37

SUJET 41

Actuellement , la consommation de boisson énergisante est en pleine expansion aux États- Unis,d'où l'explosion du nombre de malades aux urgences .
En effet,selon le ministère Américains, il y a eu 20 000 malades en 2011 à cause d'une consommation accru de ce produit.
De plus , ces consommateurs présentent tous, des symptômes identiques.
En France, ces boissons sont extrêmement surveillés depuis 2008.
L'ANSES ( Agence national de la sécurité alimentaire) tient à rappeler une fois de plus, les recommandations et les risques encourus en consommant cette boisson.
En somme, l'association de boisson énergisante et d'alcool est très répandu en France,d'où un projet de loi sur la taxe de toutes ces boissons.
Néanmoins,ce projet a été refusé faute de « critère objectif et rationnel ».

11 Lignes

J'attend vos critiques et n'hésitez pas de poster vos résumés!
Fleur
Dernière édition par Fleur1 le 20 Jan 2013 10:43, édité 1 fois.
ESI 2014-2017
Avatar de l’utilisateur
Fleur1
Forcené
Forcené
 
Messages: 301
Inscription: 29 Juil 2012 18:39

Messagepar Fleur1 » 20 Jan 2013 10:42

maistre7 a écrit:Ma foi, c'est calme ici, et fleur tu es enfin de retour!
Il n'y a que toi qui puisse sauver ce sujet!


Coucou Maistre7,cela fait longtemps!!!!Contente de te revoir :D
Oui c'est trés trés trés calme ici.....c'est dommage,peut-être que les autres n'ont plus beaucoup de temps de dispo....Enfin bref, heu....sauver ce sujet à moi toute seul, je ne sais pas Mdr,mais j'espère qu'avec l'aide des autres, ce topic re prendra vie au plus vite!
Bisou


Fleur
ESI 2014-2017
Avatar de l’utilisateur
Fleur1
Forcené
Forcené
 
Messages: 301
Inscription: 29 Juil 2012 18:39

Messagepar Fleur1 » 20 Jan 2013 11:01

J'emprofite pour mettre l'article 42 pour mardi

SUJET 42 La planète jette la moitié de sa nourriture

Entre 1,2 et 2,2 milliards de tonnes: c’est la quantité de nourriture que la population mondiale jette chaque année dans les poubelles. Le rapport « Global Food  : Waste Not, Want Not » publié jeudi dernier par «The Institution of Mechinal Engineer» (IMeche). On y dévoile l’ampleur du gaspillage d’aliments dans le monde. A en croire le rapport, entre 30 et 50% des 4 milliards de tonnes d’aliments produits chaque année sur la planète « n’atteindra jamais un estomac humain ». Les raisons de ce gaspillage ont été clairement identifiées : « les dates de péremption des produits inutilement strictes, les fameuses promotions « deux pour le prix d’un », l’exigence des consommateurs occidentaux pour des produits esthétiques (…) »

A chaque pays son type de gaspillage

Le rapport révèle aussi que dans les pays en développement, ce phénomène se remarque lors de la chaîne d’approvisionnement, entre le champ et le marché notamment, à cause des récoltes inefficaces, des infrastructures locales inadaptées ou des conditions de stockage inappropriées, tandis que dans les pays développés, le problème se situe en aval de la production, singulièrement dans les infrastructures régionales et nationales. Au Royaume-Uni, environ 30% des cultures de légumes ne sont pas récoltés, en Chine et au Vietnam les pertes en riz sont respectivement estimées à 45% et 80%. L’attitude des consommateurs occidentaux est aussi pointée du doigt. Par exemple en Europe et aux Etats-Unis, les consommateurs jettent la moitié de la nourriture achetée. Des pertes énormes sont également recensées au niveau de l’irrigation. 550 milliards de mètre cube d’eau arrosent des aliments qui ne finiront jamais sur un plat. « La quantité de nourriture gaspillée et perdue dans le monde est stupéfiante. C’est de la nourriture qui pourrait être utilisée pour nourrir la population croissante de la planète ainsi que ceux qui ont faim aujourd’hui. C’est également un gaspillage inutile des ressources terrestres, aquatiques et énergétiques qui ont été utilisées dans la production, la transformation et la distribution de ces aliments », déplore Dr. Tim Fox, en charge de l’énergie et de l’environnement à l’IME.

Développer des modes de culture plus efficaces

Pendant que certains gaspillent leur nourriture, d’autres en cherchent désespérément. D’après l’ONU et le Fonds alimentaire mondial (FAO) 860 millions de personnes ont souffert de malnutrition entre 2010 et 2012 et les perspectives ne sont guère rassurantes pour les années à venir. En 2075, la population mondiale devrait atteindre les 9,9 milliards d’habitants, soit 2,9 milliards de nouvelles bouches à nourrir. Un défi gargantuesque, mais pas impossible à relever. « Les ingénieurs ont un rôle crucial à jouer dans la prévention du gaspillage alimentaire en développant des modes de culture de transport et de stockage plus efficaces. (…) Les gouvernements, les agences de développement et les organisations comme les Nations-unies doivent travailler ensemble pour aider les mentalités à changer en matière de déchets et décourager les pratiques de gaspillage des agriculteurs, producteurs alimentaires, supermarchés et consommateurs », suggère l’Imeche.

Elimane Sembene - Le Soir (édition Maroc) - 15 janvier 2012

15 LIGNES
ESI 2014-2017
Avatar de l’utilisateur
Fleur1
Forcené
Forcené
 
Messages: 301
Inscription: 29 Juil 2012 18:39

Messagepar Fleur1 » 21 Jan 2013 15:06

Personne???? :(
ESI 2014-2017
Avatar de l’utilisateur
Fleur1
Forcené
Forcené
 
Messages: 301
Inscription: 29 Juil 2012 18:39

PrécédenteSuivante

Retourner vers Concours infirmiers