Forum : Etudiants infirmiers (ESI)

Nous sommes le 31 Oct 2014 08:42

Mot de passe oublié ?

Se souvenir de moi

Messagepar dedead » 14 Sep 2010 10:24

Bonjour,

je viens ici me renseigner pour ma compagne qui vient de commencer l'IFSI cette année.
Vivant ensemble, on vient de me faire une proposition pour un poste au Canada. Ne pouvant envisager de partir sans elle, je voulais me renseigner sur les équivalences de formations entre la France et le Canada.
est-ce que certains d'entre vous ont des informations à ce sujet ?

merci d'avance :)
dedead
 
Messages: 4
Inscription: 10 Juin 2010 10:41

Messagepar syhelle » 14 Sep 2010 11:05

salut,
Au canada (je parle pour le Québec) Il y a trois type d'infirmières.
infirmière auxiliaire (formation niveau brevet il me semble)
infirmière (formation cégep, niveau lycée pour nous, une sorte de bac pro en 2 ou 3 ans selon niveau)
infirmière clinicienne (formation fac diplôme baccalauréat en sciences infirmières en 3 ans qui équivaut à une licence)
Un accord France/Québec sur la reconnaissance mutuelle des diplômes infirmiers vient d'être signé (30/06/10) donc quand il sera approuvé et finalisé (ça peut prendre un an) une IDE pourra aller travailler au Québec en tant qu'inf clinicienne (sous certaines conditions)
http://www.immigration-quebec.gouv.qc.ca/publications/fr/arm/Liste-professions-ARM.pdf
Si ta chère et tendre veut aller faire ses études au Canada, il va falloir qu'elle fasse reconnaitre son équivalence pour les études (ça prend 6 mois et c'est payant) sans garantie qu'elle puisse reprendre en deuxième année. Le mieux est qu'elle recommence ses études niveau fac là bas.
Si tu veux d'autres info, envoie moi un mp. ;)
Fermière diplômée d'état expatriée dans l'congelo
Avatar de l’utilisateur
syhelle
Insatiable
Insatiable
 
Messages: 593
Inscription: 03 Juin 2008 11:20

Messagepar dedead » 14 Sep 2010 12:51

OK !
Merci pour toutes ces premières infos ! :)

Je vais regarder en détails le liens que tu as donné pour le moment. Mais nous n'hésiterons pas à t'envoyer un MP si besoin :)
dedead
 
Messages: 4
Inscription: 10 Juin 2010 10:41

Messagepar Nana_o » 15 Sep 2010 18:21

Coucou

Ca m'intéresse aussi.
Je suis au canada en ce moment et j'envisage de commencer des études d'infirmière l'année prochaine. Au final je veux le baccalauréat en sciences infirmières car je veux pouvoir bosser dans tout le canada et ailleurs aussi.
Mais voilà je sais pas si je peux commencer directement le bac en sciences infirmières sans avoir le DEC correspondant ou du moins un DEC scientifique.
J'ai l'équivalent du DEC mais littéraire et mon dossier scolaire n'est pas très bon (à l'époque les études me gonflaient au plus haut point). J'ai lu sur le site d'université de montreal que l'on peut entrer au bac avec n'importe quel DEC à condition d'obtenir également des cours préalables scientifiques spécifiques mais que c'est aussi sur dossier. Or, je me dis que même si j'acquiere avec un bon niveau ces préalables, ça ne rattrapera sûrement pas mon dossier du lycée assez moyen...?
Qu'en penses tu Syhelle? Le mieux ne serait donc t-il pas de suivre un DEC intensif sur 2 ans suivi du baccalauréat aménagé (périodes de travail + période d'études) sur 3 ans?
Ou penses tu que le bac m'est directement accessible si j'obtiens de très bons résultats sur les cours scientifiques requis?

Merci bcp de ton aide d'avance!

Nana
Les choses de l'enfance ne meurent pas, elles se répètent comme les saisons.
Avatar de l’utilisateur
Nana_o
Habitué
Habitué
 
Messages: 70
Inscription: 30 Oct 2006 14:45

Messagepar syhelle » 16 Sep 2010 11:18

Salut Nana,
je ne suis pas très au fait des DEC qui correspondent ou non avec le baccalauréat en sciences infirmières. Mon avis perso serait que tu commences directement un bac sans pour autant faire un DEC avant. Je ne sais pas vraiment en quoi consiste le bac québecois mais je sais aussi ce que c'est que de faire des études d'inf. J'ai moi même eu des résultats plus que moyens dans ma scolarité et j'ai un bac français littéraire, donc rien à voir avec inf. Et pourtant, j'ai très bien réussit jusque là. Si t'as d'autres questions n'hésites pas ;)
Fermière diplômée d'état expatriée dans l'congelo
Avatar de l’utilisateur
syhelle
Insatiable
Insatiable
 
Messages: 593
Inscription: 03 Juin 2008 11:20

Messagepar giu19 » 16 Sep 2010 12:42

Bonjour,

Une reconnaissance du diplôme infirmier vient d'être signé entre les ordres infirmiers québécois et français mais il faut cotiser :lol: pour ou contre l'ordre infirmier :?: :?: allez voir sur le forum ordre infirmier :fleche:
giu19
Fidèle
Fidèle
 
Messages: 202
Inscription: 15 Mai 2008 15:14

Messagepar syhelle » 16 Sep 2010 12:56

"Pour obtenir la reconnaissance de ses qualifications professionnelles, l’infirmier français ou québécois devra :
- Etre titulaire du diplôme d’état (IDE) ou du titre de formation ;
- Etre inscrit au tableau de l’Ordre des infirmiers de son pays ;
- Réussir un stage d’adaptation de 75 jours en milieu clinique dont le contenu et les modalités seront agrées par l’Ordre des infirmiers.
La réalisation de ce stage permettra de s’adapter plus rapidement aux différences de culture, de pratiques et de collaboration."

L'ARM est effectivement signé comme je l'ai déjà dit (30/06/10) mais n'est toujours pas mis en application. Et l'ARM pour l'instant ne concerne que les IDE française et les inf formation bac au Québec.
Fermière diplômée d'état expatriée dans l'congelo
Avatar de l’utilisateur
syhelle
Insatiable
Insatiable
 
Messages: 593
Inscription: 03 Juin 2008 11:20

Messagepar Nana_o » 17 Sep 2010 13:27

Merci Syhelle :)
Les choses de l'enfance ne meurent pas, elles se répètent comme les saisons.
Avatar de l’utilisateur
Nana_o
Habitué
Habitué
 
Messages: 70
Inscription: 30 Oct 2006 14:45

Messagepar syhelle » 28 Aoû 2011 04:35

Bonsoir à tous,
Je remonte ce fil pour l'actualiser un peu. l'ARM France/Québec est entré en vigueur le 7 juillet 2011. Une IDE française peut d'ores et déjà être reconnue comme infirmière au Québec à condition:
d'être titulaire du DE (!)
d'être inscrite à l'ONI (car même s'il est en train de mourir, ils ont un peu de mal à le comprendre de l'autre côté de l'atlantique!)
de réaliser un stage en milieu clinique de 75 jours.

Après ça, plus d'examen de l'OIIQ à passer.

Par contre la toujours mauvaise nouvelle c'est que nous sommes toujours et encore reconnues à Bac+1 (DEC en soins infirmiers) et non Bac+3 (Baccalauréat en soins infirmiers).
Le ministère a mis un "groupe d'études" sur le sujet et devrait rendre son verdict à l'automne. En attendant, vous pouvez bien faire chères consoeurs et chers confrères et signer la pétition qui pourra peut être faire en sorte qu'on nous prennent pas pour des guignols.
http://www.petitionpublique.fr/PeticaoVer.aspx?pi=P2011N6162
Merci d'avance!!
Fermière diplômée d'état expatriée dans l'congelo
Avatar de l’utilisateur
syhelle
Insatiable
Insatiable
 
Messages: 593
Inscription: 03 Juin 2008 11:20

Messagepar Creol » 29 Aoû 2011 15:24

Je suis également ces infos et j'attend encore pour que totu ceci ce confirme. En l'état actuelle des choses, l'arnaque est toujours de notre côté.
Nous avons plus d'heures de formation mais en terme d'équivalence il vaut mieux qu'un infirmier canadien vienne bosser en France plutôt que l'inverse.
smile :)

Intérimaire en road trip.
Avatar de l’utilisateur
Creol
Accro
Accro
 
Messages: 1529
Inscription: 07 Jan 2008 16:51
Localisation: vit dans un camping car au pays des cigognes

Messagepar syhelle » 29 Aoû 2011 17:48

Creol a écrit:Nous avons plus d'heures de formation mais en terme d'équivalence il vaut mieux qu'un infirmier canadien vienne bosser en France plutôt que l'inverse.

Au niveau de l'équivalence oui mais sinon au niveau de la paye il risque de faire la gueule. lol!
Fermière diplômée d'état expatriée dans l'congelo
Avatar de l’utilisateur
syhelle
Insatiable
Insatiable
 
Messages: 593
Inscription: 03 Juin 2008 11:20

Messagepar Caroberries » 28 Fév 2012 02:03

Bonsoir, excusez moi de reprendre le sujet...
J'ai le même problème que la personne qui a lancé ce sujet !

Mon compagnon travaille depuis peu à Montréal et j'aimerai le rejoindre, le problème étant que je suis en première année d'IFSI à Lille.
J'aimerai savoir si avec un BAC ST2S (ou SMS, sciences techniques sanitaires et sociales) je peux re-commencer une formation d'infirmière (clinicienne là bas), si je fais une équivalence de mon bac ? (Qui correspond à un DEC au Québec ?)
Je pense que c'est plus simple, que d'essayer de rentrer en 2eme année comme vous l'avez indiqué dans les réponses précédentes...
Je me pose énormément de question... Comme celle de l'équivalence du métier d'aide soignante ? Si la formation d'infirmière clinicienne coûte chère ?

J'attends vos réponses avec impatience,
Cordialement,
Caroline.
Caroberries
 
Messages: 3
Inscription: 28 Fév 2012 01:19

Messagepar Creol » 29 Fév 2012 14:21

Puisqu'on est dans les équivalences, qu'en est il de nos collègues AS qui souhaitent partir au Canada. Celles/ceux qui ont le diplôme d'AS/AP et celles/ceux qui sont passés par la filière IFSI et qui ont validé la première année, voire même validé leur 3 années et échoué au DE.
smile :)

Intérimaire en road trip.
Avatar de l’utilisateur
Creol
Accro
Accro
 
Messages: 1529
Inscription: 07 Jan 2008 16:51
Localisation: vit dans un camping car au pays des cigognes

Messagepar loulic » 29 Fév 2012 17:39

syhelle a écrit:
Creol a écrit:Nous avons plus d'heures de formation mais en terme d'équivalence il vaut mieux qu'un infirmier canadien vienne bosser en France plutôt que l'inverse.

Au niveau de l'équivalence oui mais sinon au niveau de la paye il risque de faire la gueule. lol!
C'est marrant parce que suivant les témoignage on trouve des salaires mensuels nets de 1500 à 1600 euros (et pas pour 35 h/semaines ...) pour une infirmière débutante. Ou un taux horaire de 25 à 55 dollars, avec un salaire horaire moyen de 29, 38 dollars brut.
A rapporter au coût de la vie. Mais bon tout ça ne serait rien sans les joyeuseté qu'offre l'OIIQ et consort :
Publié le 27 février 2012 à 09h03 | Mis à jour le 27 février 2012 à 09h03

Choisir entre ses patients ou ses enfants?

Mathieu Lamothe


(Trois-Rivières) Une infirmière oeuvrant au Centre hospitalier régional de Trois-Rivières a reçu deux avis disciplinaires pour insubordination au cours des derniers mois pour avoir refusé de faire du temps supplémentaire, dont le plus récent ayant mené à une suspension de deux jours sans solde.

Mère monoparentale de deux enfants âgés respectivement de 10 et 3 ans, l'infirmière qui désire garder l'anonymat déplore que son employeur l'ait obligée à faire du temps supplémentaire en vertu de ses obligations déontologiques, selon lesquelles elle est tenue d'assurer la continuité des soins, et ce, au détriment de ses enfants.

Comme une réponse positive aux demandes de ses supérieurs auraient eu pour effet de laisser ses enfants à eux-mêmes, il était hors de question pour elle de prolonger son quart de travail. Cette dernière ajoute que comme pour ses patients, elle a le devoir et l'obligation de s'occuper adéquatement de ses enfants. Elle croit donc qu'elle n'avait pas le choix de refuser de faire du temps supplémentaire et de rentrer à la maison.

«Ce qui m'agace, c'est le fait qu'ils demandent aux infirmières à temps complet», mentionne-t-elle en faisant référence au fait qu'elle a des collègues qui ne travaillent pas des semaines complètes ainsi qu'au manque d'effectifs dans le milieu hospitalier.

Elle tient également à préciser que selon son code de déontologie, elle doit s'abstenir d'exercer sa profession lorsqu'elle est dans un état susceptible de compromettre la qualité des soins et des services. Lors des deux refus, elle raconte qu'elle n'était pas apte à continuer à travailler en raison de la fatigue accumulée lors de ses quarts de travail précédents.

En plus de devoir composer avec le regard désapprobateur de ses supérieurs, la dame s'est sentie extrêmement humiliée lorsqu'elle a reçu par courrier recommandé les lettres l'informant qu'elle faisait l'objet d'un avis disciplinaire. «Ce n'est vraiment pas agréable de devoir signer lorsqu'on reçoit ces lettres», se rappelle-t-elle.

Du côté du Syndicat des infirmières, inhalothérapeutes et infirmières auxiliaires du Coeur-du-Québec, on soutient que le temps supplémentaire obligatoire est une problématique majeure et récurrente. Sa présidente, Andrée Guillemette, condamne d'ailleurs que les dirigeants du centre hospitalier aient recours à cette solution régulièrement.

«Présentement, comparativement à la même période l'an passé, c'est comparable. Il n'y en a pas moins. Mais il y a des périodes pendant lesquelles on en entend parler de façon dramatique et il y a certains secteurs où il y en a beaucoup», souligne-t-elle.

En ce qui concerne le fait qu'une infirmière qui est également une mère monoparentale doive choisir entre suivre les règles déontologiques ou retourner auprès de ses enfants, la présidente regrette que les directions d'hôpital se cachent derrière les règles déontologiques afin d'obliger les infirmières à travailler des heures en surplus malgré leur réalité familiale.

«Pour nous, c'est une excuse valable. Dans ma tête à moi, c'est majeur de devoir aller s'occuper de ses enfants. Tu ne peux pas les laisser seuls. Mais leur code et le nôtre ne sont pas les mêmes», laisse tomber la présidente.

Comme c'est généralement le cas lorsque des avis disciplinaires du genre sont remis à un de ses membres, un grief sera déposé par le Syndicat afin de contester la suspension dont a écopée l'infirmière impliquée dans le présent dossier.

La dirigeante syndicale croit de plus que certaines infirmières ont décidé de vivre avec la réalité du temps supplémentaire obligatoire en se mettant disponibles pour en faire à certains moments précis.

«Le malheur de ça, c'est que s'ils sont mal pris le lendemain du jour que tu en as fait, ils peuvent revenir et te le demander à nouveau», déplore-t-elle.

La direction du Centre hospitalier régional de Trois-Rivières n'a pas voulu commenter ce dossier, se limitant d'affirmer, par l'entremise de son porte-parole, que les demandes de temps supplémentaire obligatoire ne se font jamais de gaieté de coeuret qu'il existe des listes afin de gérer les demandes auprès du personnel.
Dès qu'il eut franchi le pont, les fantomes vinrent à sa rencontre.
Avatar de l’utilisateur
loulic
Silver VIP
Silver VIP
 
Messages: 4259
Inscription: 10 Juil 2009 07:46

Messagepar kirikou31 » 04 Mar 2012 19:29

Bonjour,

je suis actuellement en première année infirmière à Bruxelles (de nationalité française) et j'ai comme projet de vivre au Canada à la fin de mes études. Quelles sont les démarches à effectuer, pour y vivre et y travailler ? Savez-vous si le diplôme belge comme le français est reconnu au Quebec ?
Merci d'avance !
:D
kirikou31
 
Messages: 8
Inscription: 26 Déc 2010 16:48

Suivante

Retourner vers Etudiants infirmiers (ESI)