Forum : Profession infirmière (IDE)

Nous sommes le 22 Oct 2014 22:39

Mot de passe oublié ?

Se souvenir de moi

Messagepar Khelliana » 11 Jan 2009 22:25

C'est ce que j'ai écrit plus haut :roll:

Pour qu'un soins puisse être effectué par l'AS il faut :
:fleche: Que ce soit du rôle propre de l'infirmière
:fleche: Que le soin fasse partie de son référentiel de compétence et qu'elle ait été formée pour ce soin
D'ou l'explication pour les glycémies et les aspirations trachéales :roll:

Référentiel de compétences de l'Aide Soignante a écrit:Le lavage simple des mains.
Aide à l’hygiène corporelle :
- la toilette ;
- la toilette génitale non stérile ;
- l’hygiène dentaire ;
- lavage des cheveux et coiffage, rasage ;
- entretien des ongles.
Aide à l’habillage et au déshabillage.
Aide à la mobilisation et à l’installation de la personne :
- organisation de l’espace et de l’environnement pour faciliter l’autonomie ;
- mise à disposition de matériel adapté (cannes, déambulateur, fauteuil roulant...) ;
- installation au lit, au fauteuil, à la table.
Aide à l’hygiène et l’équilibre alimentaire :
- préparation et conservation des repas ;
- prise du repas : conseils à la personne sur le choix des aliments appropriés à ses goûts et à
sa culture, prévention des fausses routes et lutte contre la déshydratation.
Aide au sommeil :
- installation de la personne pour le repos et le sommeil en assurant sa sécurité et son
confort ;
- les conditions favorables à l’endormissement : atmosphère calme, lutte contre les
nuisances, aération de la chambre.
Aide à l’élimination :
- installation de la personne pour permettre l’élimination urinaire et fécale ;
- pose de protections anatomiques.
Mise en place d’activités de stimulation, maintien du lien social :
- aide aux repères dans le temps et dans l’espace ;
- stimulation au travers des activités physiques et/ou relationnelles
Mesure des paramètres vitaux chez l’adulte et chez l’enfant : pulsations, température, pression artérielle, rythme respiratoire, mensurations, conscience, volume urinaire.
Surveillance des signes cliniques : couleur de la peau et des téguments, vomissements, selles, urines.
Observation de la douleur et du comportement.
Réalisation de prélèvements non stériles : selles, urines, expectorations.
Utilisation des outils de mesure.
Transcription de la mesure des paramètres vitaux : réalisation de courbes de surveillance.

Lavage antiseptique des mains.
Toilette complète, bain, douche.
Toilette génitale y compris aux personnes porteuses d’une sonde à demeure.
Prise en charge d’un opéré :
- préparation du patient en préopératoire : préparation cutanée, vérification de la
préparation générale du patient (respect du jeûne, prothèses ôtées, identité) et préparation du
dossier ;
- préparation de la chambre pour le retour du patient ;
- observation du patient en post-opératoire ;
- observation des pansements.
Soins liés aux dispositifs médicaux ou d’appareillage :
- surveillance et renouvellement d’une vessie de glace et actions pour réchauffer le
malade ;
- pose de bas de contention ;
- immobilisations : observation et surveillance des attelles, plâtres et tractions ;
- observation du patient en assistance respiratoire ;
- oxygénothérapie : montage et entretien du matériel, surveillance du patient ;
- montage et entretien du matériel d’aspiration endotrachéale ;
- administration d’un aérosol non médicamenteux ;
- sonde vésicale : surveillance du patient et vidange du sac collecteur ;
- observation des patients sous dialyse ;
- pose de collecteurs externes ;
- soins d’hygiène aux patients porteurs d’entérostomies cicatrisées ;
- surveillance de l’alimentation par sonde.
Aide aux soins réalisés par l’infirmier :
- ouverture du matériel stérile ;
- observation et surveillance des patients sous perfusion
- observation des pansements ;
- lavage gastrique ;
- prise de médicaments sous forme non injectable ;
- réalisation de soins aseptiques ;
- alimentation par sonde gastrique.
Soins aux personnes dépendantes :
- réfection et change du lit occupé et inoccupé ;
- observation et surveillance des patients sous perfusion ;
- aide et assistance d’un patient en cas de diarrhée ;
- observation et transmission des signes de douleur ;
- aide au premier lever ;
- soins préventifs des escarres ;
- soins de bouche non médicamenteux ;
Soins post-mortem : toilette, habillage, identification.
Exercices pratiques : les positions et attitudes professionnelles correctes.
Installation de la personne en fonction de son degré d’autonomie et en tenant compte de ses
besoins, de sa pathologie, de son handicap, de sa douleur et des différents appareillages
médicaux.
Mobilisation, aide à la marche, déplacements.
Prévention des ankyloses et des attitudes vicieuses.
Prévention des chutes.
Accueil et information de la personne et de son entourage.
Ecoute et reformulation.
Communication verbale et non verbale.
Adaptation de la communication aux différentes situations rencontrées dans les soins.
Accompagnement d’une personne en fin de vie et accompagnement de son entourage.
Education d’une personne pour favoriser ou maintenir son autonomie.
Participation à la démarche éthique.
Hygiène quotidienne de l’environnement du patient.
Nettoyage et désinfection des matériels et de l’environnement direct du malade.
Prévention des infections nosocomiales par l’application des techniques d’entretien des
locaux et des matériels.
Isolement des patients : règles, précautions à respecter.
Elimination des déchets hospitaliers solides et liquides résultant des activités de soins et
d’hébergement conformément à la réglementation en vigueur : les contenants, les circuits, les
délais.
Entretien, prédésinfection, nettoyage, désinfection et stérilisation du matériel médicochirurgical
destiné à effectuer des actes aseptiques.
Montage, entretien et surveillance du matériel de soins :
- pour oxygénothérapie ;
- pour aspiration ;
- pour recueil des urines ;
- pour le transport des patients ;
- pour l’hygiène ;
- le chariot de soins ;
- le chariot de linge ;
- pour le matériel chirurgical divers.
Règles de prévention des accidents d’exposition au sang.
Prise de parole en groupe : demander et transmettre de l’information.
Utilisation de logiciels dédiés.
Utilisation du dossier de soins : courbes, diagrammes, descriptions, observations rédigées.
Niveau d’acquisition et limites d’exigence.
Le rôle de l’aide soignant dans la transmission des informations est approfondi.
Les modalités de transmissions sont étudiées en rapport aux différentes situations
professionnelles
Organisation du travail en fonction de la quantité des activités, des urgences, et des
priorités.
Planification du travail en fonction du travail des autres membres de l’équipe.
Intégration et positionnement au sein d’une équipe de soins.
Encadrement des stagiaires ou des nouveaux collègues :
- projet d’encadrement ;
- tutorat ;
- évaluation.
Participation à des groupes de travail et contribution à l’élaboration de projets.
Ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort ... ?
Avatar de l’utilisateur
Khelliana
Adepte
Adepte
 
Messages: 112
Inscription: 16 Déc 2008 21:22
Localisation: Ici ou la

Messagepar momo30 » 11 Jan 2009 22:35

comme exemple :
faire des toilettes en plus alors que l 'infirmiére n 'a pas encore terminer ses soins ;pansement etc
de demander aux aides soignants de faire la réféction de lits.
distribuer les médocs par l'as(préparation et vérification de l'infirmiére).
réféction pansement simple(sec ).
compléter le dossier d'un sortant (patient).
Si un patient en hypotension ,l'infirmiére peut demanderà l'aide soignante de soulever le lit etc...
les soins d'irritations dermiques et la prévention d'escarres.
la pose et l'enlèvement d'une poche de recueil en cas de colostomie guérie;
l'aide à la pose et à l'enlèvement d'une prothèse ou de bas de contention.
nettoyage et désinfection du matériel du patient, de la chambre
application de protocoles d’isolement
adaptation de la tenue vestimentaire de protection en fonction des risques
préparation, vérification du matériel à stériliser
soins bucco-dentaires, soins de bouche non médicamenteux
éducation en matière d’hygiène.
prélèvement de matières fécales.
surveillance de la diurèse.
recueil non stérile des urines.
pose de collecteurs externes d’urines et change de leur poche.
vidange des sacs à urines anti-reflux.
nettoyage, désinfection et entretien des bocaux à urines.
recueil et courbe des expectorations.
observation des expectorations.
préparation, entretien et pose d’un nébullisateur et humidificateur sans médicament.
l’administration en aérosols de produits non médicamenteux .
préparation et entretien du matériel à oxygène.
participation à la préparation de l’opéré
participation à la surveillance post-opératoire
surveillance locale et visuelle du point de ponction des perfusions et du goutte à goutte.
etc
mon metier:infirmier et bientot professeur
futur professeur en soins infirmiers septembre 2009.
momo30
Adepte
Adepte
 
Messages: 133
Inscription: 01 Mai 2008 15:58

Messagepar dripounet » 12 Jan 2009 07:37

C'est une question importante. En théorie, la réponse, clairement légiférée est simple. En pratique, on peut se heurter à des situations moins évidentes.

Aide-soignante pendant de nombreuses années avant de devenir IDE, j'ai constaté très souvent que des infirmiers (souvent nouveaux diplômés) étaient en difficulté pour réaliser un soin...et ils demandaient conseil (ou plus) à l'AS qui l'aidait ou pas, selon le cas.

Je l'ai vu plus d'une fois, notamment, dans un service de réa, mais aussi dans d'autres lieux...Ceci pour en arriver à la question (simple question, je précise) suivante : Lorsqu'un infirmier qui exerce depuis peu ne SAIT pas comment faire un soin qu'il est sensé connaitre et que nous sommes de nuit et qu'il a comme unique collaboratrice une AS qui, elle, sait parfaitement comment on fait...Que doit-il faire ? En théorie, il doit dire : "Non, non, non, je ne veux pas que tu le fasse. Tu n'as pas à m'expliquer mon travail. En tant qu'aide-soignante, tu n'as pas les compétences pour cette aspiration trachéale. Moi, je l'ai mais c'est juste que j'ai oublié...ça va revenir..." et pendant ce temps....le malade a besoin d'être aspiré...et le fameux savoir de l'IDE ne revient pas...

A ce stade, il est bien rare que l'IDE n'accepte pas l'aide de l'AS...Oui, je sais, il ne FAUT pas. Mais alors...faut pas aspirer ???
dripounet
Insatiable
Insatiable
 
Messages: 466
Inscription: 17 Sep 2005 06:27

Messagepar Khelliana » 12 Jan 2009 10:06

momo30 a écrit:comme exemple :
réféction pansement simple(sec ).

Ca, c'est du rôle de l'infirmière (Cf. référentiel de compétences de l'aide soignante) :mrgreen:

Si un patient en hypotension ,l'infirmière peut demanderà l'aide soignante de soulever le lit etc...

En quoi soulever le lit modifiera la tension du patient ? :mrgreen:
Ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort ... ?
Avatar de l’utilisateur
Khelliana
Adepte
Adepte
 
Messages: 112
Inscription: 16 Déc 2008 21:22
Localisation: Ici ou la

Messagepar dripounet » 12 Jan 2009 10:23

Khelliana a écrit:
Si un patient en hypotension ,l'infirmière peut demanderà l'aide soignante de soulever le lit etc...

En quoi soulever le lit modifiera la tension du patient ? :mrgreen:


A la limite, cela pourrait, à la longue, modifier la TA de l'aide-soignante.... :lol:
dripounet
Insatiable
Insatiable
 
Messages: 466
Inscription: 17 Sep 2005 06:27

Messagepar Dekien » 12 Jan 2009 16:24

ok merci je comprends mieux. J'ai laissé faire des dextros et j'avais ma conscience !! Diantre !
Infirmière

Préposée au bureau des réclamations relatives à Gayelle :ave:
Avatar de l’utilisateur
Dekien
Accro
Accro
 
Messages: 1220
Inscription: 09 Aoû 2004 11:00

Messagepar Haegen » 13 Jan 2009 22:27

Khelliana a écrit:[
Si un patient en hypotension ,l'infirmière peut demanderà l'aide soignante de soulever le lit etc...

En quoi soulever le lit modifiera la tension du patient ? :mrgreen:


je presume qu'elle veut parler de mettre le patient en Trendelenbourg c'est a dire tete en bas pour faire remonter la TA

bref soulever les jambes du patient avec un lit médical
allez Florange et l'acier lorrain :-(
Avatar de l’utilisateur
Haegen
VIP
VIP
 
Messages: 2376
Inscription: 31 Déc 2003 14:14
Localisation: somewhere in time

Messagepar Khelliana » 14 Jan 2009 00:59

Haegen a écrit:
Khelliana a écrit:[
Si un patient en hypotension ,l'infirmière peut demanderà l'aide soignante de soulever le lit etc...

En quoi soulever le lit modifiera la tension du patient ? :mrgreen:


je presume qu'elle veut parler de mettre le patient en Trendelenbourg c'est a dire tete en bas pour faire remonter la TA

bref soulever les jambes du patient avec un lit médical


Oui, je pense bien, c'est juste la formulation de la phrase qui était amusante :clin:
Ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort ... ?
Avatar de l’utilisateur
Khelliana
Adepte
Adepte
 
Messages: 112
Inscription: 16 Déc 2008 21:22
Localisation: Ici ou la

Messagepar dripounet » 14 Jan 2009 06:49

Mais oui, on rigolait !...et c'est vrai que la formulation était un peu inattendue...ellle nous suggérait de "demander à l'aide-soignante de soulever le lit" au lieu de, par exemple, "proposer à l'aide-soignante de l'aider à soulever ce lit"...J'ai bossé pas mal de temps en réa et l'image de patients pesant pas loin de 100 kgs m'est revenue en mémoire...j'étais moi-même une aide-soignante pas très grosse...alors, j'ai eu envie de soutenir psychologiquement la pauvre aide-soignante à travers un nuage d'humour... :clin:
dripounet
Insatiable
Insatiable
 
Messages: 466
Inscription: 17 Sep 2005 06:27

Messagepar dedicatednurse » 14 Jan 2009 20:37

Bonjour,

Je vous remercie pour vos nombreuses réponses.
Cependant je ne comprends toujours pas, l'infirmière délègue à l'AS tout ce qui relève de son rôle propre, art R4311-5, et ne délègue pas tout ce qui est rôle sur prescription?
:? :? :?
dedicatednurse
 
Messages: 7
Inscription: 08 Jan 2009 21:43

Messagepar Khelliana » 14 Jan 2009 21:13

dedicatednurse a écrit:Bonjour,

Je vous remercie pour vos nombreuses réponses.
Cependant je ne comprends toujours pas, l'infirmière délègue à l'AS tout ce qui relève de son rôle propre, art R4311-5, et ne délègue pas tout ce qui est rôle sur prescription?
:? :? :?


L'infirmière peut déléguer uniquement ses soins sur rôle propre, et uniquement si l'AS est formée pour faire ce soin (référentiel de compétences)
Ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort ... ?
Avatar de l’utilisateur
Khelliana
Adepte
Adepte
 
Messages: 112
Inscription: 16 Déc 2008 21:22
Localisation: Ici ou la

Messagepar dripounet » 15 Jan 2009 11:23

Pour Dédicatenurse :

Pour faire plus simple, tu peux demander à une aide-soignante fraîchement diplômée la liste des actes de soins qui relèvent de sa compétence et qu'elle a appris au cours de sa formation : toilette, refection de lit etc...Et voilà. Il te suffira de ne pas lui demander des choses qui ne figurent pas sur sa liste.

Mais je comprend ta difficulté car c'est vrai que c'est pas évident...Sur le terrain, il y a tellement de diversité dans le type de service, le style d'aide-soignantes et le fonctionnement des équipes qu'on peut parfois y perdre son latin...surtout quand on débute.

Au début, j'étais un peu embêtée avec ça, et le fait d'avoir été aide-soignante ne me facilitait pas la tâche, au contraire...J'avais l'impression que les nouvelles aide-soignantes ne voulaient rien faire et je me sentais souvent débordée et seule. Chaque fois que je demandais un truc (que je faisais en tant qu'AS) j'entendais cette éternelle réponse : "Ah non, c'est pas mon travail !" En médecine, j'ai vu des AS prendre tranquillement le café pendant que je courais pour mes prises de sang...

Il y a des AS géniales et qui ne dépassent pas leur rôle mais c'est vrai qu'il faut être très vigilant et bien connaître le rôle de chacun afin d'éviter des débordements dans un sens ou dans un autre (en faire trop ou pas assez...) car on a vite fait de repérer si l'infirmière est au point ou pas. Mais une fois que tu as montré que tu savais parfaitement qui doit faire quoi, ça se passe très très bien ! :D
dripounet
Insatiable
Insatiable
 
Messages: 466
Inscription: 17 Sep 2005 06:27

Messagepar floralia » 15 Jan 2009 17:41

Je voulais :conf: faire partager mon expérience car la collaboration aide soignante infirmière n'est pas toujours évidentes et de savoir ce qui peut être déléguable ou pas.

Je suis dans une situation un peu particulière, je suis infirmière diplomé depuis un an et je viens d'intégrer un nouveau travail dans un foyer de vie pour handicapés.
Avant mon arrivée une aide soignante faisait fonction d'infirmière eh oui çà existe encore!!
c'est à dire elle préparait les médicaments, pansements, dextro... Les soins ne sont pas très techniques mais maintenant je travaille avec cette personne qui ne peut plus faire certain gestes car la direction s'est fait taper sur les doigts et je ressent de la frustation de sa part et il m'est très difficile de savoir comment réagir et de ciblés les soins qu'elle peut faire ou pas j'essaie d'appliquer au plus juste ce qui m'a été enseigné,
Je pense qu'il faut être prudent avec le dépassement de tâches car pour revenir en arrière c'est compliqué
J'ai moi même été aide soignante aux urgences avant d'être infirmière et on me déléguait beaucoup çà m'a beaucoup motivé pour faire ma formation d'infirmière
Mais là ce n'est même plus un dépassement de tâches mais de fonction
Eh, je rencontre des difficultés car j'ai l'impression de lui prendre son poste pas facile!!car du coup elle est beaucoup dans la contradiction et cela creér un conflit
difficile pour elle de revenir en arrière et je peux la comprendre
Mais n'ayant pas de cadre de santé, j'ai besoin de conseil pour avancer dans cette situation car mon travail me plait énormément et je n'ai pas envie de travailler dans cette ambiance
floralia
 
Messages: 2
Inscription: 15 Jan 2009 17:07

Messagepar dripounet » 15 Jan 2009 19:40

Floralia, je comprend tout à fait ce que tu décris. Pour tenter de t'aider, voici ce qui me viendrait à l'esprit : il te faudrait peut-être trouver des moyens pour valoriser cette aide-soignante à l'intérieur des actes de soins qui relèvent de sa compétence :

Une toilette, par exemple, doit faire l'objet d'une concertation préalable, avec échanges entre l'aide-soignante et toi. "Comment tu trouves Mr X ce matin ?" " Il est fatigué, pas comme d'habitude" "Tu crois qu'on peux l'accompagner à la douche ?" "Non, je pense que la toilette serait mieux au lit aujourd'hui" etc...Parfois l'AS voit des choses que l'IDE ne voit pas et inversement.

Je pense, en effet, qu'il doit être difficile pour elle comme pour toi de changer les mauvaises habitudes, mais c'est pas impossible, à condition que la communication soit maintenue et enrichie par la reconnaissance du rôle et de la valeur de l'autre. Cette AS fera peut-être plus facilement le deuil des actes infirmiers si on la revalorise à travers son role.

Euh...j'sais pas si j'ai été claire... :clin:
dripounet
Insatiable
Insatiable
 
Messages: 466
Inscription: 17 Sep 2005 06:27

Messagepar floralia » 16 Jan 2009 20:22

Ta réponse est assez claire, merci de m'éclairer je pense que de valoriser son travail peut permettre un meilleur échange, et une meilleure collaboration. :idee: :idee:
floralia
 
Messages: 2
Inscription: 15 Jan 2009 17:07

PrécédenteSuivante

Retourner vers Profession infirmière (IDE)