Forum : Cadres de santé

Nous sommes le 22 Sep 2014 09:11

Mot de passe oublié ?

Se souvenir de moi

Messagepar Norma Colle » 13 Aoû 2009 23:56

Existe-t-il des règles de bonne pratique pour convoquer un agent , surtout lorsque les cadres envisagent des remontées de bretelles importantes envers l'agent qu'ils convoquent? En tant que cadres, fixez-vous un rendez-vous quelques jours avant pour que l'agent s'organise, le convoquez-vous à chaud avant la prise de service ou après son service.......???????? L'avertissez-vous en lui disant qu'il peut venir accompagné? Si vous le "massacrez" pendant l'entretien l'obligez-vous à prendre son service immédiatement après l'entretien, même s'il n'est plus en état de travailler? Bref existe-t-il des règles de "bonne conduite" pour ce genre d'entretien???????
Avatar de l’utilisateur
Norma Colle
Silver VIP
Silver VIP
 
Messages: 4847
Inscription: 30 Nov 2004 21:32

Messagepar Jo_bis » 14 Aoû 2009 13:09

Norma Colle a écrit:Existe-t-il des règles de bonne pratique pour convoquer un agent , surtout lorsque les cadres envisagent des remontées de bretelles importantes envers l'agent qu'ils convoquent? En tant que cadres, fixez-vous un rendez-vous quelques jours avant pour que l'agent s'organise, le convoquez-vous à chaud avant la prise de service ou après son service.......???????? L'avertissez-vous en lui disant qu'il peut venir accompagné? Si vous le "massacrez" pendant l'entretien l'obligez-vous à prendre son service immédiatement après l'entretien, même s'il n'est plus en état de travailler? Bref existe-t-il des règles de "bonne conduite" pour ce genre d'entretien???????

Tout dépend des "reproches" qu'on doit faire et surtout de leur gravité...
Si c'est un problème bénin (du style oubli de la commande de pharmacie), je vois la personne dans mon bureau, après lui avoir demandé à quel moment elle sera disponible.
Si le problème est grave, voire très grave, j'en parle au directeur et j'envoie à sa demande une lettre au domicile de l'agent, lui précisant le motif de l'entretien, la date du rendez-vous et la possibilité de se faire accompagner par la personne de son choix. Lors de cet entretien, je fais venir aussi mon propre "assistant" (en général un adjoint des cadres). A l'issue de l'entretien, un compte rendu écrit est élaboré avec copie à l'agent et donné au directeur qui choisit la suite à donner (rendez-vous avec lui-même, pièce versée au dossier administratif ou non, avec ou non sanctions disciplinaires). A ce compte rendu, peuvent être versées au dossier les déclarations de témoins (collègues, patients...).

Bien entendu il y a des règles de bonne conduite (comme dans toutes relations sociales) mais elles sont grandement tributaires de l'état d'esprit de l'agent, de sa capacité à se remettre en cause et de son attitude durant l'entretien. Ces règles sont bilatérales.
Je n'ai jamais eu d'entretiens "houleux" à proprement parler mais il m'est arrivé de "passer un savon" à un agent suite à un manquement préjudiciable au bon fonctionnement du service.
« C’est pas dur la politique comme métier ! Tu fais cinq ans de droit et tout le reste c’est de travers. »
Coluche
Avatar de l’utilisateur
Jo_bis
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 4843
Inscription: 30 Jan 2004 10:33
Localisation: En rase campagne

Messagepar Norma Colle » 14 Aoû 2009 18:19

Merci pour la réponse


mais je reste perplexe ...Ma question est en rapport avec une convocation d'une collègue de travail. A mon sens, elle n'a pas commis de faute grave ni très grave....elle se remet en question ++++, est capable d'entendre......Mais son entretien a été un vrai lynchage en bonne et due forme avant sa prise de service!!! Comment des cadres peuvent-ils penser que l'agent sera ensuite en pleine possession de ses moyens pour assurer le service sans cette fois risquer de commettre une vraie faute professionnelle? Comment des cadres peuvent-ils se permettre de reprocher des fautes qui n'en sont pas (je ne peux pas en dire plus ici!!) ?Comment des cadres peuvent-ils accuser un agent sans recevoir en même temps les 2 agents concernés par la problèmatique ??????
Avatar de l’utilisateur
Norma Colle
Silver VIP
Silver VIP
 
Messages: 4847
Inscription: 30 Nov 2004 21:32

Messagepar Jo_bis » 15 Aoû 2009 10:10

C'est délicat de répondre, du moins sur le fond, ne connaissant pas la faute commise. Une faute, comme toute faute, mérite qu'on s'y attarde : pourquoi a t-elle été commise? dans quelles circonstances ? Quel en a été l'impact (sur l'équipe, les soins, les patients) ? Comment faire en sorte que cela ne se reproduise pas ?

Il ne faut jamais négliger une faute aussi minime soit-elle. Pourquoi ? parce que, quoi qu'on en dise, les membres d'une équipe "s'observent" entre eux et si on laisse passer une faute, ce sera la porte ouverte à une certaine "négligence", qui pourra conduire à des fautes plus graves.

Sur la forme, convoquer les deux agents en même temps n'apporterait pas grand chose, si ce n'est "un match de tennis en direct" : c'est pas moi, c'est toi et vice versa.
Le mieux serait de convoquer les deux agents séparemment, entendre leur version propre des faits et conclure ensuite. Cette convocation ne devrait pas être faite à l'improviste, il faut que chacun puisse préparer ses arguments.

Mais, je le répète, ne connaissant pas la situation, je ne peut être que "générale" dans mes propos...
« C’est pas dur la politique comme métier ! Tu fais cinq ans de droit et tout le reste c’est de travers. »
Coluche
Avatar de l’utilisateur
Jo_bis
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 4843
Inscription: 30 Jan 2004 10:33
Localisation: En rase campagne

Messagepar Norma Colle » 21 Aoû 2009 03:45

Jo_bis a écrit:Mais, je le répète, ne connaissant pas la situation, je ne peut être que "générale" dans mes propos...


Avec quelques jours de retard, je vous remercie pour cette réponse générale qui effectivement ne peut rester que générale vu le peu d'éléments que je peux exposer ici!

Mais globalement, vu mon expérience, je pense réellement que les cadres dans la situation présente, ne sont pas objectifs et mènent tout droit dans le mur un agent qui ne le mérite pas mais qui ne sait pas se défendre !!!!

Des cadres qui poussent le bouchon trop loin n'ont-ils pas peur parfois de déclancher des processus catastrophiques(geste suicidaire) chez des agents incriminés à tort ou en leur "gonflant" les reproches, en les humiliant ???? S'assurent-ils de qui va ensuite aider l'agent à retrouver une estime de lui-même après un "passage à tabac" en bonne et due forme???
Avatar de l’utilisateur
Norma Colle
Silver VIP
Silver VIP
 
Messages: 4847
Inscription: 30 Nov 2004 21:32

Messagepar Jo_bis » 21 Aoû 2009 10:40

Norma Colle a écrit: Des cadres qui poussent le bouchon trop loin n'ont-ils pas peur parfois de déclancher des processus catastrophiques(geste suicidaire) chez des agents incriminés à tort ou en leur "gonflant" les reproches, en les humiliant ???? S'assurent-ils de qui va ensuite aider l'agent à retrouver une estime de lui-même après un "passage à tabac" en bonne et due forme???

Vous avez tout à fait raison : il faut être, en matière d'encadrement, extrêmement vigilants dans ses propos et la manière de les faire passer.
Il ne faut JAMAIS humilier ou rabaisser un agent (ceci vaut pour qui que ce soit, d'ailleurs).
La colère ou le manque de respect sont à bannir : ne s'en tenir qu'aux arguments professionnels et aux faits, sans "viser" la personne en tant que telle. Je sais que certains cadres le font, et ce n'est pas bien du tout...
Le risque suicidaire ne doit pas être négligé...on ne sait pas à l'avance la réaction des personnes.

Quand il faut entretenir un agent au sujet d'un problème X ou Y, mieux vaut lui dire : "voilà, il s'est passé le problème X, à tel moment, vous étiez présent(e), qu'en pensez-vous ? Que s'est-il passé selon vous ? "
9 fois sur 10, la personne vous dira : "oui, j'étais là, j'ai constaté ceci ou cela..." elle donnera sa version des faits et devant vous, en tirera les conséquences en matière de responsabilité. Si elle ne le fait pas, il faudra donc lui poser la question "Quelle est votre part de responsabilité dans cet état de fait ?" Et là, elle le dira...
« C’est pas dur la politique comme métier ! Tu fais cinq ans de droit et tout le reste c’est de travers. »
Coluche
Avatar de l’utilisateur
Jo_bis
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 4843
Inscription: 30 Jan 2004 10:33
Localisation: En rase campagne

Messagepar captainfifi » 01 Mar 2012 12:05

Lundi, a l'heure qui me plaira, je passe a la cabane de lutte. J'ai reçu la nuit derniere un courrier sec, sans même un bonjour, me demandant de me rendre dispo lundi 5 pour un entretien.
Je n'ai pour l'instant pas réussi a joindre mon syndicat, car évidemment j'irais avec un défenseur a mes cotes. Je vais voir si ma cadre partage les règles éthiques de Jo_bis....pour l'heure, le courrier ne précisant aucun motif j'attends un deuxième courrier justifiant la convocation, faute de quoi je ne m'y rendrais pas !! Il me faut pouvoir preparer ma défense, sans même parler de contre-attaque
a lundi....
Avatar de l’utilisateur
captainfifi
 
Messages: 5
Inscription: 18 Nov 2011 15:45

Messagepar zeusesse » 03 Mar 2012 20:11

captainfifi a écrit:Lundi, a l'heure qui me plaira, je passe a la cabane de lutte. J'ai reçu la nuit derniere un courrier sec, sans même un bonjour, me demandant de me rendre dispo lundi 5 pour un entretien.
Je n'ai pour l'instant pas réussi a joindre mon syndicat, car évidemment j'irais avec un défenseur a mes cotes. Je vais voir si ma cadre partage les règles éthiques de Jo_bis....pour l'heure, le courrier ne précisant aucun motif j'attends un deuxième courrier justifiant la convocation, faute de quoi je ne m'y rendrais pas !! Il me faut pouvoir preparer ma défense, sans même parler de contre-attaque
a lundi....

*

Surtout n'y va pas seule.

Dés que tu peux tu en parle à un syndicat.

Tu prépareras un dossier avec lui pour pouvoir te défendre.
zeusesse
Insatiable
Insatiable
 
Messages: 423
Inscription: 22 Nov 2011 23:57

Messagepar Haegen » 08 Mar 2012 09:24

Norma Colle a écrit:
Jo_bis a écrit:Mais, je le répète, ne connaissant pas la situation, je ne peut être que "générale" dans mes propos...


Avec quelques jours de retard, je vous remercie pour cette réponse générale qui effectivement ne peut rester que générale vu le peu d'éléments que je peux exposer ici!

Mais globalement, vu mon expérience, je pense réellement que les cadres dans la situation présente, ne sont pas objectifs et mènent tout droit dans le mur un agent qui ne le mérite pas mais qui ne sait pas se défendre !!!!

Des cadres qui poussent le bouchon trop loin n'ont-ils pas peur parfois de déclancher des processus catastrophiques(geste suicidaire) chez des agents incriminés à tort ou en leur "gonflant" les reproches, en les humiliant ???? S'assurent-ils de qui va ensuite aider l'agent à retrouver une estime de lui-même après un "passage à tabac" en bonne et due forme???


sans vouloir défendre une colègue, il faut que la récipropre soit vraie. c'est à dire accepter qu'il y ait une "convocation sanction" après une erreur, ou un entretien explicatif en cas de dysfonctionnement.
parce qu'en je lis :"je prépare ma contre attaque", je me dis qu'on est conscient d'avoir quelques tords.
allez Florange et l'acier lorrain :-(
Avatar de l’utilisateur
Haegen
VIP
VIP
 
Messages: 2376
Inscription: 31 Déc 2003 14:14
Localisation: somewhere in time

Messagepar Norma Colle » 08 Mar 2012 12:40

Haegen a écrit:sans vouloir défendre une colègue, il faut que la récipropre soit vraie. c'est à dire accepter qu'il y ait une "convocation sanction" après une erreur, ou un entretien explicatif en cas de dysfonctionnement.
parce qu'en je lis :"je prépare ma contre attaque", je me dis qu'on est conscient d'avoir quelques tords.



un agent qui n'aurait aucun tort devrait donc ne pas préparer d'arguments pour se défendre donc ne pas "contre-attaquer"? :?:
Et il n'existerait donc aucun cadre tordu s'attaquant de façon complètement illégitime à un agent??
Nous ne devons pas vivre dans les mêmes hostos où certains cadres harceleurs et connus sur l'ensemble des hostos et y compris à l'extérieur (style organisme bilan de compétences!) sont protégés et soutenus pas les DSI! Ces cadres font régner la terreur et tout le monde doit filer droit et archi droit quitte à ce que les agents renoncent à leurs droits du travail!
Avatar de l’utilisateur
Norma Colle
Silver VIP
Silver VIP
 
Messages: 4847
Inscription: 30 Nov 2004 21:32

Messagepar Jo_bis » 08 Mar 2012 19:15

captainfifi a écrit:Lundi, a l'heure qui me plaira, je passe a la cabane de lutte. J'ai reçu la nuit derniere un courrier sec, sans même un bonjour, me demandant de me rendre dispo lundi 5 pour un entretien.
Je n'ai pour l'instant pas réussi a joindre mon syndicat, car évidemment j'irais avec un défenseur a mes cotes. Je vais voir si ma cadre partage les règles éthiques de Jo_bis....pour l'heure, le courrier ne précisant aucun motif j'attends un deuxième courrier justifiant la convocation, faute de quoi je ne m'y rendrais pas !! Il me faut pouvoir preparer ma défense, sans même parler de contre-attaque
a lundi....

De qoui s'agit-il ?
Sans trop entrer dans les détails... :clin:
« C’est pas dur la politique comme métier ! Tu fais cinq ans de droit et tout le reste c’est de travers. »
Coluche
Avatar de l’utilisateur
Jo_bis
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 4843
Inscription: 30 Jan 2004 10:33
Localisation: En rase campagne

Messagepar Haegen » 13 Mar 2012 17:24

Norma Colle a écrit:
Haegen a écrit:sans vouloir défendre une colègue, il faut que la récipropre soit vraie. c'est à dire accepter qu'il y ait une "convocation sanction" après une erreur, ou un entretien explicatif en cas de dysfonctionnement.
parce qu'en je lis :"je prépare ma contre attaque", je me dis qu'on est conscient d'avoir quelques tords.



un agent qui n'aurait aucun tort devrait donc ne pas préparer d'arguments pour se défendre donc ne pas "contre-attaquer"? :?:
Et il n'existerait donc aucun cadre tordu s'attaquant de façon complètement illégitime à un agent??
Nous ne devons pas vivre dans les mêmes hostos où certains cadres harceleurs et connus sur l'ensemble des hostos et y compris à l'extérieur (style organisme bilan de compétences!) sont protégés et soutenus pas les DSI! Ces cadres font régner la terreur et tout le monde doit filer droit et archi droit quitte à ce que les agents renoncent à leurs droits du travail!

non effectivement, on ne travaille pas dans les mêmes conditions d'où, certainement, mon incompréhension.
je vous plains et je les plains car c'est désolant et surement épuisant de réduire le management au jeu du chat et de la souris. mais comme IDE, je defendais mes pairs, en tant que cadre laisse moi la liberté de faire de même. enfin pour ce qui est défendable, le reste ............................
allez Florange et l'acier lorrain :-(
Avatar de l’utilisateur
Haegen
VIP
VIP
 
Messages: 2376
Inscription: 31 Déc 2003 14:14
Localisation: somewhere in time

Messagepar Norma Colle » 13 Mar 2012 22:54

Haegen a écrit:non effectivement, on ne travaille pas dans les mêmes conditions d'où, certainement, mon incompréhension.
je vous plains et je les plains car c'est désolant et surement épuisant de réduire le management au jeu du chat et de la souris. mais comme IDE, je defendais mes pairs, en tant que cadre laisse moi la liberté de faire de même. enfin pour ce qui est défendable, le reste ............................


Pas de problème.....
Avatar de l’utilisateur
Norma Colle
Silver VIP
Silver VIP
 
Messages: 4847
Inscription: 30 Nov 2004 21:32

Messagepar sabrinac » 02 Avr 2012 18:36

De toutes les cadres que j'ai rencontrés jusqu'à maintenant, il n'y en a qu'une seule que j'estime (et elle s'est barré :lol: )

J'ai eu une cadre qui s'acharnait sur moi pour des motifs dérisoires, voire contradictoires... certains étaient justifiés, faut pas déconner mais disons que ça représentait 15% de ses reproches et qu'il y avait à chaque fois une réelle disproportion entre la faute -mineure- commise et la forme du reproche; une disproportion aussi entre le traitement de mes fautes et celles de certaines collègues...)...tous les témoins SANS EXCEPTION en convenaient. Et arriva ce qui devait arriver: je m'étais mise en arrêt. Et j'ai eu le malheur de la rencontrer à ce moment-là: dans un long monologue vicieux, elle n'a pas hésité une seconde à en rajouter une couche...elle m'a tenu le crachoir pendant 20 longues minutes durant lesquelles j'ai péniblement essayé de contre-argumenter, j'avais les jambes flageolantes et un gros mal de crâne...AUCUN DIALOGUE n'a jamais été possible! Il a fallu que j'en vienne à demander un entretien avec un représentant du personnel! Et tout ce qui est ressorti de cette demande, c'est une nana au bord des larmes qui a estimé que je l'avais poignardée dans le dos!!! Il va sans dire que je n'ai jamais eu de RDV...

Voilà pour mon expérience... Je sais aussi que je peux être reconnue dans ce post (comme dans d'autres), j'ai un pseudo évident et qui date de l'âge "innocent" de mes études d'infirmière... :) mais je m'en fous!! La culture de la peur/intimidation, je refuse de l'intégrer.
Heureux les fêlés car ils laissent passer la lumière...
Avatar de l’utilisateur
sabrinac
Fidèle
Fidèle
 
Messages: 169
Inscription: 13 Juin 2006 17:56


Retourner vers Cadres de santé