s

Forum : TFE, travaux de recherche...

Nous sommes le 20 Juin 2018 18:17

Mot de passe oublié ?

Se souvenir de moi

Publicité

Messagepar Leopold Anasthase » 02 Jan 2011 14:28

justforyou72 a écrit :[...] Mme X de 91 ans qui était rentrée depuis 5 ans pour un déséquilibre du diabète.

Euh... Là, il va falloir trouver autre chose pour présenter cette dame. Parce qu'elle n'est probablement pas hospitalisée depuis cinq ans pour déséquilibre de diabète...
justforyou72 a écrit :Elle présentait une escarre sacrée, ce qui la rendait très douloureuse lors des soins et mobilisations. Elle manifestait sa douleur par des cris et demandes incessantes de sa « gélule de morphine » (Skénan 60mg) [...] Voyant qu’elle se plaignait toujours, je l’ai signalé au médecin afin de réévaluer son traitement. [...]

Mme X n’avait plus de morphine de prescrite, mais un antalgique de niveau II (dextropropoxyphène), ainsi qu’un placebo à donner avant chaque soin [...] le médecin m’a expliqué que cette dame avait une réelle dépendance à la morphine, et qu’il tentait de lui prescrire un placebo pour évaluer l’origine de ses plaintes et douleurs.[...] Ensuite, l’aide soignante et moi avons commencé la toilette et à notre grande surprise, elle ne criait plus, elle était contente et se disait apaisée.

C'est une situation intéressante. Nous la percevons par le petit bout de la lorgnette, puisque l'idée que nous pouvons nous en faire se construit par ce que vous nous en racontez. Le problème, c'est que c'est une longue histoire et que vous n'en avez vécu qu'une partie, que vous nous résumez.

OK, situation intéressante, mais il faut se rappeler qu'elle est plus l'exception que la règle. La dépendance à la morphine, ça existe, mais c'est très rare, et ça résulte la plupart du temps en partie d'une période où la morphine a été mal prescrite (ça n'est pas le seul élément, mais ça y participe).

Le problème, c'est le mensonge. La question que je me pose, c'est "OK, le résultat est la chose la plus importante, et là il y a une réussite de l'équipe, puisque sa prise en charge est améliorée. Mais ce résultat a été obtenu en partie avec un mensonge. Donc on peut se demander :

-si on aurait pu obtenir le même résultat sans mentir,

-moi, en tant que soignant, je veux bien mentir pour moi, pour ce que je fais, parce que je l'ai décidé, mais là, il s'agit d'un mensonge par prescription ; je serais donc tenté de dire "chacun sa m..., si le médecin veut mentir, eh bien il s'en occupe".
justforyou72 a écrit :[...] Mme Y, atteinte d’une psychose maniaco-dépressive. [...][...] Les jours suivants Mme Y, n’avais toujours plus de plaintes, le médecin a donc pris l’initiative de laisser la prescription de placebo en place.

En plus des questions précédentes, on est là dans une situation typique de mauvaise gestion des "médicaments pour dormir", avec des problèmes de représentation et de gestion des plaintes par la patiente (elle s'est construit "son" problème de sommeil, avec ses demandes...).

L'autre problème posé par vos situations, c'est qu'on mélange placebo et médicament efficace. Le dextropropoxyphène, c'est un médicament efficace contre la douleur. Mme Y. recevait probablement d'autres médicaments qui pouvaient avoir un effet sur le sommeil.

Mais la question que vous posez est intéressante, c'est finalement le mensonge dans la relation de soin, mais surtout le mensonge par procuration, le médecin décide du mensonge et le prescrit à l'équipe soignante.
Leopold Anasthase
Star VIP
Star VIP
 
Messages: 11445
Enregistré le: 06 Mai 2004 14:45
Localisation: ici

Messagepar justforyou72 » 03 Jan 2011 19:16

Merci beaucoup pour tous ces commentaires.

Je me centre sur la douleur, car ma guidante m'a spécifié qu'il fallé que je précise + ma kestion et que le placebo été souvent prescrit par raport à la douleur, et que mes recherches serait déja plus simples...

Maintenant, reste la question, je veux partir sur le "mensonge", l'éthique, et la place du soignant vis à vis ce "mensonge" enfet... pas évident :/ je réfléchis à la question. Pas cool car en ce momen beaucoup de choses à faire, jsui en stage avec une msp, et une éval le premier jour apres le stage, et je dois rendre ma question de départ le 15 janvier, tout est précipité, jen voi pas le bout :/ vivement la fin ^^
justforyou72
 
Messages: 5
Enregistré le: 26 Déc 2010 13:51

Messagepar moutarde » 03 Jan 2011 20:38

Bonsoir,

Nous avons une vision très parcellisée de la situation. Néanmoins, cette situation m'a interrogée et peut-être que mes interrogations t'aideront.

En effet il faut définir la notion de douleur en général et la douleur de cette patiente (type, ,nature, intensité, circonstance d'apparition, durée, positionnelle ou pas, lien avec le diabète...etc).

Après ("en vrac") :

- Est ce mentir/tromper que de donner un placebo ? Parce que cela peut dépendre du mode d’administration ; je m’explique : Si je dis à la dame," le médecin a prescrit ce remède (placebo) ; je pense que vous allez aller mieux". Si la dame va mieux, alors je n’ai pas menti.

- Est il nécessaire de mentir pour qu’il y ait un effet placebo ?

- Qu’est ce que l’effet placebo ?

- Et pendant qu’on y est, qu’est ce que le mensonge ?

- Quelle perception a la résidente du changement de thérapeutique ? N’a t’elle pas pu avoir tout simplement le sentiment d’avoir été entendue avec la prise en considération de sa douleur (quelle que soit la thérapeutique) ?
[..."Il y a pire que le bruit des bottes : le silence des pantoufles !"...]
Avatar de l’utilisateur
moutarde
Star VIP
Star VIP
 
Messages: 7407
Enregistré le: 27 Sep 2007 21:40

Messagepar Leopold Anasthase » 03 Jan 2011 21:05

moutarde a écrit :Est ce mentir/tromper que de donner un placebo ?

À peine... "Bonjour madame, voilà votre médicament pour dormir", et hop, une gélule vide...
moutarde a écrit :Est il nécessaire de mentir pour qu’il y ait un effet placebo ?

- Qu’est ce que l’effet placebo ?

Tous les jours dans tous les pays, des patients reçoivent des placebo sans qu'on leur ait menti, dans le cadre d'études scientifiques médicales. On propose au patient de faire partie d'une étude sur tel médicament, et soit il reçoit le médicament, soit il reçoit un placebo (c'est-à-dire une substance sans effet). Souvent, la personne qui administre le médicament n'est pas au courant de ce qu'il administre (on appelle ça une étude en double aveugle).

L'expression "effet placebo" est un abus de langage. Le principe du placebo, c'est qu'il n'a pas d'effet. Mais ce qui peut avoir de l'effet, c'est le fait qu'on s'occupe du patient, qu'on lui donne un médicament, qu'on l'écoute...

C'est donc pour distinguer l'effet pharmacologique d'un médicament des autres paramètres (écoute, attention...) qu'on fait des études où l'on compare un médicament et un placebo. Il n'y a aucun mensonge.
Leopold Anasthase
Star VIP
Star VIP
 
Messages: 11445
Enregistré le: 06 Mai 2004 14:45
Localisation: ici

Messagepar x-justforyou-x » 30 Mai 2011 20:31

Bonjour,
Je suis actuellement étudiante infirmière en 3eme année. Dans le cadre de mon TFE, je dois réaliser des questionnaires auprès de professionnels de santé. Mon sujet est sur la douleur et le placebo. Est ce que cela interesserai quelqu'un d'y répondre?
Merci de votre compréhension
Dernière édition par 1 le Juju5544, édité 31 fois.
Raison: Titre modifié
49ème en liste d'attente :(
x-justforyou-x
 
Messages: 8
Enregistré le: 18 Juin 2008 23:34
WLM: x-justforyou-x@hotmail.fr
Localisation: Le Mans

Messagepar karin89 » 30 Mai 2011 21:42

moi je veux bien t'aider
Avatar de l’utilisateur
karin89
Fidèle
Fidèle
 
Messages: 196
Enregistré le: 15 Nov 2003 18:15
Localisation: Auxerre!!!!!!!!!! AUXERRE!!!!!!!!!!!

Messagepar karin89 » 30 Mai 2011 21:43

envoie MP
Avatar de l’utilisateur
karin89
Fidèle
Fidèle
 
Messages: 196
Enregistré le: 15 Nov 2003 18:15
Localisation: Auxerre!!!!!!!!!! AUXERRE!!!!!!!!!!!

Messagepar soso81 » 30 Mai 2011 21:57

ok pour moi,en mp,merci
Avatar de l’utilisateur
soso81
VIP
VIP
 
Messages: 2357
Enregistré le: 02 Juil 2009 21:47
Localisation: partout à la fois....

Messagepar didi.re » 01 Juin 2011 07:41

je peux t'aider si tu veux.
didi.re
Régulier
Régulier
 
Messages: 58
Enregistré le: 16 Juin 2010 20:32
Localisation: FR

Messagepar karin89 » 01 Juin 2011 09:12

pas de nouvelle????
Avatar de l’utilisateur
karin89
Fidèle
Fidèle
 
Messages: 196
Enregistré le: 15 Nov 2003 18:15
Localisation: Auxerre!!!!!!!!!! AUXERRE!!!!!!!!!!!

Messagepar maud88 » 01 Juin 2011 09:39

ok pour moi.
Infirmière en psychiatrie.
Avatar de l’utilisateur
maud88
Habitué
Habitué
 
Messages: 70
Enregistré le: 05 Mar 2010 09:53

  • Publicité

  • Messagepar krakotte » 04 Juin 2011 20:28

    ok!
    IDE intérimaire... :-)
    Avatar de l’utilisateur
    krakotte
     
    Messages: 7
    Enregistré le: 27 Avr 2011 19:15

    Messagepar yeux2lynx » 13 Juin 2011 16:00

    Je veux bien y répondre également,
    si c'est possible de m'envoyer le questionnaire ^^
    Avatar de l’utilisateur
    yeux2lynx
     
    Messages: 6
    Enregistré le: 03 Oct 2008 15:51
    Localisation: Reunion St Pierre

    Messagepar Leopold Anasthase » 13 Juin 2011 18:24

    Mieux que les messages en mp ou les courriels pour la diffusion des questionnaires, le questionnaire en ligne, créé avec google (ou autre). Comment faire ? Faire une recherche avec google (ou autre), vous trouverez des explications.

    clic
    clac
    cloc
    cluc


    P.S. : je chie sur tous ceux et celles qui donnent des placebos dans le traitement de la douleur.
    Leopold Anasthase
    Star VIP
    Star VIP
     
    Messages: 11445
    Enregistré le: 06 Mai 2004 14:45
    Localisation: ici

    Messagepar L'elfe » 15 Nov 2011 20:16

    Bonsoir,
    Comme un certain nombre en ce moment, troisième année, donc TFE, donc... AU SECOURS, JE PATAUGE!!
    Deuxième guidance collective aujourd'hui, et j'ai décidé de me tourner sur le sujet des placebos. J'ai pu lire que le sujet avait déjà été abordé ici, mais les post sont anciens, et j'avoue ne pas y avoir trouvé réponse.
    Ma situation se déroule de nuit dans un établissement qui a plusieurs service, dont un FAM, une unité alzheimer, une maison de retraite avec des personnes déficientes ou "alzheimer léger", et une maison de retraite avec environ une trentaine de personnes dépendantes mais sans réelle pathologie psychiatrique, et une autre trentaine avec des antécédents psy (donc 50-50)
    Une patiente s'est plainte de douleur et m'a demandé ses gélules antalgiques (pour ne pas faire de pub) qui était prescrites en si besoin. Lorsque je suis allée lui chercher dans la salle de soin, une AS est venue derrière moi, et m'a pris une gélule, l'a vidée dans l'évier, a rangé l'autre qui était encore conditionnée, et a été la donner à la patiente qui ne s'est pas replainte de la nuit. Lorsque je l'ai dit à l'infirmière pour lui demander quoi écrire dans les transmissions, elle m'a dit de ne rien écrire puisque rien n'avait été fait, mais que cela était fréquent, alors que rien n'était écrit dans le dossier.
    Et là, je galère pour trouver ma question de départ, je tourne en rond, je patauge dans la semoule (choisissez votre expression au choix). :pasmoi:
    Merci d'avance
    L'elfe
     
    Messages: 7
    Enregistré le: 15 Nov 2011 20:01


    Retourner vers « TFE, travaux de recherche... »



    Publicité