Forum : Psychiatrie

Nous sommes le 22 Déc 2014 22:21

Mot de passe oublié ?

Se souvenir de moi

Messagepar flo38 » 29 Mar 2011 08:43

Bonjour a tous, je suis jeune diplomee sans reele experience pour l'instant puisque je suis partie a l'etranger de suite apres mon DE. A mon retour je me dirige sans hesiter en psychiatrie, j'ai eu la chance d'y faire des stages tres enrichissants et je suis passionnee ! Cependant, mon reel objectif est de travailler en service d'alcoologie, (en ayant fait dans l'ideal un DU en alcoologie!), je sais qu'on trouve pas de service intra hospitalier consacre a l'alcoologie, donc je voudrais savoir ds quoi me diriger, apres combien de temps d'experience en psychiatrie intra hospitaliere, y'a t'il beaucoup de structures, beaucoup de postes ?!
Merci et bonne continuation a tous ! :D
flo38
 
Messages: 9
Inscription: 16 Juil 2010 11:00

Messagepar caducee33 » 29 Mar 2011 12:17

de + en + de Centres hospitaliers "psy" mettent en place des unités d'addictologie, et donc de prise en charge de la dépendance à l'alcool.
J'avais à l'époque le même projet que toi donc je m'étais débrouillée pour obtenir un stage dans une unité spécialisée et mon IFSI avait accepté de signer pour la première fois une convention de stage dans ce sens.
Stage très enrichissant où j'ai beaucoup appris, bien qu'en tant qu'étudiante bien sûr, grâce à l'expérience des IDE qui y travaillaient (tous recrutés sur motivations) et au contact avec les patients.
Ensuite, une fois le DE obtenu j'ai "roulé ma bosse" dans différents services de "soins généraux" avant de postuler en psychiatrie au centre hospitalier spécialisé.
Là j'ai bossé quelques mois en unité d'admission puis j'ai postulé pour l'unité d'addictologie crée 1 ou 2 ans plus tôt.
J'y ai été admise quelques mois plus tard et je m'y suis "éclatée" si je puis m'exprimer ainsi. Outre l'aide au sevrage à l'alcool, il y avait également une prise en charge des malades toxicomanes, et sevrage au tabac.
Renseignes-toi sur les structures psy de ton secteur, ainsi qu'auprès des associations d'aide aux malades alcooliques : elles connaissent bien les réseaux existants et sont souvent sollicitées pour y faire des séances d'information pour proposer ensuite aux patients un soutien lors de leur sortie d'hospitalisation. (alcooliques anonymes, croix d'or, etc)...
Bonne chance pour ton projet
après la Charente-maritime, puis les landes...Gironde me voilà !
Avatar de l’utilisateur
caducee33
VIP
VIP
 
Messages: 3312
Inscription: 19 Jan 2011 14:51

Messagepar dan65 » 29 Mar 2011 22:36

salut, mon "binome" syndical est médecin addictologue en alcoologie (intra hospitalier), je connais bien le fonctionnement de cette unité, y ayant fait un stage en tant qu'étudiant et pouvant échanger fréquemment sur leur projet de soins. Service effectivement hyper intéressant, mais ce sont les soignants qui font les bons services et ceux qui pensent collectif qui font les bonnes équipes :clin: . Attention juste de ne pas te laisser griser par le côté attractif de l'alcoologie. Pour le reste, c'est tout comme caducée40 a dit :) . Bon courage dans tes recherches.
tout ce qui ne te tue pas ...ne te tue pas !
dan65
Accro
Accro
 
Messages: 1092
Inscription: 12 Mai 2008 21:58
Localisation: là où tombe la neige

Messagepar flo38 » 30 Mar 2011 07:55

Merci beaucoup pour vos reponses, je vais me diriger dans ce genre de recherches. Que veux tu dire dan65 par le cote ATTRACTIF de l'alcoologie?
Merci pour vos conseils precieux!
flo38
 
Messages: 9
Inscription: 16 Juil 2010 11:00

Messagepar dan65 » 30 Mar 2011 12:38

flo38 a écrit:Merci beaucoup pour vos reponses, je vais me diriger dans ce genre de recherches. Que veux tu dire dan65 par le cote ATTRACTIF de l'alcoologie?
Merci pour vos conseils precieux!

Je veux dire que les stages en alcoologie (en tout cas dans mon hôpital) donnent une certaine impression d'idéal de soin (équipe attentive, projet de soin, implication ++), mais que venir en alcoologie implique aussi un travail sur soi-même, sur son rapport avec l'alcool, sur son acceptation de la différence et de la maladie alcoolique, sans quoi...
tout ce qui ne te tue pas ...ne te tue pas !
dan65
Accro
Accro
 
Messages: 1092
Inscription: 12 Mai 2008 21:58
Localisation: là où tombe la neige

Messagepar caducee33 » 30 Mar 2011 13:08

absolument ! il est nécessaire aussi d'identifier sa motivation personnelle (pourquoi la "maladie alcoolique", quête de réponses dans une dynamique familiale personnelle touchée par la "chose" ? idéalisation de son rôle pro? etc, etc...)
c'est LA question qui te sera posée par le médecin référent ou le cadre lors de ton entretien préalable.
Bien se connaitre, savoir pourquoi on est là, identifier ses forces ou ses faiblesses permet d'y voir clair et de proposer une action cohérente au sein de l'équipe...
après la Charente-maritime, puis les landes...Gironde me voilà !
Avatar de l’utilisateur
caducee33
VIP
VIP
 
Messages: 3312
Inscription: 19 Jan 2011 14:51

Messagepar flo38 » 31 Mar 2011 06:28

Et le fait que ce soit quelque chose de personnelle, de familiale peut jouer en ma defaveur ? Merci beaucoup encore a vous deux !
flo38
 
Messages: 9
Inscription: 16 Juil 2010 11:00

Messagepar caducee33 » 31 Mar 2011 12:29

Oui ça peut et pour cause :

si tu viens dans ce type de service pour trouver des réponses à un vécu personnel, avec une souffrance non apaisée tu ne pourras pas être efficiente pour les patients qui eux viennent pour résoudre leur propre problème.
Il est nécessaire d'avoir de la distance dans ce type de prise en charge, comprendre mais ne pas souffrir...
c'est primordial d'être au clair avec ça, et je rajouterai que c'est valable dans n'importe quel type de service (oncologie par exemple, ou psychiatrie, ou soins palliatifs, etc, etc...)
après la Charente-maritime, puis les landes...Gironde me voilà !
Avatar de l’utilisateur
caducee33
VIP
VIP
 
Messages: 3312
Inscription: 19 Jan 2011 14:51

Messagepar examen » 31 Mar 2011 22:55

Je voulais savoir quels soins faisiez-vous dans ce service ?
examen
 
Messages: 13
Inscription: 27 Mar 2011 21:54


Retourner vers Psychiatrie