GRANDS DOSSIERS

Antiseptie cutanée et cathéters veineux centraux

Cet article fait partie du dossier :

Hygiène hospitalière

Un antiseptique cutané apparaît plus efficace et plus pratique qu'un autre pour prévenir les infections nosocomiales liées aux cathéters, selon une étude française présentée le 10 septembre 2012 à San Francisco à l'Interscience Conference on Antimicrobial Agents and Chemotherapy (ICAAC).

Antiseptie et cathéters veineux centrauxIl s'agit de la chlorhexidine alcoolique fortement dosée (chlorhexidine à 2% et alcool isopropylique à 70%) dont l'application sur la peau se fait en une étape avant la pose des cathéters. Elle l'emporte sur la povidone iodée alcoolique à 5% (qui est appliquée sur la peau après friction à la povidone iodée classique plus un rinçage et un séchage, soit une opération en quatre étapes au total).

Bien que la chlorhexidine alcoolique à 2% soit recommandée aux Etats-Unis par les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) comme préparation cutanée antiseptique de premier choix pour des procédures invasives, elle n'a jamais été comparée à la povidone iodée alcoolique à 5% en prévention des infections liées aux cathéters, soulignent le Dr Jean-Jacques Parienti, du CHU de Caen, et ses collègues, dans le résumé de leur présentation.

Cette comparaison a été faite dans l'un des centres participant à l'étude en cours 3SITES dont l'objectif principal est de comparer les complications associées aux cathéters veineux centraux en fonction de leur site d'insertion.Ce centre a remplacé la povidone iodée alcoolique à 5% (utilisée d'août 2011 à janvier 2012) par la chlorhexidine alcoolique à 2% (janvier à mai 2012).

Le taux de colonisation des cathéters après leur retrait était supérieur en cas de recours à la povidone iodée alcoolique. Il était de 24% contre 4% avec la chlorhexidine alcoolique.
Deux bactériémies liées aux cathéters sont survenues durant la période où la povidone iodée alcoolique était utilisée, contre aucun pendant la période suivante où la chlorhexidine alcoolique l'était.

Publicité

Commentaires (0)