GRANDS DOSSIERS

Pommade antibiotique, cathéters d'hémodialyse et risque infectieux

Cet article fait partie du dossier :

Hygiène hospitalière

Une pommade associant trois antibiotiques appliquée sur les cathéters d'hémodialyse permet de réduire le risque infectieux ainsi que les coûts associés au traitement des bactériémies, montre une étude canadienne présentée au congrès de l'American Society of Nephrology (ASN) qui s'est tenu début novembre 2012 à San Diego.

Pommade antibiotique, cathéters d'hémodialyse et risque infectieuxDans une précédente étude multicentrique, il a été montré qu'une pommade associant trois antibiotiques à large spectre (sulfate de polymyxine B, bacitracine-zinc et gramicidine, Polysporin, Johnson & Johnson) permet de diminuer de manière significative les infections liées aux cathéters d'hémodialyse, rappellent Sarah Daisy Kosa du Toronto General Hospital et ses collègues dans le résumé de leur poster.

Ils ont réalisé une analyse économique de cette stratégie du point de vue du tiers-payant. Pour cela, ils ont utilisé les données de tous les patients traités par hémodialyse avec un cathéter entre avril 2008 et mars 2011 à partir de la base de données de l'University Health Network (sept établissements de Toronto). Le coût de la pommade antibiotique et de son application par du personnel infirmier était de près de 1,5 million de dollars canadiens (environ 1,2 million d'euros) pour l'ensemble des patients sur une année.

L'application de la pommade sur les cathéters a permis de générer une économie globale d'environ 22,9 millions de dollars canadiens sur une année, par rapport aux mesures d'hygiène sans la pommade, grâce à la baisse de l'incidence des infections liées aux cathéters et des hospitalisations.
L'utilisation de la pommade a permis de réduire la fréquence des retraits des cathéters infectés et celle de poses de nouveaux cathéters, soit une économie de 1,15 million de dollars canadiens (906.000 euros) sur une année.
Le coût des traitements ambulatoires des infections liées aux cathéters était diminué d'environ 630.000 dollars canadiens (environ 496.000 euros) et celui des hospitalisations d'environ 21 millions de dollars canadiens (environ 17,3 millions d'euros).

Ces résultats montrent que l'utilisation d'une pommade antibiotique sur les cathéters d'hémodialyse entraîne un coût supplémentaire par rapport aux mesures d'hygiène classique mais qu'elle génère des économies importantes à long terme, concluent les chercheurs.

Publicité

Commentaires (0)