AU COEUR DU METIER

Le conseil de l'Ordre infirmier de Paris pour une cotisation à 50 euros des salariés

Cet article fait partie du dossier :

ONI

Réaffirmant l'utilité de l'Ordre infirmier et soucieux de trouver une solution à "l'urgence budgétaire", il publie un communiqué de presse et une motion sur "la cotisation ordinale et les rapports avec le gouvernement".

Le conseil de l'Ordre infirmier de Paris pour une cotisation à 50 euros des salariésLe communiqué de presse sur la journée Portes ouvertes organisée par le CDOI 75 à l'occasion de la journée internationale de la femme est l'occasion pour son président de rappeler les raisons d'être de l'Ordre infirmier.

Mais aussi de se livrer à un exercice de comptabilité à l'issue duquel il soutient "qu’une cotisation annuelle de cinquante euros pour les salariés est viable pour le fonctionnement de l’Ordre des Infirmiers.

"Il préconise de laisser celle des infirmières libérales à 75 euros. À noter que les chiffres donnés sur le nombre de cotisants à l'Ordre départemental sont particulièrement précis. Le conseil de Paris met ainsi en œuvre une de ses préconisations : "l'amélioration de la communication externe".

 

Communiqué de presse du CDOI 75 - PDF
Paris, le 9 mars 2011

Portes ouvertes au CDOI de Paris pour la Journée Internationale de la Femme

La profession infirmière, majoritairement composée de femmes dans nombre de pays, représente une force déterminante pour l’amélioration des conditions de vie et de santé à chaque étape de la vie. Aussi, de manière symbolique le Conseil de Paris a souhaité profiter du 8 mars 2011, Journée internationale de la femme, pour mettre en valeur le rôle que les infirmières jouent et peuvent encore davantage jouer dans la prestation des services de santé.

Le combat des femmes pour se faire entendre est à l’image de la démarche de l’infirmière pour se faire reconnaitre comme une professionnelle de santé à part entière, et non une simple auxiliaire médicale.
Avec l’arrivée des nouveaux rôles infirmiers, notre profession est à un tournant. Au-delà des missions attribuées légalement, l’Ordre des Infirmiers, grâce à son influence, doit permettre d’affirmer une vision infirmière de la santé (prévention, éducation à la santé, accompagnement, relation d’aide). La création d’un Ordre n’est pas une fin en soi. C’est l’instrument par lequel la profession doit enfin devenir un partenaire à part entière dans le système de santé.

L’Ordre est là pour contribuer à cette reconnaissance et préparer un avenir à la mesure de l’importance et du potentiel de notre profession (coopération entre professionnels de santé, pratiques avancées, consultations infirmières, éducation thérapeutique, infirmières cliniciennes ou spécialistes cliniques, etc.), à l’exemple de ce qui se fait déjà depuis longtemps dans d’autres pays disposant d’un Ordre des Infirmiers, pour faire entendre l’expertise infirmière sur les maladies chroniques et les soins de santé primaires.

Notre Ordre départemental veut rester à l’écoute des infirmiers de Paris, d’où l’objet de cette rencontre, afin de répondre au mieux aux besoins, et échanger avec les professionnelles, sur les principales problématiques identifiées sur Paris et sur les priorités à définir. Ce moment d’échange entre professionnels a été l’occasion de traiter de nombreux sujets :

  • le lien entre l’Ordre et les Directions des Soins des établissements de soins
  • les formations universitaires, le développement professionnel continu DPC
  • la place de l’infirmière de santé au travail
  • les consultations infirmières
  • l’augmentation de la violence à l’encontre des professionnels de santé, tant en libéral que dans les établissements, et les suites données aux plaintes
  • les rapports entre IDEL, l’HAD et les SSIAD

Lorsque nous passons dans les services, ou lors d’une réunion d’information, l’un des premiers problèmes soulevés est le montant de la cotisation ordinale. Ce montant est démocratiquement voté chaque année par le Conseil National. Ainsi, en mars 2009 et mars 2010, au sein des 52 élus du Conseil National, une majorité s’est prononcée en faveur d’une cotisation à 75 euros. Le 29 mars 2011, le CNOI va devoir fixer le montant de la cotisation 2011/2012.

Lors de sa réunion du 8 février 2011, le Conseil de Paris a voté son budget prévisionnel 2011/2012, soit 127.000 euros, avec en particulier :

  • 37.000 euros de loyer (29%)
  • 42.000 euros salaire brut secrétariat (2 ETP) (33%)
  • 22.000 euros charges sociales et taxes sur les salaires (17%)
  • 9.350 euros d’affranchissements (7%)
  • 8.500 euros d’indemnités de pertes de ressources pour les élus libéraux (6%)

Lors de sa réunion statutaire du 8 mars 2011, le Conseil de Paris a voté à l’unanimité des 20 présents la motion ci-jointe sur la baisse du montant de la cotisation, et la normalisation des rapports avec le ministère.
L’analyse du budget prévisionnel du CDOI 75 montre qu’il est équilibré avec les propositions de baisse de la cotisation. Le département qui comporte le plus infirmières confirme ainsi qu’une cotisation annuelle de cinquante euros pour les salariés est viable pour le fonctionnement de l’Ordre des Infirmiers.

Le Conseil de Paris a inscrit 2.830 infirmières à son Tableau :

  • 41 % du secteur public,
  • 30 % du secteur privé,
  • 29 % du secteur libéral.

Avec 820 cotisations libérales à 75 euros (61.500 euros) et 2.010 cotisations salariées à 50 euros (100.500 euros) nous obtenons une recette de 162.000 euros, ce qui couvre les dépenses départementales, et laisse encore 35.000 euros, soit 12,36 euros par inscrit pour couvrir les frais des services communs de l’Ordre (juristes, communication, équipement informatique, salariés du national, etc.).

Mais mois après mois, de plus en plus d’infirmières s’inscrivent : sur Paris, nous avons enregistré 954 nouvelles inscriptions depuis septembre 2010. Or plus nous sommes nombreux à cotiser, moins le coût individuel est élevé.

Thierry AMOUROUX
Président du CDOI de Paris

 

Motion du CDOI de Paris - PDF

Conseil Départemental de l’Ordre des Infirmiers de Paris


Vu la gravité des faits, et l’état d’urgence budgétaire exposés dans la lettre adressée par la Présidente du CNOI le 3 mars au Ministre de la Santé Xavier Bertrand,
Vu la réunion le 28 mars de l’ensemble des Présidents de CDOI et CROI pour éclairer les choix du Conseil National, qui doit voter le budget et déterminer le montant de la cotisation lors de sa réunion du 29 mars,
Le CDOI de Paris, réuni le 8 mars 2011, souhaite à l’unanimité des 20 élus présents :

  1. Une baisse de la cotisation des infirmières salariés, qui doit être au maximum à 50 euros
  2. Le maintien de la cotisation des infirmières libérales à 75 euros
  3. La constitution, rapidement, d’une commission spécifique chargée d’une part des rapports avec le ministère, d’autre part avec la banque
  4. L’ouverture rapide d’une concertation avec le ministère, dans un esprit de conciliation et d’apaisement. L’inscription ordinale d’une majorité des infirmières passe par une normalisation des relations avec le ministère et les employeurs.
  5. L’arrêt de toutes les dépenses non indispensables au fonctionnement, notamment l’arrêt des recrutements, et la révision des dépenses de prestataires.
  6. L’amélioration de la communication externe, de manière à avoir une visibilité de l’ONI sur tous les dossiers professionnels

Le Conseil de Paris réaffirme le caractère indispensable du niveau départemental, qui assure le lien et la proximité avec les professionnels. Il souhaite que le Conseil National engage une réflexion sur la mutualisation des locaux et des assistantes des CROI avec les CDOI de leur lieu d’implantation, dans un but d’efficience.

Publicité

Commentaires (12)

cmptp69

Avatar de l'utilisateur

62 commentaires

#12

la république et l'oni .....?

Un ordre fondé sur un mensonge éhonté aux députés , sans aucune consultation de la profession et avec en moyenne 10 % de votants aux premières élections .....?
Tu parles d'une république !!!!
Tu parles d'égalité !!! tu parles de légalité !!!!!!!!!
mais de qui se moque t-on ????
Et celles et ceux qui ont fait ça voudrait qu'on leur fasse confiance et qu'on les suivent ???? JAMAIS !

ilade26

Avatar de l'utilisateur

7 commentaires

#11

Et l'égalité républicaine alors ?

Non mais , sur quel aspect légal y aurait il une différenciation entre les IDE ?
Libéral et salarié , même combat : c'est l'égalité républicaine . Doit on saisir le conseil d'état pour rappeler la loi à l'ONI ????
Déja que les libéraux qui exercent en socièté : SEL SELARL ... doivent payer leur 75 € + 150 € pour la socièté : si c'est pas du racket , c'est quoi ?

L'ODI75 et l'ONI devraient aller en banlieue parisienne : loyer moins cher voir gratuit : les mairies demandant qu'à revitaliser leur commune .Ca baisserait les frais .

erick

Avatar de l'utilisateur

18 commentaires

#10

1/3 d'inscriptions en plus

"Mais mois après mois, de plus en plus d’infirmières s’inscrivent : sur Paris, nous avons enregistré 954 nouvelles inscriptions depuis septembre 2010. Or plus nous sommes nombreux à cotiser, moins le coût individuel est élevé."

M. TA, nous dis que les inscrits au tableau du CDOI75 ont augmentés d'un tiers, faut t'il des déclarations ministérielles, des évenements comme la journée de la femme et une échéance relativement proche de cessation de payement pour non recouvrement d'emprunt pour que l' ordre communique!

Et quelle communication, n'en doutons pas, les nouvelles inscriptions se font auprés des jeunes DE par bourage de crâne par les IFSI et les complicités des DASS
Les cotisations sont donc de 37.5€, cotisations demandées au moment de l'inscription alors que cela doit se faire aprés cette inscription au tableau, ce qui montre bien le peu de confiance qu'ont les ordinaux à ce sujet, M. TA nous prend pour des c.ns

Pourquoi 50€ et pas 30€?
Si les professionnels aguéris se laissent séduire à 30€, les nouveaux DE verrons cela d'un mauvais oeil de payer 7€50 de plus, et ne s'inscriverons pas...elle est là la baisse de la cotisation., mais dire que:

"plus nous sommes nombreux et plus la cotisation baisse" est une hérésie, plus il y a d'inscrit, plus la gestion des inscriptions est importante.
Plus il y a d'inscrits, plus il y a d'élus et plus il y a de remboursements de trajet, de temps passé en réunion....

Ce n'est pas parce que les nouveaux DE se sont inscrits cette année, qu'ils payerons leurs cotisation l'année prochaine, plus il y a de mensonges et moins les inscrits renouvellent leurs cotisations.

Norma Colle

Avatar de l'utilisateur

86 commentaires

#9

on fait le marchand de tapis??

Alors Mr TA on fait le marchand de tapis??
Je vous cite"

"4)L’ouverture rapide d’une concertation avec le ministère, dans un esprit de conciliation et d’apaisement. L’inscription ordinale d’une majorité des infirmières passe par une normalisation des relations avec le ministère et les employeurs."

On baisse la cotisation, et le gouvernement vous donne quoi en échange ? La paix et enfin le décret sur l''inscription automatique ,un code de déontologie qui ressort aussi du tiroir dans lequel il est en quarantaine et donc possibilité enfin de renflouer vos caisses et de discipliner tous ces dangereux IDE ? C'est bien celà???
Et hop, dans quelques temps on remonte aux 82€ qui n'étaient vraiment "que le nécessaire rien que le nécessaire"....Et dire qu'une expertise Ernst & Young a englouti des (nos) milliers d'euros pour vos ambitions de pouvoir de main mise sur la profession!
Arrêtez le massacre! Pas un euro vous n'obtiendrez!

.cedr1c.

Avatar de l'utilisateur

207 commentaires

#8

50€ ?

Le ministère dit pas plus de 30€, les voeux pieux d'Amouroux (en interne, on voit bien que 50e sera difficile à mettre en place)sont à 50€...pour la majorité des infirmiers, même gratuit, c'est déjà trop cher.
Qu'en dit la banque populaire?

Norma Colle

Avatar de l'utilisateur

86 commentaires

#7

Non, non et non m^me gratuit c'est non

De plus Mr TA je vous cite

""Le combat des femmes pour se faire entendre est à l’image de la démarche de l’infirmière pour se faire reconnaitre comme une professionnelle de santé à part entière, et non une simple auxiliaire médicale"

Vous croyez qu'on a attendu votre sainte parole pour être des professionnels?Vous nous prenez vraiment pour des "c-nnes de nonnes" ou des "c-ns de moines"? Ce n'est pas l'ordre qui nous rend professionnel..Franchement discours doucereux très cul cul,ras des pâquerettes est misérable !Vous n'attraperez pas les abeilles avec du vinaigre, juste quelques mouches vertes peut-être(?) sur le c-l bouseux des vaches et des boeufs de France !
Allez au diable avec vos cotisations à 50 € !

ridfa69

Avatar de l'utilisateur

114 commentaires

#6

n'importe quoi

vraiment infirmier.com vous aller donner la parole a tout les cdoi de france??? et bien on est pas sorti de l'auberge
A 30 euros personne ne cotisera (hormis les liberaux menacé par leurs assurances) alors à 50;

eusèbe

Avatar de l'utilisateur

263 commentaires

#5

en voilà un bon plan...

En voilà un bon plan pour maintenir vaille que vaille la tête de l'oni hors de l'eau ; toutes ces gesticulations n'émeuvent personne et tous attendent qu'une chose, la désintégration totale de l'ordre afin que les IDE de ce pays, qui n'ont rien demandé, puissent enfin être débarrassés de ce fléau.

lapikouzesimone

Avatar de l'utilisateur

31 commentaires

#4

les idel

et puis pourquoi mettre en avant les libéraux , qui elles et eux , si je ne m'abuse , peuvent déduire leur cotisation de leurs impôts ?????
les salariés non !
A l'évidence ,l'oni veut que nous servions , nous les salariés ,de vache à lait !!!!

Nous n'avons pas besoin d'ordre , nous ne payerons pas pour leur jouet !

migraine

Avatar de l'utilisateur

75 commentaires

#3

ah...

2.830 inscrits.............sur 30782 au fichier ADELI......

37 000 € de loyer par an : ça fait cher pour un local qui est partagé avec le national...( 3000 €/mois)

et apparemment ils ne comptent pas réduire leur confort

ils essaient de jouer la transparence, puisque c'est un reproche qu'on leur fait depuis le début
ils essaient de faire amende honorable

mais ne vous y fiez pas, ce n'est que de la manipulation, c'est vrai que plus il y a de cotisants , plus l'argent rentre, mais plus il y a de cotisants, plus les frais sont élevés...donc plus il faudra de sous

.cedr1c.

Avatar de l'utilisateur

207 commentaires

#2

du bla-bla...

Mr Amouroux et ses motions sur la cotisation ordinale, c'est à mourir de rire! Ce n'est pas lui, qui au SNPI avait déjà fait signé une motion pour une cotisation à 30€ maximum?

Aussi,il aurait été à mon avis équitable qu'infirmiers.com communique aussi lorsque l'on parle des pression mises sur les infirmiers exerçant à saint Louis, via la DRH de cet hôpital ou est attaché Mr Amouroux, qui nous parle aujourd'hui de communication en externe.
Il aurait été bien aussi pour la rédaction d'infirmiers.com de communiquer sur le non renouvellement des cotisations, sur la fronde en interne...bref, plus le temps avance, et plus j'ai du mal à me dire que cette orientation est due à des maladresses de la part de votre rédaction.

Enfin, pour parler chiffres, il y a pas mal de choses oubliées dans cette présentation d'Amouroux: ou sont par exemple les indemnités de responsabilité (maxi 20 demi journées par an, mais qui ont couté 290 599€ l'an dernier, à diviser par les 123 présidents)?

lapikouzesimone

Avatar de l'utilisateur

31 commentaires

#1

même gratuit c'est non!

.... ne tombons pas dans l'arnaque temporaire de la baisse de cotisation !!!!
peut importe le prix , même à 1 euro , la majorité d'entre nous ne veut pas avoir l'oni sur le dos !
Depuis le début ces gens mentent et magouillent .
Jamais nous ne pourrons leur faire confiance .
Mettons un terme définitif à l'oni ! Qu'ils mettent la clef sous le paillasson !