AU COEUR DU METIER

Ordre infirmier – Budget de rigueur pour 2012-2013

Cet article fait partie du dossier :

ONI

ordre national infirmiers conseil ordinal 21 mars 2012Un communiqué de presse de l’Ordre national des infirmiers (ONI) nous informe des décisions prises le mercredi 21 mars 2012 lors de son conseil national, notamment en termes de budget pour l’exercice 2012-2013.

« Dans un contexte économique difficile pour les infirmiers, le conseil de l’ordre fait le choix de la modération », maintenant les montants actuels de cotisations individuelles : soit 75 euros pour les infirmiers exerçant à titre libéral et 30 euros pour les salariés des secteurs publics et privés, ainsi que pour les jeunes diplômés. Une mesure qui « prend en compte les difficultés économiques notamment du secteur hospitalier public et le contexte général de crise actuellement en France qui tendent à compresser le pouvoir d’achat des infirmiers ».

L’ONI fait également un geste envers les sociétés d’exercice libéral et des sociétés civiles professionnelles, tenues également de s’inscrire au tableau de l’Ordre (elles sont 310 à l’heure actuelle), en divisant par deux la cotisation annuelle, passant ainsi de 150 à 75 euros annuels.

Concernant son budget de fonctionnement, le conseil national a voté « l’équilibre » avec 6 127 500 millions d’euros pour l’exercice 2012-2013 ; un « budget de rigueur » rendu possible au prix d’un plan de restructuration drastique qui a occasionné la fermeture des locaux loués à bail dans les départements et la suppression de 76 emplois. Pour l’ONI, ce budget reste néanmoins orienté « vers un meilleur service aux infirmiers » avec un renforcement « sur l’exercice professionnel, la déontologie infirmière ou le cadre juridique » et le développement de nouveaux services comme, par exemple, « le conseil pour la rédaction des contrats et le conseil à la mobilité internationale ».

L’ONI annonce enfin 113.381 infirmiers inscrits au tableau de l’ordre au 12 mars 2012, un chiffre certes en augmentation mais qui dit inscrits ne veut pas dire cotisants... Le travail de l’ONI se poursuit donc malgré un contexte plus ou moins bienveillant à son encontre.

Creative Commons License
Rédactrice en chef d’Infirmiers.com
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Publicité

Commentaires (20)

zouriteman

Avatar de l'utilisateur

3 commentaires

#20

CALCUL SIMPLE

ainsi un budget de rigueur (disons plutot "RAISONNABLE" ) serait de 6.127.500 €
pour une population de 460.000 à 520.000 IDE en activité , en supposant que tous cotisent , cela ne ferait (calcul niveau classe de 6eme) que = 13,30 euros
Soit 2 paquets de Clopes comme le demandait un intervenant, ou tout juste 1 repas à la brasserie du coin.
si le seul problème était le niveau de la cotisation , lequel de nous, avec un salaire ou revenu net libéral d'environ 1,5 fois le SMIC (au moins) , pourrait refuser d e payer 13 EUROS ? Il est évident que le problème principal est que l'ONI est percu comme completement INUTILE , voire nuisible.

la fée calôme

Avatar de l'utilisateur

45 commentaires

#19

Zéro blabla.

Zéro blabla. Contre l'ordre Infirmier : on ne PAYE PAS. Et on finira bien par avoir sa peau. Il faut l'assécher financièrement pour que sa banque consente enfin à le lâcher. Seules les infirmières qui continuent à payer se mordront les doigts.

eusèbe

Avatar de l'utilisateur

282 commentaires

#18

Coupons les vivres !!

Asséchons les financièrement ! Ne cotisons plus à de l'inutile ! Gardons pour nous l'argent que nous gagnons, ne le gaspillons pas ! La fin de l'oni se rapproche, les caisses sont quasiment vides !

syndicat RESILIENCE

Avatar de l'utilisateur

50 commentaires

#17

avec ou sans cotisation l’ordre infirmier, c’est NON !

Multipliez zéro par zéro çà fait toujours zéro et c’est le moyen le plus sûr pour éliminer l’ordre infirmier de manière durable = la cessation de paiement !

Nous n’en sommes pas loin alors plus personne ne cotise et on va bien finir par y arriver …

avec ou sans cotisation l’ordre infirmier, c’est NON !

eusèbe

Avatar de l'utilisateur

282 commentaires

#16

Réactif

En tout cas, ils sont réactifs à saintâne-city et à l'affut du moindre euro qui traine ; et puis, il va falloir survivre, c'est à dire payer les dépenses courantes, rembourser la bred, l'ursaff à partir de mai, indemniser les licenciés, payer les loyers, tout cela avec un budget de 6 millions d'euros ? Je ne suis pas comptable mais j'ai comme l'impression que quelque chose cloche...
De toutes façons, je garde mon argent, je l'ai gagné et j'en fais ce que j'en veux, c'est le mien ; quant à l'ordre, je ne l'ai jamais demandé, qu'il disparaisse !!

la fée calôme

Avatar de l'utilisateur

45 commentaires

#15

Suicide ordinal.

Le récent comportement de monsieur Borniche à l'encontre de monsieur le Ministre n'est pas sans rappeler le positionnement suicidaire de madame Leboeuf à la grande époque ordinale. Monsieur Borniche rue dans les brancards mais n'a pas les moyens de ses ambitions, tout menotté qu'il est par la banque de l'Ordre et par les exigences très sévères de celle ci, notamment en matière de remboursement de la dette. C'est ce que l'on appelle jouer petit.

migraine

Avatar de l'utilisateur

75 commentaires

#14

money bis...

espérons pour bientôt...

eusèbe

Avatar de l'utilisateur

282 commentaires

#13

Money !

Tout tourne désormais autour de l'argent: les caisses se vident irrémédiablement, la cessation de paiement est pour quand ?

moutarde

Avatar de l'utilisateur

386 commentaires

#11

idel vaches à lait

C'est pour ça que 3 syndicats d'IDEL/4 maintiennent le boycott de la cotisation et que dans ces conditions, l'ordre va avoir du mal à maintenir l'équilibre même au niveau de la mer.... C'est sans compter non plus avec la rébellion interne, les factures qui s'entassent, les procédures de justices et frais collatéraux et peut-être , qui sait, des contestations de licenciements ?

Et l'audit public de l'exercice comptable 2010-2011 ?

syndicat RESILIENCE

Avatar de l'utilisateur

50 commentaires

#10

idel vaches à lait

l'oni confirme, par ailleurs, que les IDEL continueront à être les vaches à lait qui rempliront les caisses ordinales, avec aussi les sociétés d'idel ...

75 contre 30 ... vous avez dit égalité ?

pour nous çà restera 00 ...

ridfa69

Avatar de l'utilisateur

114 commentaires

#9

dictature

pourquoi écouter la fine équipe? ils ne representent plus qu'eux, par contre faut mettre les politiques devant leurs responsabilités.
Pour ou contre l'ordre? si vous êtes élu en juin(députation)
Et leurs rappeler qu'ont à le droit de vote

eusèbe

Avatar de l'utilisateur

282 commentaires

#8

Comique ordinal

A chaque fois, il y a un comique ordinal qui tente maladroitement d'en rajouter une couche : faites vos valises et partez où vous voulez, la profession n'a pas besoin de ce groupement d'inutiles : le paysage infirmier, alors, reverdira...

Norma Colle

Avatar de l'utilisateur

86 commentaires

#7

Nom au nom de plus de 400 000 IDE:est-ce insuffisant?

je cite""Merci de parler pour toi, au lieu de parler aux non de la profession... Ta vision des choses, c'est la tienne pas celle de tout les infirmiers et infirmières...."""

"aux non de la profession":lapsus révélateur qui exprime bien le fait que vous n'ignoriez pas que plus de 400 000 IDE refusent votre secte ou humour?

De plus le petit noyau de st anistes s'octroie de façon illégitime(cf non élection refaite) le droit de parler au nom de la profession ...alors pourquoi Jamaa devrait-il ne pas exprimer son opinion?

loulic

Avatar de l'utilisateur

184 commentaires

#6

Pittoresque, c'est bien le mot.

Dis moi pittoresque, Près de 410 000 infirmiers sur les 520 000 de ce pays refusent de s'inscrire malgré les menaces.

Quant aux inscrits la plupart ne le sont que face au chantage.

Il te faut quoi pour avoir l'avis de la profession ?

pittoresque80

Avatar de l'utilisateur

14 commentaires

#5

en réaction aux propos de jamaa

Bonjour jamaa,
Merci de parler pour toi, au lieu de parler aux non de la profession... Ta vision des choses, c'est la tienne pas celle de tout les infirmiers et infirmières....
Et quand tu émets ton avis, explicite le, ça permet de construire un débat....

jamaa

Avatar de l'utilisateur

10 commentaires

#4

disparaître

"Un meilleur service aux infirmiers" ? ce serait tout simplement de disparaître du paysage infirmier et de nous laisser travailler sereinement.
l'ONI est inutile et malfaisant, les infirmières ne sont pas concernées par cet ordre, mais consternées, ça oui !

Norma Colle

Avatar de l'utilisateur

86 commentaires

#3

la crise?

je cite:""« Dans un contexte économique difficile pour les infirmiers, le conseil de l’ordre fait le choix de la modération »,""

Ils leur faut combien d'années à l'ONI pour réaliser que c'est la crise et que depuis le début la cotisation était démesurée...Où sont désormais passées les comparaisons avec les paquets de clopes?
Baisse des cotisations sociétés?La grogne IDEL aurait-elle aussi un impact sur ces décisions de modération?...
L'ordre finit par mettre de l'eau dans son vin mais bien bien bien trop tard:tous les IDE ont pu voir la nocivité de l'ordre!

.cedr1c.

Avatar de l'utilisateur

207 commentaires

#2

l'ordre n'a pas le choix

Quelle prise d'initiative! La moindre hausse de cotisation et c'est la fin "politique" de l'ordre. Là, on privilégie une fin économique: les syndicats libéraux appellent dans leur majorité au boycott, et chez les salariés c'est bien pire pour l'ordre.
Reste le SNIIL qui continue d'accepter une différence de cotisation entre salariés et libéraux.

migraine

Avatar de l'utilisateur

75 commentaires

#1

et ?

ils n'attendent tout de même pas qu'on leur dise merci ?

alors si 6 000 000 € suffisent, pourquoi avoir réclamé 38 000 000 €, tout en clamant que c'était le strict minimum ??