AU COEUR DU METIER

Ordre infirmier - Didier Borniche s'exprime...

Cet article fait partie du dossier :

ONI


L'Ordre national des infirmiers (ONI) a procédé aux suppressions d'emplois prévues par son plan de redressement, ne conservant que 44 équivalents temps plein (ETP), affirme son président Didier Borniche dans un entretien à la revue Soins cadres de mai 2012.

didier borniche president de l'ordre national des infirmiersRapporté à l'effectif d'avril 2011 (156), le total des ETP perdus est donc de 112, note-t-on.

Certains salariés ont démissionné en anticipant la situation et l'ONI a lui-même "supprimé 69 emplois", précise Didier Borniche. L'ordre a tout de même réalisé huit embauches sur des postes en régions qui ne trouvaient pas preneurs.

Lors d'une conférence de presse, le 26 janvier 2012, Didier Borniche avait estimé que le plan de sauvegarde de l'emploi (PSE) pourrait être mis en œuvre probablement "un peu avant" le deuxième trimestre. Il avait alors donné le chiffre de 42 ETP conservés.

Dans l'entretien donné à Soins cadres, il affirme que l'ONI achève la mise en œuvre du plan et déplore d'avoir dû laisser "des personnes sur le bord de la route".

Didier Borniche estime que "l'exercice comptable qui vient de se terminer au 30 avril 2012 sera, probablement, le premier dans la jeune histoire de l'Ordre où nous aurons atteint un équilibre financier", après 6,6 millions d'euros de déficit un an plus tôt.

S'agissant du déménagement du siège de l'ONI, actuellement situé dans le 2ème arrondissement de Paris, il indique que l'instance est "en pourparlers pour partir, sans doute avant la fin de l'année". Didier Borniche indique par ailleurs que le calcul des effectifs réels de la profession se poursuit.

Après une étude réalisée par le conseil départemental de l'Ordre de Paris qui a recensé un peu plus de 18.000 professionnels exerçant fin 2011, contre 31.000 répertoriés par le fichier Adeli, d'autres régions se lancent. "Nous allons peut-être découvrir que nous sommes en fait largement moins de 520.000 professionnels. Si c'est le cas, c'est sans doute une des explications aux difficultés de recrutement des infirmières", estime Didier Borniche.

Par ailleurs, il affirme que plusieurs députés préparent une proposition de loi pour élargir le champ de la prescription infirmière à des antalgiques et antiseptiques en vente libre, une question que l'Ordre a évoquée devant des parlementaires en début d'année.

Webographie

  • Didier Borniche, président de l'Ordre national des infirmiers, répondait aux questions de Michel Cymes et Marina Carrère-d'Encausse aujourd'hui sur France 5 : voici le lien (à 15'50)

Publicité

Commentaires (12)

eusèbe

Avatar de l'utilisateur

281 commentaires

#12

Et le bilan comptable 2010-2011 ?

Il n'aurait pas oublié quelque chose le président des infirmiers ? Le temps où l'ordre se moquait ouvertement des professionnels est révolu : personne n'est dupe, et d'affirmer que les comptes sont équilibrés n'est qu'un effet d'annonce.
L'ordre infirmier se meurt et les jours/semaines qui arrivent nous promettent de belles surprises...
A suivre...

Daniel25

Avatar de l'utilisateur

4 commentaires

#11

RE stop

me suis trompé...2006 pas 2009 l'ordre infirmier....

Daniel25

Avatar de l'utilisateur

4 commentaires

#10

Re stop

mmmmouais....je me suis peut être trompé...?
il me semblait que l'ordre avait été crée en 2009
Je pensais aussi que le fait que ce soit justement une structure privée (couteuse ok...) permettait d'avoir une certaine indépendance vis à vis des propositions étatiques.
Bon, j'avoue je suis pas très ancien dans la profession et comme souvent dans les services c'est les plus anciens qui ont raison, les plus jeunes suivent... par contre pour ce qui est des membres de l'ordre il me semble bien que :
BORNICHE IDE en hémodialyse
MAMERI cadre IDE en pédiatrie
GARNIER IDE libéral
Etc...donc issus de la profession non ?
Et puis selon l'article 4312-2 l'ONI est censé consulter les associations professionnelles et syndicales ?
Mais vu l'opposition qui semble régner aux seins de ce forum je vais suivre de près l'affaire vous avez raison, il faut être vigilant !

lapikouzesimone

Avatar de l'utilisateur

31 commentaires

#9

re STOOOOOP !

... et je rajoute qu'il ne faut SURTOUT pas laissé à l'ONI le temps de s'installer !!!! Nous ne l'avons pas souhaité !!!
Il faut tuer la vipère ordinale dans l'oeuf !

lapikouzesimone

Avatar de l'utilisateur

31 commentaires

#8

c'est aux tenants de l'oni qu'il faut dire STOOOOOOP !!!

ils faut que ces beaux messieurs-dames de l'oni , qui pour la plus part ne sont pas infirmiers ou plus depuis trés longtemps ,comprennent que l'on ne veut pas les laisser s'intaller sur notre dos !!!!
Nous ne voulons pas , pour la plus part d'entre nous , d'une structure privée et couteuse (pas loin de 500 dollards au canada ..... ); nous ne voulons pas de ce truc qui ne nous sert à RIEN dans notre quotidien ; nous ne voulons pas de ce systeme ordinal mafieux , en totale collusion avec une banque , des sociétés d'assurances et des mutuelles privées !!!
Nous ne voulons engraisser tous ces gens , planqués depuis longtemps , ni leur payer ensuite une retraite dorée !!!
Les ordres ne servent à rien d'autre qu'à fournir une bonne place au chaud et sous les plafonds dorés à des personnes qui sont des politiciens ratés et qui se fichent come de l'an quarante de ceux qu'ils sont sensés représenter !
Alors ne nous faites pas pleurer sur le sort de l'oni !!!! il a été demandé par une ultra minorité .
Il est normal que nous nous défendions contre cette tentative de hold up sur nous !!!!
STOP à l'ONI !!!!!!!

loulic

Avatar de l'utilisateur

184 commentaires

#7

Nouveau ?

Nouveau ? Pour toi peut etre, nous ca fait un moment qu'on subit cette merde. Depuis combien d'annees l'ordre est en place ? On en est à son troisième président. Il n'a plus à faire la preuve de son aspect nuisible.

Daniel25

Avatar de l'utilisateur

4 commentaires

#6

Stop !

Pourquoi stop ?
Parce que je pense que ça suffit de toujours tout critiquer, systématiquement. Il faut laisser du temps à l'ONI d'exister et de s'améliorer. En France on est toujours dans cette dynamique de négativisme, dès que quelque chose de nouveau sort on critique et on veut le faire disparaitre avant même d'avoir assez de recul pour l'analyser !
Et plus particulièrement dans la profession....!

eusèbe

Avatar de l'utilisateur

281 commentaires

#5

Sans intérêt...

Une fois de plus, le maitre de l'ordre n'a dit que des choses sans intérêt : alors payer une cotisation pour ça, non merci !
L'ordre infirmier n'est plus qu'une petite chandelle que le bon sens infirmier va éteindre à tout jamais...

la fée calôme

Avatar de l'utilisateur

45 commentaires

#4

Le ridicule.

Heureusement que le ridicule ne tue plus sinon l'Ordre des Infirmières, déjà bien mal en point, ne serait qu'un cimetière.
Outre le fait que monsieur le président Borniche n'annonce rien de nouveau, il ya lieu de s'interroger sur les différents candidats ONISTEs qui font campagne électorale pourles législatives sous les bannières du PS dans le 92 et maintenant du FN à Lyon.
L'Ordre - infirme - a déjà du mal, beaucoup de peine à assumer ses missions de services publics, doit-il en plus s'engager en politique, lui qui ne fait que lécher les bottes aux ministres ?

moutarde

Avatar de l'utilisateur

386 commentaires

#3

La montagne qui accouche d'une souris...

Concernant l’exercice comptable :

Les 2 derniers bilans n’ont pas bénéficié d’audit public mais Monsieur Borniche explique à RESILIENCE qu’une telle certification des comptes ordinaux tant est qu’elle ait été faite par un commissaire aux comptes comme le prévoit la loi, relève de la gestion patrimoniale privée.

Autrement dit, s’acquitter des cotisations ordinales équivaut à signer un chèque en blanc et/ou sans droit de regard sur l’utilisation qui en est faite.

Pour mémoire, Madame Dominique Le Bœuf s’y était soumise en son temps avant d’être « débarquée » et tous les ordres (para) médicaux français et ordres/organisations internationaux ont fait de même avec la possibilité d’une consultation en ligne, au nom de la transparence.

Transparence pourtant revendiquée par Monsieur Borniche mais dont on voit qu’elle s’arrête à ses communiqués.

Comme le dit l’adage : « La parole n’engage que ceux qui la croient ».

Concernant la démographie infirmière française :

Les derniers relevés de la DREES au 1er janvier 2012 font état de :

567 564 IDE en France dont 79 589 IDEL

31 410 IDE à Paris intra-muros

A qui doit ont faire confiance ?

Au services de l’Etat ou à l’ordre infirmier national et décliné en autant de clones départementaux/régionaux, dont les performances/actions positives au service de la profession et des infirmières et infirmiers jusqu’à présent sont inexistantes et risquent d'encore se faire attendre longtemps.

Par ailleurs, des chiffres ordinaux revus à la baisse édulcorent avantageusement statistiquement le % des IDE inscrits/cotisants.

Enfin, ramener la crise de recrutement des IDE à la seule défaillante démographie, c’est nier le malaise profond de la profession et c’est totalement contradictoire avec le sondage ordinal tronqué et autres allégations émises au décours des invitations du président de l’oni sur les plateaux TV.

Pour finir, sur ce communiqué sans intérêt de Monsieur Borniche qui ne nous apprend rien sur rien, je suppose que concernant l’éventuelle prescription infirmière des antalgiques et antiseptiques en… vente libre, il fait allusion à une question du très célèbre Laurent Hénart.

Par ailleurs, si cette proposition devait être retenue, il est plus que probable que cette prescription se ferait à titre gratuit et bénévole comme les précédentes (matériel, contraceptifs oraux…etc) au regard du temps, de la réflexion et de la responsabilité engagés.

syndicat RESILIENCE

Avatar de l'utilisateur

50 commentaires

#2

tout çà pour çà ?

tout çà pour çà ?


ouahhhh ! çà c'est du scoop de chez scoop !
aurons nous, bientôt, les comptes et le bilan financier de 2010/2011 ?
aurons nous, bientôt, le nombre de cotisants/adhérents à l'oni avant qu'il ne soit revu et corrigé ?
monsieur Borniche irait-il, comme ses prédécesseurs, jusqu'à remettre en cause les derniers chiffres officiels faisant état de plus de 560 000 IDE en activité ? (ce qui lui permettrait mécaniquement de faire monter son taux/pourcentage et ses performances ordinales ?

à quand une interview avec des vraies questions et des "vraies" réponses et pas du réchauffé du 26 janvier 2012 ?

ridfa69

Avatar de l'utilisateur

114 commentaires

#1

ca fait plaisir

A la base l'ordre c'est pour les infirmiers et le seul entretien qu'il accorde c'est pour la revue des cadres et après il s’étonne d’être incompris des IDE
qu'importe ca sent de plus en plus fort le sapin pour cette organisation secrète(au vue du peu de cotisants)
bientôt la fête sera fini et il faudra repartir travailler mais helas vous ne serez pas payer pareil