AU COEUR DU METIER

Ordre infirmier - Le ministère demande une modélisation à 30 euros

Cet article fait partie du dossier :

ONI

Le cabinet de Xavier Bertrand a confirmé sa demande d'une modélisation à 30 euros de la cotisation ordinale d'ici la fin du mois de mars.

Le ministère de la santé a demandé à l'Ordre infirmier, dont la situation financière est critique, de lui proposer d'ici la fin du mois une modélisation financière avec une cotisation à 30 euros, a-t-on appris de sources concordantes.

La présidente de l'Ordre, ainsi que la secrétaire générale de l'instance, Myriam Petit, ont été reçues à leur demande le 1er mars par le cabinet du ministre du travail, de l'emploi et de la santé, Xavier Bertrand. L'objet de l'entretien a porté uniquement sur les finances de l'Ordre.

Dans un courrier rédigé à l'issue de cet entretien, adressé le jeudi 3 mars à Xavier Bertrand (voir sur Infirmiers.com "Ordre Infirmier - La présidente écrit au ministre"), la présidente et la secrétaire générale de l'Ordre expliquent que les ressources de l'instance devaient à l'origine, en fonction du nombre des infirmiers devant être inscrits à son tableau, s'élever à 38,5 millions d'euros. "En réalité, (...) le montant recouvré durant l'exercice mai 2009-avril 2010 s'est élevé à 4,64 millions d'euros seulement. Il est estimé à 4,05 millions d'euros pour l'exercice en cours", écrivent-elles, attribuant ce faible montant aux "campagnes d'obstruction et de désinformation persistantes, confortées par diverses déclarations officielles".

Elles signalent toutefois qu'elles ont, durant ces deux ans, rempli leurs "propres devoirs légaux", espérant que "la vérité, le droit et le bon sens finiraient par l'emporter". "Nous avons donc commencé à bâtir une organisation strictement minimale pour être en mesure de remplir ces devoirs", expliquent-elles. Elles précisent que "loin d'exécuter intégralement les budgets (...) adoptés sur des bases déjà rigoureuses", 5,05 millions d'euros et 11,6 millions d'euros ont été engagés durant les deux premiers exercices.

L'Ordre enregistre ainsi un déficit cumulé de 5,2 millions d'euros qui s'alourdit en moyenne de 600.000 euros par mois, pointent-elles, jugeant "dramatiques" les conséquences pour la survie "à très court terme" de l'institution puisque leur banque n'envisage pas de renouveler leur prêt.

Dans ce courrier, elles rapportent aussi le contenu des échanges durant l'entretien avec le cabinet de Xavier Bertrand. Selon elles, le cabinet aurait indiqué que l'Etat ne pouvait aider financièrement l'Ordre et aurait rappelé leur position quant à une cotisation "symbolique" : de préférence, un "euro symbolique" et à défaut, 30 euros qui serait un maximum. Le cabinet aurait estimé que l'Ordre devait ainsi établir un budget de fonctionnement à partir de cette obligation, rapportent-elles. Il leur est donc demandé de proposer un "modèle de fonctionnement allégé, soit en supprimant un niveau, et notamment le département, soit en simplifiant la procédure d'inscription au tableau, qui permette de mettre en adéquation budget contraint et faisabilité", relatent les responsables de l'Ordre, qui ajoutent que le cabinet leur demande de définir les missions qui pourraient être abandonnées.

Une "modélisation financière" à partir d'une cotisation de base de 30 euros devra être proposée et adressée au ministère d'ici un mois, mentionnent-elles. "A défaut, le ministère laissera l'Ordre des infirmiers aller jusqu'à la cessation de paiements", avancent-elles enfin dans leur courrier. Ce courrier a été également adressé aux conseils départementaux et régionaux de l'Ordre.

Contacté le 9 mars par APM, le cabinet de Xavier Bertrand a confirmé les informations contenues dans ce courrier et notamment le fait qu'il demandait à l'Ordre une "modélisation financière sur la base d'une cotisation de 30 euros". Interrogé le 8 mars par APM, l'Ordre a indiqué qu'il allait présenter cette "modélisation" d'ici la fin du mois. Il soumettra en outre au vote la proposition d'une baisse de cotisation pour l'année 2011-12 lors du prochain conseil national qui doit se tenir le mardi 29 mars.

Ordre de paris: 50 euros maximum pour les salariés

De son côté, le conseil départemental de l'Ordre infirmier de Paris, réuni mardi, a adopté une motion compte tenu de "la gravité des faits et l'état d'urgence budgétaire exposés dans la lettre adressée (...) le 3 mars au ministre de la santé" (voir sur Infirmiers.com : Le conseil de l'Ordre infirmier de Paris pour une cotisation à 50 euros des salariés). Dans cette motion, le conseil départemental indique qu'il souhaite "à l'unanimité des 20 élus présents" une baisse de la cotisation des infirmières salariées, "qui doit être au maximum à 50 euros" et le maintien de la cotisation des infirmières libérales à 75 euros. Il se prononce pour la constitution d'une commission spécifique chargée des rapports avec le ministère, d'une part, et avec la banque, d'autre part.

Il souhaite "l'ouverture rapide d'une concertation avec le ministère dans un esprit de conciliation et d'apaisement" et "l'arrêt de toutes les dépenses non indispensables au fonctionnement, notamment l'arrêt des recrutements et la révision des dépenses de prestataires". Il plaide pour l'amélioration de la communication externe "de manière à avoir une visibilité de [l'Ordre national infirmier] sur tous les dossiers professionnels".

Enfin, il réaffirme le caractère indispensable du niveau départemental, "qui assure le lien et la proximité avec les professionnels" et souhaite que soit menée une réflexion sur "la mutualisation des locaux et des assistantes des [conseils régionaux] avec les [conseils départementaux] de leur lieu d'implantation dans un but d'efficience".

Dans un communiqué diffusé mercredi, la fédération CGT de la santé et de l'action sociale rappelle qu'elle ne veut pas d'Ordres "même gratuits" et demande leur suppression.

Le président du Conseil départemental de l'Ordre de Paris, Thierry Amouroux, est un des quatre signataires de la lettre adressée à la présidente du Conseil national de l'Ordre infirmier pour critiquer sa "gouvernance" et publiée par Infirmiers.com (Ordre infirmier – Des conseillers nationaux contestent la présidente)

Publicité

Commentaires (10)

frondupepagiline

Avatar de l'utilisateur

16 commentaires

#10

pour un reveil ..

.. c'est tardif ...
que les partisans de l'ordre croient encore qu'ils vont arriver à extorquer l'adhésion des presque 90% d'infirmières qui ne partagent pas leurs idées avec une démagogique baisse de la cotisation ( cotisation soit elle de 10 euros ) frise ... le délire !!!
l'oni est grillé dans la profession .Et bien grillé !
Tous le monde ne voit en l'oni qu'une bande de fanatiques déconnectées de la réalité du terrain et des préoccupations de la totalité ou presque des infirmières .
Vu des services , l'oni ressemble à une secte !
L'oni n'est que l'émanation fantasmagorique de certaines nanties d'entre nous , enfin .. ex-nous .. . (pour certaines de bonne foi , mais aveuglées par la propagande de l'oni ); des infirmières devenues politiciennes et en mal de reconnaissance et de pouvoir , qui ont cru devoir faire le supposé bonheur de leurs ex-collègues contre leur volonté et leurs grès ..
quelque soit le montant demandé aux infirmières par l'oni , il est grillé !
les infirmières ne sont pas des sottes et refusent de payer pour cette triste pantomime .
Quand au discours :"en dehors de l'oni ,point de salut " , il est mort-né ... !
La profession a vécu avant cette menace , vit pendant , et vivra après .
Nous sommes au service des malades , et la société française nous reconnait et nous aime .

aqrv

Avatar de l'utilisateur

94 commentaires

#9

TOUS DEVANT LE SIEGE LE 28 ET 29 MARS !!

TOUS DEVANT LE SIEGE DE L ONI LE 28 ET 29 MARS POUR MANIFESTER NOTRE MECONTENTEMENT

armanoide

Avatar de l'utilisateur

7 commentaires

#8

hautement stratégique

c'est pas compliqué :
- on fait payer les libérales , de toute façon elles n'ont pas le choix sinon on les déconventionne
- on baisse à 30 ou 50 € pour les autres , le temps que les choses se passent et après il sera plus facile d'augmenter la cotisation dans un souci d"égalité". elles auront le temps de voir que 75 euros c'est pas si cher que ça...

ça c'est pour les gens qui n'aurait pas compris la manoeuvre.

prenons les mesures actuelles comme un signe clair que notre non inscription est :
- efficace
- entendu
- sans réel risque

ecureuils21

Avatar de l'utilisateur

93 commentaires

#7

C'EST PAS LA COTISATION

QUI POSE PROBLEME.......MAIS LES DIRECTEURS DES SOINS ET LES CADRES SUP QUI SIEGENT DANS CES INSTANCES....ILS NE SONT PAS INFIRMIERS ET NE ME REPRESENTENT PAS

ridfa69

Avatar de l'utilisateur

114 commentaires

#6

pas honte

vraiment infirmier.com selection des articles pro ordre
acces exclusif aux messages pro ordre(il est ou le commuiqué de la cgt?)
vous etes pas clair avec votre ligne editorial

migraine

Avatar de l'utilisateur

75 commentaires

#5

oui..

@ seringuelectrique : effectivement, joli revirement
quand il s'agit de profiter de l'argent des autres, il n'y a plus de sentiments

syndicat RESILIENCE

Avatar de l'utilisateur

50 commentaires

#4

informations sur l'oni

"Le ministère de la santé a demandé à l'Ordre infirmier, dont la situation financière est critique, de lui proposer d'ici la fin du mois une modélisation financière avec une cotisation à 30 euros, a-t-on appris de sources concordantes."

Nous n'avons manifestement pas les mêmes informations de sources concordantes.

Les informations sur les travers de l'oni et de sa gouvernance existent pourtant et deviennent accessibles .

seringuelectrique

Avatar de l'utilisateur

122 commentaires

#3

Cotisation ordinale : consternation au SNPI

http://www.syndicat-infirmier.com/Cotisation-ordinale-consternation.html

extrait:

Cotisation ordinale : consternation au SNPI

15 avril 2009

Marie-Hélène Feuillin, Présidente du SNPI CFE-CGC, seul syndicat représentatif d’infirmiers salariés à avoir porté depuis plusieurs années le projet de création d’un Ordre des Infirmiers, ne peut qu’exprimer sa consternation à l’annonce de la cotisation fixée à 75 euros par le Conseil National de l’Ordre des Infirmiers (CNOI) le 3 avril 2009.

Cette décision du CNOI est en complète contradiction avec le projet initial porté par le « Groupe Sainte Anne » (dès la plaquette diffusée lors du Salon Infirmier de novembre 2004) et les engagements pris plus récemment lors de la « première rencontre des Présidents des Conseils Départementaux et Régionaux » le 24 octobre 2008, où une très large majorité s’était prononcée en faveur d’une cotisation de 30 euros.

seringuelectrique

Avatar de l'utilisateur

122 commentaires

#2

intérêt de l'article ???

pas mieux CEDR1C ...

il y a manifestement lieu de s'interroger ...

.cedr1c.

Avatar de l'utilisateur

207 commentaires

#1

intérêt de l'article?

Cet article reprend juste les deux derniers qui sont parus ici, pourquoi alors ne pas en profiter pour faire une analyse des choses?
T.Amouroux est aussi le secrétaire général du SNPI, qui avait déjà lancé une motion sur une cotisation à 30€, non suivie. Pourquoi ne pas le dire?
Pourquoi ne pas signifier aussi les pressions sur les libérales dans certains départements, et sur l'hôpital de Saint Louis dont dépend Amouroux? Pourquoi ne pas évoquer les pressions sur les enregistrements ADELI, malgré une circulaire ministérielle?
Pourquoi ne pas tomber dans une analyse des frais de l'ordre, pour voir que 30€, c'est impossible? (le CH de Versailles acceptera t il de toucher moins de 67000€, soit 2234 cotisations à 30€, pour détacher la présidente à l'ordre?, le loyer des bâtiments et les indemnités d'élus vont ils baisser?)
Enfin, pourquoi ne pas communiquer aussi sur les mails en interne qui disent qu'on baisse pour cette année, puis qu'une fois inscrits, les infirmiers devront payer pour n'importe quelle somme l'an prochain?