INFOS ET ACTUALITES

3 ex-aequo pour le prix MNH Prévention Promotion de la Santé

Cet article fait partie du dossier :

MNH

Tous les deux ans, la Mutuelle Nationale des Hospitaliers et des professionnels de la santé et du social (MNH) décerne le prix MNH Prévention Promotion de la Santé à l'établissement de santé ayant mené une ou plusieurs actions de prévention envers son personnel. En 2012, trois établissements ont été récompensés pour leur travail ciblé sur la la prévention du stress, de la souffrance et de la violence en milieu hospitalier lors du salon Hôpital Expo, le 24 mai dernier. Revue de détails.

succès fait d'aboutir au résultat escompté, d'atteindre le but recherchéPour l'édition 2012 du prix « Prévention Promotion de la Santé », la MNH a choisi de récompenser, ex-aequo, l'établissement de santé de Senones, le centre hospitalier Ravenel à Mirecourt et le centre hospitalier universitaire d'Angers. Chaque gagnant s'est ainsi vu remettre un chèque de 2.000 euros (la dotation globale du prix étant de 6.000 euros). Le jury était composé de représentants de la MNH, du ministère de la santé et de médecins du travail hospitaliers.

L'établissement de santé pour personnes âgées de Senones s'est distingué par ses travaux sur les risques psychosociaux (RPS). Les RPS au travail se caractérisent par des déséquilibres chroniques entre ce qui est demandé à la personne qui travaille et les ressources dont elle pense disposer pour y faire face. Cela comprend le stress, mais aussi les violences internes et externes. L'équipe d'encadrement a relevé six facteurs de risque à prévenir :

  • l'intégration des nouveaux professionnels dans un contexte complexe (urgence, niveau de qualification, différence de statuts) ;
  • la gestion des situations conflictuelles en service ;
  • le sentiment d’inéquité quant aux efforts demandés aux agents pour assurer la continuité de service en cas d’absentéisme ;
  • la communication sur le sens du changement ;
  • la non-compréhension des contraintes de la qualité ;
  • l’isolement professionnel.

Pour lutter contre ces facteurs de risque, l'établissement a mis en place un plan d'actions permettant de sensibiliser le personnel et d'améliorer les conditions de travail.

Le centre hospitalier universitaire d'Angers a lui aussi été récompensé pour son action conduite en faveur de la prévention des risques psychosociaux en direction du personnel. Selon le CHU, les RPS ont des impacts multiples :

  • mise en danger de la santé physique et mentale du personnel ;
  • symptômes liés au stress, au harcèlement ou aux violences au travail ;
  • augmentation du risque de troubles musculo-squelettiques (TMS) et de maladie cardio vasculaires ;
  • conséquences sur le fonctionnement de l'hôpital.

Afin de proposer des actions efficaces pour combattre les RPS, le CHU cherche à les identifier et à les évaluer au travers d'un questionnaire et de Réunions de Concertation Pluridisciplinaire (RCP) permettant de valider et de prendre en charge les RPS.

Le centre hospitalier Ravenel de Mirecourt, un établissement psychiatrique, s'est quant à lui fait remarquer par son action de prévention de la violence. Depuis 2009, suite à des agressions violentes et répétées dans les unités de soins, le centre hospitalier a mis en place la formation « Prévention des gestes préventifs et maîtrise physiques des comportements agressifs et violents ». D'une part théorique, et d'autre part pratique, elle a pour objectifs :

  • d'améliorer les conditions de travail au sein du centre hospitalier de Ravenel ;
  • d'acquérir un autre comportement, une autre réflexion ainsi que des réponses d'équipe stratégiques et adaptées à des situations de travail conformément à la loi et à notre éthique professionnelle ;
  • d'agir dans le strict respect de l'intégrité physique et morale de la personne soignée ainsi que celles des agents ;
  • de permettre aux agents d'avoir une approche plus sereine vis-à-vis de situations inhabituelles, dangereuses et stressantes ;
  • de protéger soignés et soignants dans la perspective de l'entretien du lien thérapeutique.

La méthode « Grouille-Smolis » est animée par des soignants, pour des soignants et à été proposée à d'autres établissements au niveau départemental. Elle a été imaginée par le Dr Grouille, médecin urgentiste, et Mr Smolis, cadre de santé en psychiatrie, le but étant de mettre en lien leurs connaissances de la self défense et leur activité professionnelle.

La méthode « Grouille-Smolis » est animée par des soignants, pour des soignants

En somme, des initiatives innovantes et plutôt réussies que la MNH a décidé de valoriser. En 2014, un nouvel établissement sera primé grâce à la reconduction de ce prix dont l'ouverture sera effective d'ici à la fin d'année sur le site de la MNH.

La double vocation de la MNH

En plus de sa position de mutualiste, la Mutuelle Nationale des Hospitaliers et des professionnels de la santé et du social a aussi pour but d'éduquer, d'informer et de responsabiliser. Se préoccupant de la place de la promotion de la santé face à la médecine curative, la MNH, par le biais de 100 délégués, lance régulièrement des actions locales ou nationales de manière à prévenir au mieux les risques professionnels.
En plus de la prévention des risques professionnels, la MNH considère aussi que la lutte contre le tabagisme, le Sida et l'alcoolisme et le cancer méritent un investissement tout aussi rigoureux, d'où la création du réseau de prévention des addictions (RESPADD) avec la participation de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris.

Creative Commons License
Rédactrice Infirmiers.com
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.