AU COEUR DU METIER

Etre infirmière - mythe, réalité et perspectives...

profession infirmiere etre infirmiereSoulignons que pour bien appréhender cette profession, son profil, ses missions et ses compétences, il est nécessaire de bien comprendre d'où viennent les infirmières et comment leur profils, leurs missions et leurs compétences ont évolué au fil du temps. Une meilleure compréhension de ce passé permet en effet de saisir la signification originelle et primordiale des soins : celle de maintenir, promouvoir et développer tout ce qui existe ou tout ce qui reste de potentiel de vie au sein des êtres vivants.

Pour exercer, les infirmières diplômées d'Etat doivent solliciter leur inscription au tableau de l’Ordre des infirmiers en s'adressant au conseil départemental de l’Ordre (CDOI) du lieu où elles envisagent d’exercer. Elles doivent  déposer un dossier complet et, parallèlement, faire enregistrer leur diplôme auprès de la délégation territoriale de l’ARS (ex-DDASS) dans le département où elles envisagent d’exercer.

Les infirmiers doivent être obligatoirement enregistrés sur le fichier ADELI, système d'information national sur les professionnels de santé contenant des informations comme état civil, situation professionnelle, activités exercées et cela quel que soit leur mode d'exercice (Arrêté du 27 mai 1998 - Journal Officiel du 17 juillet 1998). Un numéro ADELI est attribué à tous les infirmiers salariés ou libéraux et leur sert de numéro de référence. C’est ce numéro qui est indiqué sur les Cartes de Professionnel de Santé (CPS).

Quelle définition donner du métier d'infirmière ? Si l'on s'en tient au programme de formation, il s'agit :

  • d'évaluer l’état de santé d’une personne et d'analyser les situations de soins ;
  • de concevoir et définir des projets de soins personnalisés ;
  • de planifier des soins, les prodiguer et les évaluer ;
  • de mettre en œuvre des traitements.

Les infirmiers dispensent des soins de nature préventive, curative ou palliative, visant à promouvoir, maintenir et restaurer la santé, ils contribuent à l’éducation à la santé et à l’accompagnement des personnes ou des groupes dans leur parcours de soins en lien avec leur projet de vie. Les infirmiers interviennent dans le cadre d’une équipe pluri-professionnelle, dans des structures et à domicile, de manière autonome et en collaboration.

Leurs contributions sont ainsi multiples : aide matérielle et psychologique dans les actes quotidiens perturbés par la maladie (respiration, alimentation, hygiène...), accompagnement dans la maladie physique ou mentale et lors des soins, réalisation des prescriptions médicales (injections, pansements...), éducation de la personne ou d'un groupe pour maintenir ou restaurer sa santé, organisation des soins et collaboration avec les autres travailleurs sanitaires et sociaux.

La profession infirmière est régie par les dispositions du code de la santé publique, depuis le décret n° 2004-802 du 29 juillet 2004 (le Décret de compétence du 11 février 2002 est abrogé)

Article R. 4311-1 : L'exercice de la profession d'infirmier ou d'infirmière comporte l'analyse, l'organisation, la réalisation de soins infirmiers et leur évaluation, la contribution au recueil de données cliniques et épidémiologiques et la participation à des actions de prévention, de dépistage, de formation et d'éducation à la santé. Dans l'ensemble de ces activités, les infirmiers et infirmières sont soumis au respect des règles professionnelles et notamment du secret professionnel. Ils exercent leur activité en relation avec les autres professionnels du secteur de la santé, du secteur social et médico-social et du secteur éducatif.

Les compétences des infirmières se déploient sur deux axes : rôle propre et rôle médico-délégué. Le Code de la santé publique, Article L4311-1 dit ceci : « Est considérée comme exerçant la profession d'infirmière ou d'infirmier toute personne qui donne habituellement des soins infirmiers sur prescription ou conseil médical, ou en application du rôle propre qui lui est dévolu. L'infirmière ou l'infirmier participe à différentes actions, notamment en matière de prévention, d'éducation de la santé et de formation ou d'encadrement.."

Lire aussi l'article "Un seul texte pour régir la profession infirmière"

Démographie de la profession infirmière... des chiffres qui varient...

Dans son rapport mis en ligne le 8 avril 2015, la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees) estime qu'au 1er janvier 2015, les infirmiers étaient au nombre de 638 248 en France dont 109 925 infirmiers libérau. Des chiffres à prendre, encore une fois, avec précaution... En effet, La Direction Générale de l'Offre de Soins (DGOS) dénombre 595 600 infirmiers en France dans son rapport « Les chiffres clés de l'offre de soins » édition 2015 publié le 27 juillet 2015.

La profession dénombrerait 87 % de femmes (84 % dans le milieu libéral et 88 % de salariées). Les infirmiers spécialisés représentent quant à eux 52 463 professionnels, dont :

  •  19 074 infirmiers(ères) puériculteurs(trices) ;
  • 9 709 infirmiers anesthésistes ;
  • 7 225 infirmiers de bloc opératoire ;
  • 9 307 cadres de santé ;
  • 423 infirmiers cadre de santé publique ;
  • 5 995 cadres infirmiers ;
  • 730 cadres infirmiers psychiatriques.

Un rapport de l'OCDE (2015) pour une vision élargie du métier infirmier

Le « Panorama de la santé 2015 », établi par l'Organisation de Coopération et de Développement Économique (OCDE), a été publié le 4 novembre 2015. Il indique qu'avec la Hongrie et la République Slovaque, la France est l'un des pays où la rémunération des infirmiers se situe au-dessous du salaire moyen de la population (données de 2013). La France est donc à la traîne... Par ailleurs, en matière de rémunération, les infirmiers les mieux lôtis se trouvent au Luxembourg, aux États-Unis ainsi qu'en Irlande.

Le rapport de l'OCDE révèle également que la rémunération des infirmiers français stagne, alors qu'elle a plutôt eu tendance à augmnenter dans les autres pays. Les infirmiers salariés de certains pays ont su se mobiliser afin d'être mieux reconnus, notamment en République tchèque. Ils sont ainsi parvenus à voir leurs salaires augmenter et disposent de meilleurs conditions de travail.

Par ailleurs, le nombre d'infirmiers par habitant en France a considérablement augmenté et est passé de 6.2 en 2000 à 9.4 en 2013, tout comme le nombre de nouveaux diplômés qui s'est accru de 50% entre 2003 et 2013.

Très peu d'infirmiers français (2,7%) ont réalisé leurs études dans un autre pays alors que cela est plus fréquent au sein d'autres États - ils sont 24,3% en Nouvelle-Zélande par exemple.

Autre thématique abordée dans le rapport de l'OCDE : la reconnaissance de la pratique avancée. En effet, certains pays ont attribué des fonctions plus complexes aux infirmiers. Le personnel infirmier de pratique avancée permet d'améliorer l'accès aux services de santé et de réduire les délais d'attente sans pour autant nuire à la qualité des soins, notamment aux États-Unis, au Canada ainsi qu'au Royaume-Uni. En France, l'exercice infirmier en pratique avancée a été adopté dans le cadre de la loi de santé, votée le 18 décembre 2015. Reste à voir ce que cela va supposer concrètement sur le terrain...

Webographie

Creative Commons License

Rédactrice en chef Infirmiers.com bernadette.fabregas@infirmiers.com

Publicité

Commentaires (0)