HUMOUR

Amour, gloire et bétadine - Delon patauge dans le 12° !

Cet article fait partie du dossier :

Humour

Vous avez adoré ses abécédaires « caustiques », vous adorez désormais ses chroniques « déglinguées » que vous attendez avec impatience. L'infirmier Didier Morisot s'invite sur nos pages et, sans nul doute, nous sommes nombreux à partager le menu... Bon appétit avec aujourd'hui une nouvelle chronique : « Delon patauge dans le 12° ! », fort à propos !

Calme plat aux urgences, pas de vent, une mer d’huile, on entendrait une mouche se gratter la peau du ventre si François (le collègue ambulancier en équilibre sur un brancard) ne ronflait pas comme un groupe électrogène… Ceci dit, le repos du travailleur est aussi fragile que la coquille d’un œuf dur sur le coin du zinc, il finit donc par se briser vers 2 heures du mat’, fracassé par la hotline du SMUR, lorsque la sonnerie (stridente) du téléphone déchire la nuit. En attendant qu’on la raccommode, la mouche arrête de se gratter le nombril et je vais aux nouvelles.

« Allo… bonjour, c’est le Centre 15 ; la police vous attend au domicile de Mr Grodoudou, sur la commune de Mézidon-les-deux-douas… le voisin aurait entendu un coup de feu et il y a du sang un peu partout, paraît-il… » Ben voyons. C’est vrai que ça manquait d’animation. Une petite fusillade, ça ne se refuse pas ! Le temps de déplisser mes yeux en capote de fiacre et je me retrouve dans la chariote avec Isabelle (le médecin de garde) et le camarade François, tombé de sa couchette. Je suis en effet de sortie car Brigitte (l’infirmière-anesthésiste préposée au ramassage) est pour sa part « tombée enceinte ». Si c’est moins brutal qu’une chute de brancard, cela impose cependant la prudence en termes de situations rock’n roll. Brigitte a donc un mot d’excuse et je la remplace au SMUR. Trop content. Didier Morisot : le plan B qu’il vous faut ! Mort de rire…

Des traces de sang sont visibles par terre et sur la porte d’entrée.
La scène du crime se précise.

En route vers Fort Alamo

Ambiance des grands soirs sur la route des vacances. Un coup de feu : c’est quoi ce plan pourri, encore ? Je nous vois bien partis pour écrire une nouvelle page (glorieuse) du service public hospitalier… Afin de détendre l’atmosphère, nous passons (bêtement) en revue les derniers coups de sulfateuse enregistrés dans le diocèse : exercice finalement idiot, car peu rassurant. Bientôt, comme le ministre de l’Éducation en visite dans un collège de banlieue, nous jouons à nous faire peur. Nous pensons ainsi, émus, au gars un peu nerveux qui avait arrosé sa copine à la 22 long rifle. « Un acte d’amour, qu’il lui avait dit. Je t’aime trop, Lulu, je peux pas vivre sans toi ! » Euh, merci, mais j’aurais préféré avec des fleurs… Bref, pendant qu’elle se traînait sur le carrelage, il avait attendu que l’on frappe à la porte pour se faire sauter la tête. bbrrr… Nous évoquons aussi ce policier qui, récemment, s’est fait plomber le fémur gauche avec un fusil de chasse. Pourtant, impossible de le confondre avec un sanglier. Il faut vraiment être miro. Ppfff…

Durant le trajet, l’ombre de l’angoisse déploie donc lentement ses ailes et tandis que Brigitte attend, sereine, son heureux événement, de notre côté nous appréhendons un machin bien plus foireux... Juste avant d’arriver à Fort Alamo, je contrôle le matériel une dernière fois : défibrillateur, nécessaire pour intuber, gilets pare-balles… on n’est jamais trop prudent. Ce zèle en matière de vérification souligne en fait l’état de mon système hormonal... Gouverné en temps normal par un flux harmonieux de testostérone, il est à présent submergé par un flot sournois d’adrénaline…

Sur place, nos appréhensions se renforcent : des traces de sang sont visibles par terre et sur la porte d’entrée. La scène du crime se précise. Les salutations aux camarades policiers sont donc cordiales mais rapides.

Après un court briefing, la stratégie s’organise. Tandis que les forces de l’ordre repèrent les différents accès à la forteresse, François vérifie soigneusement la liaison radio avec l’hôpital. Pendant ce temps, Isabelle se concentre et réfléchit aux différents scénarios possibles en matière de blessures par armes à feu. Pour ma part, j’étudie méthodiquement les raisons idiotes qui m’ont empêché de prendre une RTT initialement prévue aujourd’hui. Dommage !

Malgré cette réflexion intense, j’aperçois le GIGN local rentrer dans l’édifice, sans même avoir à forcer la serrure. Bizarrement, je ne suis pas hyper pressé de le rejoindre. Respectant ses prérogatives, je le laisse agir en savourant la douceur de la nuit. Toujours prendre du recul sur les choses qui troublent notre sérénité et puis, que sommes-nous face à l’immensité de l’univers ? Aucun nuage, il y a des milliers d’étoiles... Je montre à François comment distinguer la constellation de la Grande Ourse parmi tous les jolis reflets du ciel… « Sais-tu, mon ami, que cette lumière met des années à nous parvenir ? Certains corps célestes ont d’ailleurs cessé d’exister, alors que l’on perçoit encore leur image ; ne vivons-nous pas dans l’illusion, quelque part ? ».
Mon camarade m’écoute, d’un air surpris et, de son côté, Isabelle m’observe, un peu inquiète. Heureusement, leur regard compatissant me fait bientôt réagir et je reviens doucement à la réalité. Le cri d’un policier m’arrache définitivement au monde de l’astronomie.
« …Et m…., venez donc voir, mais c’est pas très beau, en fait… »

La frontière entre le coma et le sommeil profond étant parfois difficile à discerner,
nous lui demandons son passeport.

« J’ai du faire péter la porte un peu fort ! »

Prenant mon courage à demain, je laisse rentrer Bernard et je précède Isabelle en bombant le torse... et en serrant les miches ; mettez-moi une noisette entre les fesses, je vous fais de l’huile… Pour l’heure, l’intérieur de Fort Alamo ressemble à ce que l’on voit dans « La maison de Marie-Claire », en moins raffiné. Au milieu du hall, quelqu’un a en effet déposé une gerbe à la mémoire des viticulteurs du Midi. L’odeur est ignoble ; une pizza régurgitée cohabite joyeusement avec un échantillon de la production viticole du Languedoc-Roussillon. Même qu’Alain Delon patauge dans le 12° (précision : les murs sont couverts d’affiches de cinéma). Le reste de la décoration, assez trash, est d’un goût aussi discutable : hémoglobine en pointillé, épluchures diverses, canettes vides… beurk. Au passage, la petite note glamour qui complète le tableau est un matou boiteux qui folâtre gaiement à travers les ruines. En attendant de côtoyer un éventuel cadavre, nous enjambons ceux produits par une marque de bière bien connue (et très prisée dans les soirées à thème du PSG). Au bout du couloir, Jackie Chan patauge aussi dans la vinasse et pète la tronche de la Mafia chinoise. Nous le laissons à cette noble entreprise et rejoignons les policiers dans la chambre du fond.

Après avoir contourné un deuxième échantillon de la production viticole de l’Hérault, nous atteignons notre objectif. Celui-ci, enseveli sous les couvertures, ronfle encore plus fort que François sur son brancard. La frontière entre le coma et le sommeil profond étant parfois difficile à discerner, nous lui demandons son passeport. La réponse à ce contrôle douanier est un cri digne du sanglier dont je parlais tout à l’heure.

« GROUUIIIIK… » Nous retentons notre chance.

- «- Bonjour…  comment vous appelez-vous ?
- Re-GROUUIIIIK…

Un retour sur terre se précise enfin et un humanoïde émerge de sous les draps, le visage en sang.

- « Hein… quoi… qu’est-ce que c’est ?... »

Pleins de tact et de diplomatie, nous nous présentons et lui expliquons notre inquiétude liée au contexte hémorragique.

- « Vraiment, c’est pas la peine de vous en faire, je me suis vautré sur le trottoir devant chez moi. C’est tout… j’ai dû m’éclater le nez… mais c’est vrai que j’ai un peu bu. Bah… j’en ai vu d’autres…
- Vous êtes sûr ? Le voisin a parlé d’un bruit comme un coup de feu…
- Quel abruti celui-là… J’ai dû faire péter la porte un peu fort, c’est tout…  Bon, maintenant, foutez-moi la paix, j’ai envie de dormir…».

L’ombre de l’angoisse replie ses ailes brutalement et nous goûtons alors au sentiment cruel de passer pour des couillons. François me regarde avec ses grands yeux tristes. Nous vivons tous les deux un moment de solitude intense.

En sortant de Fort Chabrol, l’atterrissage brut de décoffrage se confirme.

Sous l’œil des vedettes du 7e Art...

Après avoir vérifié la tension artérielle de notre nouvel ami et fait un bout de ménage autour de ses narines, nous le bordons et l’embrassons sur le front avant de plier les gaules… Dans le couloir, nous apercevons le matou boiteux en train de manger un bout de pizza en phase terminale. La poésie continue…

Chacun son job, en fait. Pendant que Bruce Willis s’élance sur le mur du vestibule et court en zigzag sous le feu des terroristes, nous contournons lourdement les flaques de vin prédigérées, avant de poursuivre la noble mais humble mission qui est la nôtre. La noblesse n’empêche cependant pas un début de lassitude. Certes, on ne fait pas ce métier pour être ovationné par les foules en délire, mais le but n’est pas non plus de passer pour un guignol…

En sortant de Fort Chabrol, l’atterrissage brut de décoffrage se confirme. Même la Petite et la Grande Ourse ont disparu, avalées par un nuage. A la place, un petit et un gros chien jouent au docteur sous un lampadaire… Parfois, nous vivons des moments un peu magiques où l’atmosphère est transcendée par un je ne sais quoi de léger et rafraîchissant. Ce soir, ce n’est pas le cas. Allez, on rentre. Chacun retrouve bientôt son train-train habituel : la Police va se défouler vers la boite de nuit en pêchant à l’alcootest, tandis que nous allons attendre aux urgences la friture passée à travers les mailles de leur filet... Il faut être lucide, nous sauverons l’Humanité en péril un autre jour. Le créneau de l’héroïsme est en effet occupé par plus fort que nous : avec Steven Seagal et Tom Cruise en première ligne, nous ne sommes pas de taille à lutter…Je hais le Festival de Cannes. Dommage, nous y sommes en plein !

Creative Commons License
Infirmier en Saône-et-Loire
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Publicité

Commentaires (10)

dino

Avatar de l'utilisateur

252 commentaires

#10

...chose promise, chose due...

...ah, un signe de vie, ça fait plaisir... merci auretren, puisque j'ai promis une carte postale, donne moi ton adresse en MP si tu veux, et je te l'envoie.
Dis-moi juste si tu préfères la vache ou la marmotte. Je peux aussi faire un effort et te trouver la recette de la fondue savoyarde... en tout cas, bonne soirée.

auretren

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#9

Bonnes vacances so !

Bonnes vacances :)

dino

Avatar de l'utilisateur

252 commentaires

#8

...LE test...

...coucou les gens, comment ça va bien ? Juste pour dire que je suis en vacances ce soir et que je pars à la montagne bientôt. Trop content. Bon, je sais, cela ne vous intéresse que modérément - lol - mais je fais un test ; si un seul d'entre vous me souhaite bonnes vacances, ça voudra dire que ce forum n'est pas complètement déserté - relol - ça voudra dire aussi qu'il a encore un peu de chaleur humaine dans ce monde de brutes.
...allez, le premier qu'y s'y colle, je lui envoie une carte postale ; une très kitsch, genre la vache qui broute au pied des glaciers, ou la marmotte qui sort du terrier après son petit déjeuner. Au choix.

dino

Avatar de l'utilisateur

252 commentaires

#7

...eh oui, l'oeil du cyclone...

...effectivement, dans la vraie vie une femme silencieuse est un phénomène aussi rare qu'inquiétant ; mieux vaut une bonne vieille engueulade que ce sentiment d'une tempête imminente de force 5. mdr...
Bon, voilà, c'était ma réflexion matinale sur la guerre des tranchées qui nous unit à vous, mesdames...
Pour ce qui est de l'habitude de service consistant à guetter le cours des choses tout en la fermant, il faudrait que tu me donnes des cours, Binoute ; j'aurais en effet évité beaucoup d'ennuis si j'avais pu rester silencieux plus souvent...
Bon, je vais préparer mes petites naffaires pour aller affronter une nouvelle journée d'aventure à l'hôpital : 25 lits, 30 personnes hospitalisées, une cocotte-minute, quoi...

binoute1

Avatar de l'utilisateur

166 commentaires

#6

ah, mais attention,

ce n'est pas parce qu'elle ne parle pas, qu'une femme (en général) est absente !
enfin en tout cas, sur les forums...parce que dans la vraie vie...
bref, je veillais qd même !
Je pense que les autres sont là aussi.

je pense que c'est une habitude de service : tu guettes mais tu la boucle...

Encore bravo, et bon week-end !

dino

Avatar de l'utilisateur

252 commentaires

#5

...yes...

...oui, la noisette entre les fesses c'est le syndrome de la vinaigrette ; on fait de l'huile quand ça tourne au vinaigre...
Comment ça va Binoute ? Tu étais passée où ? Content de voir un humanoïde sur ce forum... si tu as des idées pour que d'autres spécimens réagissent comme toi, je suis preneur. lol...
...bon, allez il faut que j'y aille. A +

binoute1

Avatar de l'utilisateur

166 commentaires

#4

me voilà !

très fort, encore une fois !

"mettez-moi une noisette entre les fesses, je vous fais de l’huile" , bravo !

dino

Avatar de l'utilisateur

252 commentaires

#3

...à bientôt...

...ah, ça fait du bien de parler tout seul ; personne ne vous contredit comme ça. lol... bref, je vais faire plus court qu'avant-hier. C'est vrai que j'ai un peu éxagéré, mais si j'étais raisonnable, je ne pourrais pas écrire mes histoires à deux balles, n'est-ce pas ? Vous imaginez la perte pour la littérature professionnelle ? lol...
Bon, allez, tout ça pour dire que vous avez le droit de réagir, quel type d'histoire vous aimeriez lire, par exemple. Ceci dit, je vous demande votre avis mais j'ai déjà ma petite idée sur la question ; je vous fais le coup du référendum, en fait. relol...
Bon, cette fois il faut que j'y aille, j'ai une corbeille de linge à repasser. Avec cette chaleur. ppfff... Allez, à +

dino

Avatar de l'utilisateur

252 commentaires

#2

...merci...

...apparemment, mon message a été entendu. Ouf. Merci donc de ne pas engorger la boite à commentaires. lol...
...bon, eh bien puisque l'espace est libre, je vais le remplir avec un petit commentaire perso sur la crise ; c'est plus fort que moi, il faut que je m'exprime. Même si personne n'en a rien à f..... relol...

« Sortir de la crise… » : quelle drôle d’idée… mais pourquoi donc faudrait-il sortir d’un endroit pareil ? Car pendant la crise, les affaires continuent, Lulu ; marges arrières, rétro commissions, bonus boursiers, stock-options… plein de choses inconnues durant les trente glorieuses de papa. Sans parler des parachutes dorés et des suspensoirs en acier destinés à soutenir les couilles en or des parachutistes…
Vraiment, je vous le demande : elle est pas belle, la vie ?
Bref ; vive les quarante foireuses !
Evidemment, avant le choc pétrolier c’était pas mal, quand même. Chacun y trouvait un peu son compte. Car la « croissance » n’était pas comme aujourd’hui un œdème financier nourri par une dette de malade, mais une véritable érection industrielle qui permettait aux politiques de tenir le bon peuple avec la carotte du niveau de vie. Un niveau en progression constante, cela va de soi.
Mais lorsque la carotte disparaît (parce qu’on ne peut pas toujours se gaver pendant que le reste du monde crève la dalle…), il reste le plan B, ce bon vieux bâton rangé au placard depuis la crise de 29 ; nos élites dirigeantes, politiques, financières, industrielles… ont donc ressorti l’objet afin de prolonger la fiesta.
Leur fête du slip à eux, bien sûr. Pas forcément la nôtre...
Un bâton qui se présente sous deux aspects principaux : la peur et la division. Mais ce n’est pas un scoop ; vous le savez autant que moi, lorsqu’on peine à fournir au peuple du pain, des jeux et la coupe du monde de foot 98 (exception glorieuse dans un océan foireux), on sème la merde pour tirer son épingle du jeu.
…principe de base formulé par Machiavel dans « Le Prince », ainsi que par Jennifer dans « Les feux de l’amour » (saison 4, épisode 9).
Ceci dit, ne pas semer trop fort, quand même. Sinon ça dérape et c’est mauvais pour le business ; les gens dépriment et la productivité diminue. Il faut donc faire peur de façon subtile ; inquiéter sans affoler. Brandir la menace terroriste, agiter les sous-marins nucléaires russes en train de fuiter dans l’Arctique (vous en avez de la chance d’habiter loin de ce merdier…), sortir l’épouvantail de la grippe aviaire ou de la fièvre aphteuse, évoquer le retour sur scène de Sylvie Vartan… bref, se poser en rempart contre les dangers du monde extérieur.
Et puis investir dans le recyclage : quand le vilain monde nous pète à la gueule, récupérer le machin à notre avantage ; oh, putain… on a pas vu venir les avions dans les tours jumelles, mais qu’est-ce que ça tombe bien, finalement : on va pouvoir casser la gueule à Saddam Hussein ! Comme ça, on pourra faire tourner les usines à missiles, vendre des capotes avec des oreilles de Mickey aux GI, reconstruire le pays qu’on aura démoli, piquer les puits de pétrole…
La fête, quoi.
Ceci dit, tout le monde n’a pas de guerre à se mettre sous la dent, nous sommes d’accord. Dans ce cas, la solution est simple : agiter d’autres chiffons. Celui du chômage, par exemple ; il n’y a plus de boulot, les enfants ! Si vous avez la chance d’en avoir ou si vous espérez en décrochez un, vous avez intérêt à raser les murs et à vous faire oublier.
…un truc pratique, également, c’est de répartir les miettes de façon inégale ; du style je donne un peu plus d’avoine à Paul qu’à Pierre. Comme ça, pendant que les mômes se bouffent la gueule dans le bac à sable, ils ne cassent pas les burnes à leurs parents…
Une paix royale. Garantie sur facture. D’autant plus si vous montez les salariés du privé contre les fonctionnaires, en leur bidouillant des statuts différents. La jalousie ; hyper efficace, ce truc-là ! Parlez-en à Jennifer (saison 3, épisode 8)…
Mais le must, c’est le coup du pompier pyromane : programmer la faillite méthodiquement, sur endetter le pays en vivant à crédit pendant des années, puis sonner le tocsin en poussant des cris de vierge effarouchée ; mon Dieu, mais qui a laissé faire ça ?
Jouissif : plus c’est gros, plus ça passe.
Mais le véritable orgasme, vous l’aurez avec les bidouillages boursiers, lorsque vos petits camarades vous renverront l’ascenseur. Vos amis traders, entre autres, ces humanoïdes tordus, croisement improbable d’une sangsue et d’un vautour.
…cerise sur le gâteau, vous aurez même droit à une deuxième éjaculation lorsque vous expliquerez au bon peuple comment vous allez limiter les excès de la Finance.
C’est très simple : on va gronder les spéculateurs.
…si vous n’arrivez pas à conclure avec tout ça, consulter un sexologue.
Ceci dit, les techniques de foutage de gueule ne s’arrêtent pas là. Outre la peur, la division, l’enfumage… vous avez aussi la tarte

dino

Avatar de l'utilisateur

252 commentaires

#1

...s'il vous plait...

...oui, juste un mot pour vous dire ; ne réagissez pas tous en même temps, car je vais avoir du mal à répondre à chaque message en temps réel. Merci de votre compréhension.