HUMOUR

Dans la blouse de MademoiselleAA - Polisse

Cet article fait partie du dossier :

Blogs infirmiers

Audrey-Anne s'est fait connaître sur Twitter par des posts humoristiques racontant son quotidien d'infirmière au sein de son service sous le pseudo MademoiselleAA puis au travers de son blog. Elle partage régulièrement ses chroniques avec la communauté d'Infirmiers.com et nous l'en remercions. Aujourd'hui, MademoiselleAA raconte ce qui l'a amenée à quitter le monde hospitalier...

Affiche du film polisse de MaïwennJe repensais aux raisons de mon départ de l’hôpital et aussi à ce film, le lien s’est fait naturellement.

Tout le monde en a entendu parler comme étant un film CHOC voire trash.

Ce film aurait pu s’appeler…

AUPITAL.

J’ai vécu des situations similaires à l’hosto.

L’alternance entre bouffes entre collègues et prises de bec, fous-rires et craquages face à des situations de détresse.

Dans chaque équipe, chacun avait sa personnalité, certains sur-investis (comme Joey Starr) tous mélangés : nous faisions comme nous pouvions avec nos petites névroses face à la misère sociale.

J’ai connu les récits de Roms dans des camps, vu des toxicomanes à qui on enlevait leurs enfants...

Le sentiment d’impuissance face à des patients à la rue, il fallait le gérer au quotidien.

Le travail aux horaires impossibles, le retour à la maison sans avoir laissé à l’hôpital les vécus difficiles de la journée, je l’ai connu aussi (surtout au début).

“Quel beau métier, tu fais”. Ça, on l’entend tous les jours sans forcément se rendre compte de notre utilité car finalement à l’Aupital on se bat pour du cas par cas.

Soigner un malade n’est finalement que retirer un grain de sable d’un univers qui ressemblerait à une plage.

Sans parler de l’échec, donc de la mort.

Si vous n’avez pas vu le film ne lisez pas la suite …

A la fin, une policière se suicide. Il existe beaucoup de cas de suicides d’étudiants en médecine. Personne n’en parle. Finalement, l’hosto comme la police c’est tout donner pour l’Autre.

JUSQU’A PARFOIS S’OUBLIER.

(Personnellement, j’ai choisi. Je suis dans un bureau, j’ai peut-être moins une vie de cowboy de réa mais je peux sortir ces petits grains de cette plage sans m’y noyer)

Infirmière dans le service public http://dansmablouse.wordpress.com/

Publicité

Commentaires (0)