Année commune aux études de santé : les kinés aussi ?

Les masseurs-kinésithérapeutes pourraient faire partie de la première année commune aux études de santé, a-t-on appris le 7 juillet dernier lors d'un entretien avec les responsables de l'Ordre des masseurs-kinésithérapeutes.

etudiant kinesitherapeuteRené Couratier, président de l'Ordre des masseurs-kinésithérapeutes, a indiqué que les responsables de l'Ordre avaient été reçus il y a quelques semaines par le ministre du travail, de l'emploi et de la santé, Xavier Bertrand, qui leur a "proposé de passer en Paces [première année commune aux études de santé]".
"Jusqu'à présent, deux tiers des étudiants faisaient la première année de médecine et un tiers des étudiants passaient, avec une dérogation, par un concours après-bac pour entrer dans les IFMK [instituts de formation en masso-kinésithérapie]", a expliqué René Couratier, précisant qu'il s'agissait d'une organisation "un peu bancale".

La proposition qui a été faite est de généraliser cette première année en Paces en conservant toutefois, pour 5% des places, un concours qui serait destiné à des personnes ou étudiants ayant eu un parcours différent, une sorte de "deuxième chance" et une ouverture à la première année de licence Staps (Sciences et techniques des activités physiques et sportives) pour 15% des places.
Les étudiants en Paces pourraient passer deux concours parmi les concours pour accéder aux études de médecine, de sages-femmes, de chirurgiens-dentistes, de pharmaciens, de masseurs-kinésithérapeutes, a expliqué François Maignien, vice-président de l'Ordre.
Ils ont indiqué que cela ne pourrait pas être mis en place avant la rentrée 2012 et ont précisé que cette proposition avait obtenu un avis favorable de la conférence des doyens.

L'idée d'intégrer les masseurs-kinésithérapeutes dans une année commune pour les paramédicaux a été abandonnée, ont confirmé les deux responsables de l'Ordre, précisant que cela était "très compliqué à mettre en place".
Par ailleurs, ils ont rappelé qu'ils attendaient les arbitrages pour la réingénierie des diplômes dans le cadre de la réforme licence, master, doctorat (LMD) pour les masseurs-kinésithérapeutes.
Interrogé sur l'enjeu financier de cette réforme, ils ont indiqué qu'il était beaucoup moins important que pour les infirmiers puisqu'il y avait entre 10.000 à 12.000 masseurs-kinésithérapeutes salariés en France, qui ne sont pas tous dans la fonction publique hospitalière.

Inscriptions à l'Ordre
Interrogé sur les inscriptions à l'Ordre, René Couratier a estimé qu'ils étaient "en régime de croisière". Les libéraux sont "tous inscrits" et pour les salariés, il devrait y avoir plus de 70%, "entre 72 et 73% d'inscrits".
"A la différence de [l'Ordre] infirmier, nous avons été prudents dans l'établissement de l'Ordre, nous n'avons pas fait de procédure (...) généralisée, sauf sur des cas particuliers", a indiqué René Couratier, précisant que cela prendrait un à deux ans pour inscrire l'ensemble de la profession.
"Tous les mois", les inscriptions augmentent et "l'hostilité frontale des centrales syndicales a disparu", a indiqué François Maignien.

Sur l'intervention des professionnels de santé libéraux en établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad), les responsables de l'Ordre ont rappelé qu'ils avaient déposé un recours gracieux, puis, faute de réponse en leur sens, un recours devant le Conseil d'Etat il y a trois semaines.
Ils ont rappelé qu'un bilan de cette mesure était annoncé pour la fin juin. Par ailleurs, ils ont annoncé la publication du "livre vers... de la masso-kinésithérapie", publié à la suite des états généraux de la profession qui se sont déroulés à Paris en mai 2010. Outre le compte rendu de cette rencontre, ce livre dresse un état des lieux de la démographie des masseurs-kinésithérapeutes. Il devrait être accessible sur le site internet de l'Ordre.

Les responsables de l'Ordre ont en outre indiqué qu'actuellement, se déroulaient des élections des conseillers ordinaux dont les résultats étaient attendus pour le lundi 25 juillet.Ils ont par ailleurs signalé qu'ils étaient le premier Ordre à avoir institué une assurance dépendance dans la cotisation pour l'ensemble des masseurs-kinésithérapeutes.

Publicité

Commentaires (0)