MEDICAL

Fiche métier - Manipulateur en électroradiologie médicale

Définition

Connaissez-vous le métier de manipulateur en électroradiologie médicale (MER) ? Vous en avez sûrement déjà rencontré ce professionnel de santé. En effet, le MER s’occupe – entre autres ! - de la réalisation des radios. Entres autres, en effet, puisque son « champ d’action » est très large. De la radiothérapie à la médecine nucléaire, en passant par la radiopédiatrie ou les examens de radiologie interventionnelle, le MER possède de nombreuses compétences.

Le manipulateur d'électroradiologie médicaleLe code de la santé en donne la définition suivante : « Le manipulateur d'électroradiologie médicale contribue, dans les conditions définies aux articles de la présente section, à la réalisation :

1- Des examens nécessaires à l'établissement d'un diagnostic qui relèvent soit des techniques d'électroradiologie médicale, soit des techniques d'imagerie médicale ou d'exploration fonctionnelle impliquant l'utilisation des rayonnements ionisants ou non ou d'autres agents physiques ;

2- Des traitements (ex : radiothérapie) mettant en œuvre des rayonnements ionisants ou non ou d'autres agents physiques ».

Compétences

Différentes tâches sont déléguées au manipulateur. En fait, tout dépend de la nature de l’examen. Pour une radiographie ou un scanner, le MER s’occupe du début à la fin de son patient, de son accueil à la remise de ses clichés, en passant par sa réalisation et le traitement « technique » des images.

Lors d’examens radiologiques plus invasifs comme en radiologie interventionnelle notamment, le rôle du MER consistera « seulement » en la préparation du patient, du matériel utilisé ainsi que la prise des clichés. En revanche, le MER n’est pas médecin radiologue, l’interprétation des images et la « révélation » du diagnostic au patient ne sont donc pas de son ressort. L’article R. 4351-3 donne davantage de précisions sur le champ de compétences attribué au MER. Celui-ci :

  • 1° Participe à l'accueil du patient et l'informe du déroulement de l'examen ou du traitement ;
  • 2° Participe à l'identification des besoins somatiques du patient en rapport avec les techniques utilisées ;
  • Met en place le patient, conformément aux exigences de la technique utilisée, en tenant compte de son état clinique ;
  • 4° Participe à la surveillance clinique du patient au cours des investigations et traitements et à la continuité des soins ;
  • 5° Participe à l'exécution des soins nécessités par l'acte réalisé ;
  • 6° Accomplit, en cas d'urgence, les actes conservatoires nécessaires jusqu'à l'intervention du médecin ;
  • 7° Participe à la transmission écrite de toutes les informations relatives au déroulement des examens et traitements ;
  • 8° Participe à l'application des règles relatives à la gestion des stocks et des déchets, y compris radioactifs ;
  • 9° S'assure du bon fonctionnement du matériel qui lui est confié et en assure l'entretien courant ;
  • 10° Participe à l'application des règles d'hygiène et de radioprotection, tant en ce qui concerne le patient que son environnement ;
  • 11° Participe à l'élaboration des programmes d'assurance de la qualité et à l'application des protocoles de contrôle de qualité. »

Plusieurs « casquettes »

Cet ensemble d’actes valent pour tous les examens et montrent la richesse du métier de MER. De la gestion des stocks à la réalisation de l’examen médical, en passant par la transmission (écrite ou orale) de son déroulement à l’équipe soignante (infirmières, internes…), le MER occupe plusieurs fonctions.

Son rôle est toutefois clairement défini pour chaque examen. Première chose, en effet, le manipulateur travaille toujours sous la responsabilité d’un médecin, et ses compétences sont précises.

D’après l’article R. 4351-2 : « Sous la responsabilité et la surveillance d'un médecin en mesure d'en contrôler l'exécution et d'intervenir immédiatement, le manipulateur d'électroradiologie médicale est habilité à accomplir les actes suivants (indiqués ci-dessous) »

"Le MER doit être en mesure d’adapter les protocoles en fonction de la prescription médicale et du contexte clinique et psychologique de chaque patient."

Récapitulatif des compétences du MER, d’après le code de la santé et selon les spécialités:

1° Dans le domaine de l'imagerie médicale (radiologie conventionnelle et interventionnelle, scanner, IRM et médecine nucléaire)

  • a) Préparation du matériel de ponction, de cathétérisme, d'injection, d'exploration et du matériel médico-chirurgical ;
  • b) Mise sous une forme appropriée à leur administration des substances, y compris des composés radioactifs, nécessaires à l'obtention d'une image ;
  • c) Administration orale, rectale, en injections intramusculaires, sous-cutanées et dans les veines superficielles ou dans les montages d'accès vasculaires implantables des substances, y compris des composés radioactifs, nécessaires à l'obtention d'une image (par exemple injection intraveineuse d’un produit de contraste iodé) ;
  • d) Mesure et vérification de l'activité des composés radioactifs ;
  • e) Réalisation de prélèvements de sang veineux et capillaire en vue du dosage par radio-analyse ou par d'autres techniques ;
  • f) Réglage et déclenchement des appareils ;
  • g) Recueil de l'image ou du signal, sauf en échographie ;
  • h) Traitement de l'image ou du signal ;
  • i) Aide à l'exécution par le médecin des actes d'échographie ;
  • j) Préparation, déclenchement et surveillance des systèmes d'injection automatique ;
  • k) Calcul des doses de produits radioactifs à visée diagnostique ou thérapeutique ;
  • l) Aide opératoire.

2° Dans le domaine de la radiothérapie

Là encore, le MER joue un rôle fondamental puisqu’il accueille et traite quotidiennement ses patients. Une grande part de psychologie et d’écoute se révèlent donc nécessaires, au quotidien.

En plus, le MER procède à :

  • a) La confection des moyens de contention et des caches ;
  • b) l'acquisition des données anatomiques des zones à traiter ;
  • c) le réglage du simulateur et de l'appareil de traitement ;
  • d) la mise en place des modificateurs des faisceaux ;
  • e) l'pplication des procédures de contrôle des champs d'irradiation et de la dosimétrie ;
  • f) l'Affichage du temps de traitement ;
  • g) le déclenchement de l'irradiation ;
  • h)la préparation et contrôle du matériel vecteur et radioactif en curiethérapie ;
  • i) la mise à jour de la fiche d'irradiation et de traitement ;
  • j) la participation aux procédures relatives à la dosimétrie et à la préparation des traitements ;
  • k) l'acquisition des paramètres d'irradiation, repérage cutané, réalisation des clichés de centrage ;
  • l) l'assistance du médecin dans la pose du matériel vecteur et radioactif en curiethérapie.

3° Dans le domaine de l'électroradiologie

  • a) Enregistrement des signaux électrophysiologiques (électroencéphalogramme (EEG), par exemple) ;
  • b) En électrothérapie et selon les indications de la fiche de traitement, réglage et déclenchement des appareils, surveillance de l'application du traitement ;
  • c) Dans le domaine des explorations fonctionnelles, enregistrement des signaux et des images au cours des épreuves d'effort ou lors de l'emploi de modificateurs de comportement.

Qualités nécessaires

fiche metier manipulateur radiographie medicaleLes compétences du manipulateur en électroradiologie médicale reposent à la fois sur des qualités relationnelles avec les patients et sur la maîtrise des techniques d’imagerie médicale, de traitements utilisant des radiations ionisantes, mettant en œuvre des matériels de plus en plus sophistiqués. Il doit apprendre à se protéger des radiations pour lui-même, mais également pour ses patients, en appliquant les mesures de radioprotection optimales.

Le MER doit être en mesure d’adapter les protocoles en fonction de la prescription médicale et du contexte clinique et psychologique de chaque patient. Il intervient dans la chaîne de soin et à ce titre s’insère au sein d’une équipe interprofessionnelle. Le manipulateur est en relation permanente avec le radiologue, selon les spécialités, il peut être amené à travailler avec des infirmiers, des aides-soignants, voire des chirurgiens, le temps d’un examen.

Formation

Il existe deux diplômes préparés en trois ans :

> Diplôme d’État (DE) de manipulateur d’électroradiologie médicale délivré par le ministère de la Santé ;

>Diplôme de technicien supérieur (DTS) en imagerie médicale et radiologie thérapeutique délivré par le ministère de l’Éducation nationale.

Nouveauté : Entrée en vigueur à la rentrée 2012-2013 de la réforme LMD (licence-master-doctorat). Elle permettra la reconnaissance d’un grade licence à l’issue des trois années de formation. Avec 180 crédits ECTS, les étudiants qui le souhaitent pourront plus facilement poursuivre leurs études en rejoignant des filières universitaires. Les professionnels verront leur diplôme reconnu à « Bac+3 ».

Pour la liste des Instituts de Formation et Lycées voir http://www.afppe.net/ page formation.

Emploi

On dénombre 26.589 manipulateurs en électroradiologie médicale en France (données 2008). La demande croissante en examens et traitements, le développement des équipements et des techniques, offrent des perspectives d'emploi intéressantes, notamment dans certaines régions comme en Ile-de-France. Une réalité à nuancer, cependant, car parfois les étudiants ne trouvent pas de poste vacant à proximité de chez eux, dès l’obtention du diplôme.

Exercice professionnel

Le manipulateur en radiologie peut exercer son activité dans un établissement de santé public ou privé (dans un cabinet de radiologie « de ville » par exemple, ou une clinique). Dans les établissements de santé, il doit assurer la continuité des soins avec des roulements. Il travaille donc souvent les week-ends et la nuit, en équipe. Les collaborations avec d’autres professionnels de santé sont régulières, dans certains secteurs.

Rémunération

En moyenne, un MER en début de carrière gagne 1.510 € et 2.550 € en fin de carrière (secteurs public et privé confondus). Tout dépend ensuite des évolutions (échelons ou augmentations) ainsi que le changement de statut (ex : cadre de service, enseignant en Institut de formation…). (Source : Ministère de la Santé - Au 08/03/2012).

Évolution de carrière

Dans la Fonction Publique Hospitalière, après quelques années de pratique, sur concours et une formation de cadre de santé, il peut évoluer vers des fonctions d’encadrement de service ou de formateur en institut de formation.

Les cadres et cadres supérieur de santé ont la possibilité d’accéder, sur concours et formation à l’École des Hautes Études en Santé Publique au corps de Directeur des soins dans la Fonction Publique Hospitalière.

Dans le secteur privé, l’évolution de carrière est définie par les conventions collectives dont relève le salarié.

VAE (Validation des Acquis de l’Expérience)

Selon le Ministère de la santé, les diplômes permettant l’exercice de la profession de manipulateur d’électroradiologie médicale ne sont pas accessibles actuellement par la VAE en raison du risque de valider des acquis relevant de l’exercice illégal de la profession de manipulateur d’électroradiologie.

Cas particulier

Les ressortissants d'un État membre de la Communauté européenne ou partie à l'accord sur l'Espace économique européen qui souhaitent exercer en France la profession de manipulateur d'électroradiologie médicale en application de l'article L. 4351- 4 doivent obtenir une autorisation délivrée par le ministre chargé de la santé.

Les associations

Autres sites de manipulateurs (ordre alphabétique)

Un beau métier avec des perspectives d’emploi

Articles et documents

Pour en savoir plus lire également le document "DHOS - Observatoire National de l'Emploi et des Métiers de la FPH -

Étude prospective des métiers de la FPH concernant le métier de Manipulateur en électroradiologie médicale"

Webographie

Creative Commons License

en électroradiologie médicale (MER), journaliste Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Publicité

Commentaires (0)