MEDICAL

Le métier de médecin : qui, comment, pour quoi faire ?

Vous avez toujours rêvé de soigner les autres ? Faire de la médecine humanitaire, être chirurgien cardiaque, obstétricien, médecin de famille ou chercheur…Préparez vous à un long parcours de 10 années avant de pouvoir réaliser ce rêve ! Néanmoins, le nombre d’étudiants en médecine augmente avec le numerus clausus, la profession se féminise et vous êtes certain de ne jamais être au chômage…

medecin hospitalier patient

Tout savoir pour devenir médecin

Les études de Médecine

Elles se déroulent en trois cycles au sein d’une université ayant une Unité de Formation de Recherche (UFR) en médecine (parfois mixte entre la médecine et la pharmacie), associée à l'un des 44 Centres Hospitaliers Universitaires (CHU).

Le parcours des études de médecine est long et difficile. Les études sont les plus longues du cursus universitaire (9 ans pour devenir médecin généraliste et plus de 10 ans pour un médecin spécialiste). Difficiles, car l’écueil de la première année est le plus sélectif (10 – 20 % malgré l’augmentation annoncée du numérus clausus) pour se terminer par un nouveau concours (appelé ECN ou Examen Classant National…ce qui revient au même) qui font entrer les étudiants en médecine dans un interminable « stage de galérien » dont la finalité n’est pas seulement l’obtention de la thèse de doctorat en médecine. Les études de médecine sont la première partie du métier de médecin : obligatoires, indispensables...et obsolètes car l’étudiant achevant ses études devra toujours actualiser les connaissances acquises ! Les études de médecine se résument d’abord à une seule maxime : le travail !

Faut-il un Bac scientifique pour faire médecine?

Les chances de réussite en première année de médecine sont meilleures pour les bacheliers scientifiques « S » ayant obtenu une mention au bac, car les meilleurs éléments ont l’habitude de travailler. Tous les autres élèves auront moins de chance de réussite.

séries des baccalauréats des étudiants en médecine

etudes de médecine

Le cursus des études médicales

La PACES : 1re année commune aux études de santé (source : www.onisep.frwww.wikipedia.fr)

La première année commune des études de santé (PACES) est commune aux études médicales, odontologiques, pharmaceutiques et de sage-femme10 (parfois de kinésithérapie et d'ergothérapie). Elle se divise en deux semestres.

Pour être admis à s’inscrire en première année des études de santé, les candidats doivent justifier :

  • soit du baccalauréat ;
  • soit du diplôme d'accès aux études universitaires ;
  • soit d’un diplôme français ou étranger admis en dispense ou équivalence du baccalauréat en application de la réglementation nationale ;
  • soit d’une qualification ou d’une expérience jugées suffisantes.

Comme pour toute formation du système LMD, l’année est découpée en deux semestres et en « unités d’enseignement » (UE) qui se voient attribuer un certain nombre de crédits ECTS.

Les cursus de médecine, d’odontologie (chirurgie dentaire), de pharmacie et de maïeutique (sage-femme) commencent tous par la PACES, la 1re année commune aux études de santé, à l’université. Le programme est composé de sciences "fondamentales" (biologie, physique, chimie, pharmacologie), de sciences médicales (anatomie, histologie, embryologie, physiologie) et de sciences humaines et sociales. Les coefficients pour chaque matière varient selon les universités.

Au premier semestre, les enseignements sont communs à toutes les filières. Des épreuves sont organisées à la fin de celui-ci; les étudiants mal classés peuvent être réorientés dans d’autres filières de l’université.

Au second semestre, les étudiants choisissent une ou des UE spécifique(s) à une filière, en plus de la formation commune. Les étudiants passent un concours à la fin de l’année débouchant sur quatre classements.

Le redoublement de cette première année n'est autorisé qu'une et une seule fois.

La 1re partie du concours sanctionne les acquis des 4 UE (unités d’enseignement) du tronc commun. Les élèves les plus mal classés ne pourront se réinscrire en 1re année qu’après avoir validé 90 crédits ECTS dans une autre formation conduisant au grade de licence.

Les étudiants ayant réussi cette étape doivent se positionner sur le(s) concours qu’ils présenteront à la fin du 2d semestre. On peut préparer de 1 à 4 concours. La majorité des cours reste commune ; l’autre est spécialisée en médecine, odontologie, pharmacie ou maïeutique.

Admission en 2e année ou réorientation

Bravo, le plus dur est fait ! C’est souvent l’occasion de relâcher temporairement la pression accumulée durant 1 ou 2 ans au prix de sacrifices et de privations.

A la fin de l’année, la 2de partie du concours mêle épreuves communes et épreuves spécifiques. Un étudiant peut se présenter dans 1 à 4 filières.

Le "numerus clausus" est réparti sur les 70 universités : 20 % d’admis environ. Obtenir la moyenne ne suffit pas, il faut être classé en "rang utile". Le classement au concours de chaque filière dépend des différents coefficients du tronc commun et des résultats aux épreuves spécifiques : il y a 4 classements distincts.

Ceux qui échouent sont réorientés. La plupart se tournent vers le paramédical ou vers la biologie .

Autrement dit, la poursuite des études de médecine dépend du concours de première année et la faculté n’autorisera pas les candidats les plus mal classés à redoubler lorsque les résultats sont insuffisants.

Les études médicales ont une durée minimale de 9 ans après le baccalauréat et se répartissent en 3 cycles.

Les 2e et 3e années de médecine : l’entrée en matière

Au programme : sémiologie, physiologie, anatomie et microbiologie... avec enseignements optionnels :anglais médical, ou informatique médicale. Les étudiants suivent des stages cliniques d’initiation, notamment le stage infirmier, pendant l’été suivant la PACES.

Nouveau. Le diplôme de formation générale en sciences médicales sanctionne la 1re partie des études de médecine. Délivré à l’issue de 6 semestres de formation (incluant les 2 premiers semestres de la PACES), il est reconnu au niveau licence, soit 180 crédits européens (ECTS).

Les 4e, 5e et 6e années de médecine :  l’ “externat"

Le programme s’articule autour des pathologies, de leur thérapeutique et de leur prévention. Les enseignements sont organisés par modules .La pratique clinique occupe de plus en plus de temps. C’est le premier contact à l’hôpital ou l’externe va découvrir les pathologies et l’examen clinique (sémiologie) au lit du patient. En parallèle, l’externe va se préparer a l’ECN

L’étudiant hospitalier est à la fois étudiant et salarié de l’Assistance publique et effectue des stages à mi-temps le matin à l’hôpital et effectue un total de 36 gardes pour une faible rémunération (entre 100 et 200 euros par mois).

L’internat de médecine

En fin de 6e année, les étudiants en médecine passent les ECN afin de choisir parmi les 12 disciplines (cf tableau).

L’internat dure de 3 à 5 ans. L’étudiant effectue au moins 6 stages semestriels et suit parallèlement des enseignements théoriques (séminaires, cours mensuels). Enfin, il prépare une thèse de recherche. Pour obtenir le DE de docteur en médecine et s’installer, il faut valider les stages, le DES (diplôme d’études spécialisées) de la discipline suivie et soutenir sa thèse.

 

Faire médecine dans le service de Santé des Armées

L’E.S.S.A (Ecole du Service de Santé des Armées) forme les futurs officiers du Service de Santé des Armées :

  • à Lyon, les médecins, pharmaciens, chirurgiens-dentistes et vétérinaires.
  • à Bordeaux, uniquement les médecins.

Formation

Le cursus est identique à celui du civil avec en plus :

  • soutien universitaire
  • formation militaire et sportive
  • langues
  • communication
  • informatique

Recrutement

1 / Concours pour les bacheliers

Conditions (candidats français)

  • être âgé de plus de 16 ans et de moins de 21 ans
  • être titulaire du baccalauréat ou équivalent
  • remplir les conditions morales et physiques exigées

2 / Concours pour les étudiants en médecine de 2 ème année (PCEM2)

Conditions (candidats français)

  • être âgé de moins de 23 ans
  • être inscrit en deuxième année d’études médicales
  • remplir les conditions morales et physiques exigées

3 / Concours pour les étudiants en médecine de 6 ème année (DCEM4)

Conditions (candidats français)

  • être âgé de moins de 27 ans
  • être inscrit en sixième année d’études médicales
  • remplir les conditions morales et physiques exigées

Diplôme

A l’issu du cursus choisi en fonction des spécialités, les diplômes obtenus sont les mêmes que les diplômes civils.

Qu’est ce qu’un externe ?

Décret n°70-931 du 8 octobre 1970 relatif aux fonctions hospitalières des étudiants en médecine.

L’ « Externe » reste sous la responsabilité d’un interne ou d’un senior (chef de clinique Assistant ou Praticien Hospitalier), n’a pas le droit de prescrire un traitement.

L’externat consiste le plus souvent en 4 stages annuels de 3 mois dans des services de spécialité (cardiologie, pneumologie, gynécologie, médecine, etc..) choisis par grilles en début de chaque année ou trimestre. Les stages consistent en 5 matinées par semaines dans les services. Certains stages sont obligatoires et peuvent alors intégrer l’enseignement théorique. Inversement, certaines spécialités n’ont pas d’externes. L’externe fait des séjours de 3 à 12 mois dans les différents services hospitaliers.

L’externe doit, au cours de ses 3 années d’externat, effectuer des  gardes de 12, 18 ou 24 heures (une garde par mois), rémunérée 20 euros en semaine et 40 euros les jours fériés

Rémunération brute d’un externe

  • •    122 euros par mois en 4e année (DCEM2)
  • •    237 euros en 5e année (DCEM3)
  • •    265 euros en 6e année (DCEM 4)

Qu’est ce qu’un interne ?

L’interne peut prescrire et effectuer des remplacements dans des cabinets libéraux (après validation d’un certain nombre de semestres, avec une « licence de remplacement » délivrée par le conseil départemental de l’Ordre des Médecins).

L'internat de médecine générale dure trois ans, et est validé par le Diplôme d’Etat de Docteur en Médecine après la soutenance d'une thèse d’exercice. La réforme LMD, si elle était généralisée à la formation des médecins, devrait rallonger d'un an l'internat et diminuer d'un an le deuxième cycle.

L'internat de spécialité dure quatre ans ou plus composé des stages rémunérés dans des services hospitaliers validants. La spécialité est sanctionnée par le diplôme d'études spécialisées, après soutenance d'un mémoire, qui est parfois confondu avec la thèse (thèse-mémoire, lorsque celle-ci est soutenue dans la dernière année d'internat).

Qu’est ce qu’un Professeur?

Répartis en 2 corps - maîtres de conférences des universités praticiens hospitaliers (MCU-PH) et professeurs des universités praticiens hospitaliers (PU-PH) – les personnels enseignants et hospitaliers assurent des fonctions d’enseignement et de recherche et des fonctions hospitalières. Ils enseignent aux étudiants en faculté de Médecine et à l’hôpital.

Qu’est ce qu’un Praticien Hospitalier (PH)?

Le personnel des établissements publics de santé comprend, outre les agents relevant de la loi nº 86-33 du 9 janvier 1986 portant dispositions statutaires relatives à la fonction publique hospitalière et les personnels enseignants et hospitaliers mentionnés à l'article L. 952-21 du code de l'éducation :

Les praticiens hospitaliers exercent leurs fonctions à temps plein ou à temps partiel. Ils assurent les actes médicaux de diagnostic, de traitement, de soins d'urgence dispensés par le service public hospitalier et participent aux actions définies par les articles L. 6111-1 et L. 6111-2. Les PH sont nommés après avoir réussi le concours national de praticien des établissements publics de santé prévu par l'article R. 6152-301. Ils participent aux tâches de gestion qu'impliquent leurs fonctions. Ils portent le titre de médecin, chirurgien, psychiatre, spécialiste, biologiste, pharmacien ou odontologiste des hôpitaux. Leur activité peut également être répartie entre un établissement public de santé et un établissement de santé privé à but non lucratif. Des praticiens contractuels associés, exerçant sous la responsabilité directe d'un médecin et participent à l'activité de médecine.  Le praticien hospitalier, nommé ou en fonction sur postes, s'engage par convention conclue avec le directeur de l'établissement de santé à exercer ses fonctions pendant cinq ans. Le service hebdomadaire est fixé à dix demi-journées, sans que la durée de travail puisse excéder quarante-huit heures par semaine, cette durée étant calculée en moyenne sur une période de quatre mois.

La carrière des praticiens des hôpitaux comprend treize échelons. 

Qu’est ce qu’un Attaché?

Les attachés des hôpitaux mentionnés à l’article 25 (4°) de la loi du 31 décembre 1970 susvisée comprennent :

  • Des attachés des hôpitaux publics ;
  • Des attachés associés des hôpitaux publics.

Ils exercent des fonctions hospitalières et participent à l’ensemble de l’activité du service public hospitalier, telle qu’elle est définie à l’article 2 de la loi du 31 décembre 1970 modifiée susvisée. Ils sont notamment chargés de seconder le chef du service et ses collaborateurs permanents, soit dans les divers aspects de leurs activités de diagnostic et de soins, soit dans la mise en œuvre de techniques d’examen ou de traitement .Les attachés sont placés sous l’autorité du chef de service et exécutent les tâches que celui-ci leur confie.

Qu’est ce qu’un Praticien Contractuel?

Ce sont des médecins recrutés par l’établissement sous forme de contrat et exercent principalement en gardes. Les praticiens adjoints contractuels peuvent exercer concomitamment leurs fonctions dans un ou plusieurs services du même établissement public de santé. Dans l'intérêt du service, leur activité peut être répartie entre plusieurs établissements publics de santé, notamment pour favoriser le développement de la mise en réseau des établissements visés à l'article 2 de la loi n° 86-33 du 9 janvier 1986 portant dispositions statutaires relatives à la fonction publique hospitalière.

Une convention est passée à cet effet entre les établissements.

Qu’est ce qu’un Chef de Clinique (CCA)?

Les CCA sont nommés pour une période de 2 ans renouvelables 2 fois (soit 2 ans supplémentaires) et exercent en CHU (Centre Hospitalier Universitaire). Le CCA effectue 11 demi journées/semaine partagées en 5 demi journées à l’hôpital et 6 pour la faculté (UFR). Après 2 années de fonction effectives, le médecin peut obtenir le titre d’ « ancien CCA ».

Qu’est ce qu’un Assistant?

Les médecins peuvent être recrutés en qualité d'assistant ou d'assistant associé des hôpitaux dans les conditions définies par le décret n° 2000-680 du 19 juillet 2000 pour une période de 1 an renouvelable 5 fois:

Iles exercent dans des hôpitaux universitaires (CHU) ou non Universitaires

Ils peuvent exercer leur activité dans plusieurs établissements pour favoriser les actions de coopération mentionnées à l'article L. 6134-1 du code de la santé publique. Dans ce cas, une convention passée entre les établissements après avis des commissions médicales d'établissement intéressées détermine les modalités de répartition de l'activité de l'assistant et les charges supportées par chacun des établissements. Un arrêté du ministre de la santé précise les conditions d'application de ces dispositions.

Peuvent être recrutés :

  1. En qualité d'assistant généraliste des hôpitaux
  2. En qualité d'assistant spécialiste, les praticiens mentionnés au 1° du présent article qui sont, en outre, titulaires de l'un des titres ou diplômes définis par arrêté conjoint des ministres chargés de la santé et de l'enseignement supérieur. "

Qu’est ce qu’un Lauréat de la faculté?

Ce titre honorifique décerné par la faculté d’origine de l’étudiant en médecine récompense le travail de thèse réalisé en fin d’études.375

Catégorie de praticiensNombre de praticiens
Professeurs d’université - praticiens hospitaliers (PU-PH) 3 721
Professeurs d’université - praticiens hospitaliers (PU-PH) odontologies 92
Maître de conférences des universités - praticiens hospitaliers (MCU-PH) 1 739
Maître de conférences des universités - praticiens hospitaliers (MCU-PH) odontologies 375
Praticiens hospitaliers universitaires (PHU) 166
Chefs de clinique assistants (CCA) et assistants hospitalo-universitaires (AHU) 3 508
Assistants hospitalo-universitaires (AHU) odontologies 420
TOTAL UNIVERSITAIRES 10 021
Praticiens hospitaliers à temps plein (PH) / au 15 septembre 2000 23 079
Praticiens à temps partiel / au 15 septembre 2000 6 066
Assistants des hôpitaux 4 900
Attachés et attachés associés 35 000
Contractuels 200
Praticiens adjoints contractuels (PAC) / au 1er avril 2000 4 127
Pharmaciens à temps partiel 230
Total non-universitaires 73 602
Total 83 623

Sources : Ministère de l’emploi, SIGMED, SNPAC

Que gagne un médecin ?

Les revenus varient beaucoup selon les disciplines : un cardiologue en libéral gagne en moyenne 7 627 euros net par mois, un chirurgien 8 150 euros, un pédiatre 4 310 euros, un psychiatre environ 4 145 euros.

(Source : www.onisep.fr)

Même si ces salaires semblent élevés, il faut relativiser : faire médecine pour espérer un gros salaire est un mauvais calcul ! Il existe de nombreux autres corps de métier dans lesquels les salaires  sont supérieurs pour une durée d’étude 2 fois moins longue !

Une mauvaise répartition des médecins sur le territoire ? OUI

Malgré une densité médicale aujourd’hui à son plus haut niveau historique, la répartition géographique et disciplinaire reste inégale sur l’ensemble du territoire français ...

Le Schéma Régional d'Organisation Sanitaire (SROS) en Ile-de-France, la Direction régionale des affaires sanitaires et sociales d'Ile-de-France (DRASSIF) et l'Observatoire régional de santé d'Ile-de-France se sont associés pour réaliser, en 1999, une étude des densités médicales dans la région comportant deux parties distinctes. La première partie proposait un état des lieux de l'offre régionale et départementale et la seconde présentait une analyse prospective de l'offre sur les quarante prochaines années. Au terme de ces analyses, l'Ile-de-France apparaît comme une région fortement médicalisée, mais marquée par des disparités départementales importantes. (Rapport complet

Ainsi, l’inadéquation entre la démographie médicale et la répartition des « malades » fait apparaître des inégalités sur le territoire. Un jeune médecin préfère ouvrir un cabinet de cardiologie à Nice plutôt qu’au fond de la Creuse…

Conclusion

« On entre en médecine comme on entre au séminaire ». L’adage reste toujours d’actualité. Les études de médecine se résument à un leitmotiv : le travail !  Après un dur labeur passé sur les bancs de la faculté, l’étudiant en médecine devient enfin Docteur en Médecine ! Quel que soit le choix de la spécialité médicale, le parcours a été long et difficile. Ce choix se fera aussi en fonction des affinités de chacun et des différents stages passés à l’hôpital mais reste très vaste (40 spécialités, activité libérale ou hospitalière, avec ou sans garde…) pour permettre à chacun de trouver sa voie. Bonne chance !

Bibliographie

Creative Commons License

Rédacteur Infirmiers.com Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Publicité

Commentaires (5)

EdenRobyns

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#5

Passerelles

Il faut aussi préciser qu'il est possible d'accéder aux études de santé (médecine, pharmacie, dentaire et sage-femme) directement :
- en deuxième année quand on est titulaire d'un Master
- en troisième année quand on est titulaire d'un Doctorat ou d'un diplôme d'ingénieur
Les dossiers sont à rendre auprès de l'UFR désiré avant le 31 mars de chaque année.

jjland83

Avatar de l'utilisateur

263 commentaires

#4

IDE vers médecine

Oui il est possible d'envisager des études médicales après un parcours infirmier. Les places sont rares pour un concours un peu spécifique, une vingtaine de places dans l'ensemble des facultés de médecine... mais elles sont rarement toutes occupées. Il faut bien entendu envisager ces longues études, leur financement et assurer une vie personnelle.
Jérôme

shoupp

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#3

petite question

Bonjour, je viens de lire ce dossier très intéressant, et j'aurais une question... cela va sans doute paraitre idiot mais, peut on faire des études d'infirmière puis faire médecine. Enfin, on va me dire "évidemment que oui, quand on veut on peut"... mais y'a t il des passerelles ou autre ?
Merci par avance

serge cannasse

Avatar de l'utilisateur

74 commentaires

#2

merci pour votre vigilance

vous avez raison : le site contient de nombreux articles qui ont besoin d'une mise à jour, ce qui représente un gros travail. votre vigilance nous est donc précieuse. merci de nous avoir signalé que celui-ci a besoin d'une bonne toilette !

addg

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#1

mise à jour

merci pour votre site , je viens de lire le dossier sur la profession de medecin
et je pense que vous allez bientôt le mettre à jour , les études ont été réformées ainsi que les inscriptions qui se font maintenant sur admission post bac . le site de l'etudiant donne pas mal d'info la dessus.