PSYCHOLOGIE

Les métiers de psychologue : qui, comment, pour quoi faire ?

La psychologie est un champ d'investigation scientifique très récent au regard d'autres sciences comme la biologie. Après un rapide survol de l'historique de cette discipline, nous verrons en quoi le psychologue se différencie des autres"psy" existants.

Le métier de psychologue

Tout savoir sur le métier de psychologue et ses terrains d’exercice

Et après avoir vu la définition des statuts du métier et une description de ce qui est étudié au cours des 5 années d'études, nous aborderons quelques outils et techniques dont il dispose pour exercer ses fonctions, ainsi que quelques informations plus concrètes sur le métier de psychologue hospitalier.

La psychologie signifie littéralement « l'étude de l'esprit », ce qui englobe de nombreuses branches allant de la psychologie expérimentale, qui travaille par exemple sur les fonctionnements du langage, de la mémoire et des perceptions, à la psychologie sociale qui étudie les relations d'un individu à un groupe.

Nous allons ici nous concentrer sur la branche des psychologues cliniciens car c'est essentiellement avec eux que les infirmiers collaborent.

La psychologie est la descendante de deux champs d'investigation : la philosophie et la psychiatrie.

La philosophie questionne la place de l'homme dans la société, dans la nature ou par rapport à son propre corps. C'est le questionnement sur ce que l'on est intrinsèquement. Et au delà du discours subjectif, une nécessité de rigueur de plus en plus scientifique a émergé avec le siècle des lumières pour étayer les hypothèses des uns et des autres.

La psychiatrie est une science médicale symboliquement initiée après la Révolution Française par l'acte du docteur Pinel qui libéra les fous de l'Hospice de Bicêtre de leurs chaînes. Il n'était plus question de simplement regrouper et enfermer les fous (cf. « le grand enfermement » de Michel Foucault) mais d'essayer de les traiter. Une première branche de psychiatrie « dure » a testé tout un tas de techniques souvent violentes pour « tuer le mal ». On trouvera, par exemple, des séances longues de chaises rotatives, de bains d'eau glacée, des saignées, d'inoculations de maladies pour affaiblir la folie ou même des techniques du début du XIXème siècle où on forçait le patient à avaler des vers de terre vivants pour que ceux-ci « dévorent le mal de l'intérieur ». Ce type de prise en charge s'est arrêté avec l'arrivée des premiers neuroleptiques dans les années 1950.

En parallèle à ces traitements, des docteurs comme Janet ou Freud ont développé une psychiatrie plus « douce » basée sur cette empathie amorcée par Pinel. Le corps médical s'est ainsi progressivement ouvert à l'écoute de la souffrance psychique et du vécu du patient.

La psychologie clinique est le fruit tout autant d'un durcissement philosophique par des apports scientistes que de cette écoute plus douce du patient en psychiatrie.

Intimement rattachée aux avancées de la psychanalyse, elle tente d'écouter la souffrance profonde du patient au delà de son discours délirant. C'est tout le travail de l'écoute du latent au travers du manifeste, l'écoute des maux derrière les mots. Mais c'est aussi un accompagnement sur le chemin d'une réappropriation de soi. Aujourd'hui on estime que 80% des psychologues cliniciens s'affilient à la psychanalyse tant pour la compréhension théorique que pour le travail thérapeutique.

Il faudra attendre 1947 pour que cette discipline soit reconnue dans sa singularité et non plus annexée, à l'université, à la philosophie. Et il faudra encore attendre 40 ans (1985) pour que la profession soit reconnue légalement.

Les autres « psy »

Dans le langage courant nous employons le terme de « psy » pour définir la personne que l'on va consulter quand on a besoin de parler de nos souffrances psychiques ou morales. Mais ce diminutif correspond en fait à quatre statuts distincts qui doivent être bien différenciés dans le contexte professionnel.

Le PSYchiatre est un médecin titulaire d'une spécialisation en psychiatrie comme d'autres se sont spécialisés en chirurgie. Il a suivi un cursus total de BAC+10 ans. Le psychiatre est encore actuellement le seul de ces quatre « psy » à être habilité à prescrire des traitements médicamenteux.

Le psychiatre complète fréquemment sa formation en s'ouvrant aux concepts psychanalytiques.

Le PSYchanalyste est membre d'une école, d'une association ou d'un collège affilié à un courant psychanalytique ; les plus présents en France se référant à Freud ou à Lacan. Pour être psychanalyste il faut avoir fait une analyse personnelle de plusieurs années suivi d'une supervision où le futur psychanalyste analyse sa relation à sa pratique professionnelle avec un analyste, normalement plus expérimenté.

Pour beaucoup cette activité est la continuité d'un parcours analytique personnel.

Il n'est pas obligatoire d'avoir validé un cursus universitaire particulier même si, en règle général, les psychanalystes sont initialement des psychologues ou des psychiatres. Ainsi la Société psychanalytique de Paris souligne que parmi eux, seuls 10% ne sont ni médecins, ni psychologues.

La psychanalyse est une forme de psychothérapie qui se différencie par son aspect traditionnel et sa pratique assidue sur le long cours.

Le PSYchothérapeute est un accompagnant pour un travail visant à traiter une souffrance psychique. Il s'agit plus d'une position de type 'relation d'aide' englobant de fait les autres types de « psy ». Les psychothérapies sont nombreuses allant de branches au bagage théorique dense et enraciné dans une base scientifique vérifiable à d'autres branches plus... surprenantes.

Il est donc vivement conseillé de bien vérifier l'orientation théorique du thérapeute ainsi que son parcours personnel.

Depuis 2010, un texte de loi donne une définition du statut de psychothérapeute qui permet de sortir du flou juridique qui l'entourait jusqu'alors.

Le décret n° 2010-534 du 20 mai 2010 relatif à l’usage du titre de psychothérapeute stipule que pour pouvoir s'inscrire au registre des psychothérapeutes, démarche qui officialise le statut, il faut suivre une formation théorique et effectuer un stage. Les durées variant en fonction des profils ont été modifiées par le décret du 7 mai 2012

ProfessionDurée de la formation théoriqueDurée du stage pratique
Psychiatre Dispense totale Dispense totale
Médecin non psychiatre 200 h (T3 et T4) 2 mois 
Psychologue  Dispense totale 0 ou 2 mois en fonction des parcours universitaires
Psychanalyste 200h (T2, T3 et T4) 2 mois
Autre* 400h (T1 à T4) 5 mois

*Autre : Techniquement, il est donc possible de devenir psychothérapeute en un an...

La formation comprend les thèmes suivants :

  • T1 : Développement, fonctionnement et processus psychiques
  • T2 : Critères de discernement des grandes pathologies psychiatriques
  • T3 : Théories se rapportant à la psychopathologie
  • T4 : Principales approches utilisées en psychothérapie

Ce décret posé, les difficultés rencontrées jusqu'alors à l'égard des psychothérapeutes se déplacera bientôt sur d'autres professions non soumises à la législation comme les coachs, les praticiens en psychothérapie ou d'autres appellations alambiquées qui ne manqueront pas de fleurir... 

Le quatrième « psy » est le PSYchologue, sujet de cet article. Nous nous concentrerons sur le psychologue clinicien en définissant son statut, son parcours universitaire et sa pratique professionnelle. Le psychologue peut être psychothérapeute ou même psychanalyste selon le travail thérapeutique personnel qu'il a effectué en parallèle ou après ses études. Pour être à la fois psychiatre et psychologue, il faut avoir effectué à la fois un cursus universitaire de médecine et de psychologie, ce qui reste très marginal.

La psychologie clinique

Définition et statuts

Le PSYchologue est avant tout un diplômé d'un Master 2 Professionnel de psychologie (anciennement DESS) ou d'un Master 2 Recherche de psychologie complété d'un stage (anciennement DEA).

Sa fonction est d'analyser et d'intervenir auprès d'individus, de groupes ou d'institutions.

Analyser va dans le sens de comprendre, de conceptualiser et de théoriser les problèmes propres à une situation. En allant plus loin dans ce sens, le psychologue est un chercheur qui par sa pratique participe au développement de la psychologie. Ainsi il revient au psychologue tout autant de diffuser ses découvertes que d'être à l'écoute des découvertes de ses confrères.

Intervenir va dans le sens d'utiliser ses bagages théoriques et pratiques pour répondre au mieux aux nécessités d'une situation. Il s'agit avant tout d'un travail qui tend à redonner du sens à une situation conflictuelle ou confuse que ce soit dans le vécu d'une personne ou dans une équipe.

Il vise à participer à une modification des comportements individuels ou groupaux en s'adaptant aux spécificités de chaque situation.

Art.44 de la Loi n°85-772 du 25 juillet 1985 donne au psychologue son statut en tant que professionnel.

Le code de déontologie des psychologues stipule:

  • Article 3

    La mission fondamentale du psychologue est de faire reconnaître et respecter la personne dans sa dimension psychique. Son activité porte sur la composante psychique des individus, considérés isolément ou collectivement.

  • Article 4

    Le psychologue peut exercer différentes fonctions à titre libéral, salarié ou d'agent public . Il peut remplir différentes missions, qu'il distingue et fait distinguer, comme le conseil, l'enseignement de la psychologie, l'évaluation, l'expertise, la formation, la psychothérapie, la recherche, etc. Ces missions peuvent s'exercer dans divers secteurs professionnels.

    L'article 3 du code de déontologie des psychologues n'est fondamentalement pas le propre de cette profession dans le sens où il s'agit d'un rapport respectueux à la personne prise dans sa globalité. On retrouve ce type de relation entre l'infirmier et ses patients.

Cursus et formation

La validation des acquis de l’expérience

Il est important de rappeler que pour être détenteur du titre de psychologue il est légalement nécessaire d'avoir validé le Master 2 mais aussi la Licence de psychologie. Ce qui revient à dire que le jeu des équivalences ne peut pas amener directement en Master 1, quel que soit le cursus initial. Par contre un jury pourra valider les acquis correspondants aux savoirs fondamentaux de l'ensemble des matières explorées dans le début de ce cursus.

Les VAE sont à voir au cas par cas par un dossier à présenter aux universités. Ces VA peuvent correspondre à des accréditations de certains modules. Il peut s'agir, par exemple, du module de biologie pour une infirmière en reconversion...

Un jury VAE de licence traitera chacune des candidatures pour vérifier les connaissances acquises en rapport avec ce qui est exigé des étudiants ayant suivi le cursus normalement. Il se base sur trois niveaux d'aptitudes :

  • les connaissances théoriques du candidat quant aux différents champs de la psychologie
  • les savoir-faire du candidat au niveau des méthodologies employées en sciences humaines et en psychologie
  • les savoir-faire académiques du candidat, comprenant les expressions orales, écrites et les travaux de synthèses.

Le site www.vaesup-mip.info est un bon moyen de trouver des informations sur la création d'un dossier VAE.

Les cursus alternatifs au cursus universitaire

Psycho-prat est un établissement privé rattaché à l'institut catholique de Paris et ayant également une branche sur Lyon. Pour pouvoir s'inscrire à ce cursus de 5 ans (comme en université), il faut passer un examen d'entrée et payer les frais de scolarité qui s'élèvent pour l'année 2008-2009 à 4.700 €.

Un cursus par un enseignement à distance rattaché à l'université de Paris 8. il faut compter 350€ une année de Licence et 1.500€ une année de Master (tarif de 2007-2008).

Pour information, les cours de psychologie du CNED n'existent plus.

Description du cursus universitaire

En fonction des universités les cursus varient considérablement, certaines facultés étant plus psychanalytiques alors que d'autres sont plus cognitives. On dénombre actuellement en France métropolitaine un trentaine de facultés de psychologie.

Voici les différentes branches de la psychologie ainsi que les différentes matières qui peuvent être étudiées au cours de ce cursus. Si cette liste n'est pas exhaustive, les spécificités se multipliant en fonction des universités et des progressions dans le cursus, elle apportera un éclairage sur les champs du savoir de cette profession.

L'anglais est nécessaire à l'étude de la psychologie puisque la très grande majorité des textes et articles sont écrits en cette langue. Il est même des auteurs français qui écrivent directement leurs articles en anglais pour pouvoir toucher un auditoire plus vaste.

L'histoire des concepts en psychologie relate le long processus qui a permis à la société d'avoir un regard peut être de plus en plus compatissant à l'égard des souffrances psychiques. Est particulièrement étudiée la mise en place des asiles psychiatriques.

La biologie correspondant à des bases du fonctionnement du corps en étudiant succinctement ce qui le constitue (la cellule, la reproduction, les hormones, le système sanguin, etc).

Les statistiques appliquées qui sont un outil permettant de quantifier et d'analyser des situations expérimentales. Bien que souvent rébarbatives pour l'étudiant en psychologie, les statistiques permettent fondamentalement d'ancrer la discipline dans le domaine des sciences. Elles permettent de mettre en évidence et d'inférer à une population des comportements ou des stratégies cognitives d'un échantillon de cette population.

Les neurosciences décrivent le fonctionnement cérébral par les différentes aires du système nerveux et par les connections et fonctionnements des neurones, des cellules gliales et d'autres substances présentent dans le système nerveux.

La psychologie sociale traite des relations entre individus et groupes d'individus. Les notions étudiées traitent du conformisme, des stéréotypes, des individus face au groupe (leader et bouc émissaire ...), des exogroupes (les groupes différents de notre groupe d'appartenance), de la soumission à l'autorité, d'analyses de techniques de base de commerce, etc.

La psychologie différentielle regroupe des batteries de tests visant à différencier un individu de ses pairs en fonction de traits psychiques spécifiques. Ce peut être au niveau de la personnalité, de la logique intellectuelle (le Q.I.), des aptitudes au travail, ou encore du fonctionnement inconscient de l'individu (les tests projectifs comme le Rorschach ou le T.A.T.). il s'agit donc de l'apprentissage d'outils tantôt appuyés sur des statistiques empiriques tantôt sur des théories le plus souvent psychanalytiques.

La psychologie du développement étudie le développement des aptitudes de l'enfant, du nouveau né à l'adolescent, et de la personne âgée. Les aptitudes motrices, émotionnelles, langagières et intellectuelles sont étudiées en fonction des âges de l'enfant.

La psychologie cognitive comprend les sciences expérimentales analysant les mécanismes de la perception, du langage et de la mémoire. S'appuyant sur les expériences en laboratoire et sur les avancées des neurosciences, les sciences cognitives sont plus rationnelles et actuellement plus attrayantes que la psychanalyse.

La psychopathologie définie et propose différentes classifications des maladies mentales (DSM-IV, CIM-10) permettant d'avoir une certaine compréhension des troubles psychiques. C'est ici que sont étudiés les différents types de troubles : psychotiques, envahissants du développement (autismes), des conduites alimentaires, phobiques, etc. Ces classifications sont complémentaires de la psychologie clinique qui sera plus proche de la psychanalyse car celle-ci cherchera à donner un sens dans les symptômes, une logique interne à ces tableaux cliniques.

La psychopathologie et les neurosciences sont des apprentissages communs aux psychologues et aux psychiatres.

La psychologie clinique regroupe les différentes théories psychanalytiques permettant l'écoute des processus inconscients du patient. Cette étude théorique est souvent accompagnée dans les cursus d'un travail de l'entretien clinique focalisé sur l'écoute des indices cliniques et des réponses adaptées.

Les méthodes d'entretiens qui sont en lien soit avec des cas cliniques sur feuille soit avec des situations rencontrées en stage par les étudiants et qui permettent de travailler concrètement les liens entre la pratique et les éléments théoriques vus en cours.

Chacune des branches psychologiques présentées plus avant peut être prise comme spécialité. Bien entendu deux paramètres sont à prendre en compte. D'une part être accepté dans la spécialité de son choix sachant que les places sont souvent limitées et d'autre part, une fois la spécialité obtenue, il est possible de se spécialiser plus en profondeur dans un champ d'étude particulier grâce à un master spécifique.

Au niveau de ces études, la sélection se fait au moment du passage en Master 2. En fonction des statistiques on estime à 5-12% le taux d'étudiants de Licence 1ère année qui arrivent à aller en Master 2.

Vous trouverez sur www.psychoweb.fr/ la liste des Master 2 en France.

Avant d'aller plus loin, nous vous conseillons de relire rapidement les statistiques données en introduction sur le taux de réussite réussite des inscrit en 1ère année du cursus de psychologie.

Professionnel : conventions, temps FIR, syndicats

La pratique professionnelle

Le psychologue clinicien travaille avec des patients de tous âges, enfant, adolescent, adulte et personne âgée, et aura à sa disposition des outils théoriques, des médiations et des tests pour les aider au mieux de ses capacités. Les entretiens cliniques peuvent se faire en individuel ou en groupe. Avec un enfant il peut se faire avec ou sans les parents. Ce cadre dépend du bagage théorique et des impératifs de sa pratique. Les thérapies groupales se font de plus en plus en institution. Elles permettent de travailler une altérité horizontale qui permet parfois plus rapidement une réadaptation sociale.

Au niveau du travail avec les enfants, les psychanalystes comme Winnicott, Klein ou Dolto, pour ne citer que les plus influents en France, ont apporté, de part leur profonde écoute des mouvements intrapsychiques infantiles, une base conceptuelle de cette période de la vie qui sert d'étayage thérapeutique pour les pratiquants actuels.

Au niveau du travail avec les adultes les productions théoriques sont toutes autant foisonnantes et parfois très spécifiques aux populations rencontrées.

Le psychologue utilise très fréquemment des techniques de médiation pour interagir avec le patient. La médiation est en fait l'utilisation d'un objet pour supporter les projections de préoccupations souvent inconscientes. Par exemple avec un enfant, il peut s'agir de le faire jouer avec différents jouets, le faire dessiner, lui faire faire de la pâte à modeler, lui conter des histoire, etc. Et sur cette base, le laisser raconter un scénario qui pourra être analysé conjointement par l'enfant et le psychologue pour en faire ressortir les problématiques propres à l'enfant.

Par leurs concepts théoriques et leurs techniques très diversifiés, les psychologues ont un vaste panel d'outils pour répondre aux nécessités de chaque situation clinique: entretiens, orientation, bilan psychologique, suivi thérapeutique, etc.

Le code de déontologie

Les psychologues se réfèrent dans leur pratique à un code de déontologie qui définie leur pratique. Il ne s'agit pas d'un texte de loi mais d'une référence éthique sur les devoirs et limites du métier. Il s'agit d'un outil incontournable de la profession.

Psychologue des hôpitaux

Le statut de psychologue clinicien est avant tout universitaire il est donc important de définir le statut de psychologue des hôpitaux, qui est un psychologue clinicien qui travaille en hôpital pour la fonction publique.

Le psychologue est un cadre supérieur (cadre A) autonome dans sa façon de travailler. Il n'est en aucun cas subordonné à un médecin avec qui il travaille en collaboration.

Temps F.I.R.

Les psychologues de la fonction publique hospitalière ont droit à un temps F.I.R.; un temps alloué à la Formation, à l'Information et à la Recherche. Suivant la circulaire DH/FH3/92 n°23 du 23 juin 1992 Relative à l'application du décret du 31 janvier 1991 portant statut particulier des Psychologues de la Fonction Publique Hospitalière, le psychologue a à sa disposition un tiers de son temps de travail pour approfondir ses connaissances psychologiques.

Si ce temps F.I.R. est parfois mal accepté, il est nécessaire de le clarifier pour qu'il prenne sens.

La psychologie en tant que discipline récente nécessite de la part du clinicien qu'il se documente et se forme continuellement sur les nouvelles découvertes et compréhensions dans ces domaines. Au regard du code de déontologie des psychologues, l'actualisation des connaissances tout au long de leur carrière professionnelle est même une obligation de fait.

Le Décret du 31 janvier 1991 qui définit les fonctions du psychologue en deux parties soulignant par la même la répartition du temps de travail pour chacune des parties.

La première fonction du psychologue est clinique. De part sa qualification le psychologue a pour tâche d'accueillir des personnes en individuel ou en groupe à des fins thérapeutiques ou pédagogiques. Cette fonction concerne les 2/3 de son temps de travail.

Le tiers restant est un temps investie dans la formation, l'information et la recherche du psychologue. Il a le devoir d'actualiser sa formation en fonction de l'évolution des découvertes et des méthodes. Ce temps est également celui qui sera utilisé pour répondre à la participation et/ou à la réalisation de recherches.

La psychologie est une science nouvelle et chaque psychologue a une responsabilité quant à son développement.

Lieux de pratique

Pour les psychologues cliniciens, ces lieux sont essentiellement les mêmes que ceux où travaillent les psychiatres.

Salaires

En travaillant au sein d'une institution publique le psychologue est rémunéré en fonction de grilles de salaires associées à différents types de conventions.

Ces montants sont en euro et en brut :

  • Convention collective 1951 : début: 2.255€ avec une augmentation annuelle de 2% pendant 20 ans puis de 10%. soit autour de 2.920€ au bout de 12 ans d'ancienneté.
  • Convention collective 1966 : début: 2.936€. au bout de 12 ans: 3.290€. après 28 ans : 3.760€
  • Convention unique : début: cadre A: 2.055€. au bout de 12 ans: passage en cadre B: 2.900€. après 28 ans : 3.080€
  • Convention collective des psychologues de l'enseignement privé : début: 1.590€. au bout de 12 ans: 2.323€. au bout de 28 an : 3.250€

Pour plus d'informations, nous vous conseillons le site du syndicat des psychologues .

En début de carrière un psychologue a généralement un ou plusieurs contrats à temps partiel. Il est fréquent qu'un psychologue partage son temps de travail en deux, trois, voire quatre postes différents.

Syndicats et fédérations

  • Fédération française des psychologues et de psychologie.
  • Syndicat National des Psychologues :

    Premier syndicat de psychologues en France, fondé en 1950 par des professionnels diplômés d’Université, le Syndicat National des Psychologues s'est donné pour mission de faire reconnaître la profession dans la société, sur la base :

    • d’une formation universitaire, garante d'une formation scientifique et critique fondamentale et appliquée,
    • d 'une reconnaissance de l'activité professionnelle des psychologues,
    • d'une inscription juridique de principes et de règles déontologiques,
    • d'une revalorisation des rémunérations prenant en compte le niveau de formation, l'exigence éthique
    • d'une formation continuée et la responsabilité professionnelle,
    • d'une solidarité active entre collègues.
  • Société Française de Psychologie (SFP)

    Créée en 1901, la Société Française de Psychologie (SFP) est la première association de psychologues en France. Elle regroupe l'ensemble des champs de la psychologie (clinique, développement, sociale, cognitive, différentielle, etc.). Elle est "la société savante" pour la psychologie en France. La SFP a pour principale mission de développer les échanges de connaissance en psychologie et de garantir la scientificité des pratiques.

  • Association d'Enseignants Chercheurs en Psychologie 

  • Association de la Psychologie de Santé Publique

N'hésitez pas à me contacter pour enrichir cet article.

Creative Commons License

Psychologue clinicien Rédacteur Infirmiers.com Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Publicité

Commentaires (0)