IDEL

La FNI souligne « la valeur ajoutée infirmière »

Le D2I (Dossier Infirmier Informatisé) et le suivi protocolisé des patients chroniques : deux propositions de la Fédération nationale des infirmiers (FNI) retenues par le Centre d’Analyse Stratégique (CAS) pour les 20 années à venir ! La FNI s'en réjouit !

Communiqué de la Fédération nationale des Infirmiers (FNI) – 20 décembre 2011

Dossier Infirmier Informatisé et suivi protocolisé des patients chroniquesLa FNI tient à saluer les propositions du Centre d’Analyse Stratégique pour adapter l’offre de soins primaires aux défis des 20 prochaines années, rendues publiques le 6 décembre dernier. Ces propositions mettent l’accent sur les coopérations entre professionnels de santé et notamment la structuration du binôme médecin/infirmier, une démarche jugée prioritaire par la FNI depuis plusieurs années pour mieux exprimer « la valeur ajoutée infirmière » qui reste sous estimée en France.

En préconisant d’instituer une consultation infirmière de première ligne, mais aussi une consultation infirmière de suivi des patients atteints de pathologies chroniques, le CAS rejoint la position des politiques de santé publique appliquées dans la très grande majorité des pays de l’OCDE qui ont confié aux infirmiers un rôle pivot dans deux secteurs principaux que sont les soins courants et la prise en charge des patients atteints de maladies chroniques qui vont représenter dans l’avenir, rappelons-le, 80 % des prestations de soins (OMS) dans l’objectif d’assurer une égalité d’accès aux soins et des traitements à des coûts supportables pour les systèmes de santé.

Dès 2009, la FNI a fait des propositions fortes pour la refondation de la médecine de premier recours rappelant qu’à législation constante, la surveillance des patients chroniques pouvait être assurée par les infirmiers, pour peu que des protocoles soient établis et que des outils de partage de l'information soient disponibles. (Cf. Position Paper FNI du 19 05 2010).

Des outils de partage de l’information, et en particulier un dossier infirmier informatisé, c’est aussi la première des préconisations du Centre d’Analyse Stratégique dans le deuxième volet de cette note du 6 décembre 2011 consacrée à la télémédecine et à laquelle la FNI ne peut apporter que son soutien massif puisque c’est elle qui propose à l’ASIP Santé, depuis 3 ans, la création de ce dossier. Le fait que le CAS relaie cette proposition de la FNI retenue lors de ses différentes auditions, montre que cette institution d’expertise et d’aide à la décision placée auprès du Premier ministre a perçu tout l’intérêt de développer le partage d’informations entre professionnels de santé. Et quel bonheur pour la FNI de l’entendre se prononcer « pour la création d'un dossier infirmier informatisé, en parallèle du DMP, et bien sûr compatible avec lui. »

Si la FNI apporte son soutien aux propositions du Centre d’Analyse Stratégique véritablement novatrices et opportunes, elle alerte cependant sur le risque qu’il y aurait à concevoir ce renforcement du rôle infirmier uniquement sous l’angle de structures d’exercice collectif sur le modèle des maisons de santé. Les débats du 58ème Congrès de la FNI qui s’est tenu les 6, 7 et 8 décembre sur ce thème montrent au contraire toute la pertinence de l’exercice libéral pour répondre, en cette période troublée, aux besoins de proximité, de maillage territorial, mais aussi de performance économique, une pertinence sans cesse mesurée par le capital sympathie des Français pour leurs infirmières libérales.

Enfin, la FNI tient à disposition des institutions des propositions concrètes sur la prise en charge de la dépendance, sur l’accompagnement des patients chroniques au travers des missions de conseil, d’éducation thérapeutique, de suivi qui permettent d’accompagner ces évolutions professionnelles. La FNI veut croire qu’il ne s’agit pas là seulement de l’œuvre de la magie de Noël avec une annonce anticipée pour le jour de la Saint-Nicolas, mais bien d’une orientation durable.


http://www.fni.fr

Publicité

Commentaires (5)

Sancho

Avatar de l'utilisateur

162 commentaires

#5

DMP = Usine a gaz ?

C'est clair, le DMP n'a pour le moment aucun avenir au vu de cette mobilisation, mais aussi au vu de son fonctionnement qui ressemble a une véritable usine a gaz...

C'est un bonne idée en soi ... mais a mon avis pas le bon système.

Pourquoi ne pas se fier à notre bonne vieille Carte vitale, en la faisant évoluer un peu avec notre dossier médical pluridisciplinaire inclus dans sa puce ??

Non, c'est vrai par le temps qui cours, il est plus simple et moins couteux de créer un système complexe qui ne marcheront qu'une fois tous les trente six du mois, plutôt que de reflechirir a un système simple (Carte vitale) qui demanderai aucun changement d'habitude pour les patients, un support unique (Remboursement / Information médicale / Collaboration entre professionnel / Pourquoi pas les prescriptions / ... ) et peu d'investissement pour les professionnel de santé pour participer à la prise en charge en réseau.

execho

Avatar de l'utilisateur

100 commentaires

#4

dmp

L'ASIP a envoyé à 500000 professionnels de santé les doc.pour le DMP.Taux de retour 7 pour cent(source annuaire sécu).Il y aura donc en parallèle le dossier infirmier.Et là je me demande en parallèle de quoi vu le désintéret et même la défiance envers le DMP?

Sancho

Avatar de l'utilisateur

162 commentaires

#3

C'est vrai un infirmier c'est pas chère...

C'est vrai un infirmier c'est pas chère...

En espérant qu'avec ces futures prérogatives, le salaire augmente. Ceux bien sur, grâce à la mobilisation des futures prof. concernés et des syndicats.

Dans tous les cas un infirmier coutera moins cher qu'un médecin et apportera grâce à une formation adéquat, un plus value certaines sur le suivi des patients atteint de maladies chronique, entre autre.

la fée calôme

Avatar de l'utilisateur

45 commentaires

#2

Et sur l'Ordre Infirmier ?

La FNI n'a donc rien pondu sur l'Ordre Infirmier durant son congrès ? Les déclarations de monsieur Tisserand qui ont suivi sa démission "tonitruante" du CNOI en septembre étaient elles destinées à l'esbrouffe ?

execho

Avatar de l'utilisateur

100 commentaires

#1

c'est dingue!

les infirmières "pourraient" prendre en charge la dépendance et donner des conseils aux patients à pathologies chroniques,et en plus y'aurait des renseignements avec internet ou même des documents secrets qu'elles pourraient consulter.Mince ,je pensais que juste elles passaient un linge humide sur le front des malades fiévreux,et qu'elles ne parlaient jamais aux médecins.La fni est trop proche de nous,on se sent tout de suite comprises.Et cerise sur le gâteau,la fni le dit:utilisez une infirmière c'est pas cher.