Fiche de poste - Infirmière d'oncologie

Autre appellation

Infirmier en cancérologie

Pré requis

  • Diplôme d'état d'infirmier déclaré et inscrit sur le fichier ADELI en DDASS
  • Diplôme d'infirmier de la communauté européenne, de la Suisse et Andorre après validation par la DDASS

 

Expérience conseillée

  • Débutant accepté
  • Expérience en médecine ou chirurgie souhaitée
  • Formation au dispositif d'annonce ou soins palliatifs sont un plus.

 

Conditions d'exercice (selon les établissements) :

  • Plannings sur 4 ou 5 semaines
  • Horaires de jour en 7h ou 12h, ces derniers sont de plus en plus nombreux.
  • 1 week-end sur 2 en général.
  • Horaires de nuit en 10h ou 12h.
  • 13ème mois selon convention ou accords d'établissement
  • Prime d'intéressement selon accords d'établissement

 

Savoir faire requis

 

Connaissances associées

 

Soins infirmiers

Connaissances techniques

Connaissances théoriques

Risques et vigilances

Démarches qualité

Capacités relationnelles

3

2

3

2

1

3

 1: connaissances générales    2: connaissances détaillées    3: connaissances approfondies

Conditions statutaires et salariales

L'IDE en oncologie ne relève pas d'une spécialisation reconnue par les grilles salariales, elle est donc intégrée à la filière soignante des conventions collectives.

Elle est généralement classée en catégorie T.a (technicienne), ou T.b.
Le coefficient de départ dans la convention collective unifiée de 2002 (FHP) est 246 soit 1672,80 euros brut mensuel (T.a) ou 254 soit 1727,20 euros.

Ce métier dans le privé...

L'exercice du DE en service d'oncologie dans le privé ne diffère guère du public.

On retrouve cependant une flexibilité propre au privé qui permet plus facilement à l'IDE qui le souhaite de changer de service ou de discipline.
Le burn-out y étant relativement courant les changements de services sont généralement facilités

Rencontre d'une professionelle

Entretien avec F. Infirmière en médecine oncologique et chimiothérapie ambulatoire


Depuis combien de temps êtes-vous ?
Je suis en médecine oncologique depuis 7 ans et j'assure la chimio ambulatoire depuis 2 ans

Si je vous demande de définir votre métier par deux qualificatifs, que diriez-vous?
Lourd et usant

Que pensez-vous de votre métier en termes de pénibilité ?

Ce n'est pas une pénibilité physique, mais morale. Il y a un burn out important, je suis la plus ancienne du service, en moyenne les jeunes IDE restent un à deux ans, pas plus.
C'est dur de voir toute l'année des patients cancéreux, c'est dur de les voir disparaitre quand on les a vus pendant un, deux ou trois ans essayer tout type de protocoles sans succès. Le désarroi des familles on ne s'y fait pas, malgré les groupes de paroles;
Mais on a paradoxalement le sentiment d'être très utiles.

Avez-vous envie d'en changer ?

Souvent, mais l'ambiance de l'équipe, la clinique, tout me retient, mais je sais qu'un jour faudra que je tourne la page, j'envisage peut être de me tourner vers l'enseignement en IFSI

Quels sont les aspects qui le rendent attractif ou passionnant ?

Le lien avec le patient et sa famille, le relationnel intense, le partage avec les collègues et les médecins, mais aussi le développement des chimio et les progrès qui permettent d'avoir des périodes de remissions plus longues

Si vous deviez donner un conseil à un jeune professionnel qui serait intéressé par cette carrière, que lui diriez-vous ?
Bien réfléchir, essayer en intérim avant de prendre un poste, mais d'être vigilant, on n’est pas un bon soignant quand on est en souffrance

 

    Jean-Michel Pélaprat
    Directeur des soins Infirmiers
    Ancien Président et fondateur de l'ANCISSP
    Rédacteur Infirmiers.com

 

 

Publicité

Commentaires (0)