SANTE AU TRAVAIL

L'infirmier de santé au travail : quel profil, quelle formation, quelles missions ?

Infirmier de Santé au Travail (IST) est un exercice professionnel spécifique bien qu’il n’existe peu de réglementation en la matière. Il consiste essentiellement à faire de la prévention, à seconder le médecin du travail et à gérer les urgences qui peuvent arriver dans l'entreprise. Au niveau formation, aucun diplôme n’est exigé outre le Diplôme d’Etat mais le DIUST (Diplôme Inter Universitaire de Santé au Travail) ou Licence professionnelle en Santé au Travail est fortement apprécié par les employeurs.

Quel est le rôle des infirmiers1 de santé au travail ?

infirmier mains hommes papier

Infirmier de santé au travail : vigie de la santé des salariés

L’IST contribue à la protection de la santé physique et mentale des salariés sur les lieux de travail en collaboration étroite avec le Médecin du Travail

  • Il participe à la surveillance de la santé des salariés selon les protocoles établis par le médecin du travail : organise les visites médicales ; réalise les examens et explorations fonctionnelles.
  • Il prend en charge les soins d’urgences selon les protocoles établis (article R4311-1) : accidents du Travail, soins d’urgence, accueil des salariés en difficulté pour des problèmes de santé, professionnels ou autres.
  • Il propose, organise, mets en place des actions de prévention (article R4511-15) .
  • Il participe au tiers temps des Médecins du Travail (Un tiers du temps de travail des médecins doit être consacré à l’amélioration des conditions de travail des salariés).
  • Il contribue aux études de postes.
  • Il propose des actions correctives et préventives .
  • Il participe à des formations relatives aux risques de l’entreprise (bruit, produits chimiques, exposition au sang, Troubles Musculo-Squelettiques…).
  • Il contribue à la formation et au recyclage des Sauveteurs Secouristes du Travail (SST) ainsi les gestes recommandés concernant la manutention.
  • Il sensibilise les SST et les salariés à la prévention du risque.
  • Il collabore à la formation et à l’information concernant les problèmes de santé publique (alcool, tabac, hygiène alimentaire…..) en fonction des problèmes identifiés, des demandes, des besoins exprimés.
  • Il fait partie des groupes de recherche appliquée en participant à des commissions pluridisciplinaires (handicap, harcèlement, ergonomie…)
  • Il participe à des enquêtes et études concernant les besoins de santé.
  • Il assure la gestion et l’organisation du service de santé au travail : planning des visites, formation, réunions… , gestion de la pharmacie, gestion des registres Accident du Travail…, rédactions des rapports... 

L’IST peut aussi participer au CHSCT (Comité d’Hygiène, Sécurité et Conditions de Travail). Mais ce n’est pas une obligation. Il peut ainsi avoir un rôle de coordination concernant les objectifs et projets dans certains services autonomes.

IST : quelle formation ?

Bien qu’en théorie, aucune formation spécifique ne soit exigée - le DE d’infirmier et l’expérience permettent de travailler dans cette filière d’activités - , les employeurs privilégient de plus en plus le DIUST (Diplôme Inter Universitaire de Santé au Travail) ou Licence professionnelle en Santé au Travail qui permet :

  • de mieux se situer dans le milieu du travail ;
  • de participer à l'identification et l'évaluation des facteurs de risque pour la santé liés aux conditions de travail ;
  • de savoir identifier et évaluer les interrelations entre travail et santé humaine ;
  • de contribuer à l'identification et à l'évaluation des besoins de santé tant au plan individuel que collectif dans l'entreprise ;
  • de savoir valider l’identification d’un problème de santé ou une demande en concertation avec l’équipe, bref de compléter ses connaissances et d’en acquérir d’autres.

Cette formation peut être prise en charge dans le cadre de la formation continue de l'entreprise ou par un Contrat Individuel de Formation (C.I.F). Voici la liste des différents centres permettant de se former à la santé du travail.

Mais aussi des formations complémentaires...

Si vous êtes IDE et que vous souhaitez travailler dans cette filière, n’hésitez plus car c’est un métier passionnant au centre des relations d’hommes et de femmes au travail. Le fait d’être infirmier permet en effet le rapprochement avec les salariés, installe la confiance et une crédibilité certaine avec les différents interlocuteurs. Ainsi l’IST contribue directement à l’identification et à l’évaluation des besoins de santé des salariés et de l’entreprise.

La législation en vigueur

Le code du travail réglemente le nombre d'infirmiers par salariés dans une entreprise :

  • Industrie : une pour 200 à 800 salariés et une de plus par tranche de 600 salariés ;
  • Autres établissements : une pour 500 à 1000 salariés et une de plus par tranche de 1000 salariés ;
  • Tertiaire : une pour 800 à 1000 salariés et une de plus par tranche de 1000 salariés ;
  • PME : à la demande du médecin du travail.

Les principaux textes de loi concernant les infirmiers du travail :

  • Article R4623-29 - Modifié par Décret n°2012-135 du 30 janvier 2012 - art. 1. L'infirmier recruté dans un service de santé au travail est diplômé d'Etat ou a l'autorisation d'exercer sans limitation dans les conditions prévues par le code de la santé publique; Si l'infirmier n'a pas suivi une formation en santé au travail, l'employeur l'y inscrit au cours des douze mois qui suivent son recrutement et favorise sa formation continue.
  • Article R4623-30 - Modifié par Décret n°2012-135 du 30 janvier 2012 - art. 1. Dans le respect des dispositions des articles R. 4311-1 et suivants du code de la santé publique, l'infirmier exerce ses missions propres ainsi que celles définies par le médecin du travail, sur la base du protocole mentionné à l'article R. 4623-14 du présent code.
  • Article R4623-31 - Modifié par Décret n°2012-135 du 30 janvier 2012 - art. 1. Un entretien infirmier peut être mis en place pour réaliser les activités confiées à l'infirmier par le protocole prévu à l'article R. 4623-14. Cet entretien donne lieu à la délivrance d'une attestation de suivi infirmier qui ne comporte aucune mention relative à l'aptitude ou l'inaptitude médicale du salarié. L'infirmier peut également, selon les mêmes modalités, effectuer des examens complémentaires et participer à des actions d'information collectives conçues en collaboration avec le médecin du travail et validées par lui dans le respect des règles liées à l'exercice de la profession d'infirmier déterminées en application de l'article L. 4311-1 du code de la santé publique.
  • Article R4623-32 - Modifié par Décret n°2012-135 du 30 janvier 2012 - art. 1. Dans les établissements industriels de 200 à 800 salariés, est présent au moins un infirmier et, au-delà de cet effectif, un infirmier supplémentaire par tranche de 600 salariés. Dans les autres établissements de 500 à 1 000 salariés, est présent au moins un infirmier et, au-delà de cet effectif, un infirmier supplémentaire par tranche de 1 000 salariés.
  • Article R4623-33 - Modifié par Décret n°2012-135 du 30 janvier 2012 - art. 1. Dans les établissements industriels de moins de 200 salariés et dans les autres établissements de moins de 500 salariés, un infirmier est présent si le médecin du travail et le comité d'entreprise en font la demande. Lorsque l'employeur conteste la demande, la décision est prise par l'inspecteur du travail après avis du médecin inspecteur du travail.
  • Article R4623-34  - Modifié par Décret n°2012-135 du 30 janvier 2012 - art. 1. En présence d'un médecin du travail dans l'entreprise, il assure ses missions en coopération avec ce dernier.Lorsque le médecin du travail du service de santé au travail interentreprises intervient dans l'entreprise, il lui apporte son concours. L'équipe pluridisciplinaire se coordonne avec lui.

La législation ne précise pas les missions de ces infirmières. Pour un accès direct aux textes de loi, cliquez ici.

Quel salaire ?

Il reste très variable. En effet, l'IST ne figure pas sur les conventions collectives (métallurgie, la chimie, l'agro-alimentaire...). Elle peut se trouver « associée » aux employés, aux agents de maîtrise, aux assimilés cadres ou cadres. Le salaire sera en fonction de l'expérience et des diplômes et autres formations acquises mais surtout selon la capacité de l'IST à négocier et savoir vendre ses compétences. A chacun de faire valoir ses compétences ! Néanmoins, il ne faut jamais accepter des salaires en dessous de ceux de la fonction publique. Il faut prendre en compte les avantages des entreprises privées, soit un treizième, voire un quatorzième mois, participation aux bénéfices, tickets restaurant et autres avantages en nature...

Creative Commons License

Psychologue clinicienRédacteur Infirmiers.com Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Publicité

Commentaires (6)

binoute1

Avatar de l'utilisateur

181 commentaires

#6

@mle

eeeeuuuuuuh Nan !
les infirmiers au travail peuvent être soit en service inter , soit en service autonome (donc anciennement appelé infirmier d'entreprise).

Mais je suis prête à entendre votre point de vue

mle

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#5

attention infirmiere de sante au travail et infirmier d'entreprise

il semble que vous confondiez infirmier de santé au travail et infirmer entreprise.....


pour ma part je pense que c'est différent avec des missions différentes.......
en particulier concernant la possibilité d'étendre les entretiens au 24° mois....

mostafa bacha

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#4

formation

j'ai besoin une formation en médecine du travail

binoute1

Avatar de l'utilisateur

181 commentaires

#3

infirmier du travail...

donc soit en entreprise, soit en service inter entreprise

lynette37

Avatar de l'utilisateur

2 commentaires

#2

Lieu d'exercice

Ou postuler pour ce type d'exercice? Très interressé ....

binoute1

Avatar de l'utilisateur

181 commentaires

#1

mais encore !

"L’IST peut aussi participer au CHSCT (Comité d’Hygiène, Sécurité et Conditions de Travail). Mais ce n’est pas une obligation."

c'est surtout que la présence de l'ist nécessite l'accord des membres du CHS.
S'ils ne donnent pas leur accord, alors l'inf. ne pourra pas y assister , même si le doc souhaite être remplacé!