PSYCHIATRIE

Des soignants de l'hôpital Saint-Jean-de-Dieu en souffrance

par .

A l’Hôpital Saint-Jean-de-Dieu, à Lyon, structure psychiatrique, la souffrance au travail est dénoncée par le syndicat CFTC, qui décrit "des soignants en détresse" et "mutés contre leur gré" alors qu'ils avaient dénoncé à la direction de l'établissement "des risques psychosociaux" encourus importants.

gants boxe rouge bleus

A l'hôpital psychiatrique Saint-Jean-de-Dieu, à Lyon, le bras de fer s'engage entre soignants et direction...

Linda Benmouma, représentante syndicale CFTC de l'établissement nous explique que la quasi totalité du personnel soignant de l’unité Louise Labé a fait un courrier à la direction pour se plaindre des risques pychosociaux encourus dans ce service. En substance, voici ce que les soignants dénoncent : Cela fait plusieurs mois maintenant, et ce malgré des réunions formelles ou informelles tant avec les médecins qu'avec l'encadrement, qu'un climat de méfiance et de suspicion ne cesse de peser sur notre travail. Cela passe par la mise en doute de notre investissement, par la remise en question de nos compétences et même jusqu'à la remise en cause de notre éducation. Notre droit d'expression et de critique est mis à mal, voire censuré, lorsqu'au cours d'une réunion institutionnelle, nous exprimons notre incompréhension collective sur certaines prises en charge ou nos difficultés à travailler en collaboration avec des médecins.

Les salariés ont même déclenché "un droit d’alerte" au Comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT).  C'est une grande mascarade poursuit Linda Benmouma. La direction a engagé une démarche d’enquête soutenue par les autres syndicats de l’établissement qui a conclu de façon globale "en une absence de régulation médicale et de l'encadrement". Malgré la reprise de l’instruction de ce dossier par l’inspection du travail, la seule solution proposée par la direction de l'établissement est la mutation de tous les signataires de ce courrier d'alerte, soit 11 IDE, 3 ASD et la secrétaire médicale. C'est insupportable que des soignants osent crier leur souffrance et soient mutés contre leur gré. Quelle considération a-t-on des salariés ?  Avec cette mesure folle, la direction se dédouane de toute responsabilité et de remise en question et finit le travail "en tuant" l'équipe entière.

Soulignant que cette situation perdure depuis des années et que plusieurs balises de détresse ont été lancées sans jamais que la direction générale ou la direction des soins infirmiers ne prennent en compte la souffrance et les difficultés des soignants, la CFTC lance donc l'alerte dans les médias régionaux et professionnels pour dénoncer les agissements de la direction d'un établissement de soins inadmissibles et intolérables, d'autant lorsqu'ils sont cautionnés par l'encadrement qui ne cesse de nous dire que dorénavant ça sera comme ça et pas autrement, qu'il faut l'accepter ou partir.  

Ces soignants malmenés, incompris et mis en danger dans leur exercice professionnel quotidien soulignent que ces manœuvres managériales autoritaires et vexatoires mettent à mal tous les soignants, portent atteinte à notre dignité, à notre santé et met également en péril notre sécurité et celle de nos patients. En effet, nous venons travailler avec une forte appréhension et une peur accrue de voir toutes nos décisions ou nos positionnements être considérées comme fautifs. Cela favorise un état de stress permanent et une tension interne intense qui se répercute sur notre vie sociale et familiale et a pour conséquence une détérioration de notre état de santé (anxiété et insomnie...).

Dès demain, des tracts seront distribués dans l'établissement afin que le plus grand nombre de salariés soit informé avant que, vraisemblablement d'autres actions soient mises en place. Un mouvement social à suivre.

Creative Commons License

Bernadette FABREGASRédactrice en chef Infirmiers.combernadette.fabregas@infirmiers.com @FabregasBern

Retour au sommaire du dossier Psychiatrie

Publicité

Commentaires (2)

cbonoupas

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#2

oui ! hopital !

Centre hospitalier spécialisé St jean de Dieu : privé à but non lucratif,( ESPIC), donc on parle bien d"un hopital

execho

Avatar de l'utilisateur

188 commentaires

#1

hôpital?

suis toujours étonnée à Lyon de la dénomination d'hôpital donné aux établissements privés?Ce qui ne change rien au problème de ces collègues,vous me direz,bien que,cela serait il possible dans le public?