INFOS ET ACTUALITES

1 fumeur sur 4 prévoit d'arrêter de fumer en 2012 !

Cet article fait partie du dossier:

Tabacologie

    Précédent Suivant

Selon l'étude Harris Interactive « La relation des Français au tabac », plus d’un fumeur sur quatre prévoit d’arrêter de fumer en 2012, tandis qu’une minorité d’entre eux préfère s’en remettre à la prochaine augmentation des prix du tabac (2%).

1 fumeur sur 4 prévoit d'arrêter de fumer en 2012 !Fumeurs, ex-fumeurs, repentis mais pas tout à fait, motivés pour le sevrage..., l'étude « La relation des Français au tabac »1 permet de faire le point sur la façon dont les Français appréhendent ce sujet qui s'inscrit dans le sillage des dernières hausses prix du tabac2 et ce, 5 ans après l'interdiction de fumer dans les lieux publics.

Si 2% des fumeurs s’en remettent à la prochaine hausse des prix pour s’engager sur la voie du sevrage tabagique, ils sont 63,4% d’entre eux à déclarer ne pas être enclins à lâcher leurs cigarettes, malgré la hausse des prix... Reste à savoir ce que fumer veut dire pour les Français interrogés, et qui est le plus à même de les accompagner dans une perspective d’arrêt du tabac.

Parmi les chiffres clés que l'on peut retenir, voici les principaux.

La cigarette peut se lire comme un plaisir inscrit dans l’instant présent :

  • 18,8% des fumeurs continueraient de fumer malgré une maladie liée au tabagisme et 33,4% d’entre eux ont même été jusqu’à fumer dans des situations où il était interdit de fumer... 50% des fumeurs seraient pourtant prêts à ne pas fumer pendant une semaine en échange d’argent (100€...).

Les consommateurs sont conscients de son caractère addictif :

  • 69,2% des Français considèrent que la nicotine est très fortement addictive, devant l’héroïne et la cocaïne ou encore l’alcool (64,0%).

La cigarette rime aussi avec mauvaise conscience :

  • Conscients du caractère addictif de la nicotine, 67.2% des fumeurs ont déjà essayé d’arrêter de fumer, employant pour cela une pléthore de méthodes (bonne volonté, substituts nicotiniques...) qu’ils n’hésitent pas à reconduire en cas d’échec .

Les non-fumeurs sont mobilisés sur le sujet :

  • ils sont ainsi 86,5% à déclarer vouloir sensibiliser un proche aux méfaits du tabac si celui-ci fumait ou venait à fumer : 38,6% d’entre eux seraient même prêts à le faire quotidiennement !
  • l'accompagnement médical est plébiscité : la majorité des fumeurs estime que les médecins (50,7%) et les pharmaciens (10,6%) sont les plus à même pour les accompagner dans une perspective d’arrêt du tabac. 52,9% des fumeurs qui envisagent de consulter un médecin pensent que cela leur permettra avant tout de connaître toutes les solutions de sevrage disponibles et de savoir laquelle le médecin recommanderait dans leur cas particulier. L’environnement proche et familial intervient de façon secondaire en matière de conseils sur le sujet.

http://www.prevention-tabac.com : un site d’information

Ce site* permet aux patients d’accéder à des informations complètes et utiles pour mieux connaître les méfaits du tabac, les bienfaits du sevrage et de se faire guider dans leur démarche pour en parler avec leur médecin. A travers un discours accessible et déculpabilisant, chacun peut trouver la solution adéquate à son profil et préserver ainsi son capital santé.

*Développé par Pfizer en partenariat avec le Comité contre les maladies respiratoires, la Fédération Française de Cardiologie, la Fédération Française de Pneumologie et la Société Française de Tabacologie.

    Notes

    1. Étude online a été menée en janvier 2012 par Harris Interactive pour le laboratoire Pfizer, auprès d’une population de panelistes composée de 1 000 fumeurs, respectivement âgés de 15. ans et plus, et suivant une répartition par genre de 52% de femmes et 48% d’hommes. Ce panel se subdivise en trois catégories : 214 fumeurs (24,1%), 305 d’ex fumeurs (30,5%)  et 454 non fumeurs (45,4%).
    2. http://www.gouvernement.fr/gouvernement/le-prix-du-tabac-augmente-de6

    Creative Commons License
    Rédactrice en chef Infirmiers.com
    bernadette.fabregas@izeos.com

    Retour au sommaire du dossier Tabacologie

    Commentaires (0)