INFOS ET ACTUALITES

12 mai : une mobilisation infirmière très peu suivie...

par .

Cet article fait partie du dossier :

Journée Internationale de l'IDE

    Précédent Suivant

A l'occasion de la Journée internationale des infirmières, le 12 mai 2014, le collectif Ni Bonnes Ni Nonnes Ni Pigeonnes (NB3NP) appelait à la mobilisation dans sept villes de France. Un rassemblement suivi par très peu d'infirmiers...

affiche stop manque reconnaissance

Les infirmiers restent peu enclins à se mobiliser

Chaque année, le 12 mai 2014 est l'occasion pour les infirmiers de « fêter » leur profession. Le collectif Ni Bonnes Ni Nonnes Ni Pigeonnes (NB3NP) a ainsi appelé au rassemblement dans sept villes françaises : Paris, Nantes, Dijon, Besançon, Bordeaux, Lyon et Nice.   Devant le ministère des Affaires sociales et de la Santé, à Paris, une dizaine d'infirmiers se sont mobilisés. Encore une fois, le mouvement a été très peu suivi, ce que déplorent les participants : Sur Facebook, nous sommes près de 40.000 membres... Lorsqu'il s'agit de se mobiliser réellement, il n'y a plus personne, constate Aurélie. Sur la page Facebook des NB3NP, les réactions ne se sont pas faites attendre. Ainsi, Nathalie s'interroge : aujourd'hui, j'ai accompagné une amie infirmière à la manifestation prévue depuis de longue date à Paris, devant le ministère de la santé. J'ai bien compris que ce collectif avait été créé pour faire bouger le mal-être des soignants et des soignés. Mais lorsque je suis arrivée à cette manifestation, j'ai pu à ma grande surprise découvrir qu'il n'y avait qu'une poignée d'infirmiers mobilisés. Là je viens de rentrer chez moi, et je me demande « Est-ce que tout va si mal dans le milieu de la santé ? ». Il semblerait que non au vu de la mobilisation soignante...

Peu mobilisés, mais écoutés...

Pour Christine1, infirmière depuis plus de trente ans, cette mobilisation, bien que très peu suivie, est l'occasion de faire entendre sa voix. En plein burn-out, elle avoue avoir honte de son métier. Pourtant, je l'ai aimé, mais il nous ronge et se dégrade... Les nouveaux infirmiers sont juste de la chair à canon, ils sont mal préparés..., ajoute-t-elle. Quand je vois que de jeunes infirmiers ou aides-soignants doivent aller aux Restos du cœur, je me dis que la société va vraiment très mal..., conclut Christine.

A quinze heures, une délégation de trois personnes a néanmoins été reçue au ministère des Affaires sociales et de la Santé par une représentante des ressources humaines, et une du service exercice et déontologie, pour faire part de leurs revendications : reconnaissance salariale, reconnaissance du burn-out comme maladie professionnelle, mise en place d'un ratio soignant/soigné... A sa sortie du ministère, la délégation a le sentiment d'avoir été écoutée, mais avons-nous été entendus ?, se demande Monia Brun, infirmière libérale et représentante des NB3NP. Bref, les questions restent les mêmes, et on peut s'interroger sur la pertinence de la stratégie de la plainte... Les prochaines manifestations changeront-elles cette tendance ?

Note

  1. Son prénom a été modifé
Creative Commons License

Aurélie TRENTESSE Rédactrice Infirmiers.com aurelie.trentesse@infirmiers.com

Retour au sommaire du dossier Journée Internationale de l'IDE

Publicité

Commentaires (6)

eusèbe

Avatar de l'utilisateur

497 commentaires

#5

Préférence.

Je préfère la soupe syndicale au bouillon ordinal, question de goût.

Utilisateur supprimé

Avatar de l'utilisateur

494 commentaires

#4

Les IDE ne veulent pas !

Bientôt 8 ans qu’on vous supporte et vous n’avez pas montrer ni prouver votre utilité. En rien sauf parasitages et autres nuisances !

Et c’est le même discours formaté que Touba qui est vénère ☺ et dont on a assez soupé.
Vous êtes rejetés et désavoués de tous mais vous vous accrochez encore comme les moules aux rochers… à votre petit jouet bientôt hors d’usage.

Pour rappel, 95 % des IDE se sont abstenus lors des dernières élections.

Soyez bons joueurs et disparaissez à jamais !

Le jour de son anniversaire et dans sa lettre à la Ministre, Didier l’embrouille vomit sur les fonctionnaires des ARS et leurs missions se se dressant en parangon de vertu, d’efficacité et d’économies publiques (avec l’argent des autres…) mais n’a pas ni n’a jamais eu les moyens de ses prétentions et autres fantasmes...

Encore moins maintenant avec plus de la moitié des cdoi en incapacité de fonctionner et des croi (et chambres mortifères) dont les conseillers ont vu leurs mandats expirer…

vesunna

Avatar de l'utilisateur

52 commentaires

#3

Et pourtant

C'est bien le problème!
L'Ordre infirmier pourrait avoir un poids considérable si...mais il faut le vouloir.
Beaucoup d'IDE se contentent de la soupe syndicale et de son pouvoir de nuisance sur de simples évidences!

Utilisateur supprimé

Avatar de l'utilisateur

494 commentaires

#2

Comme la dernière fois...

...la prochaine fois et sûrement juste par politesse... ou un trou dans l'emploi du temps !

YED3N

Avatar de l'utilisateur

6 commentaires

#1

Réaction

Je suis sur ce groupe et je suis régulièrement ces informations. Le problème de cet appel à la mobilisation auquel je n'ai pas répondu c'est que le but et les revendications n'étaient absolument pas claires.
Ensuite, NB3NP exagèrent énormément de choses et sont souvent dans les extrêmes, à mon sens.

Pas de clarté dans l'appel, pas de personnes qui suivent...